Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou

Charivari –  Gallica

Les pérégrinations d’une paria, le premier texte long de Flora Tristan est paru en 1838, 4 ans après son périple en Amérique du sud. La Franco-péruvienne a embarqué à Bordeaux pour rejoindre Valparaiso puis Arequipa et Lima. Elle donne de nombreuses descriptions et informations précises sur la vie quotidienne, au-delà des références personnelles sur la famille de son père, les Tristan, Goyeneche et Moscoso. Flora Tristan émet un vœu altruiste, à l’image de la vie d’apostolat à laquelle elle se consacrera au retour en France: “Puisse un gouvernement progressif, appelant à son aide les arts de l’Asie et de l’Europe, faire reprendre aux Péruviens ce rang parmi les nations du Nouveau-Monde !” La situation politique sur place depuis les guerres d’indépendance est telle que la paix paraît inaccessible du fait des rivalités entre caudillos ou chefs de guerre; l’exploitation de la richesse du guano à partir des années 40 amènera un temps de prospérité, toute relative pour les populations indiennes et métisses.

Flora Tristan condamne l’esprit colonial des nouveaux arrivants au Pérou; les « étrangers n’accourent dans un pays nouveau que pour le dépouiller ; et, se moquant ensuite de ceux qu’ils ont ruinés, se retirent avec leur butin dans des villes d’Europe » (t. 2, p. 67).

Les capitaines de navire étrangers jouent les commis voyageurs « venus empester le Pérou de tous ces rebuts de boutiques […] deux mille huit cents sabres pour six cents soldats qui n’ont ni souliers à leurs pieds, ni schakos sur leur tête, qui enfin manquent de tout !! » (t. 2, p. 77).

Rabona – Pancho Fierro

L’étape dans  la ville d’Arequipa en 1834 est l’occasion d’évoquer les cantinières qui accompagnent les soldats indiens dans les guerres. Les rabonas  « sont des créatures en dehors de tout ; elles vivent avec les soldats, mangent avec eux, s’arrêtent où ils séjournent, sont exposées aux mêmes dangers et endurent de bien plus grandes fatigues […]  Lorsqu’on songe qu’en menant cette vie de peines et de périls elles ont encore les devoirs de la maternité à remplir, on s’étonne qu’aucune y puisse résister […] Je ne crois pas qu’on puisse citer une preuve plus frappante de la supériorité de la femme, dans l’enfance des peuples » (t. 2, p. 122-123).

Les Pérégrinations d’une paria sont numérisées sur Gallica et également transcrites dans une lecture aisée (texte entier).

Article en espagnol : Isabelle Tauzin-Castellanos:  Migration régionale française au  Pérou: cinq témoignages retrouvés. Revue Mitologías hoy, 2022.



Citer ce billet
emila (2023, 3 janvier). Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou. EMILA. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7ba

Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search