Récits de voyage sur le littoral Pacifique et représentations du Pérou

Vendredi 13 octobre, 14h. Présentation d’ouvrages. Université Bordeaux Montaigne – Maison de la Recherche salle 33

Miguel Zugasti (Universidad de Navarra): Naufragio y peregrinación de Pedro Gobeo de Vitoria (1610)

Naufrages et pérégrination de Pedro Gobeo de Vitoria rapporte les mésaventures de l’expédition à laquelle prit part cet adolescent de treize ans parti en 1593 de Séville et qui fit naufrage sur la côte de l’Océan Pacifique, le terrible littoral d’Esmeraldas, entre la Colombie et l’Équateur actuel. L’auteur décrit les épreuves endurées par les survivants qui ont marché pendant des centaines de lieues dans des terres inconnues des Européens.

Le professeur Miguel Zugasti éditeur de l’ouvrage est un spécialiste de l’Espagne du Siècle d’Or, du dramaturge Tirso de Molina et a enseigné à l’université de Santa Barbara en Californie, ainsi qu’à l’Université de Navarre

Monica Cardenas (Université de La Réunion): Images et représentations du Pérou en France (1821-2021).

Monica Cardenas est coéditrice avec Isabelle Tauzin-Castellanos et Maylis Santa Cruz d’un volume dédié à deux siècles d’histoire politique, sociale, artistique et culturelle du Pérou, à partir d’images populaires, de peintures, de photographies, de films, de lettres, de multiples témoignages recueillis depuis l’indépendance du Pérou, en lien avec la culture française. Images et représentations du Pérou en France (1821-2021) est organisé en 4 parties: Le Pérou indépendant et quelques-unes de ses représentations; De l’orientalisme au nectar des Incas; De la Belle Époque à la Seconde Guerre Mondiale; L’Amazonie au coeur de l’engagement, l’art péruvien contre la corruption.

Monica Cardenas  est maîtresse de conférences de littérature latino-américaines à l’université de La Réunion et invitée à présenter l’ouvrage édité par les Presses Universitaires Indianocéaniques.

L’ouvrage collectif est issu du colloque organisé en 2021 au Musée d’Aquitaine par Isabelle Tauzin-Castellanos (IUF – Université Bordeaux Montaigne).

Emigrant ou chercheur d’or en Nouvelle-Grenade en 1819

Le voyageur parti de Bayonne en 1808, Julien Mellet a parcouru tout le continent et arrive en Nouvelle-Grenade, par voie maritime, dans le Choco “province du nouveau monde et la plus riche de toutes pour ses mines en poudre d’or”.

En Nouvelle-Grenade, entre montagne et jungle, pour la première fois, dans  le  continent  apparaît le recours à l’usage de porteurs afro-américains . Ce sont les mêmes silleteros qui ont transporté le baron de Humboldt une quinzaine d’années plus tôt. Le voyageur est aventurier et sur les traces  des mines d’or de Calima dans la vallée du Cauca. La dernière étape vers Carthagène, après les mines de Novita et de Zitara, exige plusieurs semaines de navigation sur l’Atrato. Arrivé à Carthagène, Mellet échange des tissus contre des perles. L’engagement patriote des Français et la reprise de la ville par l’armée “pacificatrice” de Morillo en 1816 ne sont pas favorables aux affaires. Mellet rejoint Cuba.

Le projet d’installation à Cuba échoue ; l’Américain -comme l’appelle l’imprimeur d’Agen, Noubel – débarque à Lormont, à proximité de Bordeaux en 1820 et va retrouver sa famille à Marmande. La question de ce qu’il est devenu, après la réédition de son voyage, est en cours de résolution.

Extrait de “La version sud-américaine de l’auberge espagnole : le tambo” – Isabelle Tauzin-Castellanos.

Source : Archives Départementales du Lot-et-Garonne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search