Mise en avant

Colloque international Migrations: traces, inscriptions et textualités

Programme PDF.

Coordination: Maxime Fabre. Inscription en ligne

JEUDI 13 FÉVRIER – Maison des Sciences de l’Homme de l’Aquitaine

9H30 – Ouverture du colloque: Raphaël Estève (Directeur d’AMERIBER EA 3656)

Atelier 1 : Textualité et iconographie de l’émigration en Amérique latine

Modérateur : Jesús Alonso Carballés (Université Bordeaux Montaigne -AMERIBER)

9H45 – 10H20 Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne – IUF)

Conférence plénière : Traces de l’émigration française au Pérou, 1825-1920

10H30 – 10H50 Génesis Portillo Espinoza (Florida International University)

L’émigré français Léon Williez et les débuts de la caricature politique dans le Pérou des années 1850

11H – 11H20 Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)

Types indigènes péruviens dans les photographies de l’explorateur Émile Colpaert

11H30-11H50 Alfonsina Leranoz (Universidad Nacional San Martín – Universidad País Vasco)

La migration basque dans le livre Arte Vasco de Mauricio Flores Kaperotxipi (Buenos Aires, 1954) 

12H – 12H20 Rosmeliz Alva (Université Bordeaux Montaigne)

Sur les traces du peintre Ricardo Grau (Bordeaux, 1907 ; Lima, 1970)

12H30 Pause Déjeuner

Atelier 2 : Migrations et représentations

Modératrice: Maylis Santa-Cruz (Université Bordeaux Montaigne -AMERIBER)

14H30 – 15H05 Bernard Lavallé (Université Paris Sorbonne Nouvelle)

Conférence plénière : André Cazaux l’Indien béarnais, ou l’émigration de l’histoire à la littérature

15H15 – 15H35 Carmela Maltone (Université Bordeaux Montaigne)

Sur les traces des émigrés italiens au Brésil et en Argentine

15H45 -16H05 Maryse Esterle (Université d’Artois – Les Béarnais de Paris)

Émigration et immigrés, regards croisés en Béarn

16H 15 Pause Café

16H30 – 16H50 Lara Glaucia Muniz Proença (Université Fédérale du Minas Gerais) 

De « ouvrons les portes » à « em casa, no brasil » : regards contemporains sur la migration

17H – 17H20 Marluza Da Rosa (Université Fédérale de Santa Maria Brésil)

La construction de la « victime » dans le discours sur les migrations au Brésil

17H30 – 17H50 Marina Cardozo Prieto (Université de la République d’Uruguay)

Exil politique uruguayen et gauche italienne dans le Cône Sud (1973-1985). Idées et pratiques politiques en dialogue

VENDREDI 14 FÉVRIER – Maison de la Recherche – Salle des thèses

Atelier 3 : Représentations médiatiques des migrations

Modératrice : Anne Beyaert-Geslin (Université Bordeaux Montaigne, MICA)

9H45 – 10H20 Sémir Badir (Université de Liège)

Conférence plénière : Migration : du mot au concept politique. Un parcours sémiotique

10H30 – 10H50 Claire Courtecuisse (Université de Grenoble Alpes)

La présence des migrants dans les espaces ruraux en France : Une inversion des représentations sociales par les médias ?

11H – 11H20 Maxime Fabre (Université Bordeaux Montaigne)

Traces du passage : le « phénomène migratoire » au prisme de la photographie de presse

11H30 – 11H50 Laura Ascone (Université de Lorraine)

Immigration et internet : comment les Français et les Italiens réagissent sur YouTube

12H – 12H20 Valériane Mistiaen (Université Libre de Bruxelles)

Modalités discursives sur l’immigration à la télévision belge

12H30 Conclusions

Le colloque international « Migrations : traces, inscriptions et textualités » organisé sur le domaine universitaire de Pessac, à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et à la Maison de la Recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, dans le cadre des activités de l’Équipe d’Accueil AMERIBER, est l’occasion d’échanges interdisciplinaires et interuniversitaires entre linguistes, sémioticiens, sociologues, politistes, historiens de l’art, historiens du droit,  spécialistes des aires culturelles latino-américaines et européennes. Les  chercheurs communicants à Bordeaux (dont sept scientifiques venus d’Argentine, de Belgique, du Brésil, d’Espagne, des États-Unis et d’Uruguay) tissent des liens entre les différentes modalités d’expression et de réception d’un concept politiquement et médiatiquement omniprésent dans le débat public européen et latino-américain. Les participants présents à l’Université Bordeaux Montaigne pour les deux journées du jeudi 13 et vendredi 14 février 2020 explorent les différentes perspectives et les sources multiples contribuant à la polysémie des mots : « migration », « migrant », « émigré » à partir du XIXe siècle qui fut le siècle de la Grande Émigration Européenne aujourd’hui oubliée, jusqu’au Temps Présent marqué par le rejet de l’immigration dans l’hémisphère Nord.

Les contributeurs analysent des cas de parcours migratoires, de migrations retour, des « textualités » des migrations : notes éparses, correspondances familiales, carnets de voyage, presse binationale, dessins, photos, reportages… qui habillent, transfigurent ou déshumanisent les migrations, autant d’inscriptions et de représentations susceptibles de guider les trajectoires des candidats à l’émigration du XXIe siècle.  

Au-delà du constat d’une cristallisation de ce sujet dans le débat public, les deux journées interdisciplinaires de février 2020 permettent un débat contextualisé sur le passé et le présent des migrations internationales dans un cadre à la fois européen et transatlantique, en interrogeant les traces et les représentations des migrations de façon à répondre aux questions posées en préliminaire:

  • Quels sont les apports de la recherche sur l’histoire de l’émigration de la Nouvelle-Aquitaine en Amérique Latine ?
  • Comment les préconçus sur les migrants traversent-ils les médias?
  • Est-il possible d’envisager une sémiotique des migrations à partir des données textuelles et iconographiques ?
Mise en avant

Archives et migrations en Amérique latine (1815-1939)

La première journée nationale du projet EMILA soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine avait pour intitulé « Archives et migrations en Amérique latine (1815-1939) ». Ce rendez-vous a été l’occasion d’échanges fructueux samedi 12 octobre entre les intervenants et le public, réunis aux Archives Nationales grâce à la coordination assurée par Pascal Riviale (AN) et Isabelle Tauzin (UBM).

Pascal Riviale (Archives Nationales de France) a ouvert les débats avec une communication présentant un « Panorama des sources disponibles pour documenter l’histoire de la présence française au Pérou » pour documenter l’histoire de la présence française au Pérou au XIXe siècle.

Si les principales sources d’archives sont d’origine publique (registres d’immatriculation et d’état civil du consulat de France à Lima et registres d’état civil du vice-consulat au Callao ; tableaux de recensements péruviens ; actes notariés dans les archives nationales péruviennes et françaises ou dans les archives des Affaires étrangères), les archives privées, quand elles sont accessibles, peuvent être d’une aide précieuse. Ces archives permettent non seulement de dresser un portrait général de cette communauté française du Pérou (estimation numérique, principales origines géographiques, activités professionnelles), mais aussi d’identifier les relations professionnelles, économiques ou amicales nouées entre compatriotes. Enfin, ces sources donnent aussi à voir les relations entretenues par ces expatriés entre eux et leurs familles ou connaissances demeurées en France.

Registre des immatriculations au consulat de France à Lima (1883-1894). Archives du consulat de France à Lima Création de la société Girardot-Cernesson à Lima (1851). Archives nationales (France), ET/XL/300

Christian Rigaud et Eric Polti se sont rejoints sur le même sujet de recherche, les traces d’un émigrant français au Pérou et ancêtre commun: Sylvain Cavalié, natif du Lot et parti au Pérou avec sa sœur modiste au milieu du XIXe siècle. Christian Rigaud a entrepris de réaliser un documentaire et consulté les archives des nombreuses associations péruviennes (Bomba Francia, société de tir) ainsi que dans le fonds Courret de la Bibliothèque Nationale du Pérou.

Beñat Çuburu (UPV-UBM) a exposé ses recherches sur « la Première Guerre Mondiale et ses effets sur l’émigration dans la commune basque d’Hasparren: l’apport des archives locales ». La commune basque d’Hasparren fut marquée par une longue tradition migratoire jusqu’au milieu du XXe siècle. Près de trois mille tanneurs, cordonniers et agriculteurs sont partis pour l’Espagne et l’Amérique, s’insérant dans de véritables réseaux professionnels spécialisés. La thèse en préparation s’appuie parmi de nombreuses autres sources sur les tableaux de recensement pour le service militaire et les registres matricules afin d’analyser le parcours migratoire des émigrants mobilisés et leur attitude avant et pendant le conflit.

Un groupe d’émigrés basques au Mexique mobilisés en 14-18

La communication d’Óscar Álvarez Gila a synthétisé les divers travaux de conservation et de numérisation d’études et de sources sur l’émigration basque en Amérique. Ces tâches ont commencé dès les années 1990 en prévision de la célébration du 5e centenaire en 1992, et ont abouti à la récente création des Archives de la diaspora basque (octobre 2019). L’historien de l’université du Pays Basque (UPV-Vitoria) offre un panorama des ressources numériques disponibles sur Internet, qui sont utilisées pour étudier les communautés basques issues des processus migratoires qui ont eu lieu aux XIXe et XXe siècles, principalement vers les Amériques.

Carlos Estela (doctorant de l’université Bordeaux Montaigne) a présenté les nouvelles sources qui vont lui permettre d’orienter ses recherches sur les photographes Achille et Eugène Courret, revenus en France après avoir été les propriétaires des studios de photographie les plus renommés du Pérou.

La communication « Nouvelles sources sur les photographes Achille et Eugène Courret » visait à présenter le travail de cette famille de photographes migrants et son implication dans la construction de l’iconographie du Pérou républicain et, par conséquent, dans l’étude historiographique du XIXe siècle. C’était aussi l’occasion de partager de nouvelles découvertes en consultant diverses sources provenant d’archives régionales ou de collections personnelles.

Maryse Esterle, venue en compagnie de membres de l’association « Les Béarnais de Paris» évoque Le chemin des retrouvailles : à la recherche des cousins d’Argentine, le cas de la famille Aragüés-Puyou». Elle mène une longue recherche généalogique qui l’a conduite à plusieurs reprises en Argentine sur les traces des familles Aragüés et Puyó (ses arrière-grands-parents maternels) qui avaient d’abord quitté l’Aragon pour le Béarn. Fin XIXe XXe siècle : leurs enfants, six Puyou (le grand-père maternel, son frère et ses sœurs) et trois Aragüés (les sœurs de la grand-mère) partent pour l’Argentine.

Les deux hommes reviennent en France et les sept femmes restent en Argentine. Les contacts se perdent à la fin des années 1930, mais leur souvenir perdure. La recherche répond à deux objectifs : reconstituer leurs parcours et retrouver leurs descendants. Elle s’appuie sur des archives familiales (lettres, photos) et de nombreuses consultations d’archives en France, en Espagne et en Argentine : archives publiques (Archivo intermedio à Buenos Aires, Archives diplomatiques de Nantes, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de Gironde) ou religieuses (diocèse de Jaca, paroisse d’Oloron-Sainte-Marie). Les archives forment un réseau, chacune dans sa spécificité apportant des documents qui ont permis à Maryse Esterle de découvrir et de comprendre des épisodes de la vie de plusieurs sœurs Aragüés et Puyou (et d’un frère Puyou) et de retrouver certains de leurs descendants.

Bernard Lavallé (professeur émérite de l’université Paris Sorbonne Nouvelle), initiateur des recherches sur l’histoire de l’émigration d’Aquitains vers l’Amérique latine, et auteur d’ouvrages spécialisés sur l’émigration à Cuba et au Chili, rappelle dans quelles conditions étaient délivrées les passeports, au départ de Bordeaux ou dans le département d’origine du migrant. Les demandes de passeports conservées dans les Archives départementales sont une source bien connue des travaux sur l’émigration vers l’Amérique latine. Cette communication s’est attachée à montrer qu’au-delà d’aspects purement comptables de la masse globale des flux cette source est aussi utile sur bien d’autres plans comme ceux des émigrations familiales ou en chaîne, des liens pouvant exister entre les migrants, de leur niveau culturel, de leur situation sociale et de leur niveau économique mais aussi de la question peu étudiée du départ en Amérique après une première migration régionale française vers les ports d’embarquement

Suivant la piste suggérée par Bernard Lavallé, Isabelle Tauzin-Castellanos (IUF-Université Bordeaux Montaigne), s’est intéressé aux archives des agences d’émigration.

La consultation des dossiers des agences d’émigration bordelaises et bayonnaises conservés aux Archives Nationales permet d’entrer dans le détail de cette activité qui représentait «un mouvement d’affaires considérable» selon les termes de Caroline Gau-Cabée (2015). Au-delà des statistiques, à partir des incidents qui sont remontés jusqu’au ministère de l’Intérieur, Isabelle Tauzin a cerné l’histoire de cette étape primordiale dans le parcours des migrants transportés en Amérique du sud depuis la France du Sud-Ouest, l’essor des agences soumises au décret impérial de 1855, puis à partir de 1861, l’activité ciblée de Mortier et d’Appeça, ainsi que les risques du métier d’agents d’émigration.

Affiche d’une agence d’émigration présentée par P. Riviale.  Agence Depas de Bordeaux-Archives Nnationales.

Carmela Maltone

Maîtresse de conférences en histoire politique et sociale de l’Italie contemporaine à Bordeaux, Carmela Maltone a consacré une partie de ses recherches et publications à l’immigration italienne en France dans la période d’entre-deux-guerres. Elle a étudié ce phénomène dans ses composantes économique et politique. Dans sa reconstruction historique elle fait une large place aux témoignages, aux représentations sociales des immigrés italiens via la presse et la correspondance. Sans jamais délaisser ce sujet, elle a ensuite écrit sur l’exil des antifascistes, leur participation à la Résistance française et à la guerre d’Espagne au sein des Brigades Internationales. Les chemins de ces immigrés l’ont amenée à s’intéresser à l’émigration italienne en Amérique du Sud.

 

Ronald Soto-Quiros

Costaricien et Français. Maître de conférences en Études Ibériques et Ibéro-américaines à l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) de l’Université de Bordeaux, il enseigne les civilisations et les langues de l’Espagne et de l’Amérique latine. Co-chargé des relations internationales avec les pays hispaniques. Chercheur du centre Recherches Américanistes de l’équipe d’accueil AMERIBER EA 3656, ses thèmes de recherches portent notamment sur l’histoire de l’Amérique centrale du XIXau XXIe. Co-coordinateur du programme de recherche interuniversitaire et internationale sur la récupération de la mémoire historique des migrations chinoises au Costa Rica (PREMEHCHI) en collaboration avec l’Institut Confucius de l’Université du Costa Rica et l’UNED (Costa Rica). Membre du Réseau européen de recherche sur l’Amérique centrale (RedISCA), de la Société d’Hispanistes Français (SHF), de LASA (Latin American Studies Association), de l’Association des Historiens Latino-américanistes Européens (AHILA) et du programme de recherche universitaire à Bordeaux sur la Caraïbe : Horizons Caribéens.

Contributeur du projet EMILA pour l’Amérique Centrale.

Valérie Joubert Anghel

Valérie Joubert Anghel est Maître de Conférences à l’Université  Bordeaux Montaigne depuis 1998. C’est une  hispaniste française, docteure et agrégée d’Espagnol, qui consacre ses recherches aux thématiques liées à la civilisation hispano-américaine contemporaine et à l’étude de l’image et des arts. Elle contribue au projet scientifique EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine et oriente ses recherches sur le Chili.

Isabelle Tauzin-Castellanos

Isabelle Tauzin-Castellanos est professeure des universités, habilitée à dirigée des recherches doctorales sur l’Amérique latine à l’université  Bordeaux Montaigne depuis 1999. C’est une  hispaniste française, membre senior de l’Institut Universitaire de France (2016), membre correspondant de l’Académie Péruvienne, docteure et agrégée d’espagnol, mastère de français langue étrangère, ancienne élève de l’École Normale Supérieure  (Sèvres-Ulm, 1981). Elle coordonne le projet scientifique EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine et oriente les recherches sur l’histoire et les représentations des migrations françaises  en Amérique Latine.

Son activité de recherche est consultable en ligne.

Année 2019

Jeudi 7 novembre 16h -18h : Réunion interne. UBM. Salle L01.

Lundi 14 octobre 16h 30-18h : Conférence Ricardo Sumalavia (PUCP): Le Pérou,  l’émigration chinoise et Manuel Gonzalez Prada. UBM. Amphi Lefèvre.

24 juin, 14h-17h : Réunion interuniversitaire. Communication : Parcours migratoires franco-mexicains. UBM. Salle Jean Loiseau.

15 avril 2019 : Réunion interne. Compte rendu du colloque México Francia Paris – Sorbonne

Lundi 25 mars, 10h 30 : Conférence Marcelino Irianni (UNLP-UNICEN) : Histoire de l’émigration des Basques en Argentine (1840-1920). UFR Langues. Amphi 1.

Jeudi 24 janvier, 14h-17h. Réunion interuniversitaire. MSHA. Salle 3.

Un historien de l’émigration basque: Óscar Álvarez Gila

Óscar Álvarez Gila es doctor en Historia en la Universidad del País Vasco, en la que actualmente ejerce como profesor de Historia de América. Su campo de investigación se centra, sobre todo, en el estudio de las migraciones internacionales durante los siglos XIX y XX, con especial atención al caso de la emigración desde el País Vasco a Francia, Argentina, Uruguay, Brasil y Cuba. Esta línea de trabajo le ha permitido estudiar asimismo los vínculos entre religión y emigración, la institucionalización de las comunidades de emigrantes, así como la cultura y la construcción de identidades en las comunidades en diáspora. También ha trabajado en proyectos y colaboradores de investigación interdisciplinar, sobre temas vinculados con las migraciones y el cambio climático, o más recientemente, en temas de vinculación entre genética e historia.

Articles récents: 
Les  transformations de la société basque depuis l'exil face à la conjoncture de 1986
La quête de la liberté. Réflexions sur l'émigration depuis l'exil 1936-1975

Emigration béarnaise en Argentine

Maryse Esterle

Maryse Esterle est sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’Université d’Artois. L’émigration de ses arrière-grands-parents espagnols vers la France et celle de leurs enfants vers l’Argentine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle l’ont incitée à reconstituer leurs parcours et à rechercher leurs descendants. Membre de plusieurs associations de descendants d’émigrés pyrénéens, elle a publié une nouvelle s’inspirant de la vie de l’une de ses grands-tantes : « À l’origine » (Nouvelles du Rio de la Plata, association Bearn-Argentina, 2017). Elle contribue au projet en centrant ses recherches sur l’Argentine, le Béarn et l’Aragon.

Le voyage d’Ignacio

Dans le courant du XIXsiècle, les échanges entre les deux versants de Pyrénées étaient nombreux : commerce légal ou contrebande, transhumance, travail saisonnier dans les fermes ou les manufactures de sandales, de bérets ou de tissage. Les Pyrénées étaient plus une terre de passage et d’échanges qu’une frontière à proprement parler. Des liens durables se sont créés entre des populations proches par la langue, les mœurs et les traditions, ce qui n’excluait pas des conflits récurrents. De nombreux Espagnols se sont établis en Béarn, comme en témoignent les patronymes et les prénoms sur les registres de l‘état civil. Ces échanges et relations sont toujours vivants aujourd’hui.

Les trois billets du blog de Maryse Esterle retracent le chemin que suivait son arrière-grand-père, Ignacio Aragüés Petriz, dans le troisième tiers du XIXe siècle, entre Gurs (Béarn) et Urdués (Aragon), deux fois l’an, dans un sens et dans l’autre, avant de s’installer avec sa famille à Oloron-Sainte-Marie. 

Cette première migration de l’Espagne vers la France fut suivie pour la génération de ses grands-parents par une deuxième migration de France vers l’Argentine. Avec plusieurs membres de sa famille, elle a refait ce trajet au début de l’été 2019, à la recherche de la présence aragonaise à Buenos Aires. Un sujet qui a suscité une publication pour les 90 ans du Cercle aragonais de Buenos Aires (p. 13-20)