Charles Barroilhet (Bayonne 1804-Paris 1865)

Charles Barroilhet.  Un itinéraire exemplaire de l’émigration  au XIXe siècle: Pérou, Chili, États-Unis.

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos  (Université Bordeaux Montaigne)

Charles Barroilhet a quitté Bayonne pour Bordeaux et Lima,  à 22 ans, en janvier 1827, guidé sur les chemins de l’émigration par un militaire français au service de la République du Pérou, Sauveur Soyer.

Une partie des lettres que Charles Barroilhet a adressées à sa famille, a été conservée et a été mise à disposition pour cette recherche en Nouvelle-Aquitaine sur les traces des émigrants,  par  Pierre Simonet, descendant de la famille Barroilhet à Bayonne.  Son accord sur la diffusion permet de faire connaître le parcours hors du commun d’un émigrant  qui a vécu au Chili et au Pérou, ainsi qu’en Californie avant de s’installer à Paris sous le Second Empire.

Charles Barroilhet, très attaché à sa famille, quitte Bayonne pour Lima à 22 ans, embarque à Bordeaux à la fin janvier 1827. Il écrit une première lettre  à sa mère.

Des dépenses imprévues doivent être faites avant de quitter la France, du fait du climat différent dans le pays vers lequel il part: «l’achat d’un chapeau de paille et d’une redingote d’été m’ont laissé un peu à sec. Ces objets m’étaient indispensables ».  Les difficultés sont nombreuses et inattendues pour le jeune homme. « Ayant voulu procéder à l’exportation des habits pour l’obtention de la prime, la Douane a été d’une telle exigence dans l’exhibition des diverses pièces que j’ai dû y renoncer » . Un autre jeune Basque, Ulysse Dutey, de Baigorri, a sans doute été convaincu d’émigrer par Sauveur Soyer, devenu officier de l’armée du Pérou. Les jeunes gens partagent les préparatifs de la traversée transatlantique : « Nous vivons ensemble dans le même hôtel, dans la même chambre, nous mangeons à la même table, enfin nous ne nous quittons plus ». Charles Barroilhet se réjouit du «caractère droit et loyal de cet excellent jeune homme [qui] sympathise on ne peut mieux avec le mien ; aussi vivons-nous plus comme deux frères dans la plus parfaite harmonie ».

Charles Barroilhet prévoit de vivre loin de France dix ans; il  espère  pouvoir effectuer ensuite un voyage de retour.  Son  frère aîné, François Barroilhet, se rendra à Valparaiso en 1834. Les frères croisent Flora Tristan, à la recherche elle-aussi d’une meilleure fortune, ainsi qu’il ressort des Pérégrinations d’une paria où elle manifeste de la compassion à l’égard d’une compatriote fuyant un mari mal traitant, Mme Aubry.

Un portrait de Charles Barroilhet est conservé au Chili par la famille, et a été communiqué pour cet article par Jacqueline Barroilhet auteure d’une recherche généalogique approfondie sur ces ancêtres et qu’elle a publiée à Santiago.

Le grand négoce qui se présente à partir du début des années 1840 entre l’Amérique du sud et l’Europe, est l’exportation du guano, dont les Anglais et les Français découvrent, bien après les paysans péruviens, les vertus pour améliorer les rendements agricoles.  Charles Barroilhet rapporte dans une lettre : «Une de mes sœurs a voulu propager l’usage du guano parmi les paysans des environs de Bayonne et a établi dans cette ville un dépôt. Malgré ses démarches et son engagement constant auprès des consignataires de Nantes, du Havre et de Bordeaux, il lui arrive souvent de se trouver sans guano, au grand désespoir de ses clients».  Charles Barroilhet est l’auteur de nombreux écrits dont un remarquable opuscule écrit en espagnol et accessible en ligne (BN, Gallica) sur le guano,  où il manifeste une sensibilité sociale exceptionnelle et raconte désabusé ses vaines dénonciations devant les législateurs péruviens et l’inutile requête pour informer le général président Ramon Castilla.

« Il y a dans la vie des nations des moments solennels où surgissent de formidables problèmes dont la solution décide tout l’avenir. C’est la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le Pérou […] Ma qualité d’étranger m’ordonne la plus totale abstention à ce sujet ; il m’est seulement permis de dire : que Dieu illumine les Péruviens !»

Vers 1862, de retour en France, la santé de Charles Barroilhet se détériore et après des pertes en bourse  il lui faut vendre sa propriété de Biarritz , « même au prix de 50.000 frs  ». Il épouse la veuve d’un émigré installé aux Etats-Unis où lui-même s’est rendu «réduit à l’extrémité d’aller chercher sa vie dans les aventures en Californie». Charles Barroilhet meurt en 1865 à Paris.

Pour prolonger cet article on accèdera en ligne aux communications présentées  le 5 et le 6 juillet 2021, lors du colloque sur l’histoire de l’émigration basque au Musée Basque et à l’IUT de Bayonne.

https://emila.hypotheses.org/2198

 

 

Histoire de l’émigration française au Pérou : des témoignages retrouvés sur le XIXe siècle

Histoire de l’émigration française au Pérou: 5 témoignages retrouvés.

L’article publié en espagnol dans Mitologías hoy expose les parcours de  vie des premiers voyageurs ou émigrants français au Pérou entre la guerre  d’indépendance et la guerre du Pacifique (1821-1883), notamment  après celui d’Eugène et Achille Courret, la biographie exceptionnelle de Charles Barroilhet, celle de Sauveur Soyer, les frères Dutey, Edouard Maury de Lapérouse, Flora Tristan et Marie Maitre. Les écrits et documents sur lesquels s’appuie la recherche révèlent l’interculturalité vécue dans la chair – avant que le concept d’interculturalité n’existe – par de jeunes émigrants issus de milieux aisés. L’adaptation et l’incompréhension face aux réalités étrangères sont évidentes dans les lettres aux proches archivées depuis plus d’un siècle et mises en lumière par les descendants héritiers de la mémoire familiale de l’ancêtre émigré, notamment M. Pierre Simonet qui a communiqué la correspondance permettant d’établir des liens entre Sauveur Soyer, natif de Saint-Palais et au service de Bolivar, Ulysse et Isidore Dutey, partis de Baigorri  et Charles Barroilhet de Bayonne. Deux témoignages de femmes offrent une approche différente des expériences migratoires masculines: il s’agit de celui de Flora Tristan et quarante ans plus tard de Marie Maitre de Saint-Arnaud.

On se reportera à l’article en ligne consacré au Bayonnais Charles Barroilhet.

Portrait de Charles Barroilhet, communiqué par Jacqueline Barroilhet (Santiago du Chili).

 

 

Images du colloque international sur les représentations du Pérou en France

Le colloque international « Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021 » s’est déroulé les 12 et 13 novembre 2021, au Musée d’Aquitaine de Bordeaux. La manifestation scientifique a été inaugurée par MM. Laurent Védrine, Directeur du Musée d’Aquitaine, Lionel Larré Président de l’Université Bordeaux Montaigne, Juan Vilchés Consul honoraire du Pérou, et Mme Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure de l’Université Bordeaux Montaigne, coordinatrice du colloque. Mme Céline Papin, Adjointe au maire de Bordeaux chargée des coopérations territoriales, européennes et internationales, M. Raphaël Estève, Directeur de l’unité de recherche AMERIBER et M. Marcel Velazquez Castro, coordinateur péruvien du projet ECOS Nord pour l’université nationale San Marcos, ont pu se joindre à la clôture du colloque international en présence d’un public très nombreux réuni dans l’auditorium du musée. Le partenariat de la Ville de Bordeaux a favorisé le rayonnement auprès des habitants bordelais.

Les étudiants du Master Documents Numériques et Humanités Digitales de l’Université Bordeaux Montaigne, sous la direction du professeur Soufiane Rouissi ont assuré la captation des conférences pour le projet régional avant de consacrer la suite de leur stage au carnet de recherches du projet néo-aquitain : Ecritures Migrantes Latino-américaines.

La manifestation scientifique a accueilli vingt conférenciers internationaux et français avec le soutien de l’Ambassade de France au Pérou, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (projet IUF – projet ECOS Nord Pérou), le CONCYTEC et ProCiencia Perú. Les affiliations des conférenciers ont montré la richesse du sujet avec des participants historiens, historiens de l’art, issus de la littérature comparée, des études visuelles, de la muséographie et de l’archivistique en provenance de nombreux établissements scientifiques et culturels : Paris I, Archives Nationales, Institut Napoléon, Pontificia Universidad Catolica del Peru Lima, Centre Allemand DFK, Université d’Orléans, Université de la Réunion, Universidad Nacional Mayor de San Marcos,  Musée de l’Homme, Université Lyon II,  Université Paris Nanterre,  Université Toulouse Jean Jaurès et Université Bordeaux Montaigne. Un ouvrage est d’ores et déjà en préparation pour diffuser les résultats de cette manifestation exceptionnelle à Bordeaux.

On félicite les chercheurs et les doctorants des deux côtés de l’Atlantique et du Pacifique ! pour avoir réussi à assister au colloque en présentiel et avoir surmonté toutes les difficultés liées à l’obtention du passe sanitaire entre la France et le Pérou.

Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021

Vendredi  12 novembre et samedi 13 novembre 2021 au Musée d’Aquitaine.

Passe sanitaire obligatoire contrôlé à l’entrée du musée.

Prof. Isabelle Tauzin-Castellanos Projet EMILA Ecritures Migrantes Latino-américaines, Université Bordeaux Montaigne.

Participation sur inscription.

Programme au format PDF

Le colloque international « Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021 » vise à explorer les deux siècles d’histoire politique et sociale, culturelle et artistique à partir d’images populaires, de peintures, de photographies, de films, de lettres, de multiples témoignages recueillis à partir des premières décennies de l’Indépendance du Pérou. 4 sessions sont ouvertes au public sur deux journées organisées au Musée d’Aquitaine: Indépendance, Résistance : images croisées entre la France et le Pérou – De la révolution de 1848 à la Belle Époque – Les peintres péruviens et les années folles européennes – D’un centenaire à l’autre, de l’Amazonie à Paris. Le colloque est organisé à l’occasion de la première année du projet ECOS Nord « Indépendance du Pérou : migrations françaises et influences mutuelles. Un long siècle d’histoire du Pérou (1821-1924) ». Cette manifestation scientifique accueille vingt conférenciers français et péruviens et est soutenu par l’Ambassade de France au Pérou, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (IUF – ECOS Nord), le CONCYTEC et ProCiencia Perú,  et s’inscrit dans le cadre du programme EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et des activités scientifiques de recherche et valorisation de l’Université Bordeaux Montaigne, AMERIBER en partenariat avec le Musée d’Aquitaine et la Ville de Bordeaux.

Comité d’organisation : Rosmeliz Alva Zapata (lectrice, doctorante, Université Bordeaux Montaigne) ; Carlos Estela-Vilela (Ater, doctorant, Université Bordeaux Montaigne) ; Maxime Fourcade (masterant, Université Bordeaux Montaigne) ; Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Université Bordeaux Montaigne, porteur du projet ECOS –Nord,Pérou)

Comité scientifique : Alvar de la Llosa (professeur, Université Lyon II), Catherine Heymann (professeure émérite, Université Paris Nanterre), Élodie Vaudry (conseillère scientifique, Centre Allemand d’Histoire de l’Art – DFK Paris), Marcel Velázquez Castro (professeur Universidad Nacional Mayor de San Marcos, co-porteur du projet ECOS Pérou).

El congreso internacional “Imágenes y representaciones del Perú en Francia, 1821-2021” propone explorar dos siglos a partir de imágenes populares, pinturas, fotografías, películas, cartas y múltiples testimonios desde la Independencia del Perú. Se centrará en la historia visual compartida entre Francia y Perú con ponencias sobre las hermanas Izcué, las hermanas Truel, el estudio fotográfico de Eugenio y Aquiles Courret, los pintores Daniel Hernández, Alberto Lynch, Julia Codesido, los hermanos Juan Manuel y José Félix Cárdenas Castro. La historia diplomática, social y cultural también estará evocada con trabajos sobre el encargado de negocios Chaumette des Fossés y  sobre el liberal Juan Bustamante. Este evento científico acoge unos veinte ponentes franceses y peruanos y cuenta con el apoyo de la Embajada de Francia en Perú, el Ministerio de Educación Superior, Investigación e Innovación, el CONCYTEC y ProCiencia Perú.

 

 

Los mexicanos pintados por sí mismos (1854-1855) et México y sus alrededores (1855-1856)

Vendredi 15 octobre 18: 30

Littérature et art graphique dans le romantisme mexicain : la définition nationale dans la première moitié du XIXe siècle.

Literatura y gráfica en el Romanticismo mexicano: la definición nacional en la primera mitad del siglo XIX

Communication de Claudia Alejandra Colosio García (El Colegio de San Luis, Mexique)

Conférence à distance par zoom, Université Bordeaux Montaigne. Projet EMILA

Au cours du XIXe siècle au Mexique, le processus de formation des lettres nationales a entraîné la collaboration d’écrivains et de lithographes, dont le travail ne se limitait pas à l’édition, mais s’étendait à la formation et à l’établissement de positions idéologiques. Leurs idées, adaptées et reformulées à partir de la pensée européenne, ont été adaptées à l’époque et aux circonstances sociales très instables lorsque la formulation éthique et esthétique de l’identité mexicaine a pris une grande importance. Les médias imprimés (magazines, journaux, brochures, livres, dépliants et prospectus) ont diffusé ces réflexions à travers la littérature et les arts graphiques. Les collections de types et de paysages Los mexicanos pintados por sí mismos (1854-1855) et México y sus alrededores (1855-1856) sont deux des plus grands représentants des liens intermédiaires de cette période.

Durante el siglo XIX mexicano, el proceso de formación de las letras nacionales propició la mancuerna de escritores y litógrafos, cuya labor no se limitó a la empresa editorial; se extendió a conformar y fijar posturas ideológicas. Sus ideas, adaptadas y reformuladas desde el pensamiento europeo, se adecuaron al tiempo y las convulsas circunstancias sociales del país, donde cobró gran importancia la formulación ética y estética del ser mexicano. Los medios impresos (revistas, periódicos, folletos, libros y hojas y volantes) fueron difusores de tales reflexiones mediante la literatura y las artes gráficas. Las colección de tipos y paisajes Los mexicanos pintados por sí mismos (1854-1855) y México y sus alrededores (1855-1856) son dos de los mayores exponentes de los vínculos intermediales de este momento.

Histoire de l’émigration basque, 5 et 6 juillet 2021 – Participants de Bayonne

Vidéo du colloque et des participants au Musée Basque et à l’IUT de Bayonne et du Pays Basque

Images de  Carlos Estela Vilela  – Chant: Pantxi Bidart. Parole de Basque.

Projet EMILA 

EA 3656 AMERIBER

 

Colloque international : L’émigration basque en Amérique latine, 5 et 6 juillet


Colloque international EMILA Emigration basque en Amérique latine  Bayonne lundi 5 et mardi 6 juillet 2021.
Vidéos

Participants au colloque,  vidéo  réalisée par Carlos Estela -Vilela  Organisation à Bayonne: Beñat Çuburu -Ithorotz et Isabelle Tauzin-Castellanos. Chant: Pantxi Bidart.

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque: quelques minutes du film. 

Conférences – Présentations en ligne.

Lundi 5 juillet – Musée Basque et de l’histoire de Bayonne: Conférences publiques et table ronde des représentants d’associations d’émigration

Mardi 6 juillet – IUT de Bayonne et du Pays Basque – Conférences publiques et projection du film

Lundi 5 juillet 9: 30 – 18 :00 Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

 Ouverture du colloque par Mme Sabine Cazenave, directrice du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

10 :00 – 12 :00 Session 1  De l’agent d’émigration à la lettre d’émigration, une histoire régionale en construction

Claude Mehats : Samuel Lafone agent d’émigration

Pascal Chastin : Correspondance de Jean Vigné, agent d’émigration à Tardets

Argia Olçomendy : L’émigration basque en Argentine (1840-1910) : entre réalisation personnelle et freins socio-politiques

Oscar Alvarez Gila: La microgeografía de la inmigración vasca en Argentina a través del asociacionismo: la sociedad de socorros mutuos Euskal Echea

Discussion 12 :00-12 :30

 14:00 – 18: 00

14 :00 – 16:00 Session 2 – Table ronde – Les associations d’histoire de l’émigration basque ont la parole

Sabine Cazenave – Directrice du Musée Basque

Annie Sabarots – Musée de Basse Navarre

Monique Legarto – Euskal Argentina

Christiane Bidot-Naude – Émigration 64

16:00 -18:00  Session 3 – Architectures et littératures basques: patrimoines de l’émigration en Amérique latine

Viviane Delpech : Souvenirs de pierre. Création et patrimonialisation des demeures d’émigrés de retour en Iparralde (XIXe-XXIe siècle)

Jean Casenave: L’évocation de l’Amérique latine dans la Littérature basque (1850-1930)

 Xavier Escudero: L’oeuvre d’écrivains basques émigrés et la représentation littéraire du Basque émigré José Olivares Larrondo Tellagorri

 Audrey Berniard représentant Dolores Thion :  L’émigration basque dans la revue de l’Association pour la Mémoire de l’Emigration: Partir. Archives et mémoires de l’émigration pyrénéenne?

Mardi 6 juillet 9:30 – 19:00 – IUT Bayonne  Amphi Sainte-Claire.

9 :30 Accueil des participants

9 : 45 Ouverture par Madame Karine Guilloteau, directrice du Département Techniques de Commercialisation, représentant Monsieur Thierry Nodenot, directeur de l’IUT

10:00 – 12 :00 Session 4 – Rio de la Plata, Cuba, Etats-Unis… les destinations transatlantiques

Agathe Alexandre : La colonie française de San Juan. Explorations scientifiques et enjeux politiques dans le Rio de la Plata (1853-1857)

Marie-Pierre Arrizabalaga : Emigration des femmes basques aux Etats-Unis entre 1880 et 1940. Un processus d’autonomisation et d’émancipation

Maryse Esterle: Le passé reconstruit : les écrits de descendants d’émigrés pyrénéens, une réappropriation subjective .

Présentation PWP.

12 :00-12 :30 Discussion

14:00 -16: 30 Session 5 Des Pyrénées à l’Océan Pacifique : diaspora basque, images et traces 

Hernan Otero: Histoire de l’émigration française en Argentine

Argitxu Camus Etchecopar : Les correspondances: sources de l’expérience migratoire basque

Jesús Alonso Carballés: Le souvenir des indianos dans l’espace urbain du Pays basque-espagnol : Politiques symboliques et mémorielles

Carlos Estela Vilela: Images de l’émigration basque au Pérou

Isabelle Tauzin-Castellanos: Villas basques, villégiatures latino-américaines, émigrants et immigrants, 1890 -1930.

16 :30-17 :30 Discussion – Présentation de l’ouvrage collectif EMILA: De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle.

17:30-19:00 Projection-Débat

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque (documentaire)

Co-organisation : Beñat Çuburu  (IUT Bayonne)  – Isabelle Tauzin (U. Bordeaux Montaigne)

Contact  : emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

 

Histoire de l’émigration religieuse au Chili : article en ligne de María Paz Valdes sur les Filles de la Charité.

Article publié et accessible ici.

Mis à disposition par María Paz Valdés della Maggiora, doctorante Universidad de los Andes, Santiago (Chili) suite à sa communication par zoom, sur l’histoire et le rôle des religieuses de la Congrégation des Filles de la Charité dans la modernisation des hôpitaux chiliens au XIXe siècle.

 

Sur les traces du peintre Ricardo Grau

Conférence de Rosmeliz ALVA ZAPATA doctorante AMERIBER-Université Bordeaux Montaigne, en mission dans le cadre du projet ECOS Nord-Pérou, à l’invitation de l’historien de l’art Fernando Villegas Torres (Universidad Nacional Mayor de San Marcos): Sur les traces du peintre contemporain Ricardo Grau (Bordeaux 1907-Lima, 1970). Vendredi 13 août 2021, 17:00 Lima via zoom et FB.

Migration et refuge : perspectives discursives

La revue brésilienne Revista da Abralin  de l’Associação Brasileira de Lingüística (ISSN 1678-1805) publiera un numéro thématique plurilingue (brésilien, espagnol, anglais) sur MIGRACIÓN Y REFUGIO: PERSPECTIVAS DISCURSIVAS.

Les modalités de soumission, jusqu’au 15 septembre sont exposées dans le fichier ci-joint trilingue/ chamada_abralin.pdf

Este Dossier temático pretende reunir investigaciones con una mirada discursiva hacia las distintas formas de migración y refugio, ya sea en la actualidad o a lo largo de la historia, teniendo como punto de partida la equivocidad del lenguaje y de los sentidos, así como la de la historicidad y de las relaciones de poder-saber en la constitución de los sujetos en el entorno social. Se admiten estudios que se dediquen a diversos dominios discursivos, como el campo mediático, los discursos políticos e institucionales o las esferas de producción fotográfica, cinematográfica y artística, que producen imágenes y hacen circular enunciados de y sobre las migraciones. Igualmente relevantes serán los enfoques que pretenden escuchar al otro y darle la palabra a los sujetos desplazados o en desplazamiento, y que así permiten una construcción colaborativa del corpus, como los análisis centrados en las historias o narrativas de vida. Asimismo, colaboran con el tema del Dossier las perspectivas que consideran y problematizan la inclusión social y lingüística de las poblaciones en  movimiento, sea en la educación o en las relaciones laborales. También se esperan textos que discutan lo político como una disputa de sentidos, en la materialidad discursiva, motivada por sintagmas ya naturalizados en la vida cotidiana, como “refugiados” y “crisis migratoria”, sin dejar a un lado los discursos que se deslizan hacia posiciones nacionalistas y xenófobas. Se valoran los enfoques discursivos múltiples sobre los desplazamientos humanos que permitan su comprensión, no sólo como fenómenos económicos, geográficos o demográficos, sino, sobre todo, como hechos históricos y discursivos.

Proposta: Este dossiê temático objetiva reunir pesquisas que lancem um olhar discursivo sobre as diferentes formas de migração e refúgio, tanto na atualidade, quanto no decorrer da história, tomando como ponto de partida a equivocidade da linguagem e dos sentidos, bem como a historicidade e as relações de poder-saber na constituição dos sujeitos no meio social. Contribuirão para esse propósito estudos que se dediquem a domínios discursivos diversos, tais como o campo midiático, os discursos político e institucional, as esferas das produções fotográficas, cinematográficas e artísticas, que produzem imagens e fazem circular dizeres das e sobre as migrações. Serão igualmente relevantes as abordagens que se destinam à escuta do outro e às possibilidades de tomada da palavra pelos sujeitos deslocados ou em deslocamento que, assim, atuam na construção colaborativa do corpus, tais como as análises voltadas às histórias ou narrativas de vida. Colaborarão também com a temática do dossiê as perspectivas que contemplem e problematizem a inclusão social e linguística das populações em movimento, tanto no âmbito do ensino quanto das relações de trabalho. São esperadas, ainda, contribuições que discutam o político enquanto disputa de sentidos, na materialidade discursiva, motivadas por sintagmas já naturalizados no cotidiano, como “refugiados” e “crise migratória”, sem perder de vista os discursos que resvalam para posições nacionalistas e xenófobas. Desse modo, serão acolhidas abordagens discursivas múltiplas sobre  as circulações humanas que possibilitem sua compreensão não apenas como fenômenos econômicos, geográficos ou demográficos, mas, sobretudo, como acontecimentos históricos e discursivos.

Proposal: This dossier aims to gather investigations with a discursive approach to the different forms of migration and refuge, either contemporary or in the course of history, taking as a starting point the equivocity of language and meanings, as well as the historicity and the power-knowledge relations that constitute subjects in the social world. We welcome studies dedicated to several discursive domains, such as the media, the political and institutional discourses, the photography, as well as the cinematographic and artistic spheres, which produce images and put into circulation utterances on and about migration. We also deem relevant studies that look into both the listening of others and the possibilities of turn taking by subjects who were displaced or in displacement, thus working for the collaborative construction of corpus, such as analysis of life stories or narratives. The dossier will also accept the collaboration of perspectives that contemplate and question the social and linguistic inclusion of populations in movement, both in education and work relations. We also expect contributions that discuss politics as the dispute of meanings in the discursive materiality motivated by syntagms already naturalized in the daily life, such as “refugee” and “migration crisis”, without losing sight of discourses that shift toward nationalist and xenophobic positions. Therefore, we accept multiple discursive orientations on the human flow to enable their understanding not only as economic, geographic or demographic phenomena, but mostly, as historic and discursive events.

Coordination du dossier : Glaucia    Muniz    Proença    Lara,    Universidade    Federal    de Minas     Gerais, Marluza da Rosa, Universidade Federal de Santa Maria

Julia Codesido : de la Belle Epoque à la peinture indigéniste

Jeudi 20 mai dans le Cadre de la Semaine de l’Amérique latine à Bordeaux, à l’Institut Cervantès, conférence sur la peintre péruvienne Julia Codesido : « La peinture indigéniste  et une affinité élective bordelaise », par Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure, Université Bordeaux –Montaigne et Rosmeliz Alva Zapata, doctorante.

Née en 1883, la Péruvienne Julia Codesido a choisi de consacrer sa vie à la peinture. Elle séjourna à Bordeaux à la Belle Epoque, son père étant le représentant du Pérou dans le port girondin.  Aux côtés de l’avant-garde du Centenaire (1921-1924), elle fait le choix d’un art consacré à la célébration du Pérou au moment où les artistes européens surréalistes s’intéressent aux artistes extra-européens. A partir des années 50, elle évolue vers un art brut en se libérant du réalisme, portée par sa propre esthétique et toujours fidèle à ses racines péruviennes. Elle reçoit le prix national de la Culture du Pérou, à quatre-vingt-treize ans, en 1977.

Les travailleurs du cuir de Hasparren en Amérique latine : histoire d’une tradition migratoire

Séminaire EMILA   – EA 3656 AMERIBER

Communication de Beñat Çuburu Ithorotz (doctorant UBM-UPV, PRCE IUT Bayonne)

Vendredi 21 mai, 18:30  zoom

Les travailleurs du cuir de Hasparren en Amérique latine : histoire d’une tradition migratoire

Los trabajadores del cuero de Hasparren en América latina : historia de una tradición migratoria

Beñat Çuburu Ithorotz expose ses recherches doctorales sur l’émigration professionnelle dans l’univers de la tannerie et du travail du cuir, du Pays Basque, au départ d’Hasparren vers différents pays d’Amérique latine.

 

Un film sur l’émigration au Pérou: Los de Candarave de Xavier Guilhem-Ducléon (1978)

Mardi 25  Mai à 18h  – Bibliothèque Mériadeck

Los de Candarave : histoire d’une émigration familiale de Bordeaux à Tacna, 19e et 20e siècle

Xavier Guilhem-Ducléon a réalisé le film Los de Candarave en 1978 à Lima et dans le département de Tacna, sur les traces de ses familles péruvienne et française sur place à partir des années 1880. Le documentaire inédit est un témoignage sur le sud du Pérou au lendemain de la réforme agraire de la révolution du général Velasco qui transforme les grandes propriétés en coopératives agricoles. Los de Candarave fait référence à une région à 3400 mètres d’altitude à la frontière du Pérou et du Chili, où la vie paysanne est rude et joyeuse.

Programmé à l’Auditorium  de la Bibliothèque Mériadeck- Bordeaux dans le cadre de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Vue de Candarave, par Emile Marin (Collection Becquart – Sèze)

Histoire de l’émigration religieuse au Chili : María Paz Valdes sur les Filles de la Charité.

Séminaire vendredi 11 juin, 18:30 – Zoom. Article en ligne.

Blanches colombes au Chili : les  filles de la Charité de Saint-Vincent de Paul dans les hôpitaux chiliens au XIXe siècle. Article en ligne de Maria Paz Valdes.

María Paz Valdes della Maggiora  (Universidad de los Andes):  Palomas Blancas en Chile: Las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paul y su trabajo en los hospitales chilenos durante el siglo XIX

La presentación introduce la temática de investigación de la presente tesis doctoral en curso. Basada en documentación histórica original la ponencia analiza el trabajo realizado por la congregación de origen francés de las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paul en los hospitales chilenos durante el siglo XIX observando sus aportes al desarrollo de la salud pública del país y los inicios de la profesionalización de la enfermería.

María Paz Valdés della Maggiora es Licenciada y Magister en Historia por la Universidad de los Andes Chile. Prepara un Doctorado en Historia por la Universidad de los Andes Chile, y es becaria ANID (becas estatales para el desarrollo de la ciencia en Chile).

 

Costumes et types péruviens: les trésors légués par Léonce Angrand sur le Pérou

Pourquoi s’intéresser  aux aquarelles de Léonce Angrand, dans le cadre du séminaire bordelais de recherches américanistes sur les traces des émigrants français en Amérique Latine?  Le peintre est subjectif dans son choix des sujets de représentations, il représente ce qui l’attire, ce qui distrait son attention.

Les aquarelles du fonds Angrand de la Bibliothèque Nationale constitue un ensemble extraordinaire qui est accessible en ligne sur la plate-forme Gallica tandis que les carnets de dessin, les  livres et les manuscrits sont conservés par le département des Estampes et Photographies depuis la disparition du diplomate en 1886.

Un premier article  faisant suite au zoom  du 12 mars 2021 complète la biographie de Léonce Angrand et explore le premier album de “Costumes péruviens” et ses liens avec les aquarelles de Francisco Fierro et Ignacio Merino. Les deux dernières aquarelles de l’album présentent plusieurs originalités dans la représentation d’une société péruvienne qui apparaît singulièrement diverse et libérale.

Le second album entièrement signé par le diplomate français et également en ligne sur Gallica de “Costumes péruviens” (et “costumbres peruanas” ) présente des scènes de la vie quotidienne, caractérisées par la présence féminine et enfantine dans les rues, l’opulence des carrosses et la précarité des va-nu-pieds. On trouve dans le second album et le second article d’Isabelle Tauzin,  les aquarelles de la fête d’Amancaes (un enlèvement de Sabines péruviennes, plutôt qu’une joyeuse rencontre),  le tirage au sort avant le combat de coqs, et beaucoup d’autres choses vues, qui deviendront ensuite les motifs des premières photographies exotisantes des studios Maunoury et Courret à partir des années 1860, à destination de la presse illustrée européenne et des négociants de passage à Lima.

Cf. Les albums de Costumes péruviens du fonds Léonce Angrand (1/2)

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (2/2)