Gratien Daguerre, tanneur richissime à Cuba

Biographie rédigée par Beñat Çuburu-Ithorotz

La tannerie de Gibara

Gibara est une ville côtière de la province de Holguín, dans l’ancienne province d’Oriente. Elle a été fondée en 1817 et son port a été utilisé pour exporter le café et le sucre de la région jusqu’à la fin du xixe siècle. La ligne de chemin de fer entre Holguín et Gibara, ouverte en 1893, est devenue la principale voie commerciale de la région orientale de Cuba et la tannerie de Gibara a exporté une partie de sa production par ce mode de transport.

Des actes notariés de Gibara attestent de la présence d’une tannerie en 1861 ainsi que de trois fabriques de chaussures. Le recensement de 1864 le confirme avec la présence de deux Français et d’une tannerie « con tres curtidores y 328 cueros ». Nous pensons que ces deux Français sont Carlos Guitay et Ignacio Choribit. Les archives notariales de la ville contiennent un document dans lequel les deux hommes et un troisième, José Clemente Leal, originaire de Holguín, déclarent que « … tienen formada una tenería que tienen establecida los dos primeros en esta población y en los confines de la calle de la Marina… ».

Nous avons évoqué un peu plus haut Ignacio (Jean-Baptiste) Choribit, né à Hasparren en 1829. Sa famille était impliquée dans le tannage au Pays basque et, en 1831, trois membres de cette famille possédaient trois tanneries différentes dans le village et l’un d’entre eux, Narcisse, était un négociant en cuir qui sillonnait une partie de la France et du nord de l’Espagne pour son activité professionnelle.

Deux décennies plus tard, la tannerie de Gibara est aux mains de Pedro Sondón Alberiche (Arbeletche), né en 1852 à Ayherre, un village voisin d’Hasparren. Il semble qu’il soit arrivé à Cuba vers 1870 et il est très probable qu’il ait connu Choribit car il est entré à Gibara par le port pour travailler dans la tannerie. Selon son arrière-arrière-petit-fils et la légende familiale, il a travaillé longtemps pour un maigre salaire et, quelques années plus tard, les propriétaires de la tannerie la lui ont transmise en guise de compensation. Pedro Sondón a alors fait ce que tous les autres ont fait, en faisant venir d’autres tanneurs du Pays basque. C’est ainsi qu’Antonio, un de ses frères, a émigré à Gibara et aussi Pierre Bidart qui, après de nombreuses années dans la tannerie de Gibara, a fondé sa propre tannerie dans la ville voisine de Banes.

Pedro Sondón prospéra et, en quelques années, il devint propriétaire d’une usine de briques, d’une savonnerie et de plusieurs propriétés agricoles dans la région. Cette situation confortable lui permit d’acheter une autre tannerie dans la capitale de la province d’Holguín avant de céder la sienne à un autre tanneur émigré d’Hasparren, Gratien Daguerre. Ce dernier était arrivé à Cuba grâce à Etienne Amespil, le propriétaire de la tannerie de Nuevitas, qui l’avait fait venir d’Hasparren en 1894. Il était né dans la maison Malechiatea en 1874 dans une famille de fermiers et de cordonniers. Son père exerçait les deux métiers, comme beaucoup de gens dans la commune, et c’est à la maison que Gratien a appris à tanner le cuir. Il a fui le service militaire et semble avoir choisi Cuba parce qu’un oncle maternel avait déjà émigré dans l’île des Caraïbes. Il a travaillé quelque temps à Nuevitas mais son séjour n’a pas été très long car, en 1895, Gratien était déjà à Gibara, travaillant avec Sondón et avec Pierre Darricau, un autre émigrant d’Hasparren et son voisin qui avait voyagé avec lui. On peut dire que Gratien Daguerre est celui qui a développé la tannerie de Gibara, la transformant en l’une des industries les plus prestigieuses de la région.

De Gratien Daguerre à Don Graciano

À l’époque de son plus grand développement, dans les années 1940, la tannerie de Gibara employait une vingtaine de travailleurs et produisait environ 800 peaux par mois. Beaucoup de ces ouvriers ont été amenés par Daguerre depuis Hasparren. Ils dormaient dans un bâtiment construit pour les accueillir et une cuisinière cubaine préparait leurs repas. Parmi les tanneurs originaires d’Hasparren, on peut citer Pascual Daguerre, frère de Graciano, qui émigra à Gibara vers 1903 et travailla dans la tannerie pendant une trentaine d’années. Un autre parent de Graciano émigra lui aussi : son neveu Jean Baptiste Hiriart-Urruty. En 1921, arrivèrent Bernard Bacardats et Jean Baptiste Lahirigoyen ; ce dernier devint l’homme de confiance de Graciano Daguerre lorsque celui-ci multiplia les voyages au Pays basque et surtout quand il décida d’y passer une partie de l’année avec sa famille à la fin de sa vie. En 1923, ce fut le tour d’Adrien Cinqualbres, qui arriva à Cuba à l’âge de quatorze ans. Il travailla dans la tannerie pendant quelques années avant de s’installer à Holguín où, en 1930, il épousa Berta Sondón, une des filles de Pedro Sondón. Après avoir ouvert sa propre tannerie spécialisée dans les peaux fines à Holguín, il perdit tout dans les paris sur les combats de coqs et termina sa vie professionnelle dans la tannerie de Jean Lassalle, un autre Français installé à Manzanillo, également dans la province d’Oriente et originaire de Sauveterre-de-Béarn, près du Pays basque. Deux autres Basques travaillèrent pendant plusieurs années avec Graciano Daguerre : Jean Hiriart (dit Kayet), qui ouvrit une tannerie dans la ville de Banes dans les années 1940, et Pedro Duhalde, né à Ayherre mais qui vécut à Hasparren pendant quelques années avant d’émigrer à Cuba.

Graciano Daguerre avait épousé Maria Crescencia Lamorena le 19 novembre 1902 et ils eurent huit enfants, dont deux, Nino et Melquiades, travaillèrent avec lui dans la tannerie. Graciano conserva sa nationalité française et choisit d’éduquer ses enfants en Europe. Pour cette raison, la famille faisait des allers-retours entre Gibara, Hasparren et Fuenterrabia où Graciano vécut pendant plusieurs années. En plus de sa volonté, il vint du Pays basque avec une foi inébranlable et si les habitants de Gibara se souviennent du riche émigrant arrivé à Cuba sans un sou, ils se souviennent surtout du catholique fervent. Il ne manquait jamais la messe et payait les robes de communion de tous les enfants de la ville. En 1929, il commanda à une fabrique de Naples une cloche qui porte son nom gravé et qui fonctionne toujours dans le clocher de l’église de Gibara.

Graciano Daguerre est décédé à Gibara le 22 décembre 1950, mais la tannerie a continué à fonctionner avec ses enfants et surtout grâce au travail de Juan Bautista Lahirigoyen. Après la saisie de la tannerie par le gouvernement révolutionnaire, elle est restée fermée pendant quelques années jusqu’à sa réouverture avec Juan Bautista Lahirigoyen comme directeur de production. Elle a continué à fonctionner jusque dans les années 1970 avant d’être transformée en usine de chaussures.



Citer ce billet
emila (2023, 22 janvier). Gratien Daguerre, tanneur richissime à Cuba. EMILA. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7bf

Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search