Circulation, missions et migrations religieuses. Histoires connectées entre la France et le Chili

Conférence de María Paz Valdés à l’Université Bordeaux Montaigne, 4 mars 2022, 16 :00  salle Jean Loiseau (C310)

María Paz Valdés accueillie en conférence zoom en 2021 à Bordeaux Montaigne prépare un doctorat en histoire à l’Universidad de los Andes (Chili). Boursière de l’ANID (Bourses d’État pour le développement de la science au Chili), elle réalise un séjour de recherches dans les archives de la Compagnie des Filles de la Charité rue du Bac et de la Congrégation de la Mission rue de Sèvres et expose ses travaux dans le cadre du projet EMILA Ecritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces de/en Nouvelle  Aquitaine, de nombreuses Filles de la Charité ayant quitté le Sud-Ouest pour contribuer aux soins auprès des populations sud-américaines.

Sur la base d’une documentation historique originale, María Paz Valdés analyse les activités réalisées par la congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul dans les hôpitaux chiliens au cours du XIXe siècle. A l’occasion de son séjour à Bordeaux, elle observe la contribution des « vicentinas » au développement de la santé publique en Amérique du sud parallèlement à la professionnalisation des soins infirmiers et aux débuts de l’hygiénisme.

Circulaciones, misiones y migraciones religiosas. Historias conectadas entre Francia y Chile, siglos XIX – XXI.

A partir de documentación histórica original, la historiadora chilena María Paz Valdés della Maggiora analiza las actividades desarrolladas por la Congregación de las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paúl en los hospitales (siglos XIX-XX). Durante su estadía en Burdeos, observa la contribución de las Hermanas Vicentinas al desarrollo de la salud pública en América del Sur, en paralelo a la profesionalización de la enfermería y a los inicios del higienismo. Conferencia en la Université Bordeaux Montaigne, programa de investigación: Escrituras Migrantes Latinoamericanas en Nueva Aquitania, 4 de marzo de 2022, 4 p. m. sala Jean Loiseau.

https://www.uandes.cl/noticias/investigacion-uandes-sobre-la-influencia-de-congregacion-religiosa-francesa-se-expuso-en-universidad-bordeaux-montagne/

Charles Barroilhet (Bayonne 1804-Paris 1865)

Charles Barroilhet.  Un itinéraire exemplaire de l’émigration  au XIXe siècle: Pérou, Chili, États-Unis.

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos  (Université Bordeaux Montaigne)

Charles Barroilhet a quitté Bayonne pour Bordeaux et Lima,  à 22 ans, en janvier 1827, guidé sur les chemins de l’émigration par un militaire français au service de la République du Pérou, Sauveur Soyer.

Une partie des lettres que Charles Barroilhet a adressées à sa famille, a été conservée et a été mise à disposition pour cette recherche en Nouvelle-Aquitaine sur les traces des émigrants,  par  Pierre Simonet, descendant de la famille Barroilhet à Bayonne.  Son accord sur la diffusion permet de faire connaître le parcours hors du commun d’un émigrant  qui a vécu au Chili et au Pérou, ainsi qu’en Californie avant de s’installer à Paris sous le Second Empire.

Charles Barroilhet, très attaché à sa famille, quitte Bayonne pour Lima à 22 ans, embarque à Bordeaux à la fin janvier 1827. Il écrit une première lettre  à sa mère.

Des dépenses imprévues doivent être faites avant de quitter la France, du fait du climat différent dans le pays vers lequel il part: «l’achat d’un chapeau de paille et d’une redingote d’été m’ont laissé un peu à sec. Ces objets m’étaient indispensables ».  Les difficultés sont nombreuses et inattendues pour le jeune homme. « Ayant voulu procéder à l’exportation des habits pour l’obtention de la prime, la Douane a été d’une telle exigence dans l’exhibition des diverses pièces que j’ai dû y renoncer » . Un autre jeune Basque, Ulysse Dutey, de Baigorri, a sans doute été convaincu d’émigrer par Sauveur Soyer, devenu officier de l’armée du Pérou. Les jeunes gens partagent les préparatifs de la traversée transatlantique : « Nous vivons ensemble dans le même hôtel, dans la même chambre, nous mangeons à la même table, enfin nous ne nous quittons plus ». Charles Barroilhet se réjouit du «caractère droit et loyal de cet excellent jeune homme [qui] sympathise on ne peut mieux avec le mien ; aussi vivons-nous plus comme deux frères dans la plus parfaite harmonie ».

Charles Barroilhet prévoit de vivre loin de France dix ans; il  espère  pouvoir effectuer ensuite un voyage de retour.  Son  frère aîné, François Barroilhet, se rendra à Valparaiso en 1834. Les frères croisent Flora Tristan, à la recherche elle-aussi d’une meilleure fortune, ainsi qu’il ressort des Pérégrinations d’une paria où elle manifeste de la compassion à l’égard d’une compatriote fuyant un mari mal traitant, Mme Aubry.

Un portrait de Charles Barroilhet est conservé au Chili par la famille, et a été communiqué pour cet article par Jacqueline Barroilhet auteure d’une recherche généalogique approfondie sur ces ancêtres et qu’elle a publiée à Santiago.

Le grand négoce qui se présente à partir du début des années 1840 entre l’Amérique du sud et l’Europe, est l’exportation du guano, dont les Anglais et les Français découvrent, bien après les paysans péruviens, les vertus pour améliorer les rendements agricoles.  Charles Barroilhet rapporte dans une lettre : «Une de mes sœurs a voulu propager l’usage du guano parmi les paysans des environs de Bayonne et a établi dans cette ville un dépôt. Malgré ses démarches et son engagement constant auprès des consignataires de Nantes, du Havre et de Bordeaux, il lui arrive souvent de se trouver sans guano, au grand désespoir de ses clients».  Charles Barroilhet est l’auteur de nombreux écrits dont un remarquable opuscule écrit en espagnol et accessible en ligne (BN, Gallica) sur le guano,  où il manifeste une sensibilité sociale exceptionnelle et raconte désabusé ses vaines dénonciations devant les législateurs péruviens et l’inutile requête pour informer le général président Ramon Castilla.

« Il y a dans la vie des nations des moments solennels où surgissent de formidables problèmes dont la solution décide tout l’avenir. C’est la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le Pérou […] Ma qualité d’étranger m’ordonne la plus totale abstention à ce sujet ; il m’est seulement permis de dire : que Dieu illumine les Péruviens !»

Vers 1862, de retour en France, la santé de Charles Barroilhet se détériore et après des pertes en bourse  il lui faut vendre sa propriété de Biarritz , « même au prix de 50.000 frs  ». Il épouse la veuve d’un émigré installé aux Etats-Unis où lui-même s’est rendu «réduit à l’extrémité d’aller chercher sa vie dans les aventures en Californie». Charles Barroilhet meurt en 1865 à Paris.

Pour prolonger cet article on accèdera en ligne aux communications présentées  le 5 et le 6 juillet 2021, lors du colloque sur l’histoire de l’émigration basque au Musée Basque et à l’IUT de Bayonne.

https://emila.hypotheses.org/2198

 

 

Histoire de l’émigration française au Pérou : des témoignages retrouvés sur le XIXe siècle

Histoire de l’émigration française au Pérou: 5 témoignages retrouvés.

L’article publié en espagnol dans Mitologías hoy expose les parcours de  vie des premiers voyageurs ou émigrants français au Pérou entre la guerre  d’indépendance et la guerre du Pacifique (1821-1883), notamment  après celui d’Eugène et Achille Courret, la biographie exceptionnelle de Charles Barroilhet, celle de Sauveur Soyer, les frères Dutey, Edouard Maury de Lapérouse, Flora Tristan et Marie Maitre. Les écrits et documents sur lesquels s’appuie la recherche révèlent l’interculturalité vécue dans la chair – avant que le concept d’interculturalité n’existe – par de jeunes émigrants issus de milieux aisés. L’adaptation et l’incompréhension face aux réalités étrangères sont évidentes dans les lettres aux proches archivées depuis plus d’un siècle et mises en lumière par les descendants héritiers de la mémoire familiale de l’ancêtre émigré, notamment M. Pierre Simonet qui a communiqué la correspondance permettant d’établir des liens entre Sauveur Soyer, natif de Saint-Palais et au service de Bolivar, Ulysse et Isidore Dutey, partis de Baigorri  et Charles Barroilhet de Bayonne. Deux témoignages de femmes offrent une approche différente des expériences migratoires masculines: il s’agit de celui de Flora Tristan et quarante ans plus tard de Marie Maitre de Saint-Arnaud.

On se reportera à l’article en ligne consacré au Bayonnais Charles Barroilhet.

Portrait de Charles Barroilhet, communiqué par Jacqueline Barroilhet (Santiago du Chili).

 

 

Histoire de l’émigration religieuse au Chili : article en ligne de María Paz Valdes sur les Filles de la Charité.

Article publié et accessible ici.

Mis à disposition par María Paz Valdés della Maggiora, doctorante Universidad de los Andes, Santiago (Chili) suite à sa communication par zoom, sur l’histoire et le rôle des religieuses de la Congrégation des Filles de la Charité dans la modernisation des hôpitaux chiliens au XIXe siècle.

 

Histoire de l’émigration religieuse au Chili : María Paz Valdes sur les Filles de la Charité.

Séminaire vendredi 11 juin, 18:30 – Zoom. Article en ligne.

Blanches colombes au Chili : les  filles de la Charité de Saint-Vincent de Paul dans les hôpitaux chiliens au XIXe siècle. Article en ligne de Maria Paz Valdes.

María Paz Valdes della Maggiora  (Universidad de los Andes):  Palomas Blancas en Chile: Las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paul y su trabajo en los hospitales chilenos durante el siglo XIX

La presentación introduce la temática de investigación de la presente tesis doctoral en curso. Basada en documentación histórica original la ponencia analiza el trabajo realizado por la congregación de origen francés de las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paul en los hospitales chilenos durante el siglo XIX observando sus aportes al desarrollo de la salud pública del país y los inicios de la profesionalización de la enfermería.

María Paz Valdés della Maggiora es Licenciada y Magister en Historia por la Universidad de los Andes Chile. Prepara un Doctorado en Historia por la Universidad de los Andes Chile, y es becaria ANID (becas estatales para el desarrollo de la ciencia en Chile).

 

Desde la Europa napoleónica la migración de militares politizados y su influencia en las independencias americanas (1805-1830)

Patrick Puigmal Universidad de Los Lagos, Osorno, Chile

Contribution présentée à Lima le 9 novembre 2017 


Este artículo es producto del proyecto de investigación “De civiles militarizados a militares civilizados: “La construcción de sociedades civiles en América latina (1810-1835) en la mirada de los militares napoleónicos” financiado por Conicyt/Fondecyt Nº 1150263, del cual el autor es investigador responsable.

La presencia de setenta militares napoleónicos durante las guerras de la independencia del Perú se entiende a partir de una migración mayor en todos los países de América latina: tratar de evaluar esta migración y su impacto militar, social, cultural y político será el objeto de este artículo. Permitirá también este texto interrogar el conocimiento basado en la historiagrafía decimonónica y poner en duda elementos constitutivos de nuestras sociedades modernas tales como el Estado-Nación. Fruto de casi veinte años de investigaciones en todo el continente, el articulo refleja entonces las dudas inherentes a este tipo de investigación e interroga sobre la existencia de afirmaciones clásicas, integradas pero, a veces, carentes de veracidad histórica.

Palabras claves: Migración, Imperio napoléonico, América Latina, Independencia. Continuer la lecture de « Desde la Europa napoleónica la migración de militares politizados y su influencia en las independencias americanas (1805-1830) »

Généalogie basque et migration au Chili

Patricio Legarraga

Ingénieur de la Universidad de Chile. Généalogiste.  Membre de l’Institut Chilien de Recherches Généalogiques et de nombreuses associations basques du Chili. Expert pour la UNED en Etudes Basques.

Auteur du Dictionnaire Los vascos de Francia en Chile

 

A Santiago du Chili, la crise sanitaire du coronavirus relance la colère sociale

Valérie Joubert-Angel – Université Bordeaux Montaigne

Après des mois de contestation dans la rue pour exiger un changement de constitution au Chili, des manifestations éclatent aujourd’hui dans les banlieues défavorisées de Santiago contre les pénuries alimentaires engendrées par le confinement lié à l’épidémie de coronavirus. Dans un contexte de ralentissement des activités économiques et face à l’insuffisance des aides de l’Etat, les habitants de plusieurs quartiers pauvres de la capitale affrontent violemment les forces de police et réclament une prise en considération des besoins de première nécessité par le gouvernement de Sebastián Piñera. En attendant, la réponse vient du peuple lui-même qui multiplie les actions solidaires comme l’organisation des soupes populaires.

Film d’animation : « El pueblo tiene HAMBRE ». Création de “Mono” González, animé par Pancho Brzovic. Juin 2020

https://www.facebook.com/pancho.brzovic/videos/10158955273909271/