La colonia francesa en el Perú : huellas e interpretaciones sobre una migración transatlántica de baja intensidad en el siglo XIX

Résumé :

Ce travail s’appuie sur le témoignage manuscrit de l’officier de marine Alphonse de Moges (1825) et sur les lettres des premiers consuls français Chaumette et Barrere (1828-1832) dans le but de remettre en contexte la vie des migrants dans les premières décennies de la vie républicaine. Les biographies d’Aquiles Allier, Miguel Montané et Augusto Dreyfus, à l’époque de l’échec de la prospérité basée sur l’exportation du guano, évoquent les alliances politiques et les stratégies de mariage des hommes d’affaires les plus prospères. Après la catastrophe de la guerre dans le Pacifique, l’orientation de la politique migratoire péruvienne a changé ; des tentatives ont été faites pour attirer des migrants d’Europe du Sud afin de développer l’exploitation du caoutchouc.

***

La trajectoire vitale des “self made men” que furent Aquiles Allier et Augusto Dreyfus est d’autant plus intéressante qu’ils tentent de relier la double vie, des deux côtés de l’Atlantique, pour démêler les stratégies matrimoniales comme les alliances politiques, changeantes dans un Pérou gouverné par des militaires sauf l’interrègne du président civil Manuel Pardo entre 1872 et 1876, qui voulait imposer une “Société d’immigration européenne” qui devrait faciliter l’arrivée et l’installation des migrants dans le désert, mais seulement 3 000 Européens réussi à se fixer après deux années.

La population totale du Pérou selon le recensement de 1857 a atteint 2,6 millions d’habitants, dont 107.000 étrangers, soit 4% de la population. La proportion d’étrangers était de 47 % d’Asiatiques, 23 % d’Européens (Contreras, 1994, 17), et donc 30 % d’Américains. Il y avait 2 693 Français, soit 1 % de la population du Pérou en 1857. Parmi les migrants français, un quart étaient des femmes, un pourcentage variant selon la nationalité. Le même recensement a dénombré 1 397 Espagnols, 4 461 Allemands et 3 469 Italiens, alors que seuls 1 041 Anglais ont été recensés. La présence française au Pérou est restée inférieure à 3 000 migrants lorsqu’elle est passée de 1 654 en 1854 à 3 192 en 1875 et a atteint 14 180 à Buenos Aires en 1869, avant le boom migratoire de la fin du XIXe siècle.

La reconstruction du Pérou après la guerre du Pacifique (1879-1883) a provoqué la réactivation des projets migratoires avec une législation favorable envers certains migrants, à l’exclusion de ceux venant d’Asie. Le 14 octobre 1893, la loi a été promulguée ” indiquant un système d’immigration qui permettrait l’exploitation des richesses naturelles du pays ” : elle prévoyait le paiement du billet pour le Pérou (en 3ème classe), le logement et la nourriture pendant une semaine au débarquement, le transport, le logement et le salaire pendant trois mois à la place attribuée au colon et une exemption fiscale pendant cinq ans. Le Pérou est de nouveau le pays de Jauja, selon le pamphlet imprimé par le ministère du Développement en 1902 autorisant les traductions en français et en italien avec l’intention d’attirer des migrants d’Europe du Sud au lieu des Asiatiques comme au milieu du XIXe siècle, pour être accusé de défaite militaire, et en même temps disqualifié par l’anthropologie sociale que pose la théorie des races. Dans la brochure de propagande, on expliquait que ” la pénurie d’armes pour l’agriculture et pour les entreprises manufacturières et industrielles se traduit par un travail bien rémunéré et des salaires relativement plus élevés que ceux payés dans d’autres pays ” (1902, 43).

Le Guide de l’immigration au Pérou, sous-titré “La vía central, zona del Pichis”, largement diffusé par les consulats, insiste sur le fait que les colons étrangers auraient les mêmes droits que les Péruviens, y compris la participation à la vie politique locale, les auberges et les tambours d’État qui faciliteraient la route des forêts à exploiter, depuis la publication ornée de photos d’haciendas, d’églises, de bateaux et de camps, s’est prolongée principalement dans l’activité économique la plus nouvelle et la plus attractive d’une Europe modernisée par la bicyclette et l’automobile, car elle a montré l’extraction du jebe comme activité artisanale et sans danger pour les travailleurs européens. En même temps, le pamphlet rendait invisibles les colons autochtones réduits en esclavage par les travailleurs du caoutchouc. Bref, ” tous les contrats laissent toujours un bon usage aux immigrants et peuvent leur donner une petite fortune dès le début, s’ils ont des habitudes de travail et d’économie ” (1902, 16).

Le souvenir des faillites, la dureté des conditions de vie, les fraudes et les promesses non tenues sur les rives du Pacifique expliquent cependant l’échec des projets migratoires, sauf dans un cas : la migration des soutanes, voiles et grognements signalés avec mépris en 1903 par l’idéologue péruvien Manuel González Prada : “Les immigrés qui viennent exercer une profession ou un métier, se battent avec de grands obstacles et souvent ne parviennent pas à s’enraciner dans le pays : ceux qui ne se soucient que de tonsure et d’un peu de latin, ne cessent de trouver un grand nid où s’abriter et un terrain fertile où récolter”.

Bibliographie

Agard-Lavallé, Francine y Lavallé, Bernard, Del Garona al Mapocho: emigrantes, comerciantes y viajeros de Burdeos a Chile (1830-1870), Santiago de Chile, DIBAM, 2005.

Aljovín de Losada, Cristobal y Marcel Velázquez Castro, Las voces de la modernidad Perú, 1750-1870. Lenguajes de la Independencia y de la República, Lima, Congreso del Perú, 2017.

Barrantes Rodríguez Larraín, Fernando, Los ciudadanos franceses y francesas en la República del Perú, Lima, Sociedad Francesa de Beneficencia, 2005.

Basadre, Jorge, Historia de la República del Perú, t. 3, Lima,  Universidad Ricardo Palma, 1998 (8ª ed.)

Bonilla, Heraclio, Guano y burguesía, Lima, IEP, 1984 (2ª ed.).

Cárdenas Moreno, Mónica y Tauzin-Castellanos Isabelle, Miradas recíprocas entre Perú y Francia. Viajeros, escritores y analistas (siglos XVIII-XX), Lima, U. Ricardo Palma, 2015.

Chadeau, Emmanuel, L’économie du risque : les entrepreneurs de 1850 à 1980, Paris, Olivier Orban, 1988.

Contreras Carranza, Carlos, Sobre los orígenes de la explosión demográfica en el Perú: 1876-1940, Lima, IEP, 1994.

Cosamalón Aguilar, Jesús A., “Población y sociedad”, en Contreras Carranza, Carlos, Perú. La construcción nacional, Madrid, Mapfre, 2014, 221-281.

Espinosa, Juan, Diccionario para el pueblo republicano, democrático, político, moral y filosófico, Lima, Imprenta del Pueblo, 1856.

Fernandez-Domingo, Enrique, Le négoce français au Chili, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

Macera, Pablo, La imagen francesa del Perú (siglo XVI-XIX), Lima, INC, 1976.

Martínez Riaza, Ascensión, “A pesar del gobierno”. Españoles en el Perú, 1879-1930, Madrid, CSIC, 2006.

Mc Evoy, Gabriela, La experiencia invisible. Inmigrantes irlandeses en el Perú, Lima, UNMSM, 2018.

Paerregard, Karsten, Peruanos en el mundo. Una etnografía global de la migración, Lima, PUCP, 2013.

Puigmal, Patrick, Diccionario biográfico y prosopográfico de los militares napoleónicos durante las campañas de independencia de Argentina, Chile y Perú, vol. 1, Santiago de Chile, DIBAM, 2010,

Riviale, Pascal, La presencia francesa en el Perú, Lima, IFEA, 2008.

Tristán Flora [1833], Peregrinaciones de una paria, Lima, INC, 2005.

Urrutia Ceruti, Jaime,  Informes de los cónsules franceses en Lima, 1842-1877, Lima IEP, 2015.

Witt, Heinrich, Diario 1824-1890. Un testimonio personal sobre el Perú del siglo XIX, 2 t., Lima, Banco Mercantil, 1992.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.