De Bordeaux à Asuncion

Comme les projets de colonisation au Mexique, à la fin des années 1820, le projet de fondation de la Nouvelle-Bordeaux a été un échec aux conséquences tragiques.  Le fils du président du Paraguay (et futur président), Francisco Solano Lopez est reçu en janvier 1854 par l’empereur Napoléon III pour développer des relations économiques après la  récente reconnaissance diplomatique du Paraguay survenue en mars 1853. Un contrat est signé en septembre 1854 prévoyant l’envoi d’un contingent de 900 Basques français et espagnols de moins de 45 ans, catholiques et de bonne moralité. L’armateur est un dénommé Antonio Lopez, dont on retrouve une trace dans l’Annuaire  et almanach du commerce et de l’industrie en 1862, avec une adresse bordelaise (« rue de la Course et maison à Buenos Aires »). Le dossier d’agent d’émigration conservé aux Archives Nationales inclut une lettre d’Antonio Lopez qui justifie sa demande d’autorisation d’émigration comme mandataire de l’envoyé extraordinaire du Paraguay, Francisco Solano Lopez.


L’entreprise de colonisation vers ce pays a été étudiée à partir des sources paraguayennes notamment par  Guido Rodríguez Alcalá et Luc Capdevila (2005).

Ce billet est issu d’une recherche d’Isabelle Tauzin à partir des sources françaises, en particulier le dossier des Archives Nationales. Photographie d’un contrat type conservé aux Archives Nationales (2019).

Agence d’émigration Mortier

Louis Mortier  domicilié rue Judaïque n° 89

Sollicite l’autorisation « à m’occuper du mandat qui m’est confié »  comme représentant de la  Société d’Immigration européenne (Sociedad de inmigración europea) « pour favoriser le mouvement d’émigration vers le Pérou et faciliter l’embarquement des émigrants » (27 juin 1874)

Migrants à bord du National – Bordeaux Buenos Aires. 30 avril 1867

Passagers du National
Les passagers du National 30 avril 1867, au départ de Bordeaux
Instructions relatives à l’emploi des vivres et à leur distribution
Le National : Etat des vivres départ prévu le 30 avril 1867 de Bordeaux pour Buenos Aires.  Le navire a  été dérouté à Saint-Nazaire suite à une avarie et les passagers ont déposé plainte auprès du commissaire du port.
Procès – verbal dressé suite à l’avarie du National – Plaintes des émigrants –

“le Capitaine Cuvier doit s’imputer à faute de ne pas s’être assuré de la qualité et de la quantité des vivres destinés à ses passagers qui ne sont pas des colis ordinaires  et que si ses prétentions étaient fondées, il en résulterait que ses passagers seraient exposés à mourir de faim pendant la traversée, ce qui serait contraire à l’humanité et répugnerait à la morale et au plus simple bon sens “.

Documents : Archives Nationales. Agences d’émigration .

Recherche en cours : Isabelle Tauzin-Castellanos