Mise en avant

Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020

Bordeaux-Montaigne, 1, 2 y 3 de julio de 2020

Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020.
 
Las líneas de investigación del Congreso Internacional Migraciones e Independencias: dos siglos de testimonios y representaciones entre México, Centroamérica, España y Francia, 1820-2020 organizado los días 1, 2 y 3 de julio de 2020, en el Auditorio Renouard de la université Bordeaux Montaigne tratarán de las trayectorias migratorias, las experiencias viajeras y las estadías entre México, Centroamérica, España y Francia, a lo largo de dos siglos, desde 1820 hasta la actualidad.

Mapas de acceso en el sitio web de la université Bordeaux Montaigne
 
Le colloque international Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020 organisé à l’Amphi Renouard de l’université Bordeaux Montaigne, portera sur les parcours migratoires, les expériences de voyage et les séjours entre le Mexique et l’Amérique centrale et d’autre part, l’Espagne ou la France, tout au long des deux siècles depuis les indépendances jusqu’à nos jours.

Plus d’informations…

Mise en avant

Archives et migrations en Amérique latine (1815-1939)

La première journée nationale du projet EMILA soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine avait pour intitulé « Archives et migrations en Amérique latine (1815-1939) ». Ce rendez-vous a été l’occasion d’échanges fructueux samedi 12 octobre entre les intervenants et le public, réunis aux Archives Nationales grâce à la coordination assurée par Pascal Riviale (AN) et Isabelle Tauzin (UBM).

Pascal Riviale (Archives Nationales de France) a ouvert les débats avec une communication présentant un « Panorama des sources disponibles pour documenter l’histoire de la présence française au Pérou » pour documenter l’histoire de la présence française au Pérou au XIXe siècle.

Si les principales sources d’archives sont d’origine publique (registres d’immatriculation et d’état civil du consulat de France à Lima et registres d’état civil du vice-consulat au Callao ; tableaux de recensements péruviens ; actes notariés dans les archives nationales péruviennes et françaises ou dans les archives des Affaires étrangères), les archives privées, quand elles sont accessibles, peuvent être d’une aide précieuse. Ces archives permettent non seulement de dresser un portrait général de cette communauté française du Pérou (estimation numérique, principales origines géographiques, activités professionnelles), mais aussi d’identifier les relations professionnelles, économiques ou amicales nouées entre compatriotes. Enfin, ces sources donnent aussi à voir les relations entretenues par ces expatriés entre eux et leurs familles ou connaissances demeurées en France.

Registre des immatriculations au consulat de France à Lima (1883-1894). Archives du consulat de France à Lima Création de la société Girardot-Cernesson à Lima (1851). Archives nationales (France), ET/XL/300

Christian Rigaud et Eric Polti se sont rejoints sur le même sujet de recherche, les traces d’un émigrant français au Pérou et ancêtre commun: Sylvain Cavalié, natif du Lot et parti au Pérou avec sa sœur modiste au milieu du XIXe siècle. Christian Rigaud a entrepris de réaliser un documentaire et consulté les archives des nombreuses associations péruviennes (Bomba Francia, société de tir) ainsi que dans le fonds Courret de la Bibliothèque Nationale du Pérou.

Beñat Çuburu (UPV-UBM) a exposé ses recherches sur « la Première Guerre Mondiale et ses effets sur l’émigration dans la commune basque d’Hasparren: l’apport des archives locales ». La commune basque d’Hasparren fut marquée par une longue tradition migratoire jusqu’au milieu du XXe siècle. Près de trois mille tanneurs, cordonniers et agriculteurs sont partis pour l’Espagne et l’Amérique, s’insérant dans de véritables réseaux professionnels spécialisés. La thèse en préparation s’appuie parmi de nombreuses autres sources sur les tableaux de recensement pour le service militaire et les registres matricules afin d’analyser le parcours migratoire des émigrants mobilisés et leur attitude avant et pendant le conflit.

Un groupe d’émigrés basques au Mexique mobilisés en 14-18

La communication d’Óscar Álvarez Gila a synthétisé les divers travaux de conservation et de numérisation d’études et de sources sur l’émigration basque en Amérique. Ces tâches ont commencé dès les années 1990 en prévision de la célébration du 5e centenaire en 1992, et ont abouti à la récente création des Archives de la diaspora basque (octobre 2019). L’historien de l’université du Pays Basque (UPV-Vitoria) offre un panorama des ressources numériques disponibles sur Internet, qui sont utilisées pour étudier les communautés basques issues des processus migratoires qui ont eu lieu aux XIXe et XXe siècles, principalement vers les Amériques.

Carlos Estela (doctorant de l’université Bordeaux Montaigne) a présenté les nouvelles sources qui vont lui permettre d’orienter ses recherches sur les photographes Achille et Eugène Courret, revenus en France après avoir été les propriétaires des studios de photographie les plus renommés du Pérou.

La communication « Nouvelles sources sur les photographes Achille et Eugène Courret » visait à présenter le travail de cette famille de photographes migrants et son implication dans la construction de l’iconographie du Pérou républicain et, par conséquent, dans l’étude historiographique du XIXe siècle. C’était aussi l’occasion de partager de nouvelles découvertes en consultant diverses sources provenant d’archives régionales ou de collections personnelles.

Maryse Esterle, venue en compagnie de membres de l’association « Les Béarnais de Paris» évoque Le chemin des retrouvailles : à la recherche des cousins d’Argentine, le cas de la famille Aragüés-Puyou». Elle mène une longue recherche généalogique qui l’a conduite à plusieurs reprises en Argentine sur les traces des familles Aragüés et Puyó (ses arrière-grands-parents maternels) qui avaient d’abord quitté l’Aragon pour le Béarn. Fin XIXe XXe siècle : leurs enfants, six Puyou (le grand-père maternel, son frère et ses sœurs) et trois Aragüés (les sœurs de la grand-mère) partent pour l’Argentine.

Les deux hommes reviennent en France et les sept femmes restent en Argentine. Les contacts se perdent à la fin des années 1930, mais leur souvenir perdure. La recherche répond à deux objectifs : reconstituer leurs parcours et retrouver leurs descendants. Elle s’appuie sur des archives familiales (lettres, photos) et de nombreuses consultations d’archives en France, en Espagne et en Argentine : archives publiques (Archivo intermedio à Buenos Aires, Archives diplomatiques de Nantes, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de Gironde) ou religieuses (diocèse de Jaca, paroisse d’Oloron-Sainte-Marie). Les archives forment un réseau, chacune dans sa spécificité apportant des documents qui ont permis à Maryse Esterle de découvrir et de comprendre des épisodes de la vie de plusieurs sœurs Aragüés et Puyou (et d’un frère Puyou) et de retrouver certains de leurs descendants.

Bernard Lavallé (professeur émérite de l’université Paris Sorbonne Nouvelle), initiateur des recherches sur l’histoire de l’émigration d’Aquitains vers l’Amérique latine, et auteur d’ouvrages spécialisés sur l’émigration à Cuba et au Chili, rappelle dans quelles conditions étaient délivrées les passeports, au départ de Bordeaux ou dans le département d’origine du migrant. Les demandes de passeports conservées dans les Archives départementales sont une source bien connue des travaux sur l’émigration vers l’Amérique latine. Cette communication s’est attachée à montrer qu’au-delà d’aspects purement comptables de la masse globale des flux cette source est aussi utile sur bien d’autres plans comme ceux des émigrations familiales ou en chaîne, des liens pouvant exister entre les migrants, de leur niveau culturel, de leur situation sociale et de leur niveau économique mais aussi de la question peu étudiée du départ en Amérique après une première migration régionale française vers les ports d’embarquement

Suivant la piste suggérée par Bernard Lavallé, Isabelle Tauzin-Castellanos (IUF-Université Bordeaux Montaigne), s’est intéressé aux archives des agences d’émigration.

La consultation des dossiers des agences d’émigration bordelaises et bayonnaises conservés aux Archives Nationales permet d’entrer dans le détail de cette activité qui représentait «un mouvement d’affaires considérable» selon les termes de Caroline Gau-Cabée (2015). Au-delà des statistiques, à partir des incidents qui sont remontés jusqu’au ministère de l’Intérieur, Isabelle Tauzin a cerné l’histoire de cette étape primordiale dans le parcours des migrants transportés en Amérique du sud depuis la France du Sud-Ouest, l’essor des agences soumises au décret impérial de 1855, puis à partir de 1861, l’activité ciblée de Mortier et d’Appeça, ainsi que les risques du métier d’agents d’émigration.

Affiche d’une agence d’émigration présentée par P. Riviale.  Agence Depas de Bordeaux-Archives Nnationales.

Gertrudis Gomez de Avellaneda

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c8/FEDERICO_DE_MADRAZO_-Gertrudis_G%C3%B3mez_de_Avellaneda_%28Museo_L%C3%A1zaro_Galdiano%2C_1857%29.jpgGertrudis Gómez de Avellaneda en “Nouvelle-Aquitaine”. Itinerarios de viajes en tierras de Francia.

Autor: Maykel Sánchez Peralta – Master 1 Etudes hispanique et hipano-americaines. Université Bordeaux Montaigne

Gertrudis Gómez de Avellaneda tiene una historia mucho más breve con la región pero de una gran importancia ya que vivió en la ciudad de Bordeaux, unos acontecimientos trágicos que marcaron su existencia.

 Sobre la vida de la Avellaneda durante sus primeros años se sabe muy poco. La principal fuente de información proviene de unas autobiografías que escribió y de trabajos realizados posteriormente por algunos autores que aportan datos y acontecimientos de difícil verificación. Sin embargo, se conoce que nació en Santa María de Puerto Príncipe, en Cuba el 23 de marzo de 1814 y que emigró a Europa en 1836 junto a su familia precisamente por la ciudad de Burdeos, donde realizó una estancia corta para luego continuar viaje hacia España.

A pesar de tener una gran fortuna  y de haber logrado un inmenso reconocimiento en el medio intelectual de la época como escritora y dramaturga fundamentalmente, la vida de Gertrudis estuvo marcada por acontecimientos trágicos desde su juventud. Su padre había fallecido cuando apenas era una niña y sus relaciones con su padrastro no eran buenas. Tuvo una vida amorosa bastante complicada ya que vivió idilios irrealizables, enviudó en dos ocasiones y tuvo una hija que murió muy pequeña.

 Precisamente el episodio que la relaciona con la ciudad de Burdeos es uno de estos tristes acontecimientos que formaron parte de su vida. En 1846 Gertrudis se casa con Pedro Sabatier, un joven político español que ocupaba el cargo de Gobernador Civil de Madrid a quien todo el mundo auguraba una gran carrera pero, el señor Sabatier sufría una enfermedad grave, probablemente un cáncer de laringe por lo que luego del matrimonio decide partir hacia París junto a su esposa y el padre Nicasio Gallegos, gran poeta y amigo de Gertrudis, miembro de la Real Academia de la lengua y quien además había oficiado la ceremonia, para operarse con el famoso médico Trousseau. De regreso de París y viendo que el estado de Sabatier se deterioraba aceleradamente deciden hacer una escala en Burdeos donde en la noche del 1 de agosto finalmente fallece. Posteriormente a estos acontecimientos, la Avellaneda decide quedarse en la región un tiempo y se refugia en el convento La Solitude en Martillac hasta mediados de septiembre cuando regresa a Madrid.

 Durante nuestra investigación hemos podido establecer  la cronología de estos hechos gracias a la prensa española de la época que reflejó tanto el matrimonio como la partida hacia París, una estancia en Bayona durante el viaje de ida, la noticia del fallecimiento del señor Sabatier y el regreso de la Avellaneda a Madrid.

 Gertrudis Gómez de Avellaneda fue una de las escritoras en lengua castellana más importantes del siglo XIX. Incursionó en la poesía,  en la novela, notablemente con Sab, reconocida como la primera novela antiesclavista y con sus obras de teatro que constituían éxitos totales de puesta en escena y aceptación del público. Recibió el homenaje y el reconocimiento de la intelectualidad cubana de la época en su tierra natal, donde fue considerada como poetisa nacional y en España también recibió innumerables reconocimientos aunque creemos oportuno señalar que su petición para ingresar en la Real Academia de la Lengua Española no fue aceptada, a pesar de sus méritos incontestables, debido a su condición de mujer.

 La relación de Gertrudis Gomez de Avellaneda como la de José Maria Heredia, estos dos grandes autores nacidos en Cuba con la región de Nouvelle-Aquitaine, constituye solo un ejemplo de la trayectoria de esos casos de personajes notables que ilustran la inmigración y el intercambio que en ambas direcciones se produjeron como parte del flujo migratorio entre la región y los países de América. Las posibilidades de estudio son indudablemente significativas ya que sobre este tema queda todavía mucho por decir.

Bibliografía

  • Cotarelo Mori, Don Emilio, La Avellaneda y sus obras: Ensayo biográfico y crítico, Tipografía de Archivos, Madrid, 1930.
  • Darricau, Raymond et Peyrus, Bernard, Le père Noailles et l’association de la Sainte Famille. Histoire d’un Charisme.
  • Gómez de Avellaneda, Gertrudis, Autobriografía y otras páginas, Biblioteca clásica de la Real Academia española, Volumen 94, Edición, estudio y notas de Angeles Ezama, Madrid, 2015.
  • Gómez de Avellaneda, Getrudis. Prólogo de Cruz De Fuentes, Lorenzo, La Avellaneda,. (Autobiografía y cartas) Imprenta Helénica, Madrid, 1914.
  • Piñeyro, Enrique, Artículo: Gertrudis Gómez de Avellaneda, Bulletin hispanique, 1904, pp.143-156.
  • Sœurs de la Sainte Famille, Lettres du Serviteur de Dieu Pierre-Bienvenu Noailles, fondateur de l’Association de la Sainte-Famille de Bordeaux, 1846-1860, 4 volumes, Rome, 1979.

 

José Maria Heredia entre Cuba y el suroeste de Francia

José María de Heredia en Nouvelle-Aquitaine.

Itinerario de viajes en tierras de Francia.

por  Maykel Sánchez Peralta – Master 1 Etudes hispanique et hipano-americaines. Université Bordeaux Montaigne

El gran poeta parnasiano José María de Heredia nació en Cuba, en la finca La Fortuna el 22 de noviembre de 1842 pero emigró a Francia en 1851, a los nueve años. Sus padres muy preocupados por su educación lo enviaron con su amigo M. Nicolás Fauvelle para que cursara estudios y aunque se instaló en Senlis mantuvo una estrecha relación con la región de Nouvelle-Aquitaine, lugar a donde emigraría gran parte de su familia. La madre del poeta, doña Louise Girard, había nacido en Santiago de Cuba, hija de colonos franceses que llegaron a la isla luego de la rebelión de esclavos en Haití y su padre don Domingo de Heredia era descendiente de una de las familias españolas más importantes de todas cuantas incursionaron en el nuevo mundo desde los tiempos de la colonización y la conquista.

Durante sus años de estudio el joven Heredia visitó en varias ocasiones a sus familiares en el Béarn, fundamentalmente en Pau y Arthez-des-Béarn, lugares de residencia de sus tías maternas: Sophie Euphemie Girard nacida en Nueva Orleans, quien se había casado en Cuba con Jean Joseph Dufourcq natural de Nantes y doña Helmina Girard quien también había nacido en Nueva Orleans y se había casado con Eugène de Ribeaux, nacido en Pau. Tanto Dufourcq como Ribeaux se habían dedicado al cultivo del café en Cuba y habían hecho fortuna para posteriormente regresar e instalarse definitivamente en Francia.

Terminados sus estudios el joven Heredia parte hacia Cuba donde pretende ingresar en la Universidad de La Habana para estudiar derecho pero problemas burocráticos con su título de bachiller le impiden inscribirse por lo que decide regresar a Francia esta vez en compañía de su madre, quien posteriormente se instala en Saint-George-de-Oléron en el departamento de Charente-Maritime junto a su hija y hermana del poeta Leocadia de Heredia.

 Desde 1861 hasta su muerte en 1905 José María realizó innumerables viajes para visitar a su familia en la actual Nouvelle-Aquitaine, como por ejemplo a sus primas Marie Dufourcq y su esposo Auguste Durand en el château Bougarber cerca de Pau y Mathilde de Ribeaux quien se había casado con Leon de la Terrade y vivía en el departamento de Gers en el Château de Lasserade además de las visitas a sus tíos. En 1862 realizó una estancia breve en Arcachon, lugar que se convertiría posteriormente en un destino de predilección y de residencia de la familia Heredia durante las primeras décadas del siglo XX. En la actualidad esta ciudad posee tres calles con nombres de los miembros de la familia. Se trata de la Allée José María de Heredia, la Rue Gérard d’Houville, seudónimo de Marie de Heredia, su hija y la Rue Henri de Régnier su yerno. También visitaba a su primo Edouard-Jacques de Ribeaux quien había nacido en Santiago de Cuba y llegó a ser fiscal adjunto de la ciudad de Dax y posteriormente fiscal de la ciudad de Bayona. Al poeta también le gustaba visitar el país vasco para pasar sus vacaciones especialmente en la ciudad de Biarritz. Muchas de estas visitas y estancias las hemos podido corroborar a través de su correspondencia, abundantemente conservada.

 José María de Heredia realizó una obra poética notable dentro del grupo de los parnasianos que se sintetiza en su libro Trofeos, también realizó importantes trabajos de traducción y fue elegido para la Academia francesa de la lengua, además ocupó el puesto de director de la biblioteca Arsenal de París, cargo que desempeñó hasta su fallecimiento en 1905, en el Château de Bourdonné, aquejado de una penosa enfermedad. En reconocimiento a la labor de su vida fue condecorado con el grado de Oficial de la legión de honor y sus restos descansan en el cementerio de Ruán. En su tumba puede leerse el siguiente epitafio:

« Mon âme vagabonde à travers le feuillage frémira »

 Véase también sobre   Gertrudis Gómez de Avellaneda

Emigration en Argentine

6e Semaine de l’Amérique latine et de la Caraïbe à Bordeaux

Mardi 26 mai 2020 – 18 :00-20 :00  Bibliothèque Mériadeck – 85 cours du Maréchal Juin  Bordeaux

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier, Agnès Lanusse, Benoît Larradet.   

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation, Benoît Larradet, co-auteur de la musique du film et représentant de l’Association Béarn Argentina, participera à cette reconstruction de l’histoire de l’émigration en Argentine. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

Les frères Paillardelle : de Marseille au Pérou au temps des guerres d’indépendance

 Marie Bourguignon (Université Bordeaux Montaigne – Master Recherche Espagnol)

 Résumé :  Bien qu’ils soient encore méconnus, les frères Paillardelle ont marqué la guerre d’Indépendance du Pérou. De Marseille à Tacna, en passant par Cadix, les rares écrits faisant mention de leur nom nous révèlent certains passages de leur histoire, dont de nombreuses informations restent inconnues ou à confirmer. Cet article prétend compiler des informations biographiques au sujet de la famille Paillardelle dans son sens le plus large pour comprendre leur histoire.

Resumen : Aunque sean todavía muy desconocidos, los hermanos Paillardelle dejaron una huella en las guerras de Independencia del Perú. Desde Marsella hasta Tacna, pasando por Cádiz, los pocos escritos que se refieren a ellos nos revelan ciertos momentos de su historia, en la cual numerosas informaciones quedan desconocidas o por confirmar. Este artículo pretende recopilar informaciones biográficas en torno a la familia Paillardelle en su sentido más amplio para entender su historia.

Notre objet d’étude est centré sur les frères Paillardelle, cependant, nous élargirons notre recherche au père et à la mère, ainsi qu’à d’autres membres de la famille du côté maternel (famille Sagardia). Notre recherche prétend offrir des clés biographiques permettant de connaître mieux la famille Paillardelle et le rôle qu’elle a pu jouer dans l’Histoire. Notre étude se basera sur les archives ainsi que la bibliographie française, péruvienne et espagnole. Le but étant de donner une vision d’ensemble de la bibliographie et des archives touchant à la famille Paillardelle présentes à ce jour.

 Les frères Paillardelle : de la France au Pérou

 Enrique Paillardelle est né à Marseille en 1785 et mort à Buenos Aires le 2 mai 1815. Il entra dans la marine révolutionnaire en 1796 où il fut sous-lieutenant. En 1803, il adopta la nationalité espagnole. Après avoir déménagé d’abord à Cadix, les trois frères Paillardelle se dirigèrent par la suite vers le Pérou pour bénéficier de leur héritage maternel.

Arrivé au Pérou, Enrique Paillardelle intégra les cercles politiques opposés à l’Inquisition et se montra en faveur des idées de Rousseau. Il était un militaire cultivé et engagé, on remarque son opposition à l’Inquisition déjà en 1803, année durant laquelle il se trouvait en Espagne. Par ailleurs, il eut une influence sur son ami Manuel Lorenzo de Vidaurre sur les plans littéraire et idéologique.

Un des évènements les plus importants de sa carrière militaire au Pérou se passe en 1813. Dans le contexte politique et militaire de guerre d’Indépendance, Enrique Paillardelle se rangea aux côtés de l’armée de Belgrano dans le Haut-Pérou. Il organisa une insurrection importante dans la ville de Tacna. En octobre de la même année, il attaqua la ville, accompagné de 400 hommes. Il dit lors d’une proclamation : «El pueblo de Tacna ha aclamado su libertad e independencia y que jamás sean hollados por tiranos». De nos jours, nous pouvons trouver une statue d’Enrique Paillardelle à Tacna, ainsi qu’une école qui porte le nom de Colegio IE Enrique Paillardelle dans la même ville. Même si Enrique a été vaincu par les troupes du colonel Garcia de Santiago le 31 octobre 1813, il laissa une trace importante dans la ville de Tacna jusqu’à aujourd’hui.

Ce personnage historique a joué un rôle conséquent dans l’Histoire du Pérou notamment grâce à son plan général d’Indépendance de l’Amérique du sud ; plan qui offrait une stratégie d’attaque du Pérou par un chemin nouveau, passant par Valparaiso. Selon Patrick Puigmal, le plan Paillardelle proposé en août 1814 aurait inspiré San Martín, même s’il ne fut pas appliqué.

En avril 1814, Enrique Paillardelle participa au siège de Montevideo aux côtés du général Alvear. Il le suivit jusqu’en 1815, année durant laquelle il fut emprisonné suite à la chute d’Alvear. Il fut jugé et condamné à mort le 2 mai 1815.

Antonio Paillardelle est né à Marseille. Comme ses deux frères, il fait carrière dans l’armée révolutionnaire française jusqu’en 1804 ; puis, il se dirige vers le Pérou et l’Argentine où il combat en faveur de l’Indépendance. Premièrement sous les ordres de Manuel Belgrano lors de l’insurrection de Tacna dans le Haut-Pérou, puis du général José de San Martín dans l’armée des Provinces Unies du Río de la Plata. Enfin, il passe aux côtés du général Alvear lors des campagnes de Montevideo.

Contrairement à ses frères, il parvint à s’échapper au Brésil quand Alvear fut condamné à l’exil en 1815. Au Brésil, Antonio Paillardelle fut commerçant et demanda sa naturalisation comme citoyen brésilien, avant de retourner en France, dans sa ville d’origine.

Juan Francisco est né à Marseille en 1781 et est mort à Lima en 1858. Il opta pour une carrière militaire et combattit en Argentine et au Pérou lors des Indépendances comme ses frères Enrique et Antonio.

L’hémérothèque du quotidien El Comercio, à Lima, conserve actuellement l’article intitulé « Funerales del Benemérito Sr. Coronel D. Juan Francisco Paillardelle » datant du 15 août 1858. Il aborde les funérailles de Juan Francisco qui eurent lieu le vendredi 6 août 1858.

Nous y retrouvons un discours d’Antonio Paredes, dans lequel il fait appel au devoir de mémoire face à ceux, comme Juan Francisco Paillardelle, qui se sont battus pour l’Indépendance du Pérou. S’ensuit un discours de D. J. Antonio Alrarado rendant également hommage à la mémoire de Juan Francisco et dans lequel nous pouvons lire :

“Señores,

Aquí tenéis presentes los restos mortales de uno de los primeros colaboradores de nuestra Independencia, el ilustre y benemérito Coronel D. Juan Francisco Paillardelle, nacido en la grande y culta Francia por el siglo pasado, después de recibir una esmerada educación, abrazó la carrera de las armas, llegando a alcanzar por sus servicios la clase de Teniente Coronel. El esclarecimiento de algunos derechos e intereses de familia lo trajeron al Perú. En circunstancias de que ya empezaba a resonar en algunos de sus ángulos la mágica y encantadora voz de libertad e Independencia.  […]”

 Cet article confirme certaines informations sur la vie de Juan Francisco Paillardelle. Il montre d’une part l’importance qu’il eut dans la lutte pour l’Indépendance du Pérou ; il nous apprend aussi qu’il fut promu au grade de lieutenant-colonel.

 Paillardelle et Sagardia : origines

 Père des trois frères, José Marie Philippe Paillardelle est né à Marseille ; il commença sa carrière comme employé au bureau des Classes de la Marine à Marseille puis à Toulon. Il devint ensuite commissaire civil révolutionnaire dans l’armée révolutionnaire parisienne et membre adjoint de la commission temporaire de Lyon. Plusieurs documents montrent qu’il fut orateur d’une députation des Jacobins dans le contexte historique et politique de la Révolution française. Notamment durant l’admission à la barre de la députation des membres de la société des Amis de la liberté et de l’égalité. Ainsi, il prit part à la vie politique et militaire en France. José Marie Philippe Paillardelle se maria avec María Sagardia y Palencia, une Espagnole vivant à Cadix, où il travailla en tant que commerçant.

María Sagardia, mère des trois frères Paillardelle, est aussi connue sous le nom d’Eustaquia Sagardia.

María Sagardia, était une riche Espagnole, née au Pérou. Elle vécut à Cadix avant de s’installer en France. Après la mort de son époux, elle se rendit à Lima accompagnée de ses trois fils, comme le souligne la lettre suivante :

Doña María Sagardia vecina de la ciudad de Cadix se ha hecho presente la demora y atraso que padece el pleito que tiene pendiente en la ciudad de Lima, tocante aquel se la ponga en posesión del vínculo que la corresponde por fallecimiento, en aquella capital, de su padre Don Antonio Sagardia […]”

Don Antonio Sagardia, mentionné dans la lettre ci-dessus, était le père de María Sagardia. Il est né à Charcas dans l’actuelle Bolivie, il se maria avec Vicenta García, originaire de Séville.

Le nom d’Antonio Sagardia y Villavicencio apparaît dans le livre de Lohmann Villena Guillermo, lequel évoque le passage du personnage à Arequipa, au Pérou, durant quinze mois, accompagné par son père dont le nom et la profession sont également cités.

Son père, Francisco Sagardia y Palencia est né à Lima en 1693 et mort en 1759.  L’arrière-grand-père des trois frères Paillardelle fut magistrat royal surnuméraire de Charcas, magistrat royal de Charcas et magistrat royal surnuméraire de Lima. Il reçut en 1735 les « honores de consejero de Indias », prix reçu par ceux qui avaient réussi à faire carrière et obtenir un poste important en Amérique.

Son père, Martín de Sagardia, originaire de Navarre, fut maire d’Arequipa en 1712 ; et sa mère, originaire de Lima, laissa un héritage important à son fils, qui lui permit de faire des études. En 1704, Francisco entra au Collège Jésuite de San Martín à Lima, il effectua ensuite une Licence et un Doctorat en « Leyes y Cánones » à l’Université de San Marcos. Il fut avocat puis obtint le poste de magistrat royal surnuméraire de Charcas en 1712.

Il reçut de nombreux privilèges dus à son poste important. Francisco de Sagardia y Palencia laissa une trace très positive du travail qu’il fournit auprès de la couronne espagnole en Amérique. En effet, il parvint à être conseiller du vice-roi Diego Morcillo. Francisco de Sagardia y Palencia fut aussi censeur au service de la couronne espagnole.

***

Notre recherche, consistant dans un premier temps à comprendre qui étaient les frères Paillardelle et ce qui les a poussés à migrer vers le Pérou, nous a amené jusqu’à de nouvelles questions. En effet, nous avons pu remonter l’arbre généalogique de cette famille, notamment du côté maternel, ce qui nous a permis de faire le constat d’une première migration de l’Espagne vers le Pérou. Les nombreux voyages effectués par les membres de la famille Sagardia nous permettent de retracer leur histoire et de mesurer l’importance de leur statut social. Les frères Paillardelle étaient les descendants d’une famille riche ayant des biens au Pérou, ce qui leur a permis de voyager vers l’Amérique. Mais ils furent aussi héritiers d’une bonne éducation et d’une culture, grâce à leur statut social élevé. Se plaçant en faveur de l’Indépendance ils participèrent à la vie militaire, principalement au Pérou mais aussi en Argentine, et ainsi, ils marquèrent l’Histoire à travers leur voyage et leur engagement politique.

Bibliographie

Aguilar Pinal Francisco, Bibliografía de autores españoles del siglo XVIII, Vol. 5, 1881 Editorial CSIC – CSIC Press, 1981.

Arzans de Orsua y Vela Bartolomé, Relatos de la villa imperial de Potosí: antología, Plural editores, 2000

Burgos Guillermo, Gobernar las Indias, Venalidad y méritos en la provisión de cargos, Universidad Almería, 4 mars 2015

Burkholder Mark, Francisco Sagardia y Palencia, Real Academia de la Historia

Camogli Pablo, Contame una historia: Relatos sobra la Revolución y la Independencia, Penguin Random House Grupo Editorial Argentina, 2014

Camogli Pablo, Nueva historia del cruce de los Andes, Penguin Random House Grupo Editorial Argentina, 2015

Fernández García Matías, Parroquias madrileñas de San Martin y San Pedro el Real, Caparrós editores, 2004

Galasso Norberto, Seamos libres y lo demás no importa nada: vida de San Martín, Ediciones Colihue SRL, 2000

Garmendia Arruebarrena José, Diccionario biográfico vasco, 1989,

Lohmann Villena Guillermo, Los americanos en las ordenes nobiliarias, Vol 2, Editorial CSIC – CSIC Press, 1993

Lohmann Villena Guillermo, Manuel Lorenzo de Vidaurre y la Inquisición de Lima, 1950,

Parras Pedro José, Gobierno de los Regulares de la América, Ibarra, 1783

Puigmal Patrick, Diccionario biográfico y prosopografico de los militares napoleónicos durante las campanas de la Independencia de Argentina, Chile y Perú (1810-1830), Ed. Dibam, 2013.

Rosas Lauro Claudia, Del trono a la guillotina, el impacto de la Revolución Francesa en el Perú (1789-1808), Institut français d’études andines, Embajada de Francia en el Perú, Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú, 2006

Tamayo Augusto, Segunda Rebelión en Tacna de 1813 Enrique Paillardelle, documentaire publié par Instituto Nacional Belgraniano, 2014

Revues et documents d’archives

Hémérothèque El Comercio, Lima, Pérou, “Funerales del benemérito sr coronel D. Juan Francisco Paillardelle”, dimanche 15 août 1858.

Revue d’histoire moderne et contemporaine / Société d’histoire moderne, Société d’histoire moderne et contemporaine (France), Bibliothèque nationale de France, département Collections numérisées, 2008-117877, 1959,

Prieur (de la Marne), Bourdon (de l’Oise) François-Louis. Admission à la barre de la députation des membres de la société des Amis de la liberté et de l’égalité qui démentent avoir entretenu une correspondance avec un comité d’émigrés, lors de la séance du 16 brumaire an III (6 novembre 1794), Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome C – Du 3 au 18 brumaire an III (24 octobre au 8 novembre 1794) Paris : CNRS éditions, 2000. p. 472

Images

Photo d’un extrait d’article de journal ; Hémérothèque El Comercio, Lima, Pérou, “Funerales del benemérito sr coronel D. Juan Francisco Paillardelle”, dimanche 15 août 1858.

Photos extraites du documentaire d’Augusto Tamayo, Segunda Rebelión en Tacna de 1813 Enrique Paillardelle, publié par Instituto Nacional Belgraniano, 2014.

***

Article-Paillardelle-Marie-Bourguignon.pdf

Michèle Guicharnaud Tollis

Michèle Guicharnaud-Tollis est professeure émérite  à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, docteure d’Etat en Langues et Littératures hispaniques de l’Université de Bordeaux et membre du Laboratoire ALTER (EA7504. Arts, Langages, Transitions et Relation). Ses activités de recherches portent sur la littérature coloniale et l’histoire culturelle cubaines, caribéenne et afro-américaine du XIXe au XXIe siècle. Elle a été professeure invitée des universités de La Havane et de Santiago de Cuba, Saint-Domingue, Carthagène des Indes, Cayenne, Madrid ( CSIC, Casa de Velazquez), Berlin. Elle a publié plusieurs livres consacrés essentiellement à la culture et à l’histoire culturelle caribéennes, parmi lesquels : L’émergence du Noir dans le roman cubain du XIXe siècle (Paris, L’Harmattan 1991), Regards sur Cuba au XIXe siècle – Témoignages européens (Paris, L’Harmattan, 1996), Cuba de l’indépendance à nos jours (Paris, Ellipses, 2007), ainsi que des actes de colloques : Les ports dans l’espace caraïbe – Réalités et imaginaire (2003), Caribe-Elementos para una historia de los puertos (2003), Le sucre dans l’espace caraïbe hispanophone-Stratégies et représentations (1998), Regards croisés entre la France et le Brésil (2008). Sur l’émigration en Amérique, elle a contribué à l’ouvrage Ils ont fait les Amériques Mobilités, territoires et imaginaires (1776-1930) (PUB, 2012, 411p.) avec L. Dornel, M. Parsons et J.Y. Puyo dans le cadre du projet TEMA antécédent du projet EMILA, portés par Isabelle Tauzin-Castellanos,.

Colloque international, Migrations : traces inscription et textualités (photographies du 13 février 2020)

Jesús Alonso C. (Université Bordeaux Montaigne – AMERIBER)
Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne – IUF)
Génesis Portillo Espinoza (Florida International University)
Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)
Alfonsina Leranoz (Universidad Nacional San Martín – Universidad País Vasco)
Vue d’ensemble
Rosmeliz Alva (Université Bordeaux Montaigne)
Bernard Lavallé (Université Paris Sorbonne Nouvelle)
Carmela Maltone (Université Bordeaux Montaigne)
Carmela Maltone et Maylis Santa-Cruz (Université Bordeaux Montaigne – AMERIBER)
Maryse Esterle (Université d’Artois – Les Béarnais de Paris)
Lara Glaucia Muniz Proença (Université Fédérale du Minas Gerais)
Marluza Da Rosa (Université Fédérale de Santa Maria Brésil)

Carmela Maltone

Maîtresse de conférences en histoire politique et sociale de l’Italie contemporaine à Bordeaux, Carmela Maltone a consacré une partie de ses recherches et publications à l’immigration italienne en France dans la période d’entre-deux-guerres. Elle a étudié ce phénomène dans ses composantes économique et politique. Dans sa reconstruction historique elle fait une large place aux témoignages, aux représentations sociales des immigrés italiens via la presse et la correspondance. Sans jamais délaisser ce sujet, elle a ensuite écrit sur l’exil des antifascistes, leur participation à la Résistance française et à la guerre d’Espagne au sein des Brigades Internationales. Les chemins de ces immigrés l’ont amenée à s’intéresser à l’émigration italienne en Amérique du Sud.

 

Ronald Soto-Quiros

Costaricien et Français. Maître de conférences en Études Ibériques et Ibéro-américaines à l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) de l’Université de Bordeaux, il enseigne les civilisations et les langues de l’Espagne et de l’Amérique latine. Co-chargé des relations internationales avec les pays hispaniques. Chercheur du centre Recherches Américanistes de l’équipe d’accueil AMERIBER EA 3656, ses thèmes de recherches portent notamment sur l’histoire de l’Amérique centrale du XIXau XXIe. Co-coordinateur du programme de recherche interuniversitaire et internationale sur la récupération de la mémoire historique des migrations chinoises au Costa Rica (PREMEHCHI) en collaboration avec l’Institut Confucius de l’Université du Costa Rica et l’UNED (Costa Rica). Membre du Réseau européen de recherche sur l’Amérique centrale (RedISCA), de la Société d’Hispanistes Français (SHF), de LASA (Latin American Studies Association), de l’Association des Historiens Latino-américanistes Européens (AHILA) et du programme de recherche universitaire à Bordeaux sur la Caraïbe : Horizons Caribéens.

Contributeur du projet EMILA pour l’Amérique Centrale.

Valérie Joubert Anghel

Valérie Joubert Anghel est Maître de Conférences à l’Université  Bordeaux Montaigne depuis 1998. C’est une  hispaniste française, docteure et agrégée d’Espagnol, qui consacre ses recherches aux thématiques liées à la civilisation hispano-américaine contemporaine et à l’étude de l’image et des arts. Elle contribue au projet scientifique EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine et oriente ses recherches sur le Chili.

Isabelle Tauzin-Castellanos

Isabelle Tauzin-Castellanos est professeure des universités, habilitée à dirigée des recherches doctorales sur l’Amérique latine à l’université  Bordeaux Montaigne depuis 1999. C’est une  hispaniste française, membre senior de l’Institut Universitaire de France (2016), membre correspondant de l’Académie Péruvienne, docteure et agrégée d’espagnol, mastère de français langue étrangère, ancienne élève de l’École Normale Supérieure  (Sèvres-Ulm, 1981). Elle coordonne le projet scientifique EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine et oriente les recherches sur l’histoire et les représentations des migrations françaises  en Amérique Latine.

Son activité de recherche est consultable en ligne.

Colloque international Migrations: traces, inscriptions et textualités

Programme PDF.

Coordination: Maxime Fabre. Inscription en ligne

JEUDI 13 FÉVRIER – Maison des Sciences de l’Homme de l’Aquitaine

9H30 – Ouverture du colloque: Raphaël Estève (Directeur d’AMERIBER EA 3656)

Atelier 1 : Textualité et iconographie de l’émigration en Amérique latine

Modérateur : Jesús Alonso Carballés (Université Bordeaux Montaigne -AMERIBER)

9H45 – 10H20 Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne – IUF)

Conférence plénière : Traces de l’émigration française au Pérou, 1825-1920

10H30 – 10H50 Génesis Portillo Espinoza (Florida International University)

L’émigré français Léon Williez et les débuts de la caricature politique dans le Pérou des années 1850

11H – 11H20 Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)

Types indigènes péruviens dans les photographies de l’explorateur Émile Colpaert

11H30-11H50 Alfonsina Leranoz (Universidad Nacional San Martín – Universidad País Vasco)

La migration basque dans le livre Arte Vasco de Mauricio Flores Kaperotxipi (Buenos Aires, 1954) 

12H – 12H20 Rosmeliz Alva (Université Bordeaux Montaigne)

Sur les traces du peintre Ricardo Grau (Bordeaux, 1907 ; Lima, 1970)

12H30 Pause Déjeuner

Atelier 2 : Migrations et représentations

Modératrice: Maylis Santa-Cruz (Université Bordeaux Montaigne -AMERIBER)

14H30 – 15H05 Bernard Lavallé (Université Paris Sorbonne Nouvelle)

Conférence plénière : André Cazaux l’Indien béarnais, ou l’émigration de l’histoire à la littérature

15H15 – 15H35 Carmela Maltone (Université Bordeaux Montaigne)

Sur les traces des émigrés italiens au Brésil et en Argentine

15H45 -16H05 Maryse Esterle (Université d’Artois – Les Béarnais de Paris)

Émigration et immigrés, regards croisés en Béarn

16H 15 Pause Café

16H30 – 16H50 Lara Glaucia Muniz Proença (Université Fédérale du Minas Gerais) 

De « ouvrons les portes » à « em casa, no brasil » : regards contemporains sur la migration

17H – 17H20 Marluza Da Rosa (Université Fédérale de Santa Maria Brésil)

La construction de la « victime » dans le discours sur les migrations au Brésil

17H30 – 17H50 Marina Cardozo Prieto (Université de la République d’Uruguay)

Exil politique uruguayen et gauche italienne dans le Cône Sud (1973-1985). Idées et pratiques politiques en dialogue

VENDREDI 14 FÉVRIER – Maison de la Recherche – Salle des thèses

Atelier 3 : Représentations médiatiques des migrations

Modératrice : Anne Beyaert-Geslin (Université Bordeaux Montaigne, MICA)

9H45 – 10H20 Sémir Badir (Université de Liège)

Conférence plénière : Migration : du mot au concept politique. Un parcours sémiotique

10H30 – 10H50 Claire Courtecuisse (Université de Grenoble Alpes)

La présence des migrants dans les espaces ruraux en France : Une inversion des représentations sociales par les médias ?

11H – 11H20 Maxime Fabre (Université Bordeaux Montaigne)

Traces du passage : le « phénomène migratoire » au prisme de la photographie de presse

11H30 – 11H50 Laura Ascone (Université de Lorraine)

Immigration et internet : comment les Français et les Italiens réagissent sur YouTube

12H – 12H20 Valériane Mistiaen (Université Libre de Bruxelles)

Modalités discursives sur l’immigration à la télévision belge

12H30 Conclusions

Le colloque international « Migrations : traces, inscriptions et textualités » organisé sur le domaine universitaire de Pessac, à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et à la Maison de la Recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, dans le cadre des activités de l’Équipe d’Accueil AMERIBER, est l’occasion d’échanges interdisciplinaires et interuniversitaires entre linguistes, sémioticiens, sociologues, politistes, historiens de l’art, historiens du droit,  spécialistes des aires culturelles latino-américaines et européennes. Les  chercheurs communicants à Bordeaux (dont sept scientifiques venus d’Argentine, de Belgique, du Brésil, d’Espagne, des États-Unis et d’Uruguay) tissent des liens entre les différentes modalités d’expression et de réception d’un concept politiquement et médiatiquement omniprésent dans le débat public européen et latino-américain. Les participants présents à l’Université Bordeaux Montaigne pour les deux journées du jeudi 13 et vendredi 14 février 2020 explorent les différentes perspectives et les sources multiples contribuant à la polysémie des mots : « migration », « migrant », « émigré » à partir du XIXe siècle qui fut le siècle de la Grande Émigration Européenne aujourd’hui oubliée, jusqu’au Temps Présent marqué par le rejet de l’immigration dans l’hémisphère Nord.

Les contributeurs analysent des cas de parcours migratoires, de migrations retour, des « textualités » des migrations : notes éparses, correspondances familiales, carnets de voyage, presse binationale, dessins, photos, reportages… qui habillent, transfigurent ou déshumanisent les migrations, autant d’inscriptions et de représentations susceptibles de guider les trajectoires des candidats à l’émigration du XXIe siècle.  

Au-delà du constat d’une cristallisation de ce sujet dans le débat public, les deux journées interdisciplinaires de février 2020 permettent un débat contextualisé sur le passé et le présent des migrations internationales dans un cadre à la fois européen et transatlantique, en interrogeant les traces et les représentations des migrations de façon à répondre aux questions posées en préliminaire:

  • Quels sont les apports de la recherche sur l’histoire de l’émigration de la Nouvelle-Aquitaine en Amérique Latine ?
  • Comment les préconçus sur les migrants traversent-ils les médias?
  • Est-il possible d’envisager une sémiotique des migrations à partir des données textuelles et iconographiques ?

Année 2019

Jeudi 7 novembre 16h -18h : Réunion interne. UBM. Salle L01.

Lundi 14 octobre 16h 30-18h : Conférence Ricardo Sumalavia (PUCP): Le Pérou,  l’émigration chinoise et Manuel Gonzalez Prada. UBM. Amphi Lefèvre.

24 juin, 14h-17h : Réunion interuniversitaire. Communication : Parcours migratoires franco-mexicains. UBM. Salle Jean Loiseau.

15 avril 2019 : Réunion interne. Compte rendu du colloque México Francia Paris – Sorbonne

Lundi 25 mars, 10h 30 : Conférence Marcelino Irianni (UNLP-UNICEN) : Histoire de l’émigration des Basques en Argentine (1840-1920). UFR Langues. Amphi 1.

Jeudi 24 janvier, 14h-17h. Réunion interuniversitaire. MSHA. Salle 3.

Un historien de l’émigration basque: Óscar Álvarez Gila

Óscar Álvarez Gila es doctor en Historia en la Universidad del País Vasco, en la que actualmente ejerce como profesor de Historia de América. Su campo de investigación se centra, sobre todo, en el estudio de las migraciones internacionales durante los siglos XIX y XX, con especial atención al caso de la emigración desde el País Vasco a Francia, Argentina, Uruguay, Brasil y Cuba. Esta línea de trabajo le ha permitido estudiar asimismo los vínculos entre religión y emigración, la institucionalización de las comunidades de emigrantes, así como la cultura y la construcción de identidades en las comunidades en diáspora. También ha trabajado en proyectos y colaboradores de investigación interdisciplinar, sobre temas vinculados con las migraciones y el cambio climático, o más recientemente, en temas de vinculación entre genética e historia.

Articles récents: 
Les  transformations de la société basque depuis l'exil face à la conjoncture de 1986
La quête de la liberté. Réflexions sur l'émigration depuis l'exil 1936-1975

Emigration béarnaise en Argentine

Maryse Esterle

Maryse Esterle est sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’Université d’Artois. L’émigration de ses arrière-grands-parents espagnols vers la France et celle de leurs enfants vers l’Argentine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle l’ont incitée à reconstituer leurs parcours et à rechercher leurs descendants. Membre de plusieurs associations de descendants d’émigrés pyrénéens, elle a publié une nouvelle s’inspirant de la vie de l’une de ses grands-tantes : « À l’origine » (Nouvelles du Rio de la Plata, association Bearn-Argentina, 2017). Elle contribue au projet en centrant ses recherches sur l’Argentine, le Béarn et l’Aragon.

Le voyage d’Ignacio

Dans le courant du XIXsiècle, les échanges entre les deux versants de Pyrénées étaient nombreux : commerce légal ou contrebande, transhumance, travail saisonnier dans les fermes ou les manufactures de sandales, de bérets ou de tissage. Les Pyrénées étaient plus une terre de passage et d’échanges qu’une frontière à proprement parler. Des liens durables se sont créés entre des populations proches par la langue, les mœurs et les traditions, ce qui n’excluait pas des conflits récurrents. De nombreux Espagnols se sont établis en Béarn, comme en témoignent les patronymes et les prénoms sur les registres de l‘état civil. Ces échanges et relations sont toujours vivants aujourd’hui.

Les trois billets du blog de Maryse Esterle retracent le chemin que suivait son arrière-grand-père, Ignacio Aragüés Petriz, dans le troisième tiers du XIXe siècle, entre Gurs (Béarn) et Urdués (Aragon), deux fois l’an, dans un sens et dans l’autre, avant de s’installer avec sa famille à Oloron-Sainte-Marie. 

Cette première migration de l’Espagne vers la France fut suivie pour la génération de ses grands-parents par une deuxième migration de France vers l’Argentine. Avec plusieurs membres de sa famille, elle a refait ce trajet au début de l’été 2019, à la recherche de la présence aragonaise à Buenos Aires. Un sujet qui a suscité une publication pour les 90 ans du Cercle aragonais de Buenos Aires (p. 13-20)