De Bordeaux à Asuncion

Comme les projets de colonisation au Mexique, à la fin des années 1820, le projet de fondation de la Nouvelle-Bordeaux a été un échec aux conséquences tragiques.  Le fils du président du Paraguay (et futur président), Francisco Solano Lopez est reçu en janvier 1854 par l’empereur Napoléon III pour développer des relations économiques après la  récente reconnaissance diplomatique du Paraguay survenue en mars 1853. Un contrat est signé en septembre 1854 prévoyant l’envoi d’un contingent de 900 Basques français et espagnols de moins de 45 ans, catholiques et de bonne moralité. L’armateur est un dénommé Antonio Lopez, dont on retrouve une trace dans l’Annuaire  et almanach du commerce et de l’industrie en 1862, avec une adresse bordelaise (« rue de la Course et maison à Buenos Aires »). Le dossier d’agent d’émigration conservé aux Archives Nationales inclut une lettre d’Antonio Lopez qui justifie sa demande d’autorisation d’émigration comme mandataire de l’envoyé extraordinaire du Paraguay, Francisco Solano Lopez.


L’entreprise de colonisation vers ce pays a été étudiée à partir des sources paraguayennes notamment par  Guido Rodríguez Alcalá et Luc Capdevila (2005).

Ce billet est issu d’une recherche d’Isabelle Tauzin à partir des sources françaises, en particulier le dossier des Archives Nationales. Photographie d’un contrat type conservé aux Archives Nationales (2019).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.