Pascal Harriague : un cordonnier tanneur basque pionnier de la viticulture en Uruguay

Pascal Harriague: la trajectoire exceptionnelle d’un cordonnier tanneur pionnier de la viticulture uruguayen – Biographie rédigée par Beñat Çuburu-Ithorotz

Les débuts de Pascal Harriague en Uruguay

Les vins d’Amérique du Sud (Chili, Argentine, Uruguay) obtiennent depuis plusieurs années une reconnaissance internationale en remportant des prix dans les grands salons consacrés à la viticulture. Leur succès ne se dément plus et depuis qu’ils grignotent des parts de marché aux régions traditionnelles de vins, on cesse de les considérer avec condescendance. Ce que l’on sait moins, c’est que ce sont des émigrants basques qui ont introduit et développé la viticulture dans ces pays. Ainsi, Pascal Harriague est-il considéré comme un pionnier en Uruguay.

Pascal (orthographié Paschal sur son extrait de naissance) Harriague est né à Hasparren le 14 avril 1819. Son père était Jean Harriague, laboureur et sa mère Jeanne Ihints. Ils habitaient la maison Borde Bidegain au quartier Hasquette.

On ne sait rien de sa jeunesse passée à Hasparren, sinon qu’issu d’une famille nombreuse (il avait six frères), il choisit d’émigrer lors de la première grande vague d’émigration du xixe siècle. Il déclara être cordonnier lors de son arrivée à Montevideo. C’était à l’époque le métier le plus répandu à Hasparren avec celui de laboureur et de tanneur. Les hommes exerçaient en fait tous ces métiers à la fois, puisque presque tous vivaient dans de petites fermes qui permettaient difficilement de faire vivre toute une famille et ils consacraient également une partie de la journée dans les tanneries ou les petits ateliers de cordonnerie de la commune.

Pascal Harriague semble avoir rejoint des connaissances. En 1836, arrivèrent à Montevideo Etienne Harriague et deux autres Harriague prénommés Jean, nés respectivement à Hasparren en 1816, 1812 et 1818. En 1837, 1838 et 1839, on trouve trois autres émigrants portant le patronyme de Harriague et arrivant d’Hasparren. L’un d’eux, Jean, était le cousin de Pascal Harriague. Les parents des autres et ceux de Pascal avaient vécu dans la même maison de Chourroutaldia à Hasparren.

Pascal Harriague ne voyagea pas seul, nous l’avons vu, puisque c’est avec cinq autres Haspandars qu’il s’inscrivit au Consulat. Il trouva rapidement du travail et comme beaucoup d’émigrants fraîchement débarqués, il s’employa aux abattoirs (saladero en Uruguay) du Cerro à Montevideo où l’on salait aussi la viande. Au bout de quelques mois, il occupait un poste de vendeur dans un commerce (pulpería) de San José, à une centaine de kilomètres de la capitale. En 1840, il s’installa à Salto sur les bords du fleuve Uruguay (faisant office de frontière avec l’Argentine à l’Ouest de l’Uruguay) où Jean Claverie, propriétaire depuis 1840 des abattoirs Quemado del Ceibal lui demanda de s’associer à son activité. Il y eut bien un Haspandar du nom de Jean Claverie arrivé à Montevideo en 1839 mais nous ne pouvons affirmer qu’il s’agit de la même personne.

Très entreprenant, Pascal Harriague finira par créer une tannerie qu’il transformera en abattoir et fabrique de salaisons « el saladero La Caballada ». Il y produisait des choses diverses : des salaisons bien sûr mais aussi des cuirs tannés, du savon, des bougies et de la graisse. La tannerie, Pascal Harriague la connaissait bien puisqu’à l’époque où il émigra c’était l’activité principale d’Hasparren. L’Uruguay était un pays à vocation agricole, résolument tourné vers l’élevage avec des millions de têtes de bovins (les pâturages représentent 80% du territoire national). Le nord de l’Uruguay et la région de Salto où avait choisi de s’installer Harriague sont réputés pour leur tradition d’élevage (c’est la patrie des gauchos, les vachers présents aussi en Argentine) et pour la salaison de la viande. Les établissements d’Harriague et de son concurrent Léon Domec traitaient environ 80 000 têtes de bétail par an et ils employaient plus d’un millier de personnes.

L’entrepreneur aux multiples facettes et le viticulteur adulé de Salto

Le développement de la viticulture coïncida dans le pays avec le passage à une ère plus industrielle, dans les années 1860. Pascal Harriague essaya dès cette année-là de planter de la vigne sur un bout de terre qu’il possédait à San Antonio Chico. Son rêve était de trouver une variété qui lui permette d’élaborer un vin rouge semblable à du Bordeaux. Il planta une variété locale mais les ceps étant trop peu résistants et productifs, les premières récoltes ne furent pas une réussite. Harriague dut se résoudre à abandonner l’expérience car les résultats modestes obtenus ne justifiaient pas l’investissement.

Mais notre homme était têtu. Habitant Salto près de la frontière argentine, il se rendait fréquemment pour affaires à Concordia (province d’Entre Ríos en Argentine), de l’autre côté du fleuve-frontière Uruguay. Lors de l’un de ces voyages en 1874, (il est alors âgé de 55 ans), il fit la connaissance d’un commerçant appelé Vireneau et originaire des Pyrénées. Quand Harriague lui parla de son échec dans la plantation de vignes, il lui répondit qu’il n’avait probablement pas encore trouvé la variété adaptée pour l’Uruguay. Il lui conseilla de ne pas abandonner son projet et lui dit qu’il connaissait à Concordia une petite exploitation qui produisait un excellent vin. Il le mit en contact avec son propriétaire, Jean Jaureguy surnommé Lorda, originaire du Pays Basque et dont le frère était contremaître dans le vignoble d’un noble de la région des Pyrénées.

La légende veut que quand Jaureguy émigra en Argentine, son frère lui remit quelques pieds de vigne qu’il enveloppa dans ses habits avant de les mettre dans son coffre de voyage. La coïncidence autour de cet émigrant est étrange car 8 Haspandars portant ce nom de Lorda ont émigré en Uruguay à l’époque d’Harriague entre 1837 et 1841. S’il s’appelait Jaureguy, il se peut que son surnom de Lorda vienne du nom de sa maison natale comme il était courant de le faire au Pays basque. Les ceps qu’il avait réussi à acclimater étaient de la variété Tannat. Celle-ci était appelée Bordelesa au Pays Basque et c’était exactement celle que Pascal Harriague voulait planter sur ses terres. Lorda lui en céda 14 pieds qu’il ramena à Salto. Bientôt ce furent 35 hectares qu’il put planter et deux ans plus tard il fit sa première récolte en obtenant d’excellents résultats. Encouragé par ce premier succès, Pascal Harriague planta d’autres pieds de vigne et son domaine viticole atteignit vite les 200 hectares.

La variété de Tannat s’est très bien adaptée à ces latitudes (zone australe). Pascal Harriague savait que la région du Salto où il avait choisi de vivre pouvait produire un bon vin à cause de la relation entre la qualité du sol et le climat. La région est située au niveau du 32e parallèle comme beaucoup des bonnes régions viticoles dans le monde. Durant la journée la température peut y atteindre les 40° et la nuit de brusques changements peuvent se produire en faisant baisser la température jusqu’à –20°. Cette amplitude thermique a pour conséquence une excellente maturation des tannins du Tannat. Cette variété est assez peu connue dans le monde et est principalement utilisée dans les pays du Río de la Plata, la région de production du Madiran et de l’Irouléguy et également un peu dans la région de Cahors. Le Tannat donne des vins très colorés et puissants aux tannins délicats mais notables ce qui leur permet de devenir de très bons vins de garde.

En 1883, Harriague disposait d’une cave de 40 mètres de long sur 14 de large construite avec des murs en pierre avec une partie souterraine pour conserver le vin à une température constante. Il y entreposait 300 barriques d’un vin rouge à la robe soutenue et fort en alcool.

En 1885, la productivité atteignant des résultats inespérés, Harriague étendit encore son domaine et construisit une nouvelle cave pour accueillir 400 barriques supplémentaires. En 1889, la récolte fut telle qu’une troisième cave de 50 mètres sur 16 fut rajoutée. La capacité d’entreposage fut ainsi portée à 2000 barriques. Pascal Harriague diversifia peu à peu la production en élaborant également des vins blancs et rosés. Une distillerie fut même créée pour produire un cognac qui obtint un grand succès puisqu’il se vendit jusqu’en France (Bayonne, Paris et Marseille).

Pascal Harriague imposa aussi son esprit novateur dans d’autres domaines. Il planta les premiers oliviers, les premiers orangers et autres poiriers et pêchers de la région nord-ouest de l’Uruguay ; ces fruits étaient destinés à l’exportation. Il fut aussi le premier planteur à grande échelle de mûriers blancs pour l’élevage du ver à soie. Il extrayait aussi des pierres précieuses dont il faisait le négoce. En 1888, le Président de la République d’Uruguay lui remit une médaille pour le récompenser de sa persévérance et pour avoir permis de lancer véritablement la viticulture dans le pays. Cette même année, il obtint une médaille d’argent pour ses vins à l’exposition universelle de Barcelone. L’année suivante, ce furent une médaille d’argent, une de bronze et une mention d’honneur qu’il ramena de l’exposition universelle de Paris de 1889.

Retourné dans son Pays basque natal pour des raisons de santé, il mourut à Paris le 14 avril 1894 en apprenant que le phylloxera faisait des ravages sur son domaine viticole. Ses cendres furent ramenées dans la ville de Salto en Uruguay par ses filles Pascalina, Octavia et Teresa. Aujourd’hui à Salto une avenue, un parc, une place et même une école portent le nom de Pascual Harriague et son nom est connu dans tout le pays. Il est vrai que les Uruguayens le considèrent comme un personnage extraordinaire ayant beaucoup œuvré pour le développement économique de sa région et sa trajectoire est exceptionnelle.

L’autre grand précurseur de la viticulture en Uruguay est Francisco Vidiella qui commença à cultiver en 1876 dans le sud du pays des variétés qu’il avait rapportées d’Europe. Il en sélectionna une d’origine française, la Folle Noire, qui porte aujourd’hui son nom.

Autres émigrants basques dans la viticulture en Uruguay

D’autres émigrants basques suivirent l’exemple d’Harriague en plantant des pieds de vigne issus de son domaine. Ainsi Andrés Mendizabal commença à produire du vin dans les années 1890, suivi en cela par les familles Zubizarreta, Irurtia, Campisteguy ou encore Aguirre. Ils ont développé la viticulture tout au long du xxe siècle et fait de nombreux émules puisque l’Uruguay compte à ce jour 280 caves productrices de vin. Ce sont tous des établissements de type familial et leur production moyenne annuelle est de 95 millions de litres.

Aujourd’hui, 9 000 hectares sont plantés en Uruguay dans cette variété de Tannat. Mais on la connaît davantage sous le nom de « Harriague » du nom de cet émigrant haspandar qui fut le véritable précurseur de la viticulture en Uruguay. Côté argentin, la même variété est connue sous le nom de « Lorda » en hommage à celui qui la rapporta du Pays basque.

Pascual Harriague reste un personnage extraordinaire qui, ayant été formé aux métiers de la cordonnerie et de la tannerie à Hasparren, poursuivit cette activité à travers son saladero dans la première partie de sa vie en Uruguay. Il envoyait en Europe une partie des peaux qui étaient issues de ses abattoirs et certaines de ces peaux en provenance d’Uruguay arrivaient à Hasparren pour être transformées en cuirs dans les tanneries locales. Il montra rapidement l’étendue de ses capacités et son esprit novateur, n’hésitant pas à entreprendre dans des secteurs peu développés dans le pays. Il est érigé en exemple dans sa patrie d’adoption et considéré comme une gloire nationale.

Beñat Çuburu-Ithorotz – IUT Bayonne

 


Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search