Elorri Arcocha Mendinueta: sur des lettres en basque d’émigrés et soldats souletins

Une société à travers la correspondance. La Soule de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre Mondiale

Elorri Arcocha Mendinueta a soutenu au mois de janvier 2024 une thèse doctorale à l’Université Publique de Navarre, rédigée en basque et en français. La thèse a pour titre “Gizarte bat korrespondentziaren prismatik : Zuberoa, XIX. mendearen bukaeratik Lehen Mundu Gerra arte”. L’objectif principal était d’étudier les correspondances provenant de quatre collections, comprenant des lettres d’émigrés souletins, de soldats souletins pendant la Première Guerre mondiale, et dans une moindre mesure, de personnes restées au pays. Cette recherche visait à ouvrir une nouvelle perspective dans l’étude de la correspondance, en se concentrant non pas sur l’émigration ou la vie des soldats dans les tranchées, mais en intégrant les lettres dans une métacommunication préétablie, faisant ainsi partie d’un contexte socioculturel spécifique. Les images de ce billet sont issues du corpus d’Elorri Arcocha.

Le travail s’est donc axé sur l’analyse des informations que les lettres fournissent sur la société de la Soule à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. La recherche a été articulée en trois parties : la première s’est penchée sur l’emploi de l’écrit dans une société qui était encore en cours d’alphabétisation, mettant en lumière une appropriation particulière de l’écrit et une utilisation répandue du basque à l’écrit. La deuxième partie examine l’utilisation des trois langues présentes dans la correspondance – le basque, le français et l’espagnol – ainsi que les facteurs qui ont influencé le choix de chaque langue, et la coexistence de différentes langues dans une même lettre. Enfin, la troisième partie analyse la symbiose des éléments traditionnels et modernes dans la correspondance à travers le prisme de la société souletine de l’époque.

Madeleine Truel (Lima 1904, Sachsenhausen 1945)

Mardi 6 février – Vendredi 16 février 2024, 8 :30 – 19 :00

Exposition sur le camp de concentration de Sachsenhausen mise à disposition par l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines  Bordeaux Pessac. Ligne B, arrêt Montaigne Montesquieu. Des visites guidées de l’exposition sont proposées par les membres de l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen.

Au total, on estime qu’un peu plus de 200 000 hommes et femmes ont été déportés au KL Sachsenhausen dont la moitié y a trouvé la mort.

Contact: Amicale des Anciens Déportés,  Mireille et Bernard Cadiou.

Conférence  mardi 6 février  18:00 Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines  Bordeaux Pessac. Ligne B, arrêt Montaigne Montesquieu.

Du Pérou au camp de la mort de Sachsenhausen : Madeleine Truel (1904-1945). Du retour en France à la déportation en Allemagne.

Isabelle Tauzin-Castellanos, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, Université Bordeaux Montaigne, évoquera les documents recueillis auprès de la famille en France et au Pérou et qui permettent de comprendre l’itinéraire des soeurs Truel. Les Truel et les Larrabure ont émigré à Lima au XIXe siècle; les enfants sont revenus en France en 1924. Auteure de L’enfant du métro avec sa soeur cadette, Madeleine Truel  n’a pas survécu aux Marches de la Mort, évacuation forcée des camps de concentration.

 

 

 

Du Gers à l’Uruguay: une recherche généalogique complexe

Une recherche généalogique de Myriam Managau  réalisée à Montevideo en Uruguay.

Frix Isidore Lussan était le 5ème enfant de Jean Lussan et de Marie-Louise Paris, né à Pouylebon, dans le canton de Montesquieu le 1r août 1834. Les parents se sont mariés à Pouylebon, le 20 novembre 1825. Son père Jean Lussan est né à Pouylebon le 16 germinal an III de la république française selon le calendrier grégorien le 5.04.1795. Il était le fils de Joseph Lussan et d’Anne Aveillé. Sa mère Marie-Louise Paris est née à Labéjan, dans le canton de Mirande le 8 octobre 1792. Elle était la fille de Jacques Roger Paris et d’Antoinette Charlotte d’Ayllier, son père était arpenteur, maire du village de Pouylebon. Le couple de Jean Lussan et Marie-Louise Paris a eu à Pouylebon 5 enfants : Marie Lussan le 12.03.1826 ; Antoine Charlotte Geneviève Lussan le 1r mars.1828 ;  Joseph Lussan le 28 novembre 1829 ; Jeanne Marie Lussan le 01.5.1832, et Frix Isidore Lussan le 1r août 1834. Le prénom Frix n’est pas fréquent: il trouve son origine chez un prince franc né à Frise aux Pays-Bas et  qui a combattu les sarrasins sous le règne de Charles Martel, fondateur de la dynastie carolingienne avec lequel il était apparenté. Mortellement blessé à Bassoues (Gers), son héroïsme en a fait un saint vénéré. Une basilique a été érigée en hommage à Saint-Fris à Bassoues. Le prénom Fris peut avoir deux orthographe Fris ou Frix tandis que le féminin serait Frise.

Frix Lussan part du port de Bordeaux le 23 octobre 1854 à l’âge de 20 ans sur le navire Lily, destination Montevideo. Il est muni d’un passeport obtenu des autorités du Gers et un visa accordé par le préfet de la Gironde, à destination de Corrientes (Argentine). Le navire était un trois-mâts commandé par le capitaine Toulouze et 20 hommes d’équipage. Le navire est arrivé à Montevideo probablement fin décembre 1854.

Françoise Grand était la 6e fille d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand, née à Lalouret, un village du Comminges en Haute-Garonne le 19 mai 1835. Les parents s’étaient mariés à Sauveterre-de-Comminges le 2 octobre 1818. Alexis Grand, est né à Lalouret le 14 juillet1794, il était le fils de François Grand et de Marie-Jaquette Dupuy. Marie-Anne Grand est née à Lalouret le 18 juillet 1797, elle était la fille de Bertrand-Jean Grand et de Jeanne-Marie Fadeuilhe. Le couple d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand ont eu à Lalouret 6 enfants : François Grand le 2 janvier 1820, Jeanne Marie Bertrande Grand le 17 janvier1823 + 14 septembre 1833, Dominiquette Grand le 7 mai 1826, Bertrand Grand le 2 avril 1830, Jacquette Grand le 31août1833 + 1 mai 1834 et Françoise Grand née le 19 mai 1835.

Après le décès de deux filles Jeanne Marie et Jacquette en 1833 et 1834, le couple entreprit un voyage en Amérique du Sud avec quatre enfants, deux garçons François et Bertrand et deux filles Dominiquette et Françoise Grand, comme en témoigne la liste des passagers au départ du port de Bordeaux. Ils étaient munis des passeports obtenus auprès des autorités de la Haute-Garonne et un visa pour Corrientes émis par le préfet de la Gironde. Ils partirent le 23 octobre1854 du port de Bordeaux sur le navire Lily destination Montevideo. François était âgé de 34 ans, Dominiquette de 28 ans, Bertrand 24 ans et Françoise de 19 ans.

Frix Isidore Lussan et Françoise Grand embarquèrent à Bordeaux à la même date et sur le même navire, ils ont dû se rencontrer lors du voyage de deux mois qui les a amenés à Montevideo. Dans les registres du Consulat de France à Montevideo, Frix Isidore Lussan ne figure pas ; au contraire on trouve l’enregistrement d’Alexandre Grand, né à Lalouret, de Haute-Garonne il n’y a pas de date de naissance, un métier typique du Rio de la Plata : tropero », qui désigne le berger à cheval qui conduit les troupeaux ou le charretier, immatriculé le 18 novembre.1864, de Bertrand Grant, né à Lalouret, Haute-Garonne, né en 1834 résidant à Tala, Canelones, profession laboureur, ne sais pas signer, immatriculé le 22.08. 1863 sur témoignage de M. Lafitte, de Joseph Grant, né à Santa Rosa, Canelones le 22.05.1865, charretier, sans date. On peut déduire qu’Alexandre Grand, est le père, Bertrand Grand le fils, enregistré comme GRANT et Joseph GRANT est le fils de Bertrand né à Canelones où ils se sont établis.

Frix Isidore Lussan et la famille Grand se sont installés à Canelones. Frix a épousé Françoise Grand avant 1860, acte non encore trouvé. Le couple Lussan- Grand a eu à Canelones plusieurs enfants: Josefa Paula Lussan Grand le 26/01/1860 baptisée le 08/05/1860 dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras. Les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Lussan, ainsi que les grands-parents maternels Alexis Gran et Mariana Gran. Les parrains sont José Baron et Dominga Grand, la tante maternelle; Francisca Valeria Lussan Grand le 29/01/1863 baptisée dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras, les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Paris et les grands-parents maternels Alejo Grand et María Grand. Les parrains et marraines sont Francisco Morales et Justa Pérez; Petronila Dominga Lussan Grand le 31/05/1869 baptisée le 09/04/1869 dans l’église Notre-Dame de Guadalupe, Canelones.    Par erreur, elle est enregistrée sous le nom de Petronila Dominga Fritz, son père apparaissant comme Luciano Fritz et sa mère Francisca Grand ; les parrains furent José Baron et Dominga Grand; Dominiquette Grand épouse Joseph Baron, de nationalité française, ils auront deux filles Léopoldine et Eugenia Léopoldine Baron Grand ; Bertrand Gran épouse Catalina Bruqueta, il est probable qu’ils soient arrivés déjà mariés. Ils ont deux enfants à Canelones, José Grand né le 22/05/1865 et María Grand née le 10/4/1867. Les informations sur le frère aîné François Grand sont manquantes. Frix Isidore Lussan décède à Montevideo le 11 octobre1895 à l’âge de 61 ans. Françoise Grand décède à Canelones le 5 décembre 1906 à l’âge de 71 ans.

En résumé,  Frix Lussan et Françoise Grand sont partis à la même date du port de Bordeaux sur le même navire et ils se sont rencontrés pendant la traversée océanique. Le nom Lussan en Uruguay, a une graphie différente, il apparait sous la forme Luzan et le prénom Frix a été pris dans des actes comme nom Fritz, la recherche a été difficile. La confusion sur la graphie des noms français est fréquente. Le fait d’avoir pris le prénom Frix comme patronyme Fritz, a fait croire aux descendants que l’origine de la famille se situait à la frontière avec l’Allemagne.Le nom Grand apparait aussi avec une graphie différente Grant et ses descendants ont été inscrit comme Grant. Reste à trouver l’acte de mariage Lussan (Luzan) x Grand à Montevideo et à Canelones. Le couple Lussan x Grand parlait français de même que leurs trois filles Josefa Paula, Francisca Valeria et Pétronille Dominga Lussan Grand, à la maison. Cela a permis aux générations suivantes de connaitre des mots et transmettre leurs souvenirs les plus chers.

Myriam Managau est généalogiste à Montevideo. Isabelle Tauzin a fait sa connaissance à l’occasion d’une conférence à l’Alliance française de Montevideo sur l’histoire de l’émigration. Myriam Managau rappelle que ses grands-parents Grégoire Jean Managau Lhez ( Asté 65, 1882) et Marie-Jeanne Sarthe Lalanne (Aast 64, 1878, sur la photo avec Myriam enfant) sont arrivés du Paraguay en 1917 à Montevideo où ils se sont connus.
Elle appartient à la 2ème génération des immigrants français en Uruguay et son travail de recherche lui permet de  conserver et de transmettre la langue, les chants et les comptines apprises, les souvenirs des Pyrénées de ses ancêtres et les images intimes dont l’histoire de Bernadette Soubirous évoquée religieusement par sa grand-mère.

Pueyrredon ou Poeyredon : un Libertador argentin fils de Navarrais

La Maison  Pueyrredon se trouve dans la ville de San Isidro, Neuilly porteño à une vingtaine de kilomètres de Buenos Aires. Cette belle résidence proche de la rivière de la Plata  est un musée municipal à vocation pédagogique.

Parmi les nombreux portraits et documents exposés, se trouve l’acte de naturalisation du père du Libertador, originaire de Basse Navarre -selon cet acte photographié sur place (“que es natural de la villa de … en la Baja Navarra y del mismo modo son sus padres cristianos”) mais  l’acte de baptême de 1738 dans le registre en ligne incomplet d’Issor n’a pas été retrouvé si Poeyrredon est né dans ce territoire béarnais et non bas-navarrais. De même que la graphie “poeyredon” est celle attestée dans le département pyrénéen pour quelques actes d’état civil postérieurs à 1800. Le père de celui qui deviendra  Directeur Suprême des Provinces du Rio de la Plata, est arrivé à Buenos Aires en 1764 comme représentant d’une maison de commerce espagnole.

Le nom de Jacques Poeyredon apparaît dans la correspondance consulaire de Cadix en 1777, comme propriétaire d’une boutique et venu d’Oloron Sainte Marie. Le fils du Navarrais, Juan Martin Pueyrredon arrive en France sous le Directoire, puis revient à Buenos Aires en 1802 et prend part à la résistance contre les Invasions anglaises, aux côtés de son compatriote Liniers. En 1809, venant de Séville, il est arrêté sur ordre du vice-roi Elio à Montevideo. “Pueyrredón est considéré comme un homme de grand talent, apparenté aux premières familles du pays, fils d’un Français; c’est une tête brûlée, il ne fait aucun doute que sa présence en Amérique est extrêmement dangereuse et qu’il est absolument nécessaire d’empêcher même sa communication avec la population”. (Gallo, Klaus, El político de la revolución. Vida de Juan Martín de Pueyrredón, Museo Pueyrredon, San Isidro,Trama, 2015, p. 24).

Les Pueyrredon ont continué à aller et venir entre l’Amérique et l’Europe tantôt pour affaires et aussi pour éviter les persécutions politiques, en particulier sous le régime de Juan Manuel de Rosas. C’est ainsi qu’en 1835, le général  arrive avec sa famille à Bordeaux, puis s’installe entre Paris, où son fils, le peintre Prilidianto Puyerredon se forme à la peinture et à l’architecture, et Cadix où Juan Martin possédait une entreprise spécialisée dans l’importation de cuir argentin (Lucas Andrés Masán, Estrellas y amapolas. Las pinturas rurales de Prilidiano Pueyrredon y las sensibilidades en el Buenos Aires de 1860). Beaucoup reste à découvrir encore sur cette famille franco-argentine oubliée.

Costa del Rio de la Plata, par Prilidiano Pueyrredon.

Julia Codesido : une étape à Bordeaux

Julia Codesido est l’une des peintres péruviennes les plus importantes du XXe siècle, identifiée au mouvement indigéniste qui s’est développé en Amérique du sud à partir de 1920. En 1973, le Pérou lui a accordé le prix national de la Culture au terme d’une vie consacrée à la peinture, dans un contexte peu favorable à la passion artistique chez une femme en Amérique comme en Europe.

Bernardino Codesido a été nommé  en décembre 1906 consul du Pérou à Bordeaux. La famille a résidé à Caudéran avant de partir pour Liverpool et d’autres postes diplomatiques jusqu’au début de la première guerre mondiale.

Iconographie :  Casa Museo Julia Codesido. Paso de los Andes, Pueblo Libre.

La famille Codesido dans le studio de photographie Courret, c. 1900

Conférence 18 avril 2023 à Lima : Des albums de Courret aux peintures de Julia Codesido: regards indigénistes, par  Isabelle Tauzin-Castellanos et  Carlos Estela Vilela Université Bordeaux Montaigne.

 

L’équipage du Consolateur en 1808

Marins du Consolateur arrivés en 1808 à Buenos Aires. Bibliothèque Nationale d’Argentine, Julien Mellet, édition annotée de 1826.  IT

Le rôle d’équipage du Consolateur, parti de Bayonne le 29 mai 1808 pour Montevideo, permet de connaître  dans quelles circonstances le marquis de Sassenay fut envoyé par Napoléon pour rallier l’Amérique à son empire.

Les deux premières pages du rôle d’équipage sont datées du 29 mai 1808 et présentent la liste de tous les marins, y compris ceux qui selon les folios suivants n’ont pas embarqué ; on retrouve cette liste à la fin de cet article.

Les faits recherchés trouvés grâce à la consultation du rôle sont l’embarquement tardif de Julien Mellet, en provenance de Marmande, inscrit le 29 mai, mais pas dans le rôle initial. En revanche dans le rôle récapitulatif figure Etienne Joseph Mallet, prénom et nom partiellement raturé.

Un passager au compte de l’État, le 29 mai 1808 apparaît sous la graphie « Sasney », embarqué par ordre de Sa Majesté Impériale (SMI), sans précision sur le prénom et la mention du départ le 30 mai, feuillet ajouté avec la mention Bayonne 5 juillet 1808. Il s’agit du marquis de Sassenay, évoqué par Julien Mellet au début de son récit de voyage, envoyé par Napoléon pour intercéder auprès de Liniers et obtenir le ralliement à la France des possessions espagnoles d’outre-mer. La mission échoua, le Consolateur fut attaqué par les Anglais ; Sassenay fut emprisonné.

Continuer la lecture de « L’équipage du Consolateur en 1808 »

Deux Rochefortais en Amérique du sud entre 1823 et 1841 : René Primevère Lesson et Pierre Adolphe Lesson

René Primevère Lesson. Collection du Musée Hèbre de Rochefort.
Collection du Musée Hèbre de Rochefort.

Les frères Lesson sont des savants célébrés dans la ville de Rochefort; ils mériteraient d’être reconnus pour l’immensité de leurs travaux à un niveau international. Le portrait de René Primevère se trouve en bonne place au Musée Hèbre de Rochefort qui présente au public une collection ethnographique d’exception, hérité de Pierre Adolphe Lesson, le cadet des deux frères.

René Primevère Lesson est né à Rochefort le jour du printemps en 1794, porteur d’un prénom en accord avec le calendrier révolutionnaire, il est mort en 1849 dans sa ville natale. Lesson a étudié à l’École de Médecine Navale implanté dans le port militaire charentais, et est devenu successivement chirurgien de marine puis pharmacien. En 1822, il embarque à bord de la corvette La Coquille qui entreprend un tour du monde. Louis Isidore Duperrey commande l’expédition, secondée par Dumont d’Urville, lieutenant de vaisseau.

Continuer la lecture de « Deux Rochefortais en Amérique du sud entre 1823 et 1841 : René Primevère Lesson et Pierre Adolphe Lesson »

Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Paul Lafitte est de ces Basques émigrés à Cuba qui ont marqué leur passage d’une empreinte indélébile. Toute sa vie fut guidée par des valeurs qu’il portait au-dessus de tout : le travail, la famille, le patriotisme.

Continuer la lecture de « Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba »

Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Dans le cercle des bertsularis (improvisateurs en langue basque), Joseph Mendiague est l’un des plus remarquables car toute sa poésie a été produite en Uruguay où il avait émigré. Pratiquement inconnu au Pays basque jusqu’à ce que Piarres Xarriton le sorte de l’oubli, il était cependant très populaire dans le milieu de la diaspora basque.

Son père François étant douanier, Joseph Mendiague naquit aux Aldudes (Basse-Navarre) le 27 avril 1845. Il était le neuvième enfant d’une famille qui allait en compter quatorze mais la mortalité infantile étant très élevée à l’époque, seuls sept d’entre eux survécurent. En 1848, François Mendiague démissionna du corps des douanes et vint s’installer comme aubergiste à Hasparren, une commune où il avait déjà été nommé comme douanier une quinzaine d’années auparavant entre 1835 et 1838. Joseph Mendiague et sa femme Catherine Larregain avaient habité la maison Guardatea et les trois premiers enfants du couple y naquirent. La famille vécut les premières années dans différentes maisons au quartier Zelai puis elle s’installa au centre-ville où le couple prit la gérance du bar Dukiania pour compléter la retraite de douanier de François Mendiague.

Continuer la lecture de « Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay »

Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

La famille Choribit est liée de très près à l’histoire de la tannerie à Hasparren. On peut parler d’une véritable dynastie car elle exerça cette activité dans le village aux XVIIIe et XIXe siècles ; puis lorsque survint la crise à la fin du XIXe, les Choribit choisirent l’émigration vers le Chili où ils prospérèrent dans leur métier tout au long du XXe siècle.

Continuer la lecture de « Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili »

Gratien Daguerre, tanneur richissime à Cuba

Biographie rédigée par Beñat Çuburu-Ithorotz

La tannerie de Gibara

Gibara est une ville côtière de la province de Holguín, dans l’ancienne province d’Oriente. Elle a été fondée en 1817 et son port a été utilisé pour exporter le café et le sucre de la région jusqu’à la fin du xixe siècle. La ligne de chemin de fer entre Holguín et Gibara, ouverte en 1893, est devenue la principale voie commerciale de la région orientale de Cuba et la tannerie de Gibara a exporté une partie de sa production par ce mode de transport.

Des actes notariés de Gibara attestent de la présence d’une tannerie en 1861 ainsi que de trois fabriques de chaussures. Le recensement de 1864 le confirme avec la présence de deux Français et d’une tannerie « con tres curtidores y 328 cueros ». Nous pensons que ces deux Français sont Carlos Guitay et Ignacio Choribit. Les archives notariales de la ville contiennent un document dans lequel les deux hommes et un troisième, José Clemente Leal, originaire de Holguín, déclarent que « … tienen formada una tenería que tienen establecida los dos primeros en esta población y en los confines de la calle de la Marina… ». Continuer la lecture de « Gratien Daguerre, tanneur richissime à Cuba »

Pascal Harriague : un cordonnier tanneur basque pionnier de la viticulture en Uruguay

Pascal Harriague: la trajectoire exceptionnelle d’un cordonnier tanneur pionnier de la viticulture uruguayen – Biographie rédigée par Beñat Çuburu-Ithorotz

Les débuts de Pascal Harriague en Uruguay

Les vins d’Amérique du Sud (Chili, Argentine, Uruguay) obtiennent depuis plusieurs années une reconnaissance internationale en remportant des prix dans les grands salons consacrés à la viticulture. Leur succès ne se dément plus et depuis qu’ils grignotent des parts de marché aux régions traditionnelles de vins, on cesse de les considérer avec condescendance. Ce que l’on sait moins, c’est que ce sont des émigrants basques qui ont introduit et développé la viticulture dans ces pays. Ainsi, Pascal Harriague est-il considéré comme un pionnier en Uruguay. Continuer la lecture de « Pascal Harriague : un cordonnier tanneur basque pionnier de la viticulture en Uruguay »

Emigration d’Hasparren par Beñat Cuburu Ithorotz

Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude micro-historique d’une émigration spécialisée (XVIIIe-XXe siècles) – Thèse soutenue à l’université Bordeaux Montaigne 8 juillet 2022.

Ce travail est une étude micro-historique de l’émigration depuis Hasparren, commune du Pays basque français, et vise à démontrer sa spécificité, puisqu’elle est composée en grande partie de tanneurs et de cordonniers. Le terrain a consisté à développer une base de données nominative des émigrants d’Hasparren.

This work is a micro-historical study of emigration from Hasparren, a municipality in the French Basque Country, and aims to demonstrate its specificity, since it is largely composed of tanners and shoemakers. The fieldwork consisted of developing a nominative database of emigrants from Hasparren.

La première partie analyse le cadre de l’étude, Hasparren, à travers une présentation générale de la commune et de sa démographie, les activités artisanales aux XVIIIe et XIXe siècles et les activités industrielles de la première moitié du XXe siècle. La deuxième partie est l’exploitation de la base de données des émigrants, consistant en une présentation de la méthodologie utilisée, des différentes sources consultées et des résultats obtenus. La troisième partie analyse les politiques migratoires des pays d’accueil des émigrants, leur développement professionnel en Amérique et expose une série d’études de cas de ces émigrants professionnels du cuir.

Après la soutenance, la publication de la thèse est prévue et la réalisation d’une mission sur les traces de Pascal Harriague et d’autres émigrants en Uruguay.

Jury : M. Óscar Álvarez Gila, codirecteur de la thèse, (Profesor Titular de Universidad – Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea) et Mme Isabelle Tauzin-Castellanos (Professeure des universités – Université Bordeaux Montaigne), codirectrice de la thèse, Mme María del Pilar Cagiao Vila, par visioconférence, pré-rapporteure de la thèse (Profesora Titular – Universidad de Santiago de Compostela),  M. Alvar de la Llosa, pré-rapporteur (Professeur des universités – Université Lyon 2), Mme Amaia Iraizoz, (Profesora asociada – Universidad Pública de Navarra) et M. Hernán Gustavo Otero (Profesor Titular de Universidad – Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires – Chercheur principal CONICET).

Emigration française à Tucuman

De nombreux Français se sont installés au XIXe siècle dans la région de Tucuman décrite par Julien Mellet dans son récit de voyage. Un article de Mariana Feyling, recommandé par l’historien Daniel Campi, rendait compte de cette immigration précoce avec parmi les Pyrénéens les plus notables, Philippe Bertrès, arrivé en même temps que Mellet à bord du Consolateur, engagé dans l’armée patriote, puis au service du gouvernement indépendant, évoluant entre Tucuman, Salta, la Bolivie et  Buenos Aires.

D’autres émigrants pyrénéens partis des confins de la Haute-Garonne et  plus connus à Tucuman que dans leur pays natal sont les Nouguès et les Rougès.

Une vue de Villa Nougués, ou comment retrouver en Argentine les Pyrénées natales de ces émigrants du XIXe siècle.

Radio Tucuman: conférence à l’université de Tucuman sur le voyage du Lot-et-Garonnais Julien Mellet

Conférence d’Isabelle Tauzin à l’université de Tucuman  lundi 22 mars 2022, à l’invitation du Groupe d’études  Travesías Discursivas, intégré à l’ Instituto Interdisciplinario de Estudios Latinoamericanos (UNT), coordonné par  María Jesús Benites (UNT-CONICET). Le récit de voyage de Julien Mellet fut d’abord publié à Agen, alors que l’aventurier résidait à Bordeaux puis à Paris en 1826. La seconde édition fut lue à Buenos Aires dès 1827, un exemplaire annoté est conservé.

Un encuentro con la escritura de Julian Mellet, viajero francés del siglo XIX

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search