Emigrant ou chercheur d’or en Nouvelle-Grenade en 1819

Le voyageur parti de Bayonne en 1808, Julien Mellet a parcouru tout le continent et arrive en Nouvelle-Grenade, par voie maritime, dans le Choco « province du nouveau monde et la plus riche de toutes pour ses mines en poudre d’or ».

En Nouvelle-Grenade, entre montagne et jungle, pour la première fois, dans  le  continent  apparaît le recours à l’usage de porteurs afro-américains . Ce sont les mêmes silleteros qui ont transporté le baron de Humboldt une quinzaine d’années plus tôt. Le voyageur est aventurier et sur les traces  des mines d’or de Calima dans la vallée du Cauca. La dernière étape vers Carthagène, après les mines de Novita et de Zitara, exige plusieurs semaines de navigation sur l’Atrato. Arrivé à Carthagène, Mellet échange des tissus contre des perles. L’engagement patriote des Français et la reprise de la ville par l’armée « pacificatrice » de Morillo en 1816 ne sont pas favorables aux affaires. Mellet rejoint Cuba.

Le projet d’installation à Cuba échoue ; l’Américain -comme l’appelle l’imprimeur d’Agen, Noubel – débarque à Lormont, à proximité de Bordeaux en 1820 et va retrouver sa famille à Marmande. La question de ce qu’il est devenu, après la réédition de son voyage, est en cours de résolution.

Extrait de « La version sud-américaine de l’auberge espagnole : le tambo » – Isabelle Tauzin-Castellanos.

Source : Archives Départementales du Lot-et-Garonne.