Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

La famille Choribit est liée de très près à l’histoire de la tannerie à Hasparren. On peut parler d’une véritable dynastie car elle exerça cette activité dans le village aux XVIIIe et XIXe siècles ; puis lorsque survint la crise à la fin du XIXe, les Choribit choisirent l’émigration vers le Chili où ils prospérèrent dans leur métier tout au long du XXe siècle.

Les Choribit, une dynastie de tanneurs

En 1831, on recensait à Hasparren 51 tanneries, de taille modeste pour la plupart d’entre elles. Trois appartenaient à la famille Choribit : Martin, gérait celle de la maison dite Trinketa au bourg. Il commerçait avec le reste de la France comme l’atteste un passeport délivré par la mairie d’Hasparren en 1829. Saint-Martin dirigeait celle de la maison Hachateya et Antoine possédait la sienne dans la maison Puttuania au quartier Labiri.

Le fils de Martin, Narcisse né en 1829 prit la succession de son père à la mort de ce dernier en 1855. Il fit prospérer l’affaire avant de la céder lui-même à ses six enfants. La tannerie des Choribit fut l’une des dernières à fermer ses portes à la fin du XIXe siècle alors que la crise frappait ce secteur resté à un stade artisanal. L’épidémie d’oïdium qui frappa les chênes de la région d’Hasparren sonna le glas de cet artisanat dans le village.

Les enfants de Narcisse décidèrent de réagir en tentant l’aventure de l’émigration. Un lointain ancêtre, Jérôme Choribit, avait déjà pris la direction de Saint Domingue en 1772. En 1864, Ignacio Choribit fait partie des trois personnes qui s’associent pour créer la tannerie de Gibara dans l’orient cubain. Enfin, Jean-Baptiste Choribit, fils du tanneur Saint-Martin de la maison Hachateya émigra à Cuba en 1851 avant de se rendre en Argentine en 1854.

Jean-Pierre Choribit (né en 1876), l’aîné de la fratrie s’en fut donc seul, envoyé « en mission » par la famille au Chili. Ses deux sœurs et ses trois frères avaient réuni une somme d’argent pour qu’il puisse essayer de lancer une affaire au Chili. La tannerie que possédait la famille à Hasparren ne pouvait pas faire vivre tout le monde, il est  parti avec cette intention. Il débarqua dans le petit port de Talcahuano, près de Concepción où d’autres émigrants haspandars l’avaient précédé tout au long du XIXe siècle.

JP. Choribit s’installa à Concepción où il travailla quelque temps dans une tannerie. Il épargna et racheta en 1905 à Chillán la tannerie El Aguila qui existait déjà et qui avait fait faillite. Très vite après son arrivée au Chili, le rejoignirent ses trois frères, Pascal (né en 1879), Jean-Baptiste (né en 1882) et Joseph, le cadet (né en 1884) qui émigrèrent avant d’effectuer leur service militaire.

Vers 1910, Jean-Pierre revint au Pays basque pour se marier. Il rencontra Lucie Veisse, originaire de Mauléon. Ils se marièrent en juillet 1914 et eurent deux enfants Mayi et Pedrito. Quand la famille revenait au Pays basque, ils habitaient à Hasparren à Ithurartenia, la maison familiale construite par Narcisse Choribit, leur père. Jean-Pierre n’a pas investi tout de suite à Hasparren car la tannerie au Chili et la manufacture de chaussures qui avait été créée fonctionnaient bien mais pas suffisamment encore pour rapatrier des capitaux. Les frères se chargeaient de développer l’affaire pendant que l’aîné prenait un peu de repos à Hasparren après s’être beaucoup investi durant son premier séjour au Chili.

Puis la Première Guerre Mondiale éclata. La mobilisation surprit Jean-Pierre en août 1914 alors qu’il venait de se marier. Pascal revint du Chili pour prendre part au conflit. Il mourut au front en 1915 mais Jean-Pierre revint. Sa femme qui semblait souffrir d’une dépression fut internée chez des religieuses et Jean-Pierre se retrouva seul avec deux enfants en bas âge qui furent confiés à leurs tantes d’Hasparren. Il retourna alors au Chili.

Jean-Pierre Choribit, une vie d’entrepreneur entre le Chili et le Pays basque

C’est l’époque où l’activité de la tannerie et de la fabrique de chaussures atteint son plein régime. Elles portaient au début le nom de Curtiembre y Fábrica de Calzado J.P. Choribit puis devinrent Curtiembre y Fábrica de Calzado Choribit Hnos. Nombreux furent les émigrants d’Hasparren qui rejoignirent les frères Choribit. Et d’ailleurs, une autre tannerie de Chillán appartenait à la famille Léon, qui était aussi d’Hasparren. Celui qui créa cette tannerie était également venu comme simple employé pour travailler dans la tannerie Choribit avant de se lancer seul et réussir à créer une affaire importante. C’était un phénomène très courant : même les personnes qui travaillaient dans l’encadrement ou dans les bureaux de l’entreprise étaient en priorité des gens d’Hasparren. Jean Pierre Choribit profitait de ses séjours au Pays basque pour inciter des jeunes à partir ; il prenait des jeunes qui avaient le profil pour cela, des célibataires, spécialisés dans la tannerie ou la cordonnerie. La tannerie et la fabrique de chaussures comptèrent jusqu’à deux cents ouvriers dans les années trente et on y parlait beaucoup le basque tant les émigrants étaient nombreux.

Pendant que son frère Jean-Pierre était à la guerre, Joseph s’était marié au Chili en 1915 avec Marie-Louise Dubarbier, fille d’émigrants français. Sa famille avait aussi installé une tannerie à San Carlos, un tout petit village près de Chillan. Ils ont eu trois enfants : l’aînée María Elena, née en 1916 et qui épousa plus tard un fils de la grande tannerie basque Ilharreborde de Santiago puis José Alberto né en 1918 et le cadet, Juan, né à Bayonne en 1925. L’autre frère, Jean-Baptiste Choribit était un « coureur de jupons » et eut une vie un peu tourmentée avant de se marier à son tour en 1934.

À la fin de l’année 1924, alors que leur affaire au Chili connaissait une grande prospérité, Jean-Pierre et Joseph ainsi que toute sa famille retournèrent à Hasparren. Ils revenaient comme beaucoup de Basques qui avaient réussi pour investir et entreprendre des choses. Joseph construisit une belle et grande maison de style néo-basque à Bayonne en 1926 et acquit des terrains agricoles. Son frère Jean-Pierre construisit l’hôtel-trinquet Berria à Hasparren en 1929. Ils vécurent à Bayonne pendant neuf ans mais Jean-Pierre et Joseph retournaient souvent au Chili et revenaient pour de longues périodes.

Leur frère, Jean-Baptiste Choribit resta donc seul à Chillan aux commandes de la tannerie et de la fabrique de chaussures. Mais il ne fut pas l’homme de la situation et les autres employés de la tannerie qui étaient des Haspandars signalèrent aux deux autres frères la situation critique qui s’annonçait si Jean-Baptiste continuait ses frasques.

Jean-Pierre et Joseph retournèrent au Chili avec leur famille en 1935 et prirent à nouveau la direction de l’affaire, Jean-Pierre s’occupant de la production et Joseph de la partie administrative et commerciale. Le fils de Joseph, José Alberto fut incorporé à l’activité. À la tannerie, ils utilisaient beaucoup le tannage végétal car ils produisaient beaucoup de cuirs durs pour faire des semelles de chaussures. Ils avaient donc des fosses où ils mettaient un tannin argentin issu du quebracho, un arbre très dur (« que quiebra el hacha »). Le processus était très lent. Avant de produire le cuir dur et épais pour une semelle il fallait 4 à 5 mois. Ils faisaient aussi beaucoup de tannage au chrome, minéral car il fallait aussi des cuirs souples pour la fabrique de chaussures. À sa meilleure période, la tannerie produisait jusqu’à 20 000 cuirs de bovins et 30 000 de cuirs d’ovins et de caprins par an ; la production de la fabrique de chaussures était de 320 paires par jour. Les articles produits tant à la tannerie qu’à la fabrique de chaussures obtinrent plusieurs prix lors d’expositions industrielles au Chili.

Le 24 janvier 1939 un terrible tremblement de terre dévasta tout le centre du Chili. La ville de Chillán fut une des plus affectées ; et on y déplora près de trente mille victimes ; les dégâts occasionnés furent énormes. La tannerie et la fabrique de chaussures des Choribit furent complètement détruites durant le séisme. Une semaine après le séisme, l’ambassadeur de France à Santiago dépêcha des fonctionnaires sur place pour juger de la situation des Français sinistrés dans la région. Puis, sept mois plus tard, M. Giroux en sa qualité de président du Comité de secours de la Colonie Française de Santiago se rendit également dans la région. Voici quelques extraits du rapport qu’il rendit à l’ambassadeur et qui permet de juger des dégâts causés dans les tanneries tenues par les familles basques ainsi que le travail acharné de ces dernières pour redémarrer leur activité :

Escorté de M. Cament, je commence ma visite et nous nous mettons à la recherche des Français. […] Vu M. Pierre Choribit que nous trouvons en plein travail dans sa tannerie. La fabrique de chaussures a été complètement détruite, mais certaines machines ont pu être dégagées des décombres. Cette firme a décidé d’abandonner la fabrication de la chaussure et de vendre toutes les machines. Seule, la tannerie fonctionne dans d’excellentes conditions et à plein rendement. Choribit Hnos. Grosse situation ; ils ont aidé leurs ouvriers. M. Choribit met sa voiture à notre disposition pour visiter Chillán Viejo situé à 3 kms environ vers le sud.

Chillán Viejo est bâti en bordure de la route nationale de Chillán à Bulnes. Cette malheureuse petite ville qui avait déjà été détruite au siècle dernier, a beaucoup souffert et on peut assurer que 95 % des édifices sont tombés. On me signale quelques maisons où des familles entières ont été ensevelies sous les décombres et où il ne reste pas un seul survivant. Je trouve M. Fischer au milieu de ses ouvriers ; sa tannerie a souffert mais il s’est mis immédiatement au travail, et ses hangars remis en état, il m’accueille très simplement et me fait visiter sa maison d’habitation très lézardée, mais habitable.

M. Ithurbisquy, son beau-frère et voisin a eu peu de dommages et continue à vivre dans sa propriété. Il a vu sa tannerie complètement détruite et a subi de très grosses pertes.

Jean-Pierre et Joseph Choribit décidèrent donc d’abandonner la fabrication des chaussures après le tremblement de terre. Ils ne conservèrent que la tannerie dont l’activité s’est poursuivie jusqu’en 1981 avec à sa tête José Alberto, le petit fils de Joseph, dernier membre de cette dynastie de tanneurs haspandars. Les tanneries chiliennes subissaient une forte concurrence des cuirs brésiliens subventionnés et beaucoup durent fermer à cette période. Après le tremblement de terre, la présence basque à Chillán diminua fortement. L’évêque Saint-Jean le confirma lors de la visite qu’il effectua dans la ville et sa région lors de son voyage au Chili :

La ville de Chillán nous ménage une halte intéressante. En pleine reconstruction, Chillán se relève de la catastrophe de 1939 qui anéantit la cité. Siège d’une puissante colonie de Basques il y a un demi-siècle, elle ne compte plus qu’un petit groupe de nos compatriotes, retenus par l’industrie du cuir. Nous visitons quelques belles tanneries, entre autres les Établissements Choribit, dont nous sommes les hôtes choyés.

Après le tremblement de terre, la famille Choribit eut l’opportunité d’acquérir des terrains et de construire des immeubles pour louer des locaux commerciaux. Elle possédait également la propriété agricole de 400 hectares (laiterie et élevage) Santa Raquel à Cato près de Chillán.

Pour conclure, nous pouvons affirmer que la famille Choribit est assez représentative de ces émigrants qui ont réussi à se créer une situation professionnelle et sociale leur permettant de revenir régulièrement au Pays basque et d’y résider une partie de l’année. Si la tannerie et la chaussure ont complètement disparu à Hasparren, les Choribit auront grandement contribué à perpétuer ces métiers du cuir au Chili en les faisant passer du stade artisanal à celui de véritable industrie. Beaucoup d’industriels de la chaussure d’Hasparren s’inspirèrent d’ailleurs de l’expérience et de la réussite des frères Choribit au moment de lancer leurs propres usines et conservèrent des liens commerciaux étroits avec eux.

Jean-Pierre Choribit faisait partie des notables locaux et il tint à laisser à Hasparren une trace pour montrer sa réussite. En 1929 il fit ériger un grand hôtel-restaurant auquel fut adossé un trinquet pour la pratique de la pelote basque. Récemment rénové par un industriel local, il a retrouvé son lustre d’antan et son statut de temple de la pelote basque

 

 



Citer ce billet
emila (2023, 6 février). Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili. EMILA. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7bh

Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search