Mise en avant

Colloque international : L’émigration basque en Amérique latine, 5 et 6 juillet

Le programme est provisoire et sera modifié en fonction des dates des 5 et 6 juillet et de la présence à Bayonne ou à distance des intervenants.

Lundi 17 mai 2021 – Musée Basque et de l’histoire de Bayonne: Conférences publiques et table ronde des représentants d’associations d’émigration

Mardi 18 mai 2021 – IUT de Bayonne et du Pays Basque – Conférences publiques et projection du film

Pré-programme 

Lundi 17 mai 9: 30 – 12:30 Musée Basque  

Ouverture du colloque par Mme Sabine Cazenave, directrice du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

 Conférences

Claude Mehats : Samuel Lafone agent d’émigration

Argitxu Camus Etchecopar : Les correspondances: sources de l’expérience migratoire basque

Pascal Chastin : Correspondance de Jean Vigné, agent d’émigration à Tardets

Argia Olçomendy : L’émigration basque en Argentine (1840-1910) : entre réalisation personnelle et freins socio-politiques

Isabelle Tauzin-Castellanos: Villas basques, villégiatures latino-américaines, émigrants et immigrants, 1890 -1930

Lundi 17 mai 14:00 – 18: 00 Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

14 :00 – 16:00 Table ronde

Associations d’émigration basque –  Recherches d’hier et actualités de l’émigration basque

Sabine Cazenave – Directrice du Musée Basque

Annie Sabarots – Musée de Basse Navarre

Monique Legarto – Euskal Argentina

Christiane Bidot-Naude – Émigration 64

16:00 -18:00 Conférences

Hernán Otero: Histoire de l’émigration française en Argentine

Viviane Delpech: Souvenirs de pierre. Création et patrimonialisation des demeures d’émigrés de retour en Iparralde (XIXe-XXIe siècle)

Xavier Escudero: L’oeuvre d’écrivains basques émigrés et la représentation littéraire du Basque émigré José Olivares Larrondo Tellagorri

Christian Manso et Dolores Thion:  L’émigration basque dans la revue de l’Association pour la Mémoire de l’Emigration: Partir. Archives et mémoires de l’émigration pyrénéenne. 

 

Mardi 18 mai 14:00 – 19:00 – IUT Bayonne  Amphi Sainte-Claire.

14:00 -17: 00 Conférences

Haizpea Abrisketa: L’impact de la perte des soldats basques de l’armée espagnole pendant la guerre d’indépendance de Cuba (1895-1898).

Óscar Álvarez Gila: La microgeografía de la inmigración vasca en Argentina a través del asociacionismo: la sociedad de socorros mutuos Euskal Echea

Jesús Alonso Carballés: Le souvenir des indianos dans l’espace urbain du Pays basque-espagnol : Politiques symboliques et mémorielles

Carlos Estela Vilela: Images de l’émigration basque au Pérou

Maryse Esterle: Le passé reconstruit : les écrits de descendants d’émigrés pyrénéens, une réappropriation subjective

Isabelle Tauzin –  Présentation de l’ouvrage collectif EMILA: De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle.

17:00-19:00 Projection-Débat

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque (documentaire)

Co-organisation : Beñat Çuburu  (IUT Bayonne)  – Isabelle Tauzin (U. Bordeaux Montaigne)

Contact : emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

 

Mise en avant

Costumes et types péruviens: les trésors légués par Léonce Angrand sur le Pérou

Pourquoi s’intéresser  aux aquarelles de Léonce Angrand, dans le cadre du séminaire bordelais de recherches américanistes sur les traces des émigrants français en Amérique Latine?  Le peintre est subjectif dans son choix des sujets de représentations, il représente ce qui l’attire, ce qui distrait son attention.

Les aquarelles du fonds Angrand de la Bibliothèque Nationale constitue un ensemble extraordinaire qui est accessible en ligne sur la plate-forme Gallica tandis que les carnets de dessin, les  livres et les manuscrits sont conservés par le département des Estampes et Photographies depuis la disparition du diplomate en 1886.

Un premier article  faisant suite au zoom  du 12 mars 2021 complète la biographie de Léonce Angrand et explore le premier album de « Costumes péruviens » et ses liens avec les aquarelles de Francisco Fierro et Ignacio Merino. Les deux dernières aquarelles de l’album présentent plusieurs originalités dans la représentation d’une société péruvienne qui apparaît singulièrement diverse et libérale.

Le second album entièrement signé par le diplomate français et également en ligne sur Gallica de « Costumes péruviens » (et « costumbres peruanas » ) présente des scènes de la vie quotidienne, caractérisées par la présence féminine et enfantine dans les rues, l’opulence des carrosses et la précarité des va-nu-pieds. On trouve dans le second album et le second article d’Isabelle Tauzin,  les aquarelles de la fête d’Amancaes (un enlèvement de Sabines péruviennes, plutôt qu’une joyeuse rencontre),  le tirage au sort avant le combat de coqs, et beaucoup d’autres choses vues, qui deviendront ensuite les motifs des premières photographies exotisantes des studios Maunoury et Courret à partir des années 1860, à destination de la presse illustrée européenne et des négociants de passage à Lima.

Cf. Les albums de Costumes péruviens du fonds Léonce Angrand (1/2)

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (2/2)

Mise en avant

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

Les étrangers décrits par Tschudi (1838-1842)

Le témoignage de Johan Jacob von Tschudi sur le Pérou de la fin des années 1830 est celui d’un naturaliste suisse qui observe les comportements  et les usages dans une période critique de l’histoire sud-américaine, lorsque les jeunes Républiques sont en construction et que les rivalités entre pays voisins sont exacerbées.

Entre les généraux Santa Cruz et Gamarra :

« … La plupart des étrangers, en particulier les Européens, étaient dévoués au général Santa Cruz parce que, sous son gouvernement, ils avaient joui d’une plus grande sécurité et que lui-même s’étaient acquis leur considération par son administration prudente et judicieuse. C’est pourquoi les partisans de Gamarra croyaient trouver une raison suffisante de pouvoir agir contre eux. Ils essayèrent par tous les moyens de fanatiser la lie du peuple, surtout les Nègres et les zambos, et de les pousser contre les étrangers, tout particulièrement les Anglais et les Français. Pour pousser une telle foule inhumaine à l’excès, il ne fallait qu’une pique insignifiante et ils attendaient avidement que Gamarra donne le signal pour un bain de sang généralisé.

Dans les journaux, dans les billets imprimés ou manuscrits qui étaient collés aux maisons ou lancés dans la rue, parut l’appel contre les étrangers :  Les étrangers viennent dans votre pays, vous prennent votre travail, votre commerce, vos richesses et vos femmes. Ils sont les ennemis de votre liberté et veulent faire appel à Santa Cruz. Libérez votre pays de ces infâmes et refaites une nuit de la Saint-Barthélemy… » (JJ Tschudi, Esquisses d’un voyage au Pérou, ed. La lanterne magique, Besançon, 2020, p. 103

Tschudi observe les métiers et les comportements des étrangers:

« Les Français de Lima ont la même position que ceux de Valparaiso ; quincailliers et marchands de mode, tailleurs, perruquiers etc. Ils ne sont absolument pas aimés car ils se mêlent toujours de la politique, plastronnent avec leurs actions héroïques et regardent avec mépris les autochtones. La plupart vivent en couple libre et abandonnent souvent femmes et enfants. Les Anglais et les Nord-Américains sont beaucoup mieux considérés que les Français par les indigènes, ce qui s’explique par leur plus grand calme et leur force de caractère. La plupart sont des marchands » (op. cit.,  p. 171)

Tschudi critique sévèrement la politique internationale française qui affecte même Tahiti et sa reine Pomaré:

« La politique que les Anglais et les Français mènent vis-à-vis du Pérou (et de la plupart des petits Etats libres d’Amérique) est si injuste et violente qu’on ne peut s’en faire une idée claire en Europe. […]  Les Français se distinguent particulièrement, tant ils sont imbus d’une faconde ridicule depuis leurs exploits tant vantés devant Veracruz et à Tahiti. La contrebande est à l’origine de la majorité des litiges que les Français exploitent avec une impudence inouïe… » (ibid.)

Ces jugements négatifs parus en allemand ne pouvaient guère aider à la traduction en français du témoignage de Tschudi, écrit dans les mêmes années que les Pérégrinations de Flora Tristan. Les deux auteurs ont eu des expériences différentes, l’une plus proche du pouvoir politique, l’autre propre d’un scientifique. Si les  descriptions des Liméniennes coïncident,  chacun d’eux apporte une vision différente, critique mais pas forcément ethnocentré comme ce fut le cas d’autres voyageurs au long cours.

Josefina Klinger y Marcos: Una encrucijada fotográfica entre Francia, Ecuador y Perú

Carlos Estela-Vilela – carlos.estela-vilela[at]u-bordeaux-montaigne.fr 

Poesía no dice nada:

Poesía se está, callada,

Escuchando su propia voz.

                                            Martín Adán

Al observar la carte de visite de Josefina Klinger y Marcos, fotografiada por Courret en París, no podemos evitar pensar en estos célebres versos del poeta peruano. Un retrato más de una dama decimonónica que parece no decirnos nada hasta que acercamos el oído; en este caso, el ojo. Quizás sus murmuraciones correspondan a numerosas interrogantes antes que certezas. En realidad, esto suele ser así cuando miramos seriamente las fotografías. Debe ser así.

El hecho de que el valor documental de ésta haya sido enterrado por la falta de “trascendencia histórica” del personaje retratado, su carencia de “relevancia estética” son parte de su atractivo ante la mirada de los investigadores. Su existencia marginal en el archivo, como la de tantas otras imágenes que esperan ser interpeladas, la ha protegido de las presuposiciones y expectativas que envuelven la iconografía de grandes caudillos, negociantes, artistas, pensadores. La imagen de Josefina está allí, callada, en estado poético, lanzándonos innumerables preguntas que nos orientan en la reflexión sobre gestas emancipadoras, desplazamientos migratorios, dinámicas fotográficas, cuestiones de género, entre otros.

Empecemos por la llegada de su abuelo alsaciano, Adolfo Klinger Frenet a América, continente que en aquellos momentos se encuentra luchando por su independencia y donde la fortuna lo lleva hasta la cima aristocrática para terminar el final de sus días entre las patas de los caballos. Lafond de Lurcy nos cuenta la parte fulgurante, desde que este suboficial de infantería se alista en Buenos Aires, en 1813, su paso a Chile como subteniente en la escolta de San Martín, luego capitán de tropas en la fragata O’Higgins hasta que, en Quito, el mismísimo Bolívar intercede por él para que se realice su matrimonio con Valentina Serrano una poderosa aristócrata y gran heredera cuya familia permanecía reticente frente a los orígenes desconocidos de este soldado que para entonces había alcanzado el grado de comandante general de la artillería del departamento del Sur y una fortuna equivalente a tres millones de francos y entre doscientos y trescientos esclavos. Lurcy, quien vio por última vez a Klinger en Guayaquil, en 1828, no conoció, seguramente, el funesto fin de este hombre asesinado quince años después en Cayambe, donde poseía la hacienda Guachalá, al parecer debido a sus abusos en la recaudación de impuestos. Su cadáver fue arrastrado por las calles del pueblo antes de que una turba saqueara varias haciendas de la zona.

Dos hijas de Klinger, Leonor y Virginia, ambas quiteñas, se casaron con los hijos del general libertador Vicente Aguirre, a quien es altamente probable que el consuegro haya conocido a través de Sucre. La pequeña Eugenia Aguirre Klinger, nació en París en 1870 y murió en Guayaquil en 1964, viuda de Nicolas Ribadeneyra. No es ninguna sorpresa que los lazos con Francia se mantuvieran, que los descendientes se encuentren desperdigados a ambos lados del Atlántico, lo interesante es observar qué nos pueden decir las fotografías al respecto.

La carte de visite de Josefina, que provoca estas líneas, debe ser leída junto con otras en el acervo del Instituto Nacional de Patrimonio Cultural de Ecuador. La acompañan una foto de su madre, Chepita, María Josefa de las Mercedes Marcos (nacida en 1822 y casada con Adolfo Klinger Serrano, hijo del protegido de Bolívar), realizada en el estudio de Bayard & Betell. Hippolyte Bayard, célebre por su autorretrato como ahogado, tuvo su estudio con Betell entre los años 1860 y 1866, lo que nos permite datar la toma. Ella no es la única fotografiada por un famoso estudio parisino, el hermano de Josefina, Andrés Adolfo Francisco Valentín, es retratado niño con una bayoneta y una espada de juguete en el estudio de Disdèri quien se promociona como fotógrafo del Emperador; esto quiere decir que la fotografía fue tomada como máximo en 1870. Asimismo, su primo, Adolfo Klinger y Carrión se fotografió en el estudio de Alexandre Ken en el boulevard Montmartre, el mismo que años más tarde pertenecería a Courret.

Josefina, bordeando la cincuentena, se retrató en el primer estudio que tuvieron los hermanos Courret en el 19 de la calle cité du Retiro a inicios de la década de 1890, probablemente el autor haya sido Achille. Las preguntas se suceden de inmediato: ¿Se encontraba visitando a la familia francesa? ¿Existen otros testimonios gráficos de ella en Francia?, ¿correspondencia?, ¿diarios? ¿Conoció a los Courret en Lima, ciudad en la que ella moriría en 1940? ¿Existen clichés de ella durante su estadía peruana? ¿Cuál fue el motivo que la llevó a instalarse en el país vecino?

Por ahora no se han encontrado placas de vidrio catalogadas con su nombre en la Biblioteca Nacional del Perú, tal vez existan fotografías suyas en alguna otra colección pública o privada, quizás aparezcan en un mercado de pulgas, en alguna subasta, en alguna plataforma de venta virtual, quién sabe. Encontrarlas podría revelarnos más acerca de las redes establecidas a través de los estudios fotográficos a escala intercontinental y regional.

Nos inclinamos a pensar que, siendo soltera, se haya decidido que Josefina viva con su tía Elisa Klinger Serrano, residente en Lima (donde murió en 1915) con su segundo esposo, el dentista colombiano Germán Lince. Fue su hijo con su primer esposo, Nicolas Carrión, el primo del retrato parisino aludido líneas arriba. También es válido preguntarnos en qué medida el hecho de no ser “señora de…” contribuye a la falta de información en torno a ella. No sabemos si, en 1922, vivía ya en la casa de jirón Tacna, en Magdalena que consigna su acta de defunción peruana. De lo que sí podemos estar seguros es de que no olvidaba su patria, pues ese año realizó un aporte de 20 mil sucres para la construcción de la catedral de Guayaquil y, en este caso, es una placa metálica quien cuenta esa historia.

 

Eugène Courret : la construction de la mémoire visuelle. Identités et représentations dans l’émigration, Pérou XIXe siècle

Article de Carlos Estela-Vilela à propos du photographe Eugène Courret, né à Angoulême en 1839 et devenu photographe à Lima à partir de 1863.

L’article est publié par la revue en ligne Artelogie dans son numéro 16 (2021) consacrée à la photographie et aux migrations, XIXe-XXIe siècle.

« La famille Courret s’est d’abord consacré au commerce entre la France et l’Amérique du Sud. Une fois installés au Pérou, les frères Eugène et Achille et leurs successeurs Dubreuil ont orienté leurs affaires vers la photographie en développant l’un des empires photographiques les plus importants et durables (1863-1935) du continent qui a énormément contribué à conforter la mémoire visuelle du Pérou républicain… » https://doi.org/10.4000/artelogie.8872

 

 

Lithographie : entre Bordeaux et Lima

Parmi les Français arrivés au Pérou dans la première moitié du XIXe siècle, les lithographes constituent un cas singulier, notamment le Bordelais Pierre Guillaume Gustave Ducasse. Né le  16 janvier 1809, fils d’un chapelier établi sur le quai des Chartrons  à Bordeaux, il est engagé avec un compatriote appelé Jean Dédé pour développer la lithographie et former des élèves, grâce à un décret signé en 1838 par le général Andrés de Santa Cruz, à la tête de l’éphémère confédération péruano-bolivienne. Ducasse et Dédé demeurent de nombreuses années au Pérou et on retrouve leurs traces dans plusieurs actes d’état civil du consulat de France dans les années 1850;. des liens ont été créés avec l’atelier de Francisco Fierro et  Ignacio Merino de retour au Pérou dans les années 40 après des études en France.

La Bataille de Yungay, janvier 1839

B. Jullian, atelier de  Dédé et Ducasse. DR:  Musée Historique Nacional- Santiago.

Ulysse et Isidore Dutey: de Baigorri à Lima

Les frères Ulysse et Isidore Dutey, nés à Saint-Étienne de Baigorry, et fils d’un officier de santé, après avoir fait de brillantes études au lycée de Pau, à peine âgés d’une vingtaine d’années,  rejoignent le Pérou devenu indépendant depuis quelques années. Ils administrent une maison de commerce à leur nom « Casa Dutey » et font affaire avec des compatriotes . Ils sont parmi les premiers à s’intéresser au guano, dès 1835, associés successivement au Gersois Michel Montané puis au Bayonnais Charles Barroilhet. Ils sont signataires du premier contrat de guano, sous le président Gamarra et alors que le général Castilla est ministre des Finances. Le contrat très désavantageux pour le Pérou est renégocié l’année suivante avec d’autres souscripteurs.  Jean-Ulysse Dutey est chargé de l’exécution testamentaire au décès du Bayonnais Sauveur Soyer (1849). Ulysse Dutey est de retour en France, entre Paris et le Pays Basque :  en 1851,  il épouse à Lecumberry la fille d’un officier  supérieur de cavalerie, Marie Lafaurie d’Etchepare. Ulysse Dutey meurt en France en 1854. Pour plus d’informations on se reportera aux éléments biographiques réunis par Michel Comès ici.

De Montmorillon à Montevideo

Joseph Carré est un architecte né à Montmorillon en 1870, fils d’un peintre décorateur de la Vienne. Après de prestigieuses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, et un échec à l’Ecole de Rome, il commence à exercer à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Il est recruté pour partir enseigner en Uruguay en 1907 l enseigne l’architecture à l’université de Montevideo vers 1908  jusqu’à la fin de sa vie (1941), il conçoit de nombreux édifices prestigieux (Jockey Club, ambassade de France, lycée français) et a reçu la légion d’honneur en 1934. Son frère aîné est le peintre Raoul Carré.

L’oeuvre de Joseph Carré a fait l’objet de recherches et de valorisation à Montevideo

Victor Rabu: d’Agen à Montevideo

C’est à Agen, dans le département du Lot-et-Garonne que voit le jour Jean Rabu, fils d’un sabotier, arrivé comme arpenteur et devenu  architecte à Montevideo, à l’origine de la construction de nombreux édifices publics (orphelinat, théâtres) et religieux ainsi que des hôtels particuliers parfois encore visibles en Uruguay. On  peut suivre le parcours migratoire de Victor Rabu (1835-1907) grâce à la recherche réalisée par Thomas Albertini accessible en ligne.

La première oeuvre de Rabu, l’église de San Francisco de Asis lui a été inspiré par la  basilique Saint-Sernin de Toulouse. L’éclectisme définit l’ensemble de ces réalisations (cf. César Loustau, Influencia de Francia en la arquitectura de Uruguay, Montevideo 1995).

Des recherches ont été menées aussi dans le cadre du projet Nomada de l’université de la République de l’Uruguay.

Contact pour consulter la recherche intégrale : thomas.albertini[at]etu.u-bordeaux-montaigne.fr

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire: table des matières

Table des matières/Índice

Introduction

Première partie : L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives

Claude Mehats Samuel Lafone et Alfred Bellemare, détonateur et promoteur de l’émigration basque vers le Rio de la Plata

Isabelle Tauzin-Castellanos Les agents d’émigration à Bordeaux

Beñat Çuburu Émigrer au Mexique à quinze ans. Présentation de la correspondance de Jean-Baptiste Lissarague (1902-1906)

Maryse Esterle L’autre et le lointain : étrangers/émigrés, regards croisés en Béarn à travers la presse locale

Carmela Maltone Les pionniers italiens au Brésil et en Argentine au XIXe siècle. Itinéraires et mémoire

Deuxième partie : Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil

Ronald Soto Quiros Victor Herran et la promotion d’un projet pour le Costa Rica (1849-1854)

Alexis Medina De la Lorraine à Quito : Sébastien Wise, ingénieur et scientifique au service de l’Équateur (1843-1863)

Carlos Estela Vilela « Indios » et « incas » : les types indigènes dans la photographie d’Émile Colpaert, explorateur français à Cuzco

Bernard Lavallé André Cazaux l’Indien béarnais : l’émigration dans la pampa du témoignage à la création littéraire selon Alfred Ébelot

Rosmeliz Alva Zapata Sur les traces du peintre péruvien Ricardo Grau

Troisième partie : Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration

Marluza Da Rosa La construction de l’image des migrants au Brésil : interroger les dispositifs victimaire et médiatique

Glaucia Muniz Proença Lara Migrations contemporaines et récits de vie en France et au Brésil

Valériane Mistiaen Modalités discursives sur l’immigration à la télévision belge : une comparaison de chaînes publique et commerciale

Laura Ascone Immigration et internet : le processus de distanciation dans le discours de haine contre les migrants sur YouTube

Maxime Fabre Traces du passage : le « phénomène migratoire » au prisme de la photographie de presse

Claire Courtecuisse La présence des migrants dans les espaces ruraux en France: une inversion des représentations par les médias ?

Sémir Badir Migration : du mot au concept politique et journalistique. Un parcours sémiotique

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Cramail-Barroussel

Eléonore Anne Cramail née à Lima le 3 janvier 1849, fille de Jean Cramail, tailleur d’habits originaire de Tombeboeuf (47), né en 1821 et de Marie Barroussel, née en 1827, fille de marin, originaire de Casseneuil (1847).  (Sources: archives consulaires). Le couple est en route vers une autre destination au moment de la naissance. Le mariage des parents avait été célébré à Casseneuil le 24 avril  1846.

Frédéric Faideau

Frédéric Faideau (1880-1954) est un émigrant né dans la Vienne, instituteur,  passionné de photographie dont une partie des clichés sur le Mexique, constitue le fonds Faideau conservé au Musée de la Vallée, à Barcelonnette.

Des éléments biographiques ont été mis en lumière par l’historien mexicain Sergio Valerio Ulloa dans un article intitulé Tras las huellas luminosas, la construccion de la memoria de los barcelonnettes en Guadalajara.