Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud

Le château de Malromé, connu pour avoir été la résidence de Toulouse-Lautrec,  mérite plus d’une visite. Près de Verdelais, Malromé a été le lieu de rencontre de Marie Leroy de Saint-Arnaud et Léon Maître. Le jeune couple issu de l’aristocratie girondine, est parti à Lima pour chercher fortune dans l’importation du guano en provenance du Pérou. La très volumineuse correspondance de Marie Maître, publiée par un descendant, Emmanuel Desurvire,  apporte un regard singulier sur le Pérou et le Chili et sur les relations commerciales entre le sud-ouest et l’Amérique du sud. Marie Maître a trois enfants au cours du séjour péruvien; le photographe Eugène Courret prend la photo des membres de la famille (certaines de ces photographies sont accessibles sur Gallica, et l’ensemble des clichés Courret sur le site de la Bibliothèque Nationale du Pérou)

Quelques citations d’un travail de recherche sur l’émigration aquitaine (projet EMILA), issues de la correspondance de Marie Maître, sont révélatrices du contexte en 1872, au moment de l’arrivée en Amérique ; les citations  sont extraites de Marie Maître Leroy de Saint Arnaud Au Pérou (1872-1878) et 1882-1885, mission au Chili

Mon père avait pendant dix ans été vice-président du Conseil Général de la Gironde  […] également conseiller de Saint-Macaire. […] Les Maître laissaient un nom très respecté à la mairie de Bordeaux, comme secrétaires de père en fils, pendant chacun trente ans ; ils s’y étaient succédé […] chez les nouveaux propriétaires de sa firme, les trois frères Gautreau, neveu de M. La Chambre, co-associé de M. Fernand Thomas, cousin de mon fiancé. Ces deux associés avaient fait à Lima une grosse fortune, évaluée à 40 millions pour chacun d’eux lors de leur retraite. Mon mari devait rester à Lima comme gérant de la maison Gautreau et Cie pour une période de cinq années.

L’expression d’un regard distancié  :

Ces pays-ci sont les vaches à lait des étrangers, mais on ne peut y vivre . C’est une imitation manquée de la vie Européenne, et pour nous autres français qui comprenons la vie, il n’y a d’autre but, d’autre pensée que d’autre effort à faire qu’à gagner de l’argent et s’en retourner. Continuer la lecture de « Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search