La traversée des émigrants vers l’Argentine: un témoignage de 1884

Récit de la traversée des émigrants d’Europe vers l’Argentine à la fin du XIXe siècle par l’écrivain Edmondo de Amicis (cité par Beñat Çuburu, dans Emigrer au Mexique à 15 ans).

Traduction complète en espagnol par  Giner de los Rios En ligne  ici en espagnol.

Mais déjà la chaleur avait détraqué les choses même sur le gaillard d’arrière, comme je pus fort bien le constater le soir même. C’était à faire pitié vraiment. Entre ces quelques êtres qui dix jours plus tôt ne se connaissaient pas, qui après dix autres jours se sépareraient à jamais, et qui pendant ce temps n’auraient dû penser à rien d’autre qu’aux affections ou aux intérêts qu’ils avaient laissés en Europe ou à ceux qui les attendaient en Amérique, là, sur ces quatre planches suspendues au-dessus de l’abîme s’était déjà ourdie toute une trame enchevêtrée d’antipathie et d’inimitiés…

 

Migrations et archives entre le Mexique, le Pérou et la France du XIXe au XXIe siècle

Séminaire de Recherches Américanistes – Écritures Migrantes Latino-Américaines, projet Régional EMILA – Université Bordeaux-Montaigne, via zoom ici.

Lundi 30 novembre 2020, de 16 heures à 19 heures

16 :00 – 16 : 45 Hélène Homps (Directrice du Musée de la Vallée, Barcelonnette):  Politiques et stratégies de conservation et de valorisation des archives, et l’histoire de la migration de la vallée de l’Ubaye, les Barcelonnettes au Mexique.

16 :45 – 17 : 30 Ana Marianela Porraz Castillo (Architecte- doctorante en architecture Léav / CHCSC / U.Paris-Saclay):  Le fonds de l’architecte Fernand Marcon (collection photographique et iconographique) installé au Mexique et la recherche en histoire culturelle: entre Mexico et Barcelonnette.

17 : 30 – 18 : 15 Carlos Estela Vilela (Lecteur Doctorant, Université Bordeaux Montaigne): D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Représentations de la migration interne dans la presse péruvienne pendant la pandémie Covid 19. ¿De dónde venimos? ¿A dónde vamos? Representaciones de la migración interna en la prensa peruana durante la pandemia de Covid-19.

18 :15 – 19 : 00 Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure, Université Bordeaux-Montaigne – Institut Universitaire de France): Les aquarelles oubliées de Léonce Angrand : cliché ou réalité du Pérou vu par un diplomate français en 1837.

Los Franceses en Argentina, migrantes a la provincia de Santa Cruz (1880 – 1925):

Extrait de l’article resté inédit de María de los Milagros Pierini – Universidad Nacional de la Patagonia Austral –  Article en ligne

La inmigración de origen francés fue importante numéricamente en las décadas comprendidas entre 1860 y 1880 para luego comenzar a descender. Fueron casi inexistentes las colonias agrícolas exclusivas de esa nacionalidad ya que preferían coexistir con otras nacionalidades, especialmente en la región del Litoral y en la época de la colonización oficial iniciada bajo el gobierno de Justo José de Urquiza. La colonia San José tenía como administrador a Alexis Peyret y la de Esperanza, formada casi mayoritariamente por suizos franceses, contaba en ese cargo con Adolfo Gabarret, oriundo de Bayona.

Los vascos y bearneses se instalaron mayoritariamente en la provincia de Buenos Aires concentrándose en las localidades de Tandil y Azul. Entre los terratenientes se destacaron Pedro Luro, Emilio y Godofredo Daireaux y Eugenio Terrasson.

Como ejemplo de colonización exclusivamente francesa  podemos citar  a la de Pigüé (sur de la Provincia de Buenos Aires) que tenía dos características que la hacían original dentro del proceso inmigratorio francés en la Argentina: su carácter de colonia agrícola y su poblamiento en forma exclusiva con habitantes provenientes de la región de Aveyron. Su fundador Clement Cabanettes concibió el proyecto de trasladar a los habitantes de esa región a la Argentina y con ese fin comenzó las negociaciones con Eduardo Casey que era propietario de grandes extensiones en el sur de la provincia de Buenos Aires. Ante el éxito de las negociaciones Cabanettes envió a Francia a François Issaly para reclutar inmigrantes. En el mes de noviembre de 1884 desembarcaron en el puerto de Buenos Aires veinte familias que se trasladaron al pie de la sierra de Curumalal para fundar la colonia.

Tableau : Mariages dans la Province de Santa Cruz/Français et Argentins

Emigration béarnaise en Argentine

La projection du film Lo que me contó el abuelito, dix ans après sa réalisation, en présence des producteurs Agnès Lanusse et Dominique Gautier,   a été un beau succès avec une grande émotion à l’Institut Cervantès de Bordeaux, grâce aux témoignages recueillis en  Argentine, auprès de la première, deuxième et même troisième génération qui expriment encore la survivance de la douleur d’un déracinement et lors de séjours en France, le sentiment de revenir chez soi, dans un pays quitté depuis une éternité. Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, ce sont environ 120 000  Béarnais  qui sont partis ainsi chercher une vie meilleure en Amérique. Les voyageurs des premières décennies sont devenus des émigrants forcés de travailler pour rembourser  le billet de la navigation transatlantique. Leur voyage est d’une étonnante actualité en ce XXIe siècle .

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/histoires-argentines-de-bearnais-emigres.html

 

Décret sur l’établissement de colons français au Paraguay en 1855

En 1854 les discussions entre la Présidence du Paraguay, représenté à Paris par le fils de Carlos Antonio Lopez,  et le Second Empire sous l’égide de Napoléon III, sont favorables à un plan de colonisation, c’est-à-dire l’envoi de centaines de cultivateurs français pour défricher et s’installer sur des parcelles. Les difficultés rencontrées sur place par les Européens, les tentatives de fuite, l’endettement dans lequel ils se retrouvent,  l’affaiblissement causé par les maladies, de multiples raisons aboutissent à la dissolution officielle de la  Nouvelle-Bordeaux en décembre 1855 et à la dispersion des migrants originaires du sud-ouest, après l’intervention du consul de France en faveur de ses compatriotes.

Le décret sur l’établissement de la colonie française par les autorités paraguayennes est accessible en ligne.

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

Emigrer au Mexique à 15 ans

La correspondance du jeune Basque Jean-Baptiste Lissarague, émigré en 1902 à quinze ans au Mexique, est publié par Beñat Çuburu-Ithorotz , contributeur du projet EMILA, à partir des lettres et du témoignage que l’historien de l’émigration d’Hasparren a reçu des mains de Mayou Haristoy, une descendante de Jean-Baptiste Lissarague, qui a ouvert la malle aux souvenirs. L’ouvrage révèle la dureté de l’émigration à l’adolescence dans des navires surchargés comme La Navarre parti de Saint-Nazaire à l’automne 1902, l’intégration progressive au Mexique dans la communauté basco-mexicaine entre Mexico et Guanajuato, les fêtes populaires et les événements du quotidien d’un jeune homme mobilisé sur le front de l’Aisne et disparu deux mois après son retour en France, en octobre 1914.

Présentation de l’ouvrage par Beñat Çuburu-Ithorotz en basque

ISBN : 9788490277973   – Editeur: Elkar, Bayonne

 

Aller retour: Sainte-Livrade – Lima

François – Alexandre Dalidou né à Sainte Livrade en 1800, se fait chercheur d’or dans la Haute-Amazonie (passeport demandé à Bordeaux en 1826) puis est employé à Lima par la Maison Bacque Artom, avant de travailler avec Pierre Gautreau et Arnaud Larrabure. Il contribue à la Société Philarmonique de Lima (source: Barrantes Larrain).

Après la fin de la Confédération Peruano-Bolivienne, il réclame le règlement des prêts qu’il avait accordés à l’armée des généraux Santa Cruz et Orbegoso. Il  retourne en France en laissant sa succession à la Maison Larrabure et Thomas.

Marié en 1854 à Bordeaux  et décédé à Sainte-Livrade le 6 décembre 1883.

Desde la Europa napoleónica la migración de militares politizados y su influencia en las independencias americanas (1805-1830)

Patrick Puigmal Universidad de Los Lagos, Osorno, Chile

Contribution présentée à Lima le 9 novembre 2017 


Este artículo es producto del proyecto de investigación “De civiles militarizados a militares civilizados: “La construcción de sociedades civiles en América latina (1810-1835) en la mirada de los militares napoleónicos” financiado por Conicyt/Fondecyt Nº 1150263, del cual el autor es investigador responsable.

La presencia de setenta militares napoleónicos durante las guerras de la independencia del Perú se entiende a partir de una migración mayor en todos los países de América latina: tratar de evaluar esta migración y su impacto militar, social, cultural y político será el objeto de este artículo. Permitirá también este texto interrogar el conocimiento basado en la historiagrafía decimonónica y poner en duda elementos constitutivos de nuestras sociedades modernas tales como el Estado-Nación. Fruto de casi veinte años de investigaciones en todo el continente, el articulo refleja entonces las dudas inherentes a este tipo de investigación e interroga sobre la existencia de afirmaciones clásicas, integradas pero, a veces, carentes de veracidad histórica.

Palabras claves: Migración, Imperio napoléonico, América Latina, Independencia. Continuer la lecture de « Desde la Europa napoleónica la migración de militares politizados y su influencia en las independencias americanas (1805-1830) »

Emigrants béarnais et correspondances

Ariane Bruneton est ethnologue, elle a été chargée de cours à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (1974-2008), présidé et animé plusieurs associations loi 1901, et est membre associée à l’équipe ITEM (EA 3002) de l’UPPA. Après s’être consacrée à l’étude de différents aspects de la vie rurale, Ariane Bruneton a plongé, à partir de 1992, dans la thématique de l’émigration des Pyrénées occidentales vers les Amériques, à partir d’une collecte de témoignages et de documents (cf. Du Béarn aux Amériques, Histoires d’émigrants, Pau, A.M.C.B., 1992, 207 p.). Prenant connaissance de l’existence de lettres d’immigrés, conservées dans les maisons, et frappée par l’intérêt de leur singularité, c’est tout d’abord à l’épistolaire de ces peu ou moyennement lettrés qu’elle s’est consacrée, créant un groupe de recherches à l’Université de Pau (avec les historiens Michel Papy et Adrian Blazquez, et le socio-linguiste Bernard Moreux) qui contribua à  remettre en chantier, au sein de cette Université, la thématique des migrations. Avec les chercheurs, au niveau national et international, concernés par le champ des études sur les migrations françaises, une collaboration étroite s’établit et s’ensuivirent colloques, publications et animations diverses au sein du milieu universitaire et associatif touché par le phénomène. Après avoir milité longuement pour sa reconnaissance officielle (stigmatisant particulièrement et durablement les trois groupes pyrénéens, Basques, Béarnais et Bigourdans), au sein de ce qui aurait pu être une « Maison de la Mémoire de l’Émigration », elle se consacre maintenant plus spécifiquement à l’édition de correspondances qui lui ont été confiées et à une étude plus historique et diachronique de ce phénomène social.

Une sélection de repères bibliographiques concernant l'épistolaire d'émigrés du Sud-Ouest

1992 - Bruneton-Governatori, Ariane (dir.), Du Béarn aux Amériques, Histoires d’émigrants -Témoignages et documents ­,1850-1950, Bull. n°7 de l'Association Mémoire Collective en Béarn, Arch. Dép., Pau, 1992, 207 p.

1995 - Bruneton-Governatori, Ariane ; Staes, Jacques, Cher père et tendre mère… Lettres de Béarnais émigrés en Amérique latine, Biarritz,  J. et D. éd, 1995, 162 p.

1997 - Bruneton-Governatori, Ariane ; Soust, Jeanne, « Pourquoi écrire ? Question posée à un corpus de lettres d’émigrés béarnais aux Amériques » in 120e congrès national du CTHS, Aix-en-Provence, Correspondre jadis et naguère, Ed. du CTHS, 1997, 467-480.

1997 - Papy, Michel, « Lettres d’émigrés et typologie de l’émigration. Le cas des Béarnais aux Amériques (1850-1920) », in 120e congrès national du CTHS, Aix-en-Provence, Correspondre jadis et naguère, Ed. du CTHS, 1997, 453-466.

1997 - Bruneton-Governatori, A., Heiniger, P., Moreux, B., Papy, M., Soust, J., Lettres et correspondances d'émigrés du Sud-Ouest (1800-1850), Rapport présenté à la Mission du Patrimoine ethnologique (Min. de la Culture), févr 1997. (en ligne)

1997 - Bruneton-Governatori, Ariane ; Moreux, Bernard, « Un modèle épistolaire populaire : les lettres d’émigrés béarnais » in Daniel Fabre (dir), Par écrit, ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1997, 79-103.

1999 - Papy, Michel, « Les Lettres ordinaires, terrain d’histoire », in Alinéa, Université de Grenable, n° 10, juin 1999, 125-149.

2001 - Moreux, Bernard, « Un aspect de la culture des peu-lettrés : la lettre familiale populaire », 117-129, in Poueyto, J.L. (éd.) Illetrismes et Cultures, Paris, L'Harmattan, 2001.

2004 – Bruneton-Governatori, Ariane, « Carta al seňor Latapi », in Eugène Latapi (1824-1868), ed. privada, J. P. Siller coordinator, Mexico, 2004, 131-141.

2005 – Bruneton, Ariane (dir.), Histoire et mémoire de l’Emigration française vers les Amériques : initiatives et expériences institutionnelles et associatives, Revue Migrance, N°26, Editions Mémoires-Génériques, Paris, 2005, 124 p.

2006 - Bruneton-Governatori, Ariane, « Lorsque Basques et Béarnais redécouvrent un pan de leur histoire… l’émigration aux Amériques »,  in Adrian Blazquez (dir.), L’émigration basco-béarnaise aux Amériques au XIXe siècle, Actes du 1er colloque international sur l’émigration basco-béarnaise aux Amériques, Pau, Ed.Gascogne, 2006, 27-40.

2006 - Bruneton-Governatori, Ariane, « Une vaste et riche entreprise : recueillir, rassembler et lire des lettres d’immigrés (XIXe-XXe », in Adrian Blazquez (dir.), L’émigration basco-béarnaise aux Amériques au XIXe siècle, Actes du 1er colloque international sur l’émigration basco-béarnaise aux Amériques, Pau, Ed. Gascogne, 2006, 291-310.

2006 - Moreux, Bernard, « L’acculturation linguistique des Béarnais en Amérique du Sud d’après leur correspondance », in Adrian Blazquez (dir.), L’émigration basco-béarnaise aux Amériques au XIXe siècle, Actes du 1er colloque international sur l’émigration basco-béarnaise aux Amériques, Pau, Ed. Gascogne, 2006, 311-346.

2007 - Bruneton, Ariane, « Un projet de Maison de la Mémoire de l’Émigration », in Actes du IVème Colloque de l’Académie Internationale de Généalogie, Paris, 2005, Saint-Cloud, 2007, 53-60.

2007 – Bruneton, Ariane, Californie-Béarn : des émigrés écrivent au pays (1860-1916), A.M.M.E., Pau, ICN Orthez, 80 p.

2008 – Bruneton Ariane, « Postface aux impressions et notices de voyage de Jean-Baptiste Althabégoïty (1848-1874) »,in Voyages et voyageurs – Bidaia Jakinbide, Bulletin du Musée basque, n°172, 2ème semestre 2008, 73-78.

2010 – Bruneton, Ariane, « Lettres de deux émigrés béarnais « aux isles », Partir – Archives et   Mémoires de l'émigration pyrénéenne, n°1, mars 2010, A.M.M.E, ICN, Orthez, 2-7.

2010 – Bruneton Ariane, « L'émigration pyrénéenne : une histoire en miettes », Partir - Archives et Mémoires de l'émigration pyrénéenne, n°1, mars 2010, A.M.M.E Pau, ICN Orthez, 9-15.

2010 - Bruneton, Ariane, Papy, Michel, « Los Pirinenses en México a mediados del siglo XIX. Contribución al estudio de la inmigración francesa », in México Francia : Memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX, Vols. III-IV, Javier Pérez Siller y David Skerritt (Coords.), México,  BUAP-CEMCA-CNRS-EÓN.

2012 – Bruneton, Ariane, « Un genre épistolaire à mieux cerner : les lettres d'émigrés », in Ils ont fait les Amériques, ss la dir. de L. Dornel, M. Guicharnaud-Tollis, M. Parsons, J-Y. Puyo, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012, 63-74.

2012 - Bruneton, Ariane (avec la coll. de M. Barthaburu), Lettres du Chili – Élie et Léopold Etcheverry, employés de commerce (1883-1894), Coll. Écrits du for privé des Pays de l'Adour, Cairn, Pau, 2012, 228 p.

2018 – Bruneton, Ariane, « E comme émigration », in L'Abécédaire passionné du Béarn, sous la dir. de Jean Marziou, Ed. Gascogne, ICN, Orthez, 2018, 55-64.


 

 

 

Webinaire: “Migrations et indépendances”. Université Bordeaux Montaigne

Coordination : Isabelle.Tauzin*u-bordeaux-montaigne.fr

Miércoles 1 de julio de 2020

Zoom 1

Desde la independencia de México hasta la migración de franceses del suroeste

Mx 8: 30  Fr-Es 15:30 Manuel Santirso : La colonia española y novohispana en Burdeos, 1830-1863

Mx 9: 00  Fr 16:00 Gerardo Manuel Medina Reyes : De Burdeos a Veracruz. Migración y travesías atlánticas entre dos puertos en la primera mitad del siglo XIX

Mx 9: 30  Fr 16:30 Delia Salazar Anaya : Migrantes y aventureros del suroeste de Francia en la Ciudad de México durante el siglo XIX

Mx 10: 00  Fr 17:00 Ronald Soto Quiros: Proyectos de inmigración europea en Costa Rica: tentativas de colonización francesa (1821-1860)

Mx 10: 30  Fr 17:30 Débat – Pause

Zoom 2

Viajeros voluntarios y emigrantes forzados entre  México y Francia en el siglo XIX

Mx 11: 30  Fr 18:30 Ana Rosa Suarez Argüello : Prisioneros mexicanos en Francia (1863-1864)

Mx 12: 00  Fr 19:00 Edwin Alcántara: La autobiografía de Lucas Alamán: ¿viajes románticos, empresariales, científicos o políticos por Europa?

Mx 12: 30  Fr 19:30 Ana María Romero Valle: Impresiones de una mexicana en Europa: Concha Lombardo de Miramón (1835-1921)

Mx (Pe) 13: 00  Fr 20:00 Flor Mallqui Bravo: La ciudad de la modernidad: la experiencia parisina de Isabel Pesado de Mier

Mx 13 30  Fr 20:30 – Débat

Jueves 2 de julio de 2020

Zoom 3

Arquitectura, pintura, y escritura: movilidades de artistas entre Francia y México de la Bella Época a los Años Locos

Mx 8: 30  Fr 15:30 Ana Marianela Porraz Castillo : Arquitecturas transatlánticas: el despacho Dubois-Marcon en la Ciudad de México (1907-1929)

Mx 9: 00  Fr 16:00 Érika Estrella González Pérez : Trazos de vida de una mujer artista  Carmen Mondragón

Mx 9: 30  Fr 16:30 Guadalupe Álvarez (Lizarlett Flores): Antonieta Rivas Mercado en Burdeos. Reflexiones en torno a la escritura del diario como espacio de reinvención

 Mx 10: 00  Fr 17:00 Jesús Rito García: Tamayo, Nieto y Toledo, las bases de la plástica oaxaqueña contemporánea desde París

Mx 10: 30  Fr 17:30 Fernando Ibarra Chávez: Miguel García Maroto y su legado en la vanguardia artística mexicana

Mx 11: 00  Fr 18:00 Débat-Pause

Zoom 4

Del exilio vasco a las representaciones cinematográficas

Mx 11: 30  Es 18:30 Josu Chueca Intxusta : Las  atalayas de Carlos Blanco Aguinaga

Mx 12: 00  Es 19:00 Kepa Zelaya : La llegada del nacionalismo vasco a México y su órgano de expresión: Euzkotarra (1907-1909).

Mx 12: 30  Es 19:30 Óscar Álvarez Gila : Entre México y París: la representación de los vascos como “latinos” en el cine de Estados Unidos.

Mx 13: 00  Fr 20:00 Beñat  Çuburu Ithorotz : Parole de Basque, présentation d’un documentaire sur l’émigration basque

Mx 14: 00  Fr 21:00 – Débat

 Viernes 3 de julio de 2020

Zoom 5

Proyecciones masculinas sobre la migración, el viaje y el exilio Miradas sociológicas,  XIX-XX

Mx 8: 30  Fr 15:30 Leonor Garcia Millé : Un país bajo la lupa: tres viajeros hispanoamericanos en España a fines del siglo XIX y principios del XX

Mx 9: 00  Fr 16:00 José de Jesús Arenas Ruiz: La alteridad en los relatos de viaje de Manuel Payno

Mx 9: 30  Fr 16:30 Araceli Espinosa Márquez (Citlalli A. Cabrera Lezama): Los esfuerzos invisibles de la organización civil mexicana en atención a los migrantes retornados

Miami 11: 00 Mx 10: 00  Fr 17:00 Maida Watson: Inmigración interna en el Caribe: el tema del Canal de Panamá en la literatura caribeña.

Mx 10: 30  Fr 17:30 Débat – Pause

Zoom 6

 Representaciones artísticas y literarias. Otros mundos desde México.

Mx 12: 00  Fr 19:00 Isabelle Tauzin-Castellanos: Emigration et parcours de vie: Subervielle, Amor, Poniatowska…

Mx 12: 30  Fr 19:30 Marisol Luna Chavez: Visiones artísticas de mujeres exiliadas en el medio siglo mexicano: Kati Horna, Leonora Carrington y Remedios Varo.

Mx 13: 00  Fr Bdx 20:00 Fr Réunion : 22: 00 Monica Cárdenas Moreno : Los exilios en la obra de Guadalupe Nettel

Mx 13: 30  Fr 20:30 Efrén Ortiz Domínguez: Leyendo Desierto sonoro de Valeria Luiselli

 

Mx 14: 00  Fr 21:00 Conclusion-es

Témoignage sur Quito et Loja en 1815

Julien Mellet observe les coutumes de Quito en 1815 à l’occasion de sa visite du pays : “Les femmes forment une société qu’elles appellent el puro, qui ne les honore guère. Ce puro consiste en un rassemblement de personnes des deux sexes, qui s’enferment dans une maison où abondent toute sorte de mets et de boissons, et où celui qui mange et boit le plus l’emporte en mérite sur les autres; on y couche, et la débauche recommence avec plus d’excès le lendemain et dure du matin au soir, sans sortir; et quand l’argent est fini, celui de la société qui a des effets de valeur sort pour les engager, et les sommes reçues à compte sont employées pour continuer le puro” (p. 198-199)

L’émigrant natif d’Agen fait l’éloge des populations de Loja : “Le chef de famille s’approche de l’étranger et lui demande le sujet de son voyage et le motif qui l’amène chez lui. Le voyageur, répond-il en langue du pays ou par signe, qu’il est harassé de fatigue, les femmes lavent ses jambes et ses pieds avec une eau bienfaisante ; la faim et la soif ont-elles affaibli ses forces, toutes les provisions de l’humble cabane lui sont offertes […] tout est à sa disposition ; enfin, désire-t-il passer la nuit sous le toit  hospitalier, le Moussacat fait suspendre le hamac blanc fait de l’écorce déliée d’un arbre et bien plus frais que le coton …” (p. 212-213).

Enregistrement – mars 2019, Universidad Andina Simón Bolívar: entretien avec l’historien Matteo Manfredi

Emigrant ou chercheur d’or en Nouvelle-Grenade en 1819

Le voyageur parti de Bayonne en 1808, Julien Mellet a parcouru tout le continent et arrive en Nouvelle-Grenade, par voie maritime, dans le Choco “province du nouveau monde et la plus riche de toutes pour ses mines en poudre d’or”.

En Nouvelle-Grenade, entre montagne et jungle, pour la première fois, dans  le  continent  apparaît le recours à l’usage de porteurs afro-américains . Ce sont les mêmes silleteros qui ont transporté le baron de Humboldt une quinzaine d’années plus tôt. Le voyageur est aventurier et sur les traces  des mines d’or de Calima dans la vallée du Cauca. La dernière étape vers Carthagène, après les mines de Novita et de Zitara, exige plusieurs semaines de navigation sur l’Atrato. Arrivé à Carthagène, Mellet échange des tissus contre des perles. L’engagement patriote des Français et la reprise de la ville par l’armée “pacificatrice” de Morillo en 1816 ne sont pas favorables aux affaires. Mellet rejoint Cuba.

Le projet d’installation à Cuba échoue ; l’Américain -comme l’appelle l’imprimeur d’Agen, Noubel – débarque à Lormont, à proximité de Bordeaux en 1820 et va retrouver sa famille à Marmande. La question de ce qu’il est devenu, après la réédition de son voyage, est en cours de résolution.

Extrait de “La version sud-américaine de l’auberge espagnole : le tambo” – Isabelle Tauzin-Castellanos.

Source : Archives Départementales du Lot-et-Garonne.