Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique

Mes cousins d’Amérique, par Jean-Pierre Labroille 24 février 2024

Un récit familial

Je me souviens, enfant, avoir entendu ma mère raconter qu’elle avait des oncles en Amérique. Au début des années 1930, quand elle était elle-même enfant, elle était sûre que ces oncles avaient fait fortune et qu’un jour leur retour annoncerait pour la famille des jours fastes.

Dans une fratrie de sept enfants arrivés à l’âge adulte, deux filles et cinq garçons, deux premiers grands oncles paternels de ma mère, soit des arrières grands oncles pour moi, seraient partis à la fin du 19° siècle vers les Etats Unis. L’un des deux serait parti avec sa jeune épouse qui avait laissé en garde à ses beaux-parents son trousseau de mariage. Elle viendrait le chercher, un jour. Ils n’ont envoyé aucune nouvelle, ne sont pas revenus et leurs prénoms ont été oubliés… Personne n’a osé toucher à ce trousseau et nul n’a su ce qu’il est devenu. Deux autres membres de cette fratrie seraient partis vers l’Argentine : Jean-Baptiste né le 4 juillet 1872, et son frère aîné, Jean, mon arrière-grand-père né le28 décembre 1858. Le récit familial les concernant est à peine plus fourni.

Une fois arrivés à Buenos Aires ils n’y sont pas restés et sont allés travailler dans une « quinta » (grande propriété agricole) près de Bahia Blanca au sud de Buenos Aires. Moins de deux ans après, Jean, mon arrière-grand-père était revenu dans son Béarn natal, retrouver sa famille. Il avait laissé au pays, à Araujuzon, son épouse et deux enfants, dont mon grand-père Félix alors âgé de 8 ans …. et sa jeune sœur Henriette. Il est revenu d’Argentine aussi pauvre qu’il était parti, racontant qu’il avait perdu au jeu son pécule, sur le bateau du retour. Habillant peut-être d’une façon moins humiliante pour lui l’échec que constituait pour un émigrant de revenir les mains vides. Les archives de la famille ne conservent de ce périple qu’une pièce, une lettre du 15 mai 1901 de son employeur argentin reçue quand il était rentré en France, lui confirmant qu’il y avait du travail pour lui et qui lui demandait quand il reviendrait. Cela prouvait toutefois la véracité de ce voyage. Le jeune frère de Jean, Jean-Baptiste serait lui resté en Argentine et n’aurait plus donné aucune nouvelle à sa famille béarnaise, laissant ouverte la porte à l’imaginaire.

Avec le temps la mémoire de ces quelques éléments s’est largement évanouie et plus personne ne rêvait d’une fortune possible tombant du ciel depuis l’oncle Jean-Baptiste…

Cette émigration datait d’avant la guerre de 14, autant dire d’un passé révolu, quasi mythique.

Du récit au réel

En 2010, mon oncle maternel, Henri Lacaze-Cazette, fils de Félix a un jour cherché son propre nom sur internet, sans but précis. À sa grande surprise il l’a vu apparaitre dans les archives du port de Buenos Aires. Ce voyage était bien une réalité. Son propre grand-père Jean accompagné de son jeune frère Jean-Baptiste sont arrivés ensemble en Argentine en bateau le 1° mars 1899, sur le California en provenance de Pauillac en Gironde. Le document du port précisait qu’ils étaient catholiques, journaliers, que Jean, 40 ans, était marié et Jean-Baptiste, 26 ans, célibataire. Peu avant sa mort, mon oncle Henri me demandait de poursuivre des recherches pour retrouver des traces de Jean-Baptiste et de ses éventuels descendants.

Les deux frères sont allés planter des piquets dans la pampa, pour clôturer cet espace jusque-là ouvert et certainement faire aussi autre chose que nous ne connaissons pas, dans la quinta [la ferme]. Ils n’y sont pas restés longtemps. Jean au moins est revenu vite puisque la lettre de son employeur demandant son retour en Argentine était datée du 15 mai 1901. Le contenu de cette lettre et les noms de famille cités témoignent que Jean a travaillé dans un milieu de béarnais et que des relations de courtoisie, voire d’amitié se maintenaient des deux côtés de l’Atlantique. Il est ainsi fort possible que cette émigration se soit faite au sein d’un tissu relationnel préexistant et qu’il y avait du travail pour les Béarnais en Argentine au début du 20e siècle.

Mes recherches en Argentine pour trouver des traces se sont vite avérées vaines et les choses en seraient restées là si je n’avais pas eu la chance de rentrer en contact avec l’AME, association pour la mémoire de l’émigration, basée à Pau. L’expérience, le savoir-faire acquis de Lili Casassus et de Régine Péhau, notamment, les relais dont elles disposent dans les Amériques ont permis des avancées décisives.

Le récit familial d’une fin des relations entre les deux frères et de la poursuite du séjour de Jean-Baptiste en Argentine est contredit d’abord par l’absence d’archives à son nom en Argentine et ensuite par l’état-civil de Lurbe, petite commune proche d’Oloron-Sainte-Marie en Béarn. L’AME y a en effet trouvé la preuve de son mariage avec une fille du pays, Elizabeth Mirandette, le 30 janvier 1904, puis le 6 novembre 1906 la déclaration de la naissance de leur fille aînée, Amélie. Quelle ne fut pas ma surprise de voir que Jean, mon arrière-grand-père, était témoin lors de la présentation de la petite Amélie à l’officier d’état-civil. Il savait donc que son jeune frère était rentré d’Argentine, s’était marié et avait eu une enfant.

Mais ensuite la famille de Jean-Baptiste restait introuvable en France comme en Argentine jusqu’à la découverte par l’AME du décès de Jean-Baptiste à San Diego (Californie) le 7 mai 1941, sur une intuition d’aller chercher aussi en Amérique du nord puisque rien n’apparaissait en Amérique du sud. Cette seconde émigration insoupçonnée en Californie a compliqué la recherche, mais il a été aisé ensuite pour l’AME, connaissant cette destination, de retrouver Jean-Baptiste dans les recensements décennaux successifs des Etats Unis, le 12 mai 1910, puis le 3 février 1920, puis le 20 avril 1930, et enfin le 6 avril 1940. Il travaillait comme ouvrier agricole dans une ferme à San Diego où travaillait aussi son beau-frère. Et était devenu propriétaire de son logement. Son épouse Elizabeth l’avait rejoint.  Le 25 avril 1909 elle passait par New York. Elle indique alors rejoindre son mari. Ils ont eu 4 enfants, 5 petits-enfants et 4 arrière-petits-enfants identifiés. Le 22 octobre 2022, la nouvelle de cette découverte d’une partie états-unienne de ma famille a été pour moi, bien qu’ardemment espérée, une surprise magnifique et une émotion extraordinaire. Passer d’une belle histoire, bien que floue et pleine de trous, à la réalité de la trame d’un récit de vie, à la matérialité de noms, de dates de naissances, de décès, a été un vrai choc. La précision de l’adresse postale dans une ferme en Oregon, de ma cousine Cathy Nathan, arrière-petite-fille de Jean-Baptiste, mon propre arrière-grand-oncle, était une invitation absolue à tenter un contact. Après quelques jours, nécessaires pour me faire à ce nouveau contexte j’ai écrit à Cathy le 8 décembre 2022. Elle m’a répondu le 21 janvier 2023.

Et maintenant ?

Ma recherche avait abouti. Mais qu’en faire ? Après une première réaction positive, Cathy me disait n’avoir que très peu d’informations sur la vie de ses ascendants, oncles, tantes, cousins et ne pouvoir satisfaire ma curiosité. Elle n’était pas non plus curieuse de davantage d’éléments sur la vie de ses cousins français. Plusieurs de mes messages sont restés sans réponse.  J’avoue avoir été déçu. Mais qu’est-ce-que je cherchais en réalité ?

Je pense aujourd’hui que je n’avais pas totalement conscience que cette recherche pourrait aboutir à l’identification de personnes bien vivantes avec lesquelles des échanges concrets seraient possibles. J’étais dans la poursuite du mythe des oncles en Amérique et du destin de Jean-Baptiste. Les souvenirs d’enfance de ma mère devenaient réalité, j’avais accompli avec succès la mission que m’avait confiée mon oncle Henri de renouer les fils avec notre famille émigrée. Mes aïeux ont disparu mais grâce à ce contact trouvé, ce qu’ils disaient, donc une partie d’eux-mêmes, reprenait vie. Tout à coup s’est aussi imposée à moi la réalité de cette migration, leurs conditions de vie certainement difficiles en Béarn qui les ont poussés, Jean-Baptiste et son épouse Elizabeth, à partir, à se chercher un avenir et une vie ailleurs, avec leur petite Émilie âgée de 3 ans lorsqu’elle a posé le pied sur le sol des Etats Unis. Le fait que la famille restée au pays, dans le Béarn, n’ait pas eu de nouvelles, était probablement dû à la poursuite d’une vie difficile en Californie. Je me suis souvenu alors de la condescendance, voire parfois du mépris, que mon grand-père Félix professait à l’égard de son père Jean. Partir si loin, abandonner les siens (Félix avait 8 ans au départ de son père pour l’Argentine…) et revenir certes, mais aussi pauvre qu’il était parti, était le signe d’un échec dont il ne pouvait être que responsable. Un émigrant ne peut dignement revenir vers les siens que les bras chargés de biens à partager. Ne revient-il pas d’un pays où tout est possible ? Où il est facile de trouver du travail bien payé et de faire fortune ?  Revenir, retrouver sa famille et assumer face à elle restée dans le Béarn l’abandon d’une vie difficile en Argentine, a été le choix courageux de Jean, mon arrière-grand-père, ce n’a pas été le choix de Jean-Baptiste. Lui et sa famille sont restés en Californie, et en Oregon, ils y ont fait leurs vies, certes en restant proches d’autres émigrés béarnais (des mariages en font foi) mais sont devenus américains, totalement. Leur intégration dans leur nouveau pays est acquise, mais est déjà de l’histoire ancienne, largement oubliée. De ce point de vue l’émigration de Jean-Baptiste et Elizabeth aux Etats-Unis a été une réussite. Il en a été probablement de même pour la grande majorité des nombreux Béarnais émigrés au cours du 19e siècle et dont les familles restées au pays n’ont pas eu de nouvelles. Ma cousine américaine Cathy n’a aucune trace de l’existence même de Jean-Baptiste et les échanges avec elle ne se font qu’en anglais… Si des échanges peuvent se poursuivre avec elle dans les prochains mois, que peut-on en espérer si ce n’est des témoignages  partagés sur des histoires de vies et sur ce qu’il a été possible de faire sur la côte du Pacifique de l’Amérique du nord comparé à nos propres destins béarnais, français et européens ?

Pour quitter sa vie difficile de petit paysan béarnais pauvre, mon grand-père Félix né à Araujuzon le 27 décembre 1890 est parti comme domestique à Bordeaux encore adolescent. Il fait son service militaire et s’engage pour 15 ans dans l’armée en 1912. Il entre en guerre en 1914 comme sergent et en sort adjudant en 1918, après plusieurs blessures et décorations pour faits de guerre. Ce fut là son aventure, sa réussite personnelle et son ascension sociale ultérieure du haut de laquelle il contemplait, goguenard, les voyages aux Amériques de son père et de ses oncles… Mais c’est là une autre histoire.



Citer ce billet
emila (2024, 9 mars). Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique. EMILA. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzrq

Auteur/autrice : emila

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search