Mise en avant

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Mise en avant

Colloque international : L’émigration basque en Amérique latine

Lundi 17 mai 2021 – Musée Basque et de l’histoire de Bayonne: Conférences publiques et table ronde des représentants d’associations d’émigration

Mardi 18 mai 2021 – IUT de Bayonne et du Pays Basque – Conférences publiques et projection du film

Pré-programme 

Lundi 17 mai 9: 30 – 12:30 Musée Basque  

Ouverture du colloque par Mme Sabine Cazenave, directrice du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

 Conférences

Claude Mehats : Samuel Lafone agent d’émigration

Argitxu Camus Etchecopar : Les correspondances: sources de l’expérience migratoire basque

Pascal Chastin : Correspondance de Jean Vigné, agent d’émigration à Tardets

Argia Olçomendy : L’émigration basque en Argentine (1840-1910) : entre réalisation personnelle et freins socio-politiques

Isabelle Tauzin-Castellanos: Villas basques, villégiatures latino-américaines, émigrants et immigrants, 1890 -1930

Lundi 17 mai 14:00 – 18: 00 Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

14 :00 – 16:00 Table ronde

Associations d’émigration basque –  Recherches d’hier et actualités de l’émigration basque

Sabine Cazenave – Directrice du Musée Basque

Annie Sabarots – Musée de Basse Navarre

Monique Legarto – Euskal Argentina

Christiane Bidot-Naude – Émigration 64

16:00 -18:00 Conférences

Hernán Otero: Histoire de l’émigration française en Argentine

Jean Casenave: L’évocation de l’Amérique latine dans la littérature basque (1850-1930)

Xavier Escudero: L’oeuvre d’écrivains basques émigrés et la représentation littéraire du Basque émigré José Olivares Larrondo Tellagorri

Christian Manso et Dolores Thion:  L’émigration basque dans la revue Lire

 

Mardi 18 mai 14:00 – 19:00 – IUT Bayonne  Amphi Sainte-Claire.

14:00 -17: 00 Conférences

Haizpea Abrisketa: L’impact de la perte des soldats basques de l’armée espagnole pendant la guerre d’indépendance de Cuba (1895-1898).

Óscar Álvarez Gila: La microgeografía de la inmigración vasca en Argentina a través del asociacionismo: la sociedad de socorros mutuos Euskal Echea

Jesús Alonso Carballés: Le souvenir des indianos dans l’espace urbain du Pays basque-espagnol : Politiques symboliques et mémorielles

Carlos Estela Vilela: Images de l’émigration basque au Pérou

Maryse Esterle: Le passé reconstruit : les écrits de descendants d’émigrés pyrénéens, une réappropriation subjective

Isabelle Tauzin –  Présentation de l’ouvrage collectif EMILA: De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle.

17:00-19:00 Projection-Débat

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque (documentaire)

Co-organisation : Beñat Çuburu  (IUT Bayonne)  – Isabelle Tauzin (U. Bordeaux Montaigne)

Contact : emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

 

Mise en avant

Migrations et archives entre le Mexique, le Pérou et la France du XIXe au XXIe siècle

Séminaire de Recherches Américanistes – Écritures Migrantes Latino-Américaines, projet Régional EMILA – Université Bordeaux-Montaigne, via zoom ici.

Lundi 30 novembre 2020, de 16 heures à 19 heures

16 :00 – 16 : 45 Hélène Homps (Directrice du Musée de la Vallée, Barcelonnette):  Politiques et stratégies de conservation et de valorisation des archives, et l’histoire de la migration de la vallée de l’Ubaye, les Barcelonnettes au Mexique.

16 :45 – 17 : 30 Ana Marianela Porraz Castillo (Architecte- doctorante en architecture Léav / CHCSC / U.Paris-Saclay):  Le fonds de l’architecte Fernand Marcon (collection photographique et iconographique) installé au Mexique et la recherche en histoire culturelle: entre Mexico et Barcelonnette.

17 : 30 – 18 : 15 Carlos Estela Vilela (Lecteur Doctorant, Université Bordeaux Montaigne): D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Représentations de la migration interne dans la presse péruvienne pendant la pandémie Covid 19. ¿De dónde venimos? ¿A dónde vamos? Representaciones de la migración interna en la prensa peruana durante la pandemia de Covid-19.

18 :15 – 19 : 00 Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure, Université Bordeaux-Montaigne – Institut Universitaire de France): Les aquarelles oubliées de Léonce Angrand : cliché ou réalité du Pérou vu par un diplomate français en 1837.

Mise en avant

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire: table des matières

Table des matières/Índice

Introduction

Première partie : L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives

Claude Mehats Samuel Lafone et Alfred Bellemare, détonateur et promoteur de l’émigration basque vers le Rio de la Plata

Isabelle Tauzin-Castellanos Les agents d’émigration à Bordeaux

Beñat Çuburu Émigrer au Mexique à quinze ans. Présentation de la correspondance de Jean-Baptiste Lissarague (1902-1906)

Maryse Esterle L’autre et le lointain : étrangers/émigrés, regards croisés en Béarn à travers la presse locale

Carmela Maltone Les pionniers italiens au Brésil et en Argentine au XIXe siècle. Itinéraires et mémoire

Deuxième partie : Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil

Ronald Soto Quiros Victor Herran et la promotion d’un projet pour le Costa Rica (1849-1854)

Alexis Medina De la Lorraine à Quito : Sébastien Wise, ingénieur et scientifique au service de l’Équateur (1843-1863)

Carlos Estela Vilela « Indios » et « incas » : les types indigènes dans la photographie d’Émile Colpaert, explorateur français à Cuzco

Bernard Lavallé André Cazaux l’Indien béarnais : l’émigration dans la pampa du témoignage à la création littéraire selon Alfred Ébelot

Rosmeliz Alva Zapata Sur les traces du peintre péruvien Ricardo Grau

Troisième partie : Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration

Marluza Da Rosa La construction de l’image des migrants au Brésil : interroger les dispositifs victimaire et médiatique

Glaucia Muniz Proença Lara Migrations contemporaines et récits de vie en France et au Brésil

Valériane Mistiaen Modalités discursives sur l’immigration à la télévision belge : une comparaison de chaînes publique et commerciale

Laura Ascone Immigration et internet : le processus de distanciation dans le discours de haine contre les migrants sur YouTube

Maxime Fabre Traces du passage : le « phénomène migratoire » au prisme de la photographie de presse

Claire Courtecuisse La présence des migrants dans les espaces ruraux en France: une inversion des représentations par les médias ?

Sémir Badir Migration : du mot au concept politique et journalistique. Un parcours sémiotique

 

Cramail-Barroussel

Eléonore Anne Cramail née à Lima le 3 janvier 1849, fille de Jean Cramail, tailleur d’habits originaire de Tombeboeuf (47), né en 1821 et de Marie Barroussel, née en 1827, fille de marin, originaire de Casseneuil (1847).  (Sources: archives consulaires). Le couple est en route vers une autre destination au moment de la naissance. Le mariage des parents avait été célébré à Casseneuil le 24 avril  1846.

Frédéric Faideau

Frédéric Faideau (1880-1954) est un émigrant né dans la Vienne, instituteur,  passionné de photographie dont une partie des clichés sur le Mexique, constitue le fonds Faideau conservé au Musée de la Vallée, à Barcelonnette.

Des éléments biographiques ont été mis en lumière par l’historien mexicain Sergio Valerio Ulloa dans un article intitulé Tras las huellas luminosas, la construccion de la memoria de los barcelonnettes en Guadalajara.

Patrimoine de l’émigration française au Mexique

Hélène Homps, directrice du Musée de la Vallée de l’Ubaye, et Ana Marianela Porraz doctorante en architecture, ont participé au Séminaire EMILA « Migrations et archives entre le Mexique, le Pérou et la France du XIXe au XXIe siècle » en ligne lundi 30 novembre. Elles ont partagé leurs analyses et compétences en matière de documentation sur l’histoire de l’émigration en Amérique latine, à partir de l’histoire des Barcelonnettes, dont le fonds de l’architecte Marcon, objet de la thèse d’architecture de A.M. Porraz. Le musée de Barcelonnette en partie consacré à l’émigration au Mexique est installé dans  la Villa La Sapinière qui fut la propriété d’Antoine Signoret.

Les collections sur l’émigration sont organisées suivant 3 thématiques : patrimoine architectural, vie de l’émigrant, découverte du pays d’accueil comme le précise Hélène Homps dans l’article passionnant « Archive de l’émigration ou la mémoire des entrepreneurs ubayens... » (2004), article complété par une présentation de l’association Raices francesas au Mexique.

Plusieurs musées départementaux organisent occasionnellement des expositions  comme celui de la Vallée de l’Ubaye. Champlitte conserve ainsi en Haute-Saône la trace des villageois partis au Mexique, Espalion des Aveyronnais partis en Argentine

Basques, Béarnais et Gascons espèrent aussi que ces histoires anciennes qui font partie du patrimoine régional de la Nouvelle-Aquitaine trouveront un espace  d’exposition public dans le prolongement des recherches réalisées par le projet régional EMILA.

La traversée des émigrants vers l’Argentine: un témoignage de 1884

Récit de la traversée des émigrants d’Europe vers l’Argentine à la fin du XIXe siècle par l’écrivain Edmondo de Amicis (cité par Beñat Çuburu, dans Emigrer au Mexique à 15 ans).

Traduction complète en espagnol par  Giner de los Rios En ligne  ici en espagnol.

Mais déjà la chaleur avait détraqué les choses même sur le gaillard d’arrière, comme je pus fort bien le constater le soir même. C’était à faire pitié vraiment. Entre ces quelques êtres qui dix jours plus tôt ne se connaissaient pas, qui après dix autres jours se sépareraient à jamais, et qui pendant ce temps n’auraient dû penser à rien d’autre qu’aux affections ou aux intérêts qu’ils avaient laissés en Europe ou à ceux qui les attendaient en Amérique, là, sur ces quatre planches suspendues au-dessus de l’abîme s’était déjà ourdie toute une trame enchevêtrée d’antipathie et d’inimitiés…

 

Los Franceses en Argentina, migrantes a la provincia de Santa Cruz (1880 – 1925):

Extrait de l’article resté inédit de María de los Milagros Pierini – Universidad Nacional de la Patagonia Austral –  Article en ligne

La inmigración de origen francés fue importante numéricamente en las décadas comprendidas entre 1860 y 1880 para luego comenzar a descender. Fueron casi inexistentes las colonias agrícolas exclusivas de esa nacionalidad ya que preferían coexistir con otras nacionalidades, especialmente en la región del Litoral y en la época de la colonización oficial iniciada bajo el gobierno de Justo José de Urquiza. La colonia San José tenía como administrador a Alexis Peyret y la de Esperanza, formada casi mayoritariamente por suizos franceses, contaba en ese cargo con Adolfo Gabarret, oriundo de Bayona.

Los vascos y bearneses se instalaron mayoritariamente en la provincia de Buenos Aires concentrándose en las localidades de Tandil y Azul. Entre los terratenientes se destacaron Pedro Luro, Emilio y Godofredo Daireaux y Eugenio Terrasson.

Como ejemplo de colonización exclusivamente francesa  podemos citar  a la de Pigüé (sur de la Provincia de Buenos Aires) que tenía dos características que la hacían original dentro del proceso inmigratorio francés en la Argentina: su carácter de colonia agrícola y su poblamiento en forma exclusiva con habitantes provenientes de la región de Aveyron. Su fundador Clement Cabanettes concibió el proyecto de trasladar a los habitantes de esa región a la Argentina y con ese fin comenzó las negociaciones con Eduardo Casey que era propietario de grandes extensiones en el sur de la provincia de Buenos Aires. Ante el éxito de las negociaciones Cabanettes envió a Francia a François Issaly para reclutar inmigrantes. En el mes de noviembre de 1884 desembarcaron en el puerto de Buenos Aires veinte familias que se trasladaron al pie de la sierra de Curumalal para fundar la colonia.

Tableau : Mariages dans la Province de Santa Cruz/Français et Argentins

Emigration béarnaise en Argentine

La projection du film Lo que me contó el abuelito, dix ans après sa réalisation, en présence des producteurs Agnès Lanusse et Dominique Gautier,   a été un beau succès avec une grande émotion à l’Institut Cervantès de Bordeaux, grâce aux témoignages recueillis en  Argentine, auprès de la première, deuxième et même troisième génération qui expriment encore la survivance de la douleur d’un déracinement et lors de séjours en France, le sentiment de revenir chez soi, dans un pays quitté depuis une éternité. Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, ce sont environ 120 000  Béarnais  qui sont partis ainsi chercher une vie meilleure en Amérique. Les voyageurs des premières décennies sont devenus des émigrants forcés de travailler pour rembourser  le billet de la navigation transatlantique. Leur voyage est d’une étonnante actualité en ce XXIe siècle .

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/histoires-argentines-de-bearnais-emigres.html

 

Décret sur l’établissement de colons français au Paraguay en 1855

En 1854 les discussions entre la Présidence du Paraguay, représenté à Paris par le fils de Carlos Antonio Lopez,  et le Second Empire sous l’égide de Napoléon III, sont favorables à un plan de colonisation, c’est-à-dire l’envoi de centaines de cultivateurs français pour défricher et s’installer sur des parcelles. Les difficultés rencontrées sur place par les Européens, les tentatives de fuite, l’endettement dans lequel ils se retrouvent,  l’affaiblissement causé par les maladies, de multiples raisons aboutissent à la dissolution officielle de la  Nouvelle-Bordeaux en décembre 1855 et à la dispersion des migrants originaires du sud-ouest, après l’intervention du consul de France en faveur de ses compatriotes.

Le décret sur l’établissement de la colonie française par les autorités paraguayennes est accessible en ligne.

Emigrer au Mexique à 15 ans

La correspondance du jeune Basque Jean-Baptiste Lissarague, émigré en 1902 à quinze ans au Mexique, est publié par Beñat Çuburu-Ithorotz , contributeur du projet EMILA, à partir des lettres et du témoignage que l’historien de l’émigration d’Hasparren a reçu des mains de Mayou Haristoy, une descendante de Jean-Baptiste Lissarague, qui a ouvert la malle aux souvenirs. L’ouvrage révèle la dureté de l’émigration à l’adolescence dans des navires surchargés comme La Navarre parti de Saint-Nazaire à l’automne 1902, l’intégration progressive au Mexique dans la communauté basco-mexicaine entre Mexico et Guanajuato, les fêtes populaires et les événements du quotidien d’un jeune homme mobilisé sur le front de l’Aisne et disparu deux mois après son retour en France, en octobre 1914.

Présentation de l’ouvrage par Beñat Çuburu-Ithorotz en basque

ISBN : 9788490277973   – Editeur: Elkar, Bayonne