Les travailleurs du cuir de Hasparren en Amérique latine : histoire d’une tradition migratoire

Séminaire EMILA   – EA 3656 AMERIBER

Communication de Beñat Çuburu Ithorotz (doctorant UBM-UPV, PRCE IUT Bayonne)

Vendredi 21 mai, 18:30  zoom

Les travailleurs du cuir de Hasparren en Amérique latine : histoire d’une tradition migratoire

Los trabajadores del cuero de Hasparren en América latina : historia de una tradición migratoria

Beñat Çuburu Ithorotz expose ses recherches doctorales sur l’émigration professionnelle dans l’univers de la tannerie et du travail du cuir, du Pays Basque, au départ d’Hasparren vers différents pays d’Amérique latine.

 

La traversée des émigrants vers l’Argentine: un témoignage de 1884

Récit de la traversée des émigrants d’Europe vers l’Argentine à la fin du XIXe siècle par l’écrivain Edmondo de Amicis (cité par Beñat Çuburu, dans Emigrer au Mexique à 15 ans).

Traduction complète en espagnol par  Giner de los Rios En ligne  ici en espagnol.

Mais déjà la chaleur avait détraqué les choses même sur le gaillard d’arrière, comme je pus fort bien le constater le soir même. C’était à faire pitié vraiment. Entre ces quelques êtres qui dix jours plus tôt ne se connaissaient pas, qui après dix autres jours se sépareraient à jamais, et qui pendant ce temps n’auraient dû penser à rien d’autre qu’aux affections ou aux intérêts qu’ils avaient laissés en Europe ou à ceux qui les attendaient en Amérique, là, sur ces quatre planches suspendues au-dessus de l’abîme s’était déjà ourdie toute une trame enchevêtrée d’antipathie et d’inimitiés…

 

Los Franceses en Argentina, migrantes a la provincia de Santa Cruz (1880 – 1925):

Extrait de l’article resté inédit de María de los Milagros Pierini – Universidad Nacional de la Patagonia Austral –  Article en ligne

La inmigración de origen francés fue importante numéricamente en las décadas comprendidas entre 1860 y 1880 para luego comenzar a descender. Fueron casi inexistentes las colonias agrícolas exclusivas de esa nacionalidad ya que preferían coexistir con otras nacionalidades, especialmente en la región del Litoral y en la época de la colonización oficial iniciada bajo el gobierno de Justo José de Urquiza. La colonia San José tenía como administrador a Alexis Peyret y la de Esperanza, formada casi mayoritariamente por suizos franceses, contaba en ese cargo con Adolfo Gabarret, oriundo de Bayona.

Los vascos y bearneses se instalaron mayoritariamente en la provincia de Buenos Aires concentrándose en las localidades de Tandil y Azul. Entre los terratenientes se destacaron Pedro Luro, Emilio y Godofredo Daireaux y Eugenio Terrasson.

Como ejemplo de colonización exclusivamente francesa  podemos citar  a la de Pigüé (sur de la Provincia de Buenos Aires) que tenía dos características que la hacían original dentro del proceso inmigratorio francés en la Argentina: su carácter de colonia agrícola y su poblamiento en forma exclusiva con habitantes provenientes de la región de Aveyron. Su fundador Clement Cabanettes concibió el proyecto de trasladar a los habitantes de esa región a la Argentina y con ese fin comenzó las negociaciones con Eduardo Casey que era propietario de grandes extensiones en el sur de la provincia de Buenos Aires. Ante el éxito de las negociaciones Cabanettes envió a Francia a François Issaly para reclutar inmigrantes. En el mes de noviembre de 1884 desembarcaron en el puerto de Buenos Aires veinte familias que se trasladaron al pie de la sierra de Curumalal para fundar la colonia.

Tableau : Mariages dans la Province de Santa Cruz/Français et Argentins

Emigration béarnaise en Argentine

La projection du film Lo que me contó el abuelito, dix ans après sa réalisation, en présence des producteurs Agnès Lanusse et Dominique Gautier,   a été un beau succès avec une grande émotion à l’Institut Cervantès de Bordeaux, grâce aux témoignages recueillis en  Argentine, auprès de la première, deuxième et même troisième génération qui expriment encore la survivance de la douleur d’un déracinement et lors de séjours en France, le sentiment de revenir chez soi, dans un pays quitté depuis une éternité. Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, ce sont environ 120 000  Béarnais  qui sont partis ainsi chercher une vie meilleure en Amérique. Les voyageurs des premières décennies sont devenus des émigrants forcés de travailler pour rembourser  le billet de la navigation transatlantique. Leur voyage est d’une étonnante actualité en ce XXIe siècle .

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/histoires-argentines-de-bearnais-emigres.html

 

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

Migrants à bord du National – Bordeaux Buenos Aires. 30 avril 1867

Passagers du National
Les passagers du National 30 avril 1867, au départ de Bordeaux
Instructions relatives à l’emploi des vivres et à leur distribution
Le National : Etat des vivres départ prévu le 30 avril 1867 de Bordeaux pour Buenos Aires.  Le navire a  été dérouté à Saint-Nazaire suite à une avarie et les passagers ont déposé plainte auprès du commissaire du port.
Procès – verbal dressé suite à l’avarie du National – Plaintes des émigrants –

« le Capitaine Cuvier doit s’imputer à faute de ne pas s’être assuré de la qualité et de la quantité des vivres destinés à ses passagers qui ne sont pas des colis ordinaires  et que si ses prétentions étaient fondées, il en résulterait que ses passagers seraient exposés à mourir de faim pendant la traversée, ce qui serait contraire à l’humanité et répugnerait à la morale et au plus simple bon sens « .

Documents : Archives Nationales. Agences d’émigration .

Recherche en cours : Isabelle Tauzin-Castellanos

Colloque international Migrations: traces, inscriptions et textualités

Programme PDF.

Coordination: Maxime Fabre. Inscription en ligne

JEUDI 13 FÉVRIER – Maison des Sciences de l’Homme de l’Aquitaine

9H30 – Ouverture du colloque: Raphaël Estève (Directeur d’AMERIBER EA 3656)

Atelier 1 : Textualité et iconographie de l’émigration en Amérique latine

Modérateur : Jesús Alonso Carballés (Université Bordeaux Montaigne -AMERIBER)

9H45 – 10H20 Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne – IUF)

Conférence plénière : Traces de l’émigration française au Pérou, 1825-1920

10H30 – 10H50 Génesis Portillo Espinoza (Florida International University)

L’émigré français Léon Williez et les débuts de la caricature politique dans le Pérou des années 1850

11H – 11H20 Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)

Types indigènes péruviens dans les photographies de l’explorateur Émile Colpaert

11H30-11H50 Alfonsina Leranoz (Universidad Nacional San Martín – Universidad País Vasco)

La migration basque dans le livre Arte Vasco de Mauricio Flores Kaperotxipi (Buenos Aires, 1954) 

12H – 12H20 Rosmeliz Alva (Université Bordeaux Montaigne)

Sur les traces du peintre Ricardo Grau (Bordeaux, 1907 ; Lima, 1970)

12H30 Pause Déjeuner

Atelier 2 : Migrations et représentations

Modératrice: Maylis Santa-Cruz (Université Bordeaux Montaigne -AMERIBER)

14H30 – 15H05 Bernard Lavallé (Université Paris Sorbonne Nouvelle)

Conférence plénière : André Cazaux l’Indien béarnais, ou l’émigration de l’histoire à la littérature

15H15 – 15H35 Carmela Maltone (Université Bordeaux Montaigne)

Sur les traces des émigrés italiens au Brésil et en Argentine

15H45 -16H05 Maryse Esterle (Université d’Artois – Les Béarnais de Paris)

Émigration et immigrés, regards croisés en Béarn

16H 15 Pause Café

16H30 – 16H50 Lara Glaucia Muniz Proença (Université Fédérale du Minas Gerais) 

De « ouvrons les portes » à « em casa, no brasil » : regards contemporains sur la migration

17H – 17H20 Marluza Da Rosa (Université Fédérale de Santa Maria Brésil)

La construction de la « victime » dans le discours sur les migrations au Brésil

17H30 – 17H50 Marina Cardozo Prieto (Université de la République d’Uruguay)

Exil politique uruguayen et gauche italienne dans le Cône Sud (1973-1985). Idées et pratiques politiques en dialogue

VENDREDI 14 FÉVRIER – Maison de la Recherche – Salle des thèses

Atelier 3 : Représentations médiatiques des migrations

Modératrice : Anne Beyaert-Geslin (Université Bordeaux Montaigne, MICA)

9H45 – 10H20 Sémir Badir (Université de Liège)

Conférence plénière : Migration : du mot au concept politique. Un parcours sémiotique

10H30 – 10H50 Claire Courtecuisse (Université de Grenoble Alpes)

La présence des migrants dans les espaces ruraux en France : Une inversion des représentations sociales par les médias ?

11H – 11H20 Maxime Fabre (Université Bordeaux Montaigne)

Traces du passage : le « phénomène migratoire » au prisme de la photographie de presse

11H30 – 11H50 Laura Ascone (Université de Lorraine)

Immigration et internet : comment les Français et les Italiens réagissent sur YouTube

12H – 12H20 Valériane Mistiaen (Université Libre de Bruxelles)

Modalités discursives sur l’immigration à la télévision belge

12H30 Conclusions

Le colloque international « Migrations : traces, inscriptions et textualités » organisé sur le domaine universitaire de Pessac, à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et à la Maison de la Recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, dans le cadre des activités de l’Équipe d’Accueil AMERIBER, est l’occasion d’échanges interdisciplinaires et interuniversitaires entre linguistes, sémioticiens, sociologues, politistes, historiens de l’art, historiens du droit,  spécialistes des aires culturelles latino-américaines et européennes. Les  chercheurs communicants à Bordeaux (dont sept scientifiques venus d’Argentine, de Belgique, du Brésil, d’Espagne, des États-Unis et d’Uruguay) tissent des liens entre les différentes modalités d’expression et de réception d’un concept politiquement et médiatiquement omniprésent dans le débat public européen et latino-américain. Les participants présents à l’Université Bordeaux Montaigne pour les deux journées du jeudi 13 et vendredi 14 février 2020 explorent les différentes perspectives et les sources multiples contribuant à la polysémie des mots : « migration », « migrant », « émigré » à partir du XIXe siècle qui fut le siècle de la Grande Émigration Européenne aujourd’hui oubliée, jusqu’au Temps Présent marqué par le rejet de l’immigration dans l’hémisphère Nord.

Les contributeurs analysent des cas de parcours migratoires, de migrations retour, des « textualités » des migrations : notes éparses, correspondances familiales, carnets de voyage, presse binationale, dessins, photos, reportages… qui habillent, transfigurent ou déshumanisent les migrations, autant d’inscriptions et de représentations susceptibles de guider les trajectoires des candidats à l’émigration du XXIe siècle.  

Au-delà du constat d’une cristallisation de ce sujet dans le débat public, les deux journées interdisciplinaires de février 2020 permettent un débat contextualisé sur le passé et le présent des migrations internationales dans un cadre à la fois européen et transatlantique, en interrogeant les traces et les représentations des migrations de façon à répondre aux questions posées en préliminaire:

  • Quels sont les apports de la recherche sur l’histoire de l’émigration de la Nouvelle-Aquitaine en Amérique Latine ?
  • Comment les préconçus sur les migrants traversent-ils les médias?
  • Est-il possible d’envisager une sémiotique des migrations à partir des données textuelles et iconographiques ?

Emigration béarnaise en Argentine

Maryse Esterle

Maryse Esterle est sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’Université d’Artois. L’émigration de ses arrière-grands-parents espagnols vers la France et celle de leurs enfants vers l’Argentine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle l’ont incitée à reconstituer leurs parcours et à rechercher leurs descendants. Membre de plusieurs associations de descendants d’émigrés pyrénéens, elle a publié une nouvelle s’inspirant de la vie de l’une de ses grands-tantes : « À l’origine » (Nouvelles du Rio de la Plata, association Bearn-Argentina, 2017). Elle contribue au projet en centrant ses recherches sur l’Argentine, le Béarn et l’Aragon.

Le voyage d’Ignacio

Dans le courant du XIXsiècle, les échanges entre les deux versants de Pyrénées étaient nombreux : commerce légal ou contrebande, transhumance, travail saisonnier dans les fermes ou les manufactures de sandales, de bérets ou de tissage. Les Pyrénées étaient plus une terre de passage et d’échanges qu’une frontière à proprement parler. Des liens durables se sont créés entre des populations proches par la langue, les mœurs et les traditions, ce qui n’excluait pas des conflits récurrents. De nombreux Espagnols se sont établis en Béarn, comme en témoignent les patronymes et les prénoms sur les registres de l‘état civil. Ces échanges et relations sont toujours vivants aujourd’hui.

Les trois billets du blog de Maryse Esterle retracent le chemin que suivait son arrière-grand-père, Ignacio Aragüés Petriz, dans le troisième tiers du XIXe siècle, entre Gurs (Béarn) et Urdués (Aragon), deux fois l’an, dans un sens et dans l’autre, avant de s’installer avec sa famille à Oloron-Sainte-Marie. 

Cette première migration de l’Espagne vers la France fut suivie pour la génération de ses grands-parents par une deuxième migration de France vers l’Argentine. Avec plusieurs membres de sa famille, elle a refait ce trajet au début de l’été 2019, à la recherche de la présence aragonaise à Buenos Aires. Un sujet qui a suscité une publication pour les 90 ans du Cercle aragonais de Buenos Aires (p. 13-20)