Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Dans le cercle des bertsularis (improvisateurs en langue basque), Joseph Mendiague est l’un des plus remarquables car toute sa poésie a été produite en Uruguay où il avait émigré. Pratiquement inconnu au Pays basque jusqu’à ce que Piarres Xarriton le sorte de l’oubli, il était cependant très populaire dans le milieu de la diaspora basque.

Son père François étant douanier, Joseph Mendiague naquit aux Aldudes (Basse-Navarre) le 27 avril 1845. Il était le neuvième enfant d’une famille qui allait en compter quatorze mais la mortalité infantile étant très élevée à l’époque, seuls sept d’entre eux survécurent. En 1848, François Mendiague démissionna du corps des douanes et vint s’installer comme aubergiste à Hasparren, une commune où il avait déjà été nommé comme douanier une quinzaine d’années auparavant entre 1835 et 1838. Joseph Mendiague et sa femme Catherine Larregain avaient habité la maison Guardatea et les trois premiers enfants du couple y naquirent. La famille vécut les premières années dans différentes maisons au quartier Zelai puis elle s’installa au centre-ville où le couple prit la gérance du bar Dukiania pour compléter la retraite de douanier de François Mendiague.

Arrivé tout jeune à Hasparren, Joseph Mendiague se montra toujours très attaché à cette ville ; c’est en effet là qu’il prit goût à la pratique du chant et de la pelote basque. C’est aussi à Hasparren, à l’Ecole des Frères, qu’il noua de solides amitiés de jeunesse auxquelles il demeura fidèle toute sa vie. Il y apprit le métier de cordonnier qu’il exerça quelques années, probablement dans ces petits ateliers très nombreux à Hasparren.

Tout comme nombre de jeunes conscrits de l’époque, Joseph Mendiague choisit de partir en Amérique avant son vingtième anniversaire. Il prit la direction de l’Uruguay en 1863, à l’âge de dix-huit ans alors que ses frères Denis Bertrand et Martin s’étaient rendus respectivement au Chili et en Argentine. Les premières années furent difficiles ; la République Orientale d’Uruguay avait connu la guerre durant neuf ans entre 1843 et 1851 puis une guerre civile entre « blancos » et « colorados » à laquelle de nombreux émigrants basques prirent part. Joseph Mendiague fit part de ces difficultés, sort que partageaient de nombreux Basques exilés, dans plusieurs de ses chansons restées célèbres. On peut citer « Montevideoko berriak » (Les nouvelles de Montevideo) où il exhortait les Basques à ne pas pas tenter l’aventure de l’émigration vers l’Uruguay où l’on vivait si mal : « Hor ontsa denik, hunat ez bedi abia ! » (Que ne vienne donc pas ici celui qui se sent bien chez lui !).

Joseph Mendiague fut même contraint de passer en Argentine dans la ville de Porto-Ruiz afin d’y trouver du travail. Il revint ensuite en Uruguay et se fixa dans la ville de San José de Mayo où il épousa Margarita Gandoglia en 1881. Ensemble, ils prirent en charge une pension auberge et eurent quatre enfants dont deux moururent en bas âge. Il s’associa également à Remigio Galdos pour gérer une fabrique de tabac qui employait une vingtaine d’ouvriers.

La situation économique de la famille s’améliora peu à peu et le prestige de Joseph Mendiague grandit dans le monde de l’émigration. À partir de 1887 il participa activement à la création et au développement de l’association « Euskaldunak Bat » de San José de Mayo. Puis il apporta sa contribution à des publications en langue basque à Bayonne, « Eskualduna eta Eskual Herria », à Los Angeles en Californie, « Californiako Euskal Herria » et à Buenos Aires « Euskal Herria » et « Haitza ». Un recueil de chansons de Joseph Mendiague fut édité en 1900 à Buenos Aires. Il connut un tel succès que d’autres éditions suivirent dont une à Santiago du Chili en 1916. Mais ni la gloire ni les années ne lui firent oublier Hasparren où il avait vécu sa jeunesse. Il n’oublia pas non plus les siens et ses compatriotes qui apparaissaient souvent dans ses chansons, véritables petits chefs-d’œuvre de réalisme et d’humour.

Une chronique d’un journal local de San José de Mayo datée du 2 mai 1888 montre bien tout le talent et l’aura de ce personnage. José Mendiague participait à une fête champêtre organisée par la communauté basque locale:

…y entre tajada y trago la gente joven fue alegrándose, y aquí fue troya, empezaron los versolaris a cantar los alegres zorzikos y muy pronto se improvisó un coro dirigido por Don José Mendiague, y tuvimos la ocasión de ver que su repertorio no tiene fin : pues ya sea en dialecto francés ya el guipuzcoano y navarro de la armoniosa lengua Euskara es un torrente de poesía y como va a agotar su repertorio si entre col y col nos plantaba una lechuga pues cuando se veía apurado sobre cualquier tema, improvisaba con una facilidad y gusto admirable. He ahí la razón de que su repertorio no tenga fin, cuando le falta la memoria, recurre al ingenio…

Acto continuo el Sr. Mendiague convidó al improvisado coro a cantar el Guernicako Arbola y fue como el de una chispa eléctrica el efecto que produjo en la concurrencia ese canto popular de inmortal vate don José M. Iparraguirre.

… y esto es lo que demuestra y siente todo euskaro de corazón al oír el canto popular Guernicaco Arbola así es que no es estraño que el puñado de euscaros allí reunidos se electrizasen al oír el canto, y a su final fuera saludado con entusiasmo el Sr. Mendiague.

Cette anecdote fait référence à un autre illustre improvisateur, émigré lui aussi en Uruguay, José María Iparraguirre. Mendiague était son cadet de vingt-cinq ans et il lui vouait une réelle admiration. Il lui dédia plusieurs chansons et adopta plusieurs de ses thèmes et mélodies pour ses propres chansons.

Joseph Mendiague et sa famille quittèrent San José pour s’installer définitivement à Montevideo au début du XXe siècle où il participa également à la création de l’association basque « Eskual Herria » et où il continua de produire des chansons. À son image, plusieurs de ses descendants se sont illustrés comme versificateurs et d’autres se sont distingués dans la pelote.

Il mourut à Montevideo le 12 septembre 1937 à l’âge de quatre-vingt-douze ans. Une ruelle d’Hasparren porte le nom de cet illustre bertsolari qui restera parmi les plus grands de son époque comme le confirma José de Aristimuño Olaso « Aitzol » dans l’article intitulé « La emigración vasca y la poesía euskaldun », publié le 1er décembre 1934 dans le journal « Euzkadi »:

Sin embargo el poeta más destacado de la emigración me parece ser el ezpeldarra (?) José de Mendiague, casi totalmente desconocido aquí como popular entre los vascos de la Argentina de la anterior generación. Poeta de gran fuerza descriptiva y rara originalidad.

Un autre hommage de taille a été rendu à José Mendiague au Pays basque en 2012 : une pastorale souletine lui a été consacrée : Ameriketan Euskaldunak – José Mendiague Pastorala. Le village de Roquiague l’a organisée et a offert les deux représentations traditionnelles durant l’été puis la commune d’Hasparren l’a accueillie le 8 septembre 2012. Il est rare qu’une pastorale soit jouée en dehors du territoire de la province de Soule mais José Mendiague ayant grandi à Hasparren, des habitants de la commune ont tenu à ce qu’un hommage soit rendu à cet illustre enfant du pays.

Nous ne pouvons clore ce chapitre consacré à José Mendiague sans inclure quelques-unes de ses productions. Les thèmes qui l’inspirèrent pour ses chants et qui firent son succès auprès de la diaspora de l’époque étaient très divers. S’il mit en chanson ses échanges épistolaires avec des amis d’enfance, comme nous l’avons vu dans un chapitre précédent, il décrivit également volontiers la vie à Montevideo (Montevideoko manera), commenta l’actualité politique en Uruguay (Euskaldun baten kontseilua Montevideoko presidentari), prôna l’unité des Basques (Euskaldun guziak bat), fit l’éloge des improvisateurs basques (Euskaldun bertsolariak) ou du chant (Kantuz). Les vers présentés ici sont ceux empruntés à la pastorale José Mendiague jouée à Roquiague et à Hasparren.

Euskaldun guziak bat

(1, 3, 6, 20 garren bertsetak)

Lapurdi eta Baxenabarre, Xuberoa eta Nabarra,

Gipuzkoa eta Bizkaia, zazpigarrena Araba,

Guziek elgar atxik dezagun, neholere ahal bada,

Aiten kostumak segi ditzagun, galdu ez dezagun Ama.

Nahiz Frantzian ala Espainian, joan den denbora handian,

Gure mintzaia nahiz galerazi ari dirade lanian ;

Ama utzi-eta, Amaizuna har, gerta liteke orduian ;

Geldi gaitezen gure Amarekin, hoberik ez da munduian.

Euskal Herriak gaizki gabiltza, joan den aspaldi handian,

Batzu Kastillaz, bertzial Frantsesez ari gira solasian ;

Denen ikastia gizonak on du, aise ibiltzeko munduian,

Bainan euskara atxik dezagun ahantzi gabe buruian.

Gure Aitamen aitek erranak behar ditugu sinetsi :

Ez dela behar gure Herrian euska baizik onetsi ;

Euskaldun sortu, Euskaldun bizi, Euskaldun hile ta ehortzi,

Munduian hori egiten duenak, zerua duke merezi.

 

Les Basques ne font qu’un

(Couplets 1, 3, 6, 20)

Le Labourd, la Basse-Navarre, la Soule et la Navarre

Le Guipuzcoa, la Biscaye, la septième l’Alava,

Soyons tous aussi solidaires que possible, transmettons les coutumes

De nos ancêtres afin de ne pas perdre notre mère patrie.

Depuis des années, les Français et les Espagnols font leur possible

Pour faire disparaître notre langue ;

En laissant notre mère, nous serions sous le joug d’une marâtre,

Restons attachés à notre mère patrie, car il n’y a pas mieux au monde.

Depuis longtemps, le Pays basque va mal,

Certains parlent en espagnol, d’autres en français ;

Certes, mieux vaut maîtriser plusieurs langues pour voyager dans le monde

Mais évitons tout de même d’oublier la langue basque.

Nous devons croire aux paroles de nos ancêtres

Qui disent qu’il faut parler basque au Pays basque ;

Naître basque, vivre basque, mourir et enterré basque

Et dans le monde, celui qui agira ainsi méritera le ciel.



Citer ce billet
emila (2023, 7 février). Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay. EMILA. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o7bi

Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search