Traces de l’immigration au Pérou: du projet politique au guide pratique

A propos du Guide de l’immigration au Pérou. La voie centrale, la région du Pichis (1902)  – PWP

Le parcours de vie des self made men que furent Achille Allier et Auguste Dreyfus est partiellement connu dans le domaine de l’histoire des migrations vers le Pérou. Les deux hommes réussirent  par des stratégies matrimoniales et des alliances politiques à mener les affaires les plus rentables, aux dépens d’un  pays gouverné tout au long du XIXe siècle par des militaires sauf l’interrègne du président civil Manuel Pardo entre 1872 et 1876.

Manuel Pardo  développa alors l’initiative d’une “Société d’immigration européenne” qui devait faciliter l’arrivée et l’installation des migrants en Amazonie ; 3 000 Européens finirent par atteindre des territoires rendus encore plus lointains par la Cordillère des Andes et cependant habités depuis des temps immémoriaux par des populations acclimatées à l’espace forestier. La population totale du Pérou selon le recensement de 1857 a atteint 2,6 millions d’habitants, dont 107.000 étrangers, soit 4% de la population. La proportion d’étrangers était de 47 % d’Asiatiques, 23 % d’Européens et donc 30 % d’Américains. La présence française  est d’environ 5000 individus selon Pascal Riviale,  alors que les Français étaient déjà 14 180 à Buenos Aires en 1869, avant le boom migratoire de la fin du XIXe siècle.

La reconstruction du Pérou après la guerre du Pacifique (1879-1883) a provoqué la réactivation des projets migratoires avec une législation favorable envers certains immigrés, à l’exclusion de ceux venant d’Asie. Le 14 octobre 1893, une nouvelle loi a été promulguée pour mettre en place  un système d’immigration qui permettrait l’exploitation des richesses naturelles du pays : elle prévoyait le paiement du billet pour le Pérou (en 3ème classe), le logement et la nourriture pendant une semaine à l’arrivée, le transport, le logement et le salaire pendant trois mois sur le site où vivrait le colon, et une exemption fiscale pendant cinq ans.

Le Pérou est de nouveau un  Eldorado, selon la brochure imprimée par le ministère du Développement en 1902 autorisant les traductions en français et en italien avec l’intention d’attirer des migrants d’Europe du Sud au lieu des Asiatiques comme ceux venus sous la contrainte ou abusés par des contrats léonins, au milieu du XIXe siècle et  accusés de la défaite militaire, en même temps que disqualifiés par l’anthropologie sociale émergente qui  présupposait une hiérarchisation entre les peuples.

Dans la brochure officielle du ministère du développement péruvien, on expliquait que  la pénurie de bras pour l’agriculture et pour les entreprises manufacturières serait compensée par des salaires plus attractifs que dans d’autres pays.  (1902, 43).

Le Guide de l’immigration au Pérou, sous-titré “La vía central, zona del Pichis”, largement diffusé par les consulats, insiste sur le fait que les colons étrangers auraient les mêmes droits que les Péruviens, y compris la participation à la vie politique locale, l’hospitalité dans des refuges d’État pour accéder aux forêts à exploiter ;  la publication est illustrée de photos d’haciendas, d’églises, de bateaux et de campements, pour montrer l’essor de l’activité économique dans une Europe sillonnée par de nouveaux véhicules. Selon le prospectus péruvien l’extraction du caoutchouc à laquelle contribueraient les émigrants est une activité artisanale et sans risque. Le même document passe sous silence les populations autochtones réduites en esclavage par les travailleurs du caoutchouc. Bref, tous les contrats apportent des devises aux immigrants et peuvent leur permettre d’accumuler un modeste pécule dès le début, s’ils ont des habitudes de travail et d’économie (1902, 16).

Le souvenir des faillites, la dureté des conditions de vie, les fraudes et les promesses non tenues sur les rives du Pacifique expliquent cependant l’échec des projets migratoires, sauf dans un cas : la migration des soutanes et des cornettes signalée avec ironie en 1903 par l’idéologue péruvien Manuel Gonzalez Prada dans son essai intitulé Nos immigrants: Les immigrés qui viennent exercer une profession ou un métier, luttent contre de grands obstacles et souvent ne parviennent pas à s’enraciner, écrit-il ; ceux qui introduisent dans le port du Callao la tonsure et un peu de latin, ne manquent pas de trouver un logis où s’installer et de futures recrues.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.