Carmela Maltone

Maîtresse de conférences en histoire politique et sociale de l’Italie contemporaine à Bordeaux, Carmela Maltone a consacré une partie de ses recherches et publications à l’immigration italienne en France dans la période d’entre-deux-guerres. Elle a étudié ce phénomène dans ses composantes économique et politique. Dans sa reconstruction historique elle fait une large place aux témoignages, aux représentations sociales des immigrés italiens via la presse et la correspondance. Sans jamais délaisser ce sujet, elle a ensuite écrit sur l’exil des antifascistes, leur participation à la Résistance française et à la guerre d’Espagne au sein des Brigades Internationales. Les chemins de ces immigrés l’ont amenée à s’intéresser à l’émigration italienne en Amérique du Sud.

 

Ronald Soto-Quiros

Costaricien et Français. Maître de conférences en Études Ibériques et Ibéro-américaines à l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) de l’Université de Bordeaux, il enseigne les civilisations et les langues de l’Espagne et de l’Amérique latine. Co-chargé des relations internationales avec les pays hispaniques. Chercheur du centre Recherches Américanistes de l’équipe d’accueil AMERIBER EA 3656, ses thèmes de recherches portent notamment sur l’histoire de l’Amérique centrale du XIXau XXIe. Co-coordinateur du programme de recherche interuniversitaire et internationale sur la récupération de la mémoire historique des migrations chinoises au Costa Rica (PREMEHCHI) en collaboration avec l’Institut Confucius de l’Université du Costa Rica et l’UNED (Costa Rica). Membre du Réseau européen de recherche sur l’Amérique centrale (RedISCA), de la Société d’Hispanistes Français (SHF), de LASA (Latin American Studies Association), de l’Association des Historiens Latino-américanistes Européens (AHILA) et du programme de recherche universitaire à Bordeaux sur la Caraïbe : Horizons Caribéens.

Contributeur du projet EMILA pour l’Amérique Centrale.

Valérie Joubert Anghel

Valérie Joubert Anghel est Maître de Conférences à l’Université  Bordeaux Montaigne depuis 1998. C’est une  hispaniste française, docteure et agrégée d’Espagnol, qui consacre ses recherches aux thématiques liées à la civilisation hispano-américaine contemporaine et à l’étude de l’image et des arts. Elle contribue au projet scientifique EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine et oriente ses recherches sur le Chili.

Isabelle Tauzin-Castellanos

Isabelle Tauzin-Castellanos est professeure des universités, habilitée à dirigée des recherches doctorales sur l’Amérique latine à l’université  Bordeaux Montaigne depuis 1999. C’est une  hispaniste française, membre senior de l’Institut Universitaire de France (2016), membre correspondant de l’Académie Péruvienne, docteure et agrégée d’espagnol, mastère de français langue étrangère, ancienne élève de l’École Normale Supérieure  (Sèvres-Ulm, 1981). Elle coordonne le projet scientifique EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine et oriente les recherches sur l’histoire et les représentations des migrations françaises  en Amérique Latine.

Son activité de recherche est consultable en ligne.

Un historien de l’émigration basque: Óscar Álvarez Gila

Óscar Álvarez Gila es doctor en Historia en la Universidad del País Vasco, en la que actualmente ejerce como profesor de Historia de América. Su campo de investigación se centra, sobre todo, en el estudio de las migraciones internacionales durante los siglos XIX y XX, con especial atención al caso de la emigración desde el País Vasco a Francia, Argentina, Uruguay, Brasil y Cuba. Esta línea de trabajo le ha permitido estudiar asimismo los vínculos entre religión y emigración, la institucionalización de las comunidades de emigrantes, así como la cultura y la construcción de identidades en las comunidades en diáspora. También ha trabajado en proyectos y colaboradores de investigación interdisciplinar, sobre temas vinculados con las migraciones y el cambio climático, o más recientemente, en temas de vinculación entre genética e historia.

Articles récents: 
Les  transformations de la société basque depuis l'exil face à la conjoncture de 1986
La quête de la liberté. Réflexions sur l'émigration depuis l'exil 1936-1975

Emigration béarnaise en Argentine

Maryse Esterle

Maryse Esterle est sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’Université d’Artois. L’émigration de ses arrière-grands-parents espagnols vers la France et celle de leurs enfants vers l’Argentine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle l’ont incitée à reconstituer leurs parcours et à rechercher leurs descendants. Membre de plusieurs associations de descendants d’émigrés pyrénéens, elle a publié une nouvelle s’inspirant de la vie de l’une de ses grands-tantes : « À l’origine » (Nouvelles du Rio de la Plata, association Bearn-Argentina, 2017). Elle contribue au projet en centrant ses recherches sur l’Argentine, le Béarn et l’Aragon.

Le voyage d’Ignacio

Dans le courant du XIXsiècle, les échanges entre les deux versants de Pyrénées étaient nombreux : commerce légal ou contrebande, transhumance, travail saisonnier dans les fermes ou les manufactures de sandales, de bérets ou de tissage. Les Pyrénées étaient plus une terre de passage et d’échanges qu’une frontière à proprement parler. Des liens durables se sont créés entre des populations proches par la langue, les mœurs et les traditions, ce qui n’excluait pas des conflits récurrents. De nombreux Espagnols se sont établis en Béarn, comme en témoignent les patronymes et les prénoms sur les registres de l‘état civil. Ces échanges et relations sont toujours vivants aujourd’hui.

Les trois billets du blog de Maryse Esterle retracent le chemin que suivait son arrière-grand-père, Ignacio Aragüés Petriz, dans le troisième tiers du XIXe siècle, entre Gurs (Béarn) et Urdués (Aragon), deux fois l’an, dans un sens et dans l’autre, avant de s’installer avec sa famille à Oloron-Sainte-Marie. 

Cette première migration de l’Espagne vers la France fut suivie pour la génération de ses grands-parents par une deuxième migration de France vers l’Argentine. Avec plusieurs membres de sa famille, elle a refait ce trajet au début de l’été 2019, à la recherche de la présence aragonaise à Buenos Aires. Un sujet qui a suscité une publication pour les 90 ans du Cercle aragonais de Buenos Aires (p. 13-20)