Mise en avant

Du Lot-et-Garonne au Chili: Marie Denis Marinot (1865-1901), émigrante et poète

Marie-Denise Marinot (1865-1901), de Clairac à Santiago du Chili. Association Les Amis de Clairac.

Issue d’une famille de chapeliers, les Launay, Marie-Denise Marinot émigra au Chili où elle épousa un Français propriétaire d’une tannerie. En l’espace de quelques années, elle publia près d’une dizaine d’ouvrages, en France et au Chili, avant de décéder prématurément. Le monument que lui dédia son époux en 1904 dans son village natal du Lot-et-Garonne est l’un des ornements du cimetière de Clairac…

Les recherches sur Marie-Denise Marinot ont été réalisées par Clair Morizet, Président des Amis de Clairac et sont accessibles en ligne pour connaître ce parcours de vie remarquable. Communiquées au projet EMILA par Frédérique Blin, l’étude historique sur Marie-Denise Marinot met à jour la trajectoire de la jeune femme partie de Clairac. Marie-Denise Marinot a publié une oeuvre poétique et romanesque en français et en espagnol. Elle a eu un engagement féministe  qu’elle a partagé avec le journal féministe de Séverine, La Fronde. La vie de Marie-Denise Marinot rejoint l’engagement d’une autre grande oubliée de l’émigration et du féminisme entre la France et l’Amérique latine, Gabrielle Laperriere de Coni.

A titre d’exemple de l’oeuvre de Marie-Denise Marinot, ces quelques lignes extraites du site des Amis de Clairac:

« Une effrayante et désastreuse misère, de dérisoires salaires pour des journées de labeur plus longues que dans aucun pays, d’inavouables maladies, d’ignobles hôpitaux pour le paria ; comme logement d’infect taudis et pour comble un insurmontable et écrasant mépris venant des riches, de ces caballeros oisifs qui ne rêvent qu’à satisfaire leurs fantaisies, et qui, pour augmenter leur patrimoine, tiennent à plaisir ce malheureux peuple dans un état d’abjection indigne d’un pays civilisé. Nulle voix ne s’élève pour les défendre, les malheureuses ! parce que chacun craint de se porter préjudice en ouvrant leurs yeux à la lumière. »
« La Femme au Chili », tribune parue dans La Fronde, avril 1900.

« En France on dit : Enfants, partez,
Partez pour l’Amérique ;
C’est le pays des libertés,
Ils sont en République.
(…) Et nous partîmes tous, légers
Comme des hirondelles,
Oublieux de nos chers clochers
Et de nos nids fidèles. »

 

Mise en avant

Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique

Mes cousins d’Amérique, par Jean-Pierre Labroille 24 février 2024

Un récit familial

Je me souviens, enfant, avoir entendu ma mère raconter qu’elle avait des oncles en Amérique. Au début des années 1930, quand elle était elle-même enfant, elle était sûre que ces oncles avaient fait fortune et qu’un jour leur retour annoncerait pour la famille des jours fastes.

Continuer la lecture de « Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique »

Mise en avant

Elorri Arcocha Mendinueta: sur des lettres en basque d’émigrés et soldats souletins

Une société à travers la correspondance. La Soule de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre Mondiale

Elorri Arcocha Mendinueta a soutenu au mois de janvier 2024 une thèse doctorale à l’Université Publique de Navarre, rédigée en basque et en français. La thèse a pour titre “Gizarte bat korrespondentziaren prismatik : Zuberoa, XIX. mendearen bukaeratik Lehen Mundu Gerra arte”. L’objectif principal était d’étudier les correspondances provenant de quatre collections, comprenant des lettres d’émigrés souletins, de soldats souletins pendant la Première Guerre mondiale, et dans une moindre mesure, de personnes restées au pays. Cette recherche visait à ouvrir une nouvelle perspective dans l’étude de la correspondance, en se concentrant non pas sur l’émigration ou la vie des soldats dans les tranchées, mais en intégrant les lettres dans une métacommunication préétablie, faisant ainsi partie d’un contexte socioculturel spécifique. Les images de ce billet sont issues du corpus d’Elorri Arcocha.

Le travail s’est donc axé sur l’analyse des informations que les lettres fournissent sur la société de la Soule à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. La recherche a été articulée en trois parties : la première s’est penchée sur l’emploi de l’écrit dans une société qui était encore en cours d’alphabétisation, mettant en lumière une appropriation particulière de l’écrit et une utilisation répandue du basque à l’écrit. La deuxième partie examine l’utilisation des trois langues présentes dans la correspondance – le basque, le français et l’espagnol – ainsi que les facteurs qui ont influencé le choix de chaque langue, et la coexistence de différentes langues dans une même lettre. Enfin, la troisième partie analyse la symbiose des éléments traditionnels et modernes dans la correspondance à travers le prisme de la société souletine de l’époque.

Mise en avant

L’émigration pyrénéenne aux Amériques (XIXe au XXe siècles)

Au XIXe et XXe siècle, les Pyrénéens émigrent en nombre outre-Atlantique en quête d’une vie meilleure. L’exposition proposée par l’AME (Association pour la Mémoire de l’Émigration) et le projet EMILA – Université Bordeaux Montaigne explore les raisons de ces départs, le financement, le transport, l’accueil, l’installation et la vie en Amérique…

Un cycle de conférences et de projections accompagne l’exposition visible du vendredi 19 janvier 2024 à 10:00 au dimanche 17 mars 2024 à 13:0, à la  Médiathèque André-Labarrère (Pau)

Contact: Lili Casassus, présidente de l’AME.

Reportage de FR3 sur l’exposition préparée par l’AME

 

Mise en avant

Vernissage de l’exposition Images de la diaspora basque en Amérique

Le vernissage de l’exposition préparée  dans le cadre du projet EMILA s’est déroulé jeudi 3 août 2023 en présence du maire d’Hendaye,  Kotte Ecenarro et de l’adjointe à la Culture et au Patrimoine, Michelle Mounios, et des organisateurs de l’exposition venus de l’université Bordeaux Montaigne aux côtés d’ Isabelle Tauzin-Castellanos, les chercheurs américanistes Beñat Cuburu et Carlos Estela, et dans le public Aurelia Arcocha, Maite Lassalle, Nara Perez Vila, Florence Serrano, Françoise Vigier… Vidéo en ligne du vernissage.

L’exposition se déroule sur deux sites hendayais du 2 août au 26 août, en accès libre: l’espace culturel  Mendi Zolan et parallèlement à la Médiathèque François Mitterrand :  la profusion de documents, de photos ont imposé ce dédoublement. Les deux parties d’Hendaye, la ville haute et la plage permettent de toucher un public plus large, les lecteurs de la médiathèque et les habitués des activités de l’espace culturel, ainsi que les visiteurs de passage, les vacanciers du mois d’août, les retournés comme des émigrants qui reviennent au pays basque natal en été.

Dans les deux espaces à Mendi Zolan et à la Médiathèque, des photos qui montrent le dépeuplement du Pays Basque provoqué par l’émigration au XIXe siècle, la tragédie des naufrages comme le Léopoldine Rose en 1842, les conditions de travail harassantes des émigrants, endettés par le voyage et obligés d’effectuer les tâches les plus malsaines pour se libérer de la dette, la consultation des archives de Montevideo, la rencontre avec des descendants qui ont confié leurs archives à Isabelle Tauzin (Marcel Loustau, Santiago Arca Henon, Mikel Ezkerro, Norma Diaz, Paul Mousqué, Patricio Legarraga…) l’accueil de l’ambassade de France en Uruguay, le centre basque français de Buenos Aires, le musée de Mar del Plata, les ressources du musée de Basse Navarre de Saint Palais, pour le Chili et le Mexique, les archives départementales de la Gironde et des Pyrénées Atlantiques, les photos de Beñat Cuburu auteur d’ Émigrer au Mexiqueà 15 ans, et le film « Parole de Basque », projeté  au cinéma d’Hendaye ont retenu l’attention de l’auditoire toute la soirée du 3 août.

Parmi les historiens qui ont aidé au succès de cette manifestation tout public: Hernan Otero spécialiste de l’émigration en Argentine, Oscar Alvarez Gila, professeur à l’université du Pays Basque (chaire d’histoire de l’Amérique), Raquel Idoate à Pampelune, historienne spécialiste des agents d’émigration de Navarre…

L’émigration était une vaste entreprise rentable et les Basques recherchés par les gouvernement latino-américains pour leur acharnement au travail ont fondé des familles dans le Rio de la Plata, mais aussi, au Pérou, – objet de la conférence du 22 août 2023 à la médiathèque d’Hendaye- aux États-Unis comme on peut l’observer à l’issue de l’exposition . L’exposition est une invitation à suivre l’itinéraire des bateaux qui descendaient jusqu’au Cap Horn avant de remonter vers la Californie à partir de la ruée vers l’or.

Des passeports et des cartes de séjour ainsi que des lettres et des photos de famille, les villas des Américains de retour tout cela  illustre l’importance de la diaspora basque.

L’immigration en Europe aujourd’hui est identique à la quête d’un avenir meilleur des dizaines de milliers de Basques partis entre 1820 et 1930, qui ont gardé en mémoire la terre des ancêtres.

Mise en avant

La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique

Mardi 18 et mercredi 19 juillet, 14:00

Lieu du cours: Bayonne, cité des arts.

Coordination du séminaire: Isabelle Tauzin (Université Bordeaaux Montaigne) – Oscar Alvarez Gila (Université du Pays Basque)

Cours présentiel et à distance en français et en espagnol. Inscription obligatoire par le lien ci-dessous.

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis

Le cours proposé sur La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique (Pays Basque, Etats-Unis, Amérique latine, XIX-XXIe siècles) est la suite du cours transfrontalier réalisé à Bayonne en 2022 et du colloque sur l’émigration basque de juillet 2021.

En plus du public présent à la Cité des Arts de Bayonne, la transmission par zoom a facilité la participation du public éloigné, y compris en Amérique, déjà présent au cours d’été en 2022.

Objectifs

Les 4 sessions réparties sur 2 demi-journées avec bilans partiels et table ronde exposeront l’actualité de l’histoire de la diaspora basque, en apportant des réponses à de multiples questions sur l’histoire sociale du Pays basque et de l’Amérique des XIXe et XXe siècle.

Session 1:  le départ du pays basque XIXe-XXe siècle: Comment se faisait le recrutement des migrants ? quels rôles jouaient les agents d’émigration ? comment se déroulait la navigation transatlantique ?

Session 2: l’installation en Amérique XIXe-XXe siècle : L’émigration a-t-elle eu un caractère de voyage sous la contrainte ? y a-t-il une symétrie avec la fin de l’esclavage sur le continent américain? comment les immigrants ont-ils été accueillis sur place ? comment se sont-ils intégrés ? y a-t-il une différence dans l’installation de l’émigrant politique et l’émigrant économique ? que disent les photographies de la diaspora? comment interpréter une lettre d’un ancêtre parti en Amérique ?

Session 3: cultures et interculturalité XIXe-XXIe siècle: Comment s’est faite la transition d’une langue à l’autre (basque, français, espagnol) ? y a-t-il des spécificités de la diaspora basque aux États-Unis par rapport à l’Amérique latine (Argentine, Uruguay, Pérou, Chili, Mexique) ? quelle place ont occupé les femmes et les mineurs non accompagnés dans le processus d’émigration ?

Session 4: réseaux, associations, générations et patrimoines XXe-XXIe siècle : Quels rôles ont joué les associations ? Les arts populaires comme le cinéma et le sport ont-ils été des facteurs de transmission ou d’acculturation? Comment les journaux communautaires allophones se sont-ils développés? Quelle actualité a la diaspora basque ? Comment sont entretenus les liens avec les 3e et 4e génération ? Quels rôles jouent les expositions culturelles et les conférences scientifiques dans la transmission du patrimoine diasporique.

18.Jul – 19. Jul, 2023 Cód. F07-23

ES: https://www.uik.eus/es/curso/diaspora-vasca-salida-transfronteriza-integracion-america-pais-vasco-estados-unidos-america

EUS: https://www.uik.eus/eu/jarduera/euskal-diaspora-mugaz-gaindiko-irteeratik-amerikako-integraziora-euskal-herria-estatu

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis Continuer la lecture de « La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique »

Annick Foucrier sur l’émigration française en Californie

A l’occasion de la conférence d’Annick Foucrier en novembre 2023 dans le cadre du projet EMILA, la spécialiste de l’émigration française en Californie professeure émérite de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, a transmis de nombreux articles sur ses recherches de Français partis de Nouvelle-Aquitaine pour les Etats-Unis.

Publications d’Annick Foucrier sur l’émigration au départ Nouvelle Aquitaine pour les Etats-Unis

Général : Le rêve californien. Migrants français sur la côte Pacifique, XVIIIe-XXe siècles, Belin, 1999, 428 p.

« Le grand rêve californien », L’Histoire, n°238, décembre 1999, pp.58-64.

Charente : Pierre Vinet, Charles Covillaud. « Migrations des Charentais, Poitevins et Deux-Sévriens aux États-Unis au XIXe siècle », in Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (eds.), Champlain ou les Portes du Nouveau Monde : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, Gestes Edition, 2004, p. 235-240.

Charente-Maritime : Jean Barbat. « Ecrire la maladie et la mort : lettres de migrants français de la ruée vers l’or en Californie », in Yves Frenette, Christine Nougaret et Isabelle C. Monnin, dirs., Dans leurs propres mots : la mobilité dans les écrits personnels et les correspondances, XVIIème- XXème siècles, Presses Universitaires de Saint-Boniface, Canada, 2020, pp.273-293.

Antoine Alfred Cheminant. « Migrations des Charentais, Poitevins et Deux-Sèvriens aux États-Unis au XIXe siècle », in Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (eds.), Champlain ou les Portes du Nouveau Monde : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, Gestes Edition, 2004, p. 235-240.

Creuse : Justin Sarciron. « Ecrire la maladie et la mort : lettres de migrants français de la ruée vers l’or en Californie », in Yves Frenette, Christine Nougaret et Isabelle C. Monnin, dirs., Dans leurs propres mots : la mobilité dans les écrits personnels et les correspondances, XVIIème- XXème siècles, Presses Universitaires de Saint-Boniface, Canada, 2020, pp.273-293.

Dordogne : Ernest Pagnon de Fontaubert.

Gironde : Jean-Louis Vignes. « A la conquête de la Californie », dans Histoire (insolite) du vin de Bacchus à Pétrus, Le Point L’Histoire, sept/oct 2012, pp.82-85.

« Le voyage en Californie de Pierre Vignes, de Béguey, Gironde (1843-1851)», Annales du Midi, avril-juin 1994, p. 203-228.

Famille Maubec. « The French in Gold Rush San Francisco and spiritual kinship », in Guido Alfani et Vincent Gourdon (dirs), Spiritual Kinship in Europe, 1500-1900, Palgrave Macmillan, 2012, pp.275-291.

Pyrénées-Atlantiques : Béarn : « José Maria Covarrubias et Henri Cambuston, deux Béarnais à la conquête de la Californie », Revue de Pau et du Béarn, n°20, 1993, p. 239-271.

Casimir Labétoure. Jules Barthélémy Bayerque. « Migrations et cultures : les Béarnais en Californie », Revue de Pau et du Béarn, 2001, p. 307-324.

« La fin du voyage : les immigrants français à San Francisco et la mort, 1916-1930 », Annales de Démographie Historique, 2000 – 1, p. 11-26.

« Des identités régionales à l’unification nationale par l’intégration politique. Les Français à San Francisco au tournant du siècle et le club Lafayette (1916) », in J. Portes et C. Pouzoulet, dir., Des modèles en question. Villes, culture, citoyenneté en Amérique du Nord, Presses Universitaires de Lille, 1998, pp.147-160.

Pays Basque : « The French in Gold Rush San Francisco and spiritual kinship », in Guido Alfani et Vincent Gourdon (dirs), Spiritual Kinship in Europe, 1500-1900, Palgrave Macmillan, 2012, pp.275-291.

Deux-Sèvres : Hippolyte Depierris. Pierre Hippolyte Dallidet. « Migrations des Charentais, Poitevins et Deux-Sèvriens aux États-Unis au XIXe siècle », in Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (eds.), Champlain ou les Portes du Nouveau Monde : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, Gestes Edition, 2004, p. 235-240.

Haute-Vienne : Ernestine. « ¿Dónde están las mujeres ? Las francesas y las migraciones a los Estados Unidos (1780-1930) », Estudios Migratorios Latinoamericanos (Argentine), Ano 20, N°61, 2006, pp.517-525.

 

 

 

Histoire afro-péruvienne et musique populaire afro-andine. Migration et fusion culturelle

Mercredi 6 mars 2024, 14:00-16:00 à la Bibliothèque Lettres et Sciences humaines, Université Bordeaux Montaigne, salle 608 (6e étage)  salle de projection.

Professeurs invités: Maribel Arrelucea Barrantes et  Jesús Cosamalón Aguilar (Pontificia Universidad Católica del Perú)

Histoire de la traite africaine, culture andine, migrations internes et  musiques populaires au Pérou

Histoire de la population esclave au Pérou par Maribel Arrelucea Barrantes (Universidad de Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú)

L’histoire de la population afro-péruvienne est restée longtemps oubliée. Les Afro-péruviens ont réussi à dépasser cette invisibilité et à construire un monde riche d’expressions culturelles dans de nombreux domaines (musique, art, sport, gastronomie…).

Cumbia-chicha péruvienne : voix populaires de Lima à la fin du XXe siècle par Jesús Cosamalón Aguilar (Pontificia Universidad Católica del Perú)

La cumbia péruvienne, également connue sous le nom de chicha, est un genre musical né dans la seconde moitié du XXe siècle, représentatif de la migration entre les Andes et la Côte. Elle exprime  le brassage des identités  et le dynamisme afro-andin à travers les chansons et les rythmes.

Exposition de l’Amicale des Anciens Déportés d’Oranienburg-Sachsenhausen

Mardi 6 février – Vendredi 16 février 2024, 8 :30 – 19 :00 sur le site de l’université Bordeaux Montaigne – Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines Pessac. Ligne B, arrêt Montaigne Montesquieu.

Exposition sur le camp de concentration de Sachsenhausen mise à disposition par l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen .

Au total, on estime qu’un peu plus de 200 000 hommes et femmes ont été déportés au KL Sachsenhausen dont la moitié y a trouvé la mort.

Des visites guidées de l’exposition sont proposées par les membres de l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen.

Contacts: Amicale des Anciens Déportés,  Mireille et Bernard Cadiou

Gilles Russeil, Pôle médiation culturelle Bibliothèque Universitaire

Une conférence complète l’exposition ouverte au public sur le parcours de Madeleine Truel mardi 6 février à 18:00 à la Bibliothèque Universitaire par Isabelle Tauzin, Université Bordeaux Montaigne.

 

Madeleine Truel (Lima 1904, Sachsenhausen 1945)

Mardi 6 février – Vendredi 16 février 2024, 8 :30 – 19 :00

Exposition sur le camp de concentration de Sachsenhausen mise à disposition par l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines  Bordeaux Pessac. Ligne B, arrêt Montaigne Montesquieu. Des visites guidées de l’exposition sont proposées par les membres de l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen.

Au total, on estime qu’un peu plus de 200 000 hommes et femmes ont été déportés au KL Sachsenhausen dont la moitié y a trouvé la mort.

Contact: Amicale des Anciens Déportés,  Mireille et Bernard Cadiou.

Conférence  mardi 6 février  18:00 Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines  Bordeaux Pessac. Ligne B, arrêt Montaigne Montesquieu.

Du Pérou au camp de la mort de Sachsenhausen : Madeleine Truel (1904-1945). Du retour en France à la déportation en Allemagne.

Isabelle Tauzin-Castellanos, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, Université Bordeaux Montaigne, évoquera les documents recueillis auprès de la famille en France et au Pérou et qui permettent de comprendre l’itinéraire des soeurs Truel. Les Truel et les Larrabure ont émigré à Lima au XIXe siècle; les enfants sont revenus en France en 1924. Auteure de L’enfant du métro avec sa soeur cadette, Madeleine Truel  n’a pas survécu aux Marches de la Mort, évacuation forcée des camps de concentration.

 

 

 

Séminaire Bordeaux Montaigne: Histoire du Pérou, décembre 2023

Le séminaire accueilli par l’Instituto Cervantes vendredi 1er décembre 2023 à Bordeaux offre une mise en perspective de la création culturelle et littéraire au moment de la célébration du centenaire de la bataille d’Ayacucho qui marque la fin de l’empire espagnol en Amérique du sud.

L’objectif du projet ECOS NORD PEROU   – P21H01 Indépendance du Pérou, migration française et influences mutuelles : un long siècle d’histoire politique et culturelle du Pérou, 1812 – 1924 a été de réaliser à partir de plusieurs approches disciplinaires (histoire, littérature, presse et histoire de l’art) une recherche collective sur le long siècle de l’indépendance du Pérou (1812-1924), en relation avec l’Europe, en prenant appui sur des sources issues de l’émigration, la diplomatie, la presse, la littérature, la peinture et la photographie, comme expressions représentatives du dialogue entre les réalités nationales. En parallèle, le projet triennal a visé à former des doctorants en mobilité, et accueillir des chercheurs dans le cadre des stages programmés depuis 2020.

Ecos décembre 2023 programme

 

Centenaire de la Bataille d’Ayacucho 1924 – 2023

Approches historiques, littéraires et artistiques sur le Pérou, l’Espagne et la France. Coordination du séminaire : Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure de l’université Bordeaux Montaigne.

Le séminaire accueilli par l’Instituto Cervantes de Bordeaux  vendredi 1er décembre 2023 offre une mise en perspective de la création culturelle et littéraire au moment de la célébration du centenaire de la bataille d’Ayacucho qui marque la fin de l’empire espagnol en Amérique du sud.

9 :30 Accueil des participants.

Ouverture par María Jesús García González, Directrice de l’Institut Cervantès de Bordeaux

9 : 45 – 11: 15 Session 1

Littérature péruvienne d’avant-garde et exils européens : César Vallejo et Rosa Arciniega

Luis Rebaza Soraluz (Londres, King’s College)
Cuneiformes de César Vallejo: crónica sensorial incisa en un espacio de cautiverio

Inmaculada Lergo (Séville, Academia Peruana de la lengua)

Trayectoria literaria y vital de la escritora peruana de vanguardia Rosa Arciniega

Discutante : Flor Mallqui Bravo (Université Bordeaux Montaigne – PUCP, Lima)

11:15 – 12:45 Session 2

 Presse et peinture :  la république de papier et un artiste cosmopolite : Carlos Baca-Flor

Marcel Velázquez Castro (Universidad Nacional Mayor de San Marcos)

La república de papel: revistas culturales y la imaginación social en el Perú.

Fernando Villegas Torres (Universidad Nacional Mayor de San Marcos)

Desde el Perú a Francia, academicismo y modernidad en la obra de Carlos Baca Flor

Discutante: Rosmeliz Alva Zapata (Université Bordeaux Montaigne)

12:45 – 14:15 Session 3

 Simon Bolivar et Ayacucho: itinéraires et représentations

Clément Thibaud (Écoles des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris)

Les républicanismes de Bolivar

Isabelle Tauzin-Castellanos (Université Bordeaux Montaigne)

Ayacucho (1824) : tableaux historiques et portraits retrouvés en Amérique et en Espagne

Discutant : Carlos Estela Vilela (université Bordeaux Montaigne)

14:15 – 14:30: Clôture par Juan Vilches, Consul honoraire du Pérou à Bordeaux

El seminario en español celebrado en el Instituto Cervantes de Burdeos el 1° de diciembre de 2023 ofrece perspectivas múltiples sobre la creación cultural y literaria en momentos del Centenario de la Batalla de Ayacucho. ¿Fueron los años 920 tiempos de florecimiento artístico y renovación ideológica? Para el Perú, ¿fue este periodo algo así como los “locos años veinte”, como los llaman los franceses? A partir del cuadro de Daniel Hernández que celebra la firma de las capitulaciones de Ayacucho, los participantes en el proyecto francoperuano “Independencia peruana, migración francesa e influencias mutuas” analizarán la trayectoria vital de figuras peruanas contemporáneas de César Vallejo, quien abandonó la tierra natal para exiliarse a Francia en 1923. Otro cliché que la pintura de Hernández desmiente es el papel de Simón Bolívar, el Libertador venezolano: no estuvo presente en el campo de batalla en diciembre de 1824, sino atareado en Lima, la capital de la República peruana proclamada en 1821. Estos temas serán discutidos por los investigadores reunidos en Burdeos en diciembre de 2023, un año antes del Bicentenario. 

Ecos décembre 2023 programme

 

 

 

Les républicanismes de Bolivar

Les républicanismes de Bolívar.  Bordeaux 1er décembre 2023. Séminaire à l’Institut Cervantès.

Contribution de Clément Thibaud, historien, directeur d’études à l’EHESS et directeur du laboratoire américaniste Mondes Américains (UMR8168 CNRS-EHESS-Paris 1 Panthéon-Sorbonne-Paris Nanterre). Ses recherches portent sur l’histoire politique de l’Amérique latine moderne et contemporaine. Il a travaillé plus particulièrement sur les indépendances hispano-américaines à partir de plusieurs objets comme les forces armées, les guérillas, le fédéralisme, les recompositions de la « race » avec l’avènement républicain, les enjeux constitutionnels et juridictionnels. Il a publié plusieurs ouvrages sur ces questions, les derniers en date étant Libérer le nouveau monde (Les Perséides, 2017), L’Esclavage (Les Arènes, 2019, avec A. de Almeida Mendes) et avec Eugénia Palieraki, L’Amérique latine embrasée. Deux siècles de révolutions et de contre-révolutions (A. Colin, 2023), et un collectif, avec Quentin Demuermoz et Emmanuel Fureix, Les Mondes de 1848. Au-delà du Printemps des peuples (Champ Vallon, 2023).

La Californie et l’émigration française

Conférence EMILA  Vendredi 17  novembre à 14:00, salle Montaigne

Conférencière invitée
Mme Annick Foucrier, professeure émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8138 Sirice. Spécialiste de l’histoire de l’Amérique du Nord, elle a aussi publié plusieurs livres, dont Le rêve californien : Migrants français sur la côte Pacifique (XVIIIe-XXe siècles), Belin, 1999, et de nombreux articles sur l’immigration aux Etats-Unis et l’émigration française vers l’Amérique du Nord et le monde Pacifique.

« Comme l’oiseau sur la branche ». L’émigration de Nouvelle-Aquitaine en Californie au XIXe siècle.
Au XIXe siècle, la pression démographique et l’instauration de l’héritage égalitaire en France obligent de nombreux ruraux au départ, vers les villes proches et Paris, mais aussi vers les espaces américains qui s’ouvrent alors. Les Etats-Unis fournissent de nouvelles perspectives d’activités agricoles et urbaines. La ruée vers l’or en Californie au milieu du siècle joue un rôle d’ancrage pour des migrations en chaînes. Les régions côtières et montagneuses de Nouvelle-Aquitaine sont particulièrement concernées.

Gabrielle Laperriere de Coni et Victoria Ocampo : destins croisés par Margarita Pierini

Destins croisés entre la France et l´Argentine :  Gabrielle Laperrière de Coni et Victoria Ocampo. La parole et l´action

Conférence Projet EMILA

Margarita Pierini (Universidad Nacional de Quilmes-Argentina). Université Bordeaux Montaigne, 29 septembre 2023

 Reunimos en esta conferencia a las figuras de dos  mujeres con una importante trayectoria, que atraviesa el siglo XX.   Nacidas, una en la Francia del 2° Imperio (1861), de familia de origen noble,  tradicionalmente radicada en Burdeos. La otra, en 1890, en  la Buenos Aires que se ha convertido en un centro económico y cultural, el más importante de América del Sur; de  familia de fortuna, de larga tradición en el país, y con fuertes vínculos con Francia, por tradición y educación.

Las dos son mujeres fuertes, de pensamiento, de letras, de acción. En el ámbito gremial y político se destaca Gabriela. En el ámbito cultural, y también, menos abiertamente, en el político, Victoria.  Y en las dos, su compromiso con la causa de la mujer.

La trayectoria de Gabriela se  desarrolla en torno a los tres ejes que su contemporánea Elvira López señalaba en su tesis[1]  como los tres hechos que marcan el siglo XIX: el movimiento por la paz universal, el socialismo y el feminismo.

En el caso de Victoria Ocampo, su lugar como gestora de emprendimientos culturales, como mecenas, como creadora de publicaciones y de instituciones que marcaron en su momento importantes innovaciones.

Las dos son también figuras a seguir descubriendo, ubicando en el lugar que les corresponde. Gabriela Coni, una biografía hecha de silencios; Victoria Ocampo, oscurecida por nuevas corrientes literarias y culturales.

Y las dos, enfrentando toda su vida obstáculos y críticas.

Gabriela Coni

Su familia, con antepasados ilustres como Vauban, ministro de Luis XIV, está radicada desde varias generaciones atrás en Bordeaux. Gabriela nace en 1861 en Pézens (Aude), donde su padre, Louis, era jefe de estación, pero poco después regresan a Bordeaux. Su novela  de tintes autobiográficos, Vers l´oeuvre douce (1901) representa sus primeros años de vida en esa ciudad de grandes calles abiertas y llenas de vida.

En 1866  el padre se traslada a México,  donde la aventura imperial de  Maximiliano crea espejismos de fácil prosperidad[2]; la constancia del consulado francés en México lo acredita como “comerciante”. Allí se pierden sus rastros.

Hay muy poca información sobre Gabriela, antes y después de su llegada a Buenos Aires. Y los datos no son siempre exactos. No se han conservado sus papeles personales ─o están en manos de algun coleccionista─, y muchas pistas se enredan, por carencia de documentación o por ocultamiento familiar.

Entonces: conocemos a Gabriela por sus escritos, afortunadamente muy numerosos, publicados  en pocos años: a partir de 1890 y hasta su temprana muerte, en 1907. Ella misma confiesa sentir que “ha empezado a trabajar” muy tarde[3].

Sus biografías ─sesgadas─ dicen que hizo estudios de maestra en Burdeos. Siguiendo los rasgos autobiográficos de la novela citada, va a un colegio religioso, y de allí va a rendir examen a una dependencia del Estado. También se refieren esas biografías (de fuentes “respetables”: su sobrino nieto, sus contemporáneos) a su labor como periodista en París (que no hemos podido corroborar).

En la década de 1880 Gabriela llega a Buenos Aires.  Se vincula  con el célebre médico higienista Emilio Coni, de origen bretón, cuyos intereses    giran en torno a la higiene, la tuberculosis, la salud de los trabajadores y de la población en general.[4] Gabriela comparte estas inquietudes, y participa en sus visitas de inspección a fábricas y barrios marginales, así como en el dictado de conferencias sobre temas de salud.

Abandonando lo que podría tener de labor benéfica su actividad, radicaliza su postura integrándose en el recién fundado Partido Socialista, donde trabaja incansablemente, sea como delegada de obreras, sea como asidua colaboradora del órgano del partido, La Vanguardia.  Es autora del  Proyecto de Ley de Protección del Trabajo de las Mujeres y los Niños en las fábricas, que será aprobado en el Congreso Nacional poco después de su muerte (1907).

Será también una enérgica defensora de la paz, amenazada, en esos años (1900-1901), por un conflicto de límites entre Argentina y Chile.

Su obra estrictamente literaria es breve: dos novelas, aun no traducidas (Fleur de l´air. Roman argentin, Paris, 1900), y Vers l´oeuvre douce, Paris, 1903), y un libro de cuentos (Alma de niño. Cuentos infantiles, 1907).   En cambio, posee una importante obra periodística ─tanto en diarios tradicionales como en órganos partidarios─ que merecería reunirse en volumen.

Con la salud resentida por el agravamiento de su enfermedad cardiaca, Gabriela pasa sus últimos meses en una quinta de Belgrano, donde fallece el 7 de enero de 1907. Su hermano Georges de Laperrière firma el acta de defunción. Su entierro, en un modesto nicho  del cementerio de la Chacarita, es muy sencillo, por expreso pedido suyo.

Las palabras de despedida de sus compañeros resumen la imagen de esta mujer  excepcional:

Fue una mujer trabajadora, útil para ella y útil para el pueblo. En su alma se anidaba la intuición de la Francia del 89, del 48 y del 70. Encarnaba los sentimientos de rebelión de las masas oprimidas. Reunía en sí el talento de una Mme Roland y la virilidad de una Luisa Michel. Fue una luchadora clásica[5].

En síntesis:  la de Gabriela Coni es una figura que  sigue convocando el interés por los objetivos en los cuales centró su acción y su palabra. Quedan muchas facetas de su personalidad, asi como varias etapas de su historia, que esperan nuevas  investigaciones, tanto en su Bordeaux natal como en Buenos Aires, donde vivió los años de su madurez.

Victoria Ocampo (Buenos Aires 1890-1979)

A diferencia de Gabriela, tan invisible, tan silenciosa /o silenciada/ en lo que hace a lo personal,  Victoria es una mujer que nos ofrece múltiples imágenes de sí misma, en lo visual y en la palabra escrita. Tanto en los retratos de su juventud como en las imágenes que grandes fotógrafos dejaron de ella ─Man Ray,  Gisèle Freund─ es posible acercarse a esta  mujer bella y ─en la estampa ─ segura de sí misma.

“Mis Memorias no son precisamente memorias sino un documento sobre la vida en la Argentina (una larga especie de vida)”, afirma al anticipar  los escritos autobiográficos que, por su voluntad, verán la luz después de su muerte (1979).

Y ciertamente, en esas memorias se  condensan la historia y la personalidad de una mujer que ocupó un lugar relevante en la cultura y en la sociabilidad de la Argentina del siglo XX. Alguna vez se la ha comparado con otra mecenas cultural, la mexicana Antonieta Rivas Mercado, en algun momento su coetánea (1900-1931). Con una vida mucho más larga, pudo ver Victoria los avatares de un siglo que finalmente le iba resultando ajeno.

Nacida en una familia cuyas raíces americanas datan de varios siglos atrás, vinculada con figuras del poder y con un sólido patrimonio económico,  la mayor de 6 hermanas, recibe la educación de las niñas de buena familia, que se realiza en el hogar, adonde acuden institutrices y profesoras varias. El viaje a Europa es una costumbre habitual en estos sectores, y se realiza siempre por largos periodos. De este modo, recuerda Victoria que donde aprendió a leer, a los 6 años,  fue en París, y por supuesto,  en francés. Este  aprendizaje la marca desde el origen. Ha dedicado numerosos textos a hablar de su historia como lectora, iniciada con Madame de Ségur y Lafontaine, y que después incluye a Oscar Wilde, a Poe. (Cf. en su libro Le vert paradis (1944),  “Mots français”, “Racine et Mademoiselle », «Lectures d´enfance »).

Durante toda su vida, alternará Victoria su vida en Buenos Aires con largos periodos en sus sucesivas casas de París, o en Londres, y, a partir de 1930, en Nueva York. En todos estos lugares se vincula con personalidades del arte, las letras, y menos habitualmente, la política: Valéry, Malraux, Drieu la Rochelle, Roger Caillois, Jacques Lacan, la condesa de Noailles,  Virginia Woolf, Waldo Frank. Con algunos de ellos, el vínculo amistoso se transforma en una relación amorosa, o viceversa.

De todo esto habla Victoria, con una sinceridad no frecuente, y menos en las mujeres de su clase y de su tiempo, en sus memorias ( cuya escritura inicia en 1952), en sus Testimonios ─ artículos publicados en periódicos desde los años 30 y reunidos periódicamente en 10 volúmenes sucesivos; en sus cartas ─un género donde su literatura, como ocurre con otros escritores, se ofrece con una rara perfección─, cartas que han empezado a publicarse en los últimos 20 años: con Gabriela Mistral, con Jacques Maritain, con Ortega y Gasset, con Alfonso Reyes, con Roger Caillois, entre otros.

La causa de las mujeres la ocupa durante toda su vida. Un momento central: la fundación de la Unión Argentina de Mujeres, en 1936, para defender los  derechos civiles, ante el embate de un gobierno conservador. En particular, la UAM surgió motivada por una posible reforma del código civil que pretendía agregar una cláusula por la cual se estipulaba que ninguna mujer casada podría aceptar trabajos ni ejercer profesión alguna sin previa autorización legal del marido.

La República Española la tiene entre sus defensoras, y más adelante, entre quienes reciben a los exiliados, entre ellos, Rafael Alberti, María Teresa León, Lorenzo Luzuriaga, Maruja Mallo…

La revista Sur

A finales de los años 20 visita Buenos Aires el escritor  norteamericano Waldo Frank. Su causa: la unidad de los países americanos ─en el sentido más amplio─ y la reivindicación de sus raíces iberoamericanas. En un tiempo en que las ideas se forjaban, se discutían y se difundían a través de las revistas creadas en torno a una idea, una comunidad, una consigna, Frank considera la posibilidad de unir en una empresa como ésta al peruano José Carlos Mariátegui, a Victoria Ocampo y al escritor y editor Samuel Glusberg. Ese proyecto no se concreta; la muerte de Mariátegui, primero, y las desinteligencias entre Victoria y Glusberg hacen lo demás .

Pero Frank no abandona su idea. Y gracias a su empeño, y a la decisión y al sustento económico que aporta Victoria, en 1931 aparece el primer número de la revista Sur, que saldrá con pocas interrupciones hasta 1972.  Artículos, traducciones, reseñas, de los autores más reconocidos de la época, hacen de Sur, al decir de Octavio Paz, “lo que fue para los europeos la Nouvelle Revue Française”: un espacio para acceder e integrarse en la cultura occidental. El Grupo Sur será uno de los referentes de la cultura argentina durante un largo periodo, en confrontación, muchas veces, con los sectores del catolicismo de derecha o los grupos literarios de la izquierda.

Victoria siempre se definirá como apolítica ─y es bien sabido lo poco veraz que es esta autocalificacion, en cualquier persona y en cualquier circunstancia.  Su sostenida postura antifascista la lleva a la defensa de la República Española y de la causa de los Aliados; integra la Junta para la Victoria, y coordina múltiples actividades para el sostén económico de los que peleaban del otro lado del mar. Así el producto de las publicaciones de la colección La Porte Étroite,  que dirige su amigo Roger Caillois,  se destina al Comité de Socorro de Víctimas de la Guerra.

Su postura antifascista va a derivar, ya en la Guerra Fría, en un dogmático anticomunismo, algo que no deja de sorprender en una mujer tan inteligente.  Estas posturas la llevan a distanciarse de gente muy querida (M. Rosa Oliver) y de valiosos colaboradores  (Pepe Bianco); aunque con ambos, pasados los años,  recuperará la amistad.

También deriva en su radical oposición al peronismo, movimiento que las políticas  norteamericanas habían clasificado dentro del fascismo, debido a la política de neutralidad del gobierno argentino durante la Segunda Guerra.   Contradicciones:  esta luchadora por el voto de la mujer se opuso a él  cuando fue sancionado por el Congreso en tiempos del Presidente Perón (1947).

En los años siguientes continúa su labor frente a Sur, a la revista se ha sumado una editorial que traduce autores franceses, ingleses y norteamericanos como Camus, Faulkner, Graham Greene, T.E. Lawrence, Paul Claudel, Virginia Woolf.   Recibe premios y homenajes, en su país, en Estados Unidos, en Gran Bretaña, en Francia.

Pasa largas temporadas en las casas heredadas de sus padres en San Isidro y Mar del Plata, centro de hospitalidad para sus numerosos amigos: Rabindranath Tagore,  Alfonso Reyes, André Malraux, Gabriela Mistral, entre otros.

En 1977 ─durante la dictadura militar─  ingresa en la Academia Argentina de Letras: la primera mujer en medio siglo.

Una penosa enfermedad la deja recluida en su casa de Villa Ocampo en sus últimos años.

Allí fallece en enero de 1979. Tenía casi 90 años.

Para valorar en Victoria:

Pocas mujeres en nuestro país ─y nos atrevemos a decir: en América Latina─ han hecho oír su palabra, conocer sus ideas, acercarse  a su visión del mundo, como Victoria Ocampo. Algunos le reprocharon ese Yo siempre presente: sus múltiples, plurales lecturas pasan siempre por ella misma, es siempre autorreferencial. Pero como alguna vez le escribe Julio Cortázar: “Usted no le ha tenido nunca miedo al “yo” (aunque a muchos les parezca tan “odiable”) pero eso es porque vive tan apasionadamente atenta al “tú” que es donde el “yo” alcanza sentido”.

Para concluir:

Si en Gabriela Coni  las referencias personales son casi inexistentes en sus escritos públicos (y la producción privada no ha llegado hasta nosotros, lamentablemente), en Victoria Ocampo, por el contrario, todo es, de uno u otro modo,  personal. Pero,  anticipando una certeza cara al feminismo,  en ella todo lo personal es político.

Estas dos mujeres, cada una en uno de los extremos del siglo XX,  quedan en la historia por el lugar que se ganaron: ocupando foros, levantando la  voz, publicando sus ideas, interviniendo en las luchas de su tiempo. Y dejándonos su  testimonio.

[1] Elvira López, “El movimiento feminista”, tesis para optar al doctorado en Filosofía y Letras (UBA, 1901) Es la primera mujer en obtener este doctorado en Argentina.

[2] En el Archivo figuran muchas otras acreditaciones de franceses que llegan en esos años; sus oficios: fotógrafos, impresores, sastres, peluqueros, músicos…

[3] “Siendo tan breve la vida y ─disculpad si esto parece un sermón─ habiendo empezado a trabajar tan tarde, no quiero desperdiciarla, sirviendo al odio contra la libertad”. Conferencia; en el periódico socialista La Vanguardia,  6-9-03.

[4]  Entre 1875 y 1910, dice en sus memorias, ocupa más de 65 cargos y funciones. Entre ellos: director de la Asistencia Pública; creador del Patronato de la Infancia; de la Revista de Higiene Infantil; de la Liga Antituberculosa; presidente de la AMA; director del Hospital Tornú; director de la comisión para el Censo Municipal (1909).  En 1890 presenta una idea muy novedosa en su tiempo: la creación de un Ministerio de Salud. “Il serait convenable donc, dans toutes les nations importantes, de diminuer le budget de tous les ministères pour pouvoir fonder celui de l´Hygiène, sans doute le plus nécessaire de tous. Dans un monde idéal, il viendra à remplacer certainement celui de la guerre”.

[5] “Gabriela L. de Coni. Falleció  en Buenos Aires el 8 de enero de 1907”, en La Acción Socialista, 15/1/ 1907.

Récits de voyage sur le littoral Pacifique et représentations du Pérou

Vendredi 13 octobre, 14h. Présentation d’ouvrages. Université Bordeaux Montaigne – Maison de la Recherche salle 33

Miguel Zugasti (Universidad de Navarra): Naufragio y peregrinación de Pedro Gobeo de Vitoria (1610)

Naufrages et pérégrination de Pedro Gobeo de Vitoria rapporte les mésaventures de l’expédition à laquelle prit part cet adolescent de treize ans parti en 1593 de Séville et qui fit naufrage sur la côte de l’Océan Pacifique, le terrible littoral d’Esmeraldas, entre la Colombie et l’Équateur actuel. L’auteur décrit les épreuves endurées par les survivants qui ont marché pendant des centaines de lieues dans des terres inconnues des Européens.

Le professeur Miguel Zugasti éditeur de l’ouvrage est un spécialiste de l’Espagne du Siècle d’Or, du dramaturge Tirso de Molina et a enseigné à l’université de Santa Barbara en Californie, ainsi qu’à l’Université de Navarre

Monica Cardenas (Université de La Réunion): Images et représentations du Pérou en France (1821-2021).

Monica Cardenas est coéditrice avec Isabelle Tauzin-Castellanos et Maylis Santa Cruz d’un volume dédié à deux siècles d’histoire politique, sociale, artistique et culturelle du Pérou, à partir d’images populaires, de peintures, de photographies, de films, de lettres, de multiples témoignages recueillis depuis l’indépendance du Pérou, en lien avec la culture française. Images et représentations du Pérou en France (1821-2021) est organisé en 4 parties: Le Pérou indépendant et quelques-unes de ses représentations; De l’orientalisme au nectar des Incas; De la Belle Époque à la Seconde Guerre Mondiale; L’Amazonie au coeur de l’engagement, l’art péruvien contre la corruption.

Monica Cardenas  est maîtresse de conférences de littérature latino-américaines à l’université de La Réunion et invitée à présenter l’ouvrage édité par les Presses Universitaires Indianocéaniques.

L’ouvrage collectif est issu du colloque organisé en 2021 au Musée d’Aquitaine par Isabelle Tauzin-Castellanos (IUF – Université Bordeaux Montaigne).

Margarita Pierini: Destins croisés entre la France et l’Argentine

Conférence EMILA sur deux intellectuelles argentines. Texte de Margarita Pierini en ligne ici.

Vendredi 29 septembre. 14:00 Université Bordeaux Montaigne  Bibliothèque Rigoberta Menchu

Margarita Pierini (professeure de littérature argentine, Université Nationale de Quilmes, Buenos Aires) présente la conférence en espagnol:

Gabriela Laperrière de Coni et Victoria Ocampo : la parole et l’action. Gabriela Coni/Victoria Ocampo: la palabra y la acción

Nées d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, Gabrielle Laperrière de Coni (Pezens, 1861-1907) et Victoria Ocampo (Buenos Aires, 1890-1979) partagent différents moments de leurs vies dans le même lieu singulier, la capitale de l’Argentine : Buenos Aires. Elles ont aussi une vocation commune : l’écriture pour persuader de la justice de leur cause.

Gabrielle Laperrière de Coni, à partir de son activité professionnelle, agit pour la défense des ouvrières et a un engagement social politique fort au début du XXe siècle, à l’époque des “conventillos” où logent les émigrants déshérités arrivés d’Europe.

Victoria Ocampo, issue d’une grande famille de Buenos Aires,  est plus connue en France pour la fondation de la Revue Sur, ses contacts avec les intellectuels français comme Malraux, Roger Caillois, Drieu la Rochelle, et les écrivains du Rio de la Plata, Borges,  Bioy Casares, Silvina Ocampo.

La villa de Victoria Ocampo se visite à San Isidro, le Neuilly de Buenos Aires, tandis que la villa de Silvina accueille les visiteurs à Mar del Plata.

Gabriela Coni tout comme les soeurs Ocampo  tracent ainsi un chemin que les générations successives vont suivre, prolonger et renouveler en Argentine.

Le diaporama présenté par Marguerita Pierini à l’université Bordeaux Montaigne vendredi 29 septembre est accessible en ligne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search