Les étrangers décrits par Tschudi (1838-1842)

Le témoignage de Johan Jacob von Tschudi sur le Pérou de la fin des années 1830 est celui d’un naturaliste suisse qui observe les comportements  et les usages dans une période critique de l’histoire sud-américaine, lorsque les jeunes Républiques sont en construction et que les rivalités entre pays voisins sont exacerbées.

Entre les généraux Santa Cruz et Gamarra :

“… La plupart des étrangers, en particulier les Européens, étaient dévoués au général Santa Cruz parce que, sous son gouvernement, ils avaient joui d’une plus grande sécurité et que lui-même s’étaient acquis leur considération par son administration prudente et judicieuse. C’est pourquoi les partisans de Gamarra croyaient trouver une raison suffisante de pouvoir agir contre eux. Ils essayèrent par tous les moyens de fanatiser la lie du peuple, surtout les Nègres et les zambos, et de les pousser contre les étrangers, tout particulièrement les Anglais et les Français. Pour pousser une telle foule inhumaine à l’excès, il ne fallait qu’une pique insignifiante et ils attendaient avidement que Gamarra donne le signal pour un bain de sang généralisé.

Dans les journaux, dans les billets imprimés ou manuscrits qui étaient collés aux maisons ou lancés dans la rue, parut l’appel contre les étrangers :  Les étrangers viennent dans votre pays, vous prennent votre travail, votre commerce, vos richesses et vos femmes. Ils sont les ennemis de votre liberté et veulent faire appel à Santa Cruz. Libérez votre pays de ces infâmes et refaites une nuit de la Saint-Barthélemy…” (JJ Tschudi, Esquisses d’un voyage au Pérou, ed. La lanterne magique, Besançon, 2020, p. 103

Tschudi observe les métiers et les comportements des étrangers:

“Les Français de Lima ont la même position que ceux de Valparaiso ; quincailliers et marchands de mode, tailleurs, perruquiers etc. Ils ne sont absolument pas aimés car ils se mêlent toujours de la politique, plastronnent avec leurs actions héroïques et regardent avec mépris les autochtones. La plupart vivent en couple libre et abandonnent souvent femmes et enfants. Les Anglais et les Nord-Américains sont beaucoup mieux considérés que les Français par les indigènes, ce qui s’explique par leur plus grand calme et leur force de caractère. La plupart sont des marchands” (op. cit.,  p. 171)

Tschudi critique sévèrement la politique internationale française qui affecte même Tahiti et sa reine Pomaré:

“La politique que les Anglais et les Français mènent vis-à-vis du Pérou (et de la plupart des petits Etats libres d’Amérique) est si injuste et violente qu’on ne peut s’en faire une idée claire en Europe. […]  Les Français se distinguent particulièrement, tant ils sont imbus d’une faconde ridicule depuis leurs exploits tant vantés devant Veracruz et à Tahiti. La contrebande est à l’origine de la majorité des litiges que les Français exploitent avec une impudence inouïe…” (ibid.)

Ces jugements négatifs parus en allemand ne pouvaient guère aider à la traduction en français du témoignage de Tschudi, écrit dans les mêmes années que les Pérégrinations de Flora Tristan. Les deux auteurs ont eu des expériences différentes, l’une plus proche du pouvoir politique, l’autre propre d’un scientifique. Si les  descriptions des Liméniennes coïncident,  chacun d’eux apporte une vision différente, critique mais pas forcément ethnocentré comme ce fut le cas d’autres voyageurs au long cours.


Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.