Julia Codesido : de la Belle Epoque à la peinture indigéniste

Jeudi 20 mai dans le Cadre de la Semaine de l’Amérique latine à Bordeaux, à l’Institut Cervantès, conférence sur la peintre péruvienne Julia Codesido : « La peinture indigéniste  et une affinité élective bordelaise », par Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure, Université Bordeaux –Montaigne et Rosmeliz Alva Zapata, doctorante.

Née en 1883, la Péruvienne Julia Codesido a choisi de consacrer sa vie à la peinture. Elle séjourna à Bordeaux à la Belle Epoque, son père étant le représentant du Pérou dans le port girondin.  Aux côtés de l’avant-garde du Centenaire (1921-1924), elle fait le choix d’un art consacré à la célébration du Pérou au moment où les artistes européens surréalistes s’intéressent aux artistes extra-européens. A partir des années 50, elle évolue vers un art brut en se libérant du réalisme, portée par sa propre esthétique et toujours fidèle à ses racines péruviennes. Elle reçoit le prix national de la Culture du Pérou, à quatre-vingt-treize ans, en 1977.


Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.