Archives et migrations en Amérique latine (1815-1939)

La première journée nationale du projet EMILA soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine avait pour intitulé « Archives et migrations en Amérique latine (1815-1939) ». Ce rendez-vous a été l’occasion d’échanges fructueux samedi 12 octobre entre les intervenants et le public, réunis aux Archives Nationales grâce à la coordination assurée par Pascal Riviale (AN) et Isabelle Tauzin (UBM).

Pascal Riviale (Archives Nationales de France) a ouvert les débats avec une communication présentant un « Panorama des sources disponibles pour documenter l’histoire de la présence française au Pérou » pour documenter l’histoire de la présence française au Pérou au XIXe siècle.

Si les principales sources d’archives sont d’origine publique (registres d’immatriculation et d’état civil du consulat de France à Lima et registres d’état civil du vice-consulat au Callao ; tableaux de recensements péruviens ; actes notariés dans les archives nationales péruviennes et françaises ou dans les archives des Affaires étrangères), les archives privées, quand elles sont accessibles, peuvent être d’une aide précieuse. Ces archives permettent non seulement de dresser un portrait général de cette communauté française du Pérou (estimation numérique, principales origines géographiques, activités professionnelles), mais aussi d’identifier les relations professionnelles, économiques ou amicales nouées entre compatriotes. Enfin, ces sources donnent aussi à voir les relations entretenues par ces expatriés entre eux et leurs familles ou connaissances demeurées en France.

Registre des immatriculations au consulat de France à Lima (1883-1894). Archives du consulat de France à Lima Création de la société Girardot-Cernesson à Lima (1851). Archives nationales (France), ET/XL/300

Christian Rigaud et Eric Polti se sont rejoints sur le même sujet de recherche, les traces d’un émigrant français au Pérou et ancêtre commun: Sylvain Cavalié, natif du Lot et parti au Pérou avec sa sœur modiste au milieu du XIXe siècle. Christian Rigaud a entrepris de réaliser un documentaire et consulté les archives des nombreuses associations péruviennes (Bomba Francia, société de tir) ainsi que dans le fonds Courret de la Bibliothèque Nationale du Pérou.

Beñat Çuburu (UPV-UBM) a exposé ses recherches sur « la Première Guerre Mondiale et ses effets sur l’émigration dans la commune basque d’Hasparren: l’apport des archives locales ». La commune basque d’Hasparren fut marquée par une longue tradition migratoire jusqu’au milieu du XXe siècle. Près de trois mille tanneurs, cordonniers et agriculteurs sont partis pour l’Espagne et l’Amérique, s’insérant dans de véritables réseaux professionnels spécialisés. La thèse en préparation s’appuie parmi de nombreuses autres sources sur les tableaux de recensement pour le service militaire et les registres matricules afin d’analyser le parcours migratoire des émigrants mobilisés et leur attitude avant et pendant le conflit.

Un groupe d’émigrés basques au Mexique mobilisés en 14-18

La communication d’Óscar Álvarez Gila a synthétisé les divers travaux de conservation et de numérisation d’études et de sources sur l’émigration basque en Amérique. Ces tâches ont commencé dès les années 1990 en prévision de la célébration du 5e centenaire en 1992, et ont abouti à la récente création des Archives de la diaspora basque (octobre 2019). L’historien de l’université du Pays Basque (UPV-Vitoria) offre un panorama des ressources numériques disponibles sur Internet, qui sont utilisées pour étudier les communautés basques issues des processus migratoires qui ont eu lieu aux XIXe et XXe siècles, principalement vers les Amériques.

Carlos Estela (doctorant de l’université Bordeaux Montaigne) a présenté les nouvelles sources qui vont lui permettre d’orienter ses recherches sur les photographes Achille et Eugène Courret, revenus en France après avoir été les propriétaires des studios de photographie les plus renommés du Pérou.

La communication « Nouvelles sources sur les photographes Achille et Eugène Courret » visait à présenter le travail de cette famille de photographes migrants et son implication dans la construction de l’iconographie du Pérou républicain et, par conséquent, dans l’étude historiographique du XIXe siècle. C’était aussi l’occasion de partager de nouvelles découvertes en consultant diverses sources provenant d’archives régionales ou de collections personnelles.

Maryse Esterle, venue en compagnie de membres de l’association « Les Béarnais de Paris» évoque Le chemin des retrouvailles : à la recherche des cousins d’Argentine, le cas de la famille Aragüés-Puyou». Elle mène une longue recherche généalogique qui l’a conduite à plusieurs reprises en Argentine sur les traces des familles Aragüés et Puyó (ses arrière-grands-parents maternels) qui avaient d’abord quitté l’Aragon pour le Béarn. Fin XIXe XXe siècle : leurs enfants, six Puyou (le grand-père maternel, son frère et ses sœurs) et trois Aragüés (les sœurs de la grand-mère) partent pour l’Argentine.

Les deux hommes reviennent en France et les sept femmes restent en Argentine. Les contacts se perdent à la fin des années 1930, mais leur souvenir perdure. La recherche répond à deux objectifs : reconstituer leurs parcours et retrouver leurs descendants. Elle s’appuie sur des archives familiales (lettres, photos) et de nombreuses consultations d’archives en France, en Espagne et en Argentine : archives publiques (Archivo intermedio à Buenos Aires, Archives diplomatiques de Nantes, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de Gironde) ou religieuses (diocèse de Jaca, paroisse d’Oloron-Sainte-Marie). Les archives forment un réseau, chacune dans sa spécificité apportant des documents qui ont permis à Maryse Esterle de découvrir et de comprendre des épisodes de la vie de plusieurs sœurs Aragüés et Puyou (et d’un frère Puyou) et de retrouver certains de leurs descendants.

Bernard Lavallé (professeur émérite de l’université Paris Sorbonne Nouvelle), initiateur des recherches sur l’histoire de l’émigration d’Aquitains vers l’Amérique latine, et auteur d’ouvrages spécialisés sur l’émigration à Cuba et au Chili, rappelle dans quelles conditions étaient délivrées les passeports, au départ de Bordeaux ou dans le département d’origine du migrant. Les demandes de passeports conservées dans les Archives départementales sont une source bien connue des travaux sur l’émigration vers l’Amérique latine. Cette communication s’est attachée à montrer qu’au-delà d’aspects purement comptables de la masse globale des flux cette source est aussi utile sur bien d’autres plans comme ceux des émigrations familiales ou en chaîne, des liens pouvant exister entre les migrants, de leur niveau culturel, de leur situation sociale et de leur niveau économique mais aussi de la question peu étudiée du départ en Amérique après une première migration régionale française vers les ports d’embarquement

Suivant la piste suggérée par Bernard Lavallé, Isabelle Tauzin-Castellanos (IUF-Université Bordeaux Montaigne), s’est intéressé aux archives des agences d’émigration.

La consultation des dossiers des agences d’émigration bordelaises et bayonnaises conservés aux Archives Nationales permet d’entrer dans le détail de cette activité qui représentait «un mouvement d’affaires considérable» selon les termes de Caroline Gau-Cabée (2015). Au-delà des statistiques, à partir des incidents qui sont remontés jusqu’au ministère de l’Intérieur, Isabelle Tauzin a cerné l’histoire de cette étape primordiale dans le parcours des migrants transportés en Amérique du sud depuis la France du Sud-Ouest, l’essor des agences soumises au décret impérial de 1855, puis à partir de 1861, l’activité ciblée de Mortier et d’Appeça, ainsi que les risques du métier d’agents d’émigration.

Affiche d’une agence d’émigration présentée par P. Riviale.  Agence Depas de Bordeaux-Archives Nnationales.