Témoignage sur Quito et Loja en 1815

Julien Mellet observe les coutumes de Quito en 1815 à l’occasion de sa visite du pays : « Les femmes forment une société qu’elles appellent el puro, qui ne les honore guère. Ce puro consiste en un rassemblement de personnes des deux sexes, qui s’enferment dans une maison où abondent toute sorte de mets et de boissons, et où celui qui mange et boit le plus l’emporte en mérite sur les autres; on y couche, et la débauche recommence avec plus d’excès le lendemain et dure du matin au soir, sans sortir; et quand l’argent est fini, celui de la société qui a des effets de valeur sort pour les engager, et les sommes reçues à compte sont employées pour continuer le puro » (p. 198-199)

L’émigrant natif d’Agen fait l’éloge des populations de Loja : « Le chef de famille s’approche de l’étranger et lui demande le sujet de son voyage et le motif qui l’amène chez lui. Le voyageur, répond-il en langue du pays ou par signe, qu’il est harassé de fatigue, les femmes lavent ses jambes et ses pieds avec une eau bienfaisante ; la faim et la soif ont-elles affaibli ses forces, toutes les provisions de l’humble cabane lui sont offertes […] tout est à sa disposition ; enfin, désire-t-il passer la nuit sous le toit  hospitalier, le Moussacat fait suspendre le hamac blanc fait de l’écorce déliée d’un arbre et bien plus frais que le coton … » (p. 212-213).

Enregistrement – mars 2019, Universidad Andina Simón Bolívar: entretien avec l’historien Matteo Manfredi