Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique

Mes cousins d’Amérique, par Jean-Pierre Labroille 24 février 2024

Un récit familial

Je me souviens, enfant, avoir entendu ma mère raconter qu’elle avait des oncles en Amérique. Au début des années 1930, quand elle était elle-même enfant, elle était sûre que ces oncles avaient fait fortune et qu’un jour leur retour annoncerait pour la famille des jours fastes.

Continuer la lecture de « Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique »

Gabrielle Laperriere de Coni et Victoria Ocampo : destins croisés par Margarita Pierini

Destins croisés entre la France et l´Argentine :  Gabrielle Laperrière de Coni et Victoria Ocampo. La parole et l´action

Conférence Projet EMILA

Margarita Pierini (Universidad Nacional de Quilmes-Argentina). Université Bordeaux Montaigne, 29 septembre 2023

 Reunimos en esta conferencia a las figuras de dos  mujeres con una importante trayectoria, que atraviesa el siglo XX.   Nacidas, una en la Francia del 2° Imperio (1861), de familia de origen noble,  tradicionalmente radicada en Burdeos. La otra, en 1890, en  la Buenos Aires que se ha convertido en un centro económico y cultural, el más importante de América del Sur; de  familia de fortuna, de larga tradición en el país, y con fuertes vínculos con Francia, por tradición y educación.

Las dos son mujeres fuertes, de pensamiento, de letras, de acción. En el ámbito gremial y político se destaca Gabriela. En el ámbito cultural, y también, menos abiertamente, en el político, Victoria.  Y en las dos, su compromiso con la causa de la mujer.

La trayectoria de Gabriela se  desarrolla en torno a los tres ejes que su contemporánea Elvira López señalaba en su tesis[1]  como los tres hechos que marcan el siglo XIX: el movimiento por la paz universal, el socialismo y el feminismo.

En el caso de Victoria Ocampo, su lugar como gestora de emprendimientos culturales, como mecenas, como creadora de publicaciones y de instituciones que marcaron en su momento importantes innovaciones.

Las dos son también figuras a seguir descubriendo, ubicando en el lugar que les corresponde. Gabriela Coni, una biografía hecha de silencios; Victoria Ocampo, oscurecida por nuevas corrientes literarias y culturales.

Y las dos, enfrentando toda su vida obstáculos y críticas.

Gabriela Coni

Su familia, con antepasados ilustres como Vauban, ministro de Luis XIV, está radicada desde varias generaciones atrás en Bordeaux. Gabriela nace en 1861 en Pézens (Aude), donde su padre, Louis, era jefe de estación, pero poco después regresan a Bordeaux. Su novela  de tintes autobiográficos, Vers l´oeuvre douce (1901) representa sus primeros años de vida en esa ciudad de grandes calles abiertas y llenas de vida.

En 1866  el padre se traslada a México,  donde la aventura imperial de  Maximiliano crea espejismos de fácil prosperidad[2]; la constancia del consulado francés en México lo acredita como “comerciante”. Allí se pierden sus rastros.

Hay muy poca información sobre Gabriela, antes y después de su llegada a Buenos Aires. Y los datos no son siempre exactos. No se han conservado sus papeles personales ─o están en manos de algun coleccionista─, y muchas pistas se enredan, por carencia de documentación o por ocultamiento familiar.

Entonces: conocemos a Gabriela por sus escritos, afortunadamente muy numerosos, publicados  en pocos años: a partir de 1890 y hasta su temprana muerte, en 1907. Ella misma confiesa sentir que “ha empezado a trabajar” muy tarde[3].

Sus biografías ─sesgadas─ dicen que hizo estudios de maestra en Burdeos. Siguiendo los rasgos autobiográficos de la novela citada, va a un colegio religioso, y de allí va a rendir examen a una dependencia del Estado. También se refieren esas biografías (de fuentes “respetables”: su sobrino nieto, sus contemporáneos) a su labor como periodista en París (que no hemos podido corroborar).

En la década de 1880 Gabriela llega a Buenos Aires.  Se vincula  con el célebre médico higienista Emilio Coni, de origen bretón, cuyos intereses    giran en torno a la higiene, la tuberculosis, la salud de los trabajadores y de la población en general.[4] Gabriela comparte estas inquietudes, y participa en sus visitas de inspección a fábricas y barrios marginales, así como en el dictado de conferencias sobre temas de salud.

Abandonando lo que podría tener de labor benéfica su actividad, radicaliza su postura integrándose en el recién fundado Partido Socialista, donde trabaja incansablemente, sea como delegada de obreras, sea como asidua colaboradora del órgano del partido, La Vanguardia.  Es autora del  Proyecto de Ley de Protección del Trabajo de las Mujeres y los Niños en las fábricas, que será aprobado en el Congreso Nacional poco después de su muerte (1907).

Será también una enérgica defensora de la paz, amenazada, en esos años (1900-1901), por un conflicto de límites entre Argentina y Chile.

Su obra estrictamente literaria es breve: dos novelas, aun no traducidas (Fleur de l´air. Roman argentin, Paris, 1900), y Vers l´oeuvre douce, Paris, 1903), y un libro de cuentos (Alma de niño. Cuentos infantiles, 1907).   En cambio, posee una importante obra periodística ─tanto en diarios tradicionales como en órganos partidarios─ que merecería reunirse en volumen.

Con la salud resentida por el agravamiento de su enfermedad cardiaca, Gabriela pasa sus últimos meses en una quinta de Belgrano, donde fallece el 7 de enero de 1907. Su hermano Georges de Laperrière firma el acta de defunción. Su entierro, en un modesto nicho  del cementerio de la Chacarita, es muy sencillo, por expreso pedido suyo.

Las palabras de despedida de sus compañeros resumen la imagen de esta mujer  excepcional:

Fue una mujer trabajadora, útil para ella y útil para el pueblo. En su alma se anidaba la intuición de la Francia del 89, del 48 y del 70. Encarnaba los sentimientos de rebelión de las masas oprimidas. Reunía en sí el talento de una Mme Roland y la virilidad de una Luisa Michel. Fue una luchadora clásica[5].

En síntesis:  la de Gabriela Coni es una figura que  sigue convocando el interés por los objetivos en los cuales centró su acción y su palabra. Quedan muchas facetas de su personalidad, asi como varias etapas de su historia, que esperan nuevas  investigaciones, tanto en su Bordeaux natal como en Buenos Aires, donde vivió los años de su madurez.

Victoria Ocampo (Buenos Aires 1890-1979)

A diferencia de Gabriela, tan invisible, tan silenciosa /o silenciada/ en lo que hace a lo personal,  Victoria es una mujer que nos ofrece múltiples imágenes de sí misma, en lo visual y en la palabra escrita. Tanto en los retratos de su juventud como en las imágenes que grandes fotógrafos dejaron de ella ─Man Ray,  Gisèle Freund─ es posible acercarse a esta  mujer bella y ─en la estampa ─ segura de sí misma.

“Mis Memorias no son precisamente memorias sino un documento sobre la vida en la Argentina (una larga especie de vida)”, afirma al anticipar  los escritos autobiográficos que, por su voluntad, verán la luz después de su muerte (1979).

Y ciertamente, en esas memorias se  condensan la historia y la personalidad de una mujer que ocupó un lugar relevante en la cultura y en la sociabilidad de la Argentina del siglo XX. Alguna vez se la ha comparado con otra mecenas cultural, la mexicana Antonieta Rivas Mercado, en algun momento su coetánea (1900-1931). Con una vida mucho más larga, pudo ver Victoria los avatares de un siglo que finalmente le iba resultando ajeno.

Nacida en una familia cuyas raíces americanas datan de varios siglos atrás, vinculada con figuras del poder y con un sólido patrimonio económico,  la mayor de 6 hermanas, recibe la educación de las niñas de buena familia, que se realiza en el hogar, adonde acuden institutrices y profesoras varias. El viaje a Europa es una costumbre habitual en estos sectores, y se realiza siempre por largos periodos. De este modo, recuerda Victoria que donde aprendió a leer, a los 6 años,  fue en París, y por supuesto,  en francés. Este  aprendizaje la marca desde el origen. Ha dedicado numerosos textos a hablar de su historia como lectora, iniciada con Madame de Ségur y Lafontaine, y que después incluye a Oscar Wilde, a Poe. (Cf. en su libro Le vert paradis (1944),  “Mots français”, “Racine et Mademoiselle », «Lectures d´enfance »).

Durante toda su vida, alternará Victoria su vida en Buenos Aires con largos periodos en sus sucesivas casas de París, o en Londres, y, a partir de 1930, en Nueva York. En todos estos lugares se vincula con personalidades del arte, las letras, y menos habitualmente, la política: Valéry, Malraux, Drieu la Rochelle, Roger Caillois, Jacques Lacan, la condesa de Noailles,  Virginia Woolf, Waldo Frank. Con algunos de ellos, el vínculo amistoso se transforma en una relación amorosa, o viceversa.

De todo esto habla Victoria, con una sinceridad no frecuente, y menos en las mujeres de su clase y de su tiempo, en sus memorias ( cuya escritura inicia en 1952), en sus Testimonios ─ artículos publicados en periódicos desde los años 30 y reunidos periódicamente en 10 volúmenes sucesivos; en sus cartas ─un género donde su literatura, como ocurre con otros escritores, se ofrece con una rara perfección─, cartas que han empezado a publicarse en los últimos 20 años: con Gabriela Mistral, con Jacques Maritain, con Ortega y Gasset, con Alfonso Reyes, con Roger Caillois, entre otros.

La causa de las mujeres la ocupa durante toda su vida. Un momento central: la fundación de la Unión Argentina de Mujeres, en 1936, para defender los  derechos civiles, ante el embate de un gobierno conservador. En particular, la UAM surgió motivada por una posible reforma del código civil que pretendía agregar una cláusula por la cual se estipulaba que ninguna mujer casada podría aceptar trabajos ni ejercer profesión alguna sin previa autorización legal del marido.

La República Española la tiene entre sus defensoras, y más adelante, entre quienes reciben a los exiliados, entre ellos, Rafael Alberti, María Teresa León, Lorenzo Luzuriaga, Maruja Mallo…

La revista Sur

A finales de los años 20 visita Buenos Aires el escritor  norteamericano Waldo Frank. Su causa: la unidad de los países americanos ─en el sentido más amplio─ y la reivindicación de sus raíces iberoamericanas. En un tiempo en que las ideas se forjaban, se discutían y se difundían a través de las revistas creadas en torno a una idea, una comunidad, una consigna, Frank considera la posibilidad de unir en una empresa como ésta al peruano José Carlos Mariátegui, a Victoria Ocampo y al escritor y editor Samuel Glusberg. Ese proyecto no se concreta; la muerte de Mariátegui, primero, y las desinteligencias entre Victoria y Glusberg hacen lo demás .

Pero Frank no abandona su idea. Y gracias a su empeño, y a la decisión y al sustento económico que aporta Victoria, en 1931 aparece el primer número de la revista Sur, que saldrá con pocas interrupciones hasta 1972.  Artículos, traducciones, reseñas, de los autores más reconocidos de la época, hacen de Sur, al decir de Octavio Paz, “lo que fue para los europeos la Nouvelle Revue Française”: un espacio para acceder e integrarse en la cultura occidental. El Grupo Sur será uno de los referentes de la cultura argentina durante un largo periodo, en confrontación, muchas veces, con los sectores del catolicismo de derecha o los grupos literarios de la izquierda.

Victoria siempre se definirá como apolítica ─y es bien sabido lo poco veraz que es esta autocalificacion, en cualquier persona y en cualquier circunstancia.  Su sostenida postura antifascista la lleva a la defensa de la República Española y de la causa de los Aliados; integra la Junta para la Victoria, y coordina múltiples actividades para el sostén económico de los que peleaban del otro lado del mar. Así el producto de las publicaciones de la colección La Porte Étroite,  que dirige su amigo Roger Caillois,  se destina al Comité de Socorro de Víctimas de la Guerra.

Su postura antifascista va a derivar, ya en la Guerra Fría, en un dogmático anticomunismo, algo que no deja de sorprender en una mujer tan inteligente.  Estas posturas la llevan a distanciarse de gente muy querida (M. Rosa Oliver) y de valiosos colaboradores  (Pepe Bianco); aunque con ambos, pasados los años,  recuperará la amistad.

También deriva en su radical oposición al peronismo, movimiento que las políticas  norteamericanas habían clasificado dentro del fascismo, debido a la política de neutralidad del gobierno argentino durante la Segunda Guerra.   Contradicciones:  esta luchadora por el voto de la mujer se opuso a él  cuando fue sancionado por el Congreso en tiempos del Presidente Perón (1947).

En los años siguientes continúa su labor frente a Sur, a la revista se ha sumado una editorial que traduce autores franceses, ingleses y norteamericanos como Camus, Faulkner, Graham Greene, T.E. Lawrence, Paul Claudel, Virginia Woolf.   Recibe premios y homenajes, en su país, en Estados Unidos, en Gran Bretaña, en Francia.

Pasa largas temporadas en las casas heredadas de sus padres en San Isidro y Mar del Plata, centro de hospitalidad para sus numerosos amigos: Rabindranath Tagore,  Alfonso Reyes, André Malraux, Gabriela Mistral, entre otros.

En 1977 ─durante la dictadura militar─  ingresa en la Academia Argentina de Letras: la primera mujer en medio siglo.

Una penosa enfermedad la deja recluida en su casa de Villa Ocampo en sus últimos años.

Allí fallece en enero de 1979. Tenía casi 90 años.

Para valorar en Victoria:

Pocas mujeres en nuestro país ─y nos atrevemos a decir: en América Latina─ han hecho oír su palabra, conocer sus ideas, acercarse  a su visión del mundo, como Victoria Ocampo. Algunos le reprocharon ese Yo siempre presente: sus múltiples, plurales lecturas pasan siempre por ella misma, es siempre autorreferencial. Pero como alguna vez le escribe Julio Cortázar: “Usted no le ha tenido nunca miedo al “yo” (aunque a muchos les parezca tan “odiable”) pero eso es porque vive tan apasionadamente atenta al “tú” que es donde el “yo” alcanza sentido”.

Para concluir:

Si en Gabriela Coni  las referencias personales son casi inexistentes en sus escritos públicos (y la producción privada no ha llegado hasta nosotros, lamentablemente), en Victoria Ocampo, por el contrario, todo es, de uno u otro modo,  personal. Pero,  anticipando una certeza cara al feminismo,  en ella todo lo personal es político.

Estas dos mujeres, cada una en uno de los extremos del siglo XX,  quedan en la historia por el lugar que se ganaron: ocupando foros, levantando la  voz, publicando sus ideas, interviniendo en las luchas de su tiempo. Y dejándonos su  testimonio.

[1] Elvira López, “El movimiento feminista”, tesis para optar al doctorado en Filosofía y Letras (UBA, 1901) Es la primera mujer en obtener este doctorado en Argentina.

[2] En el Archivo figuran muchas otras acreditaciones de franceses que llegan en esos años; sus oficios: fotógrafos, impresores, sastres, peluqueros, músicos…

[3] “Siendo tan breve la vida y ─disculpad si esto parece un sermón─ habiendo empezado a trabajar tan tarde, no quiero desperdiciarla, sirviendo al odio contra la libertad”. Conferencia; en el periódico socialista La Vanguardia,  6-9-03.

[4]  Entre 1875 y 1910, dice en sus memorias, ocupa más de 65 cargos y funciones. Entre ellos: director de la Asistencia Pública; creador del Patronato de la Infancia; de la Revista de Higiene Infantil; de la Liga Antituberculosa; presidente de la AMA; director del Hospital Tornú; director de la comisión para el Censo Municipal (1909).  En 1890 presenta una idea muy novedosa en su tiempo: la creación de un Ministerio de Salud. “Il serait convenable donc, dans toutes les nations importantes, de diminuer le budget de tous les ministères pour pouvoir fonder celui de l´Hygiène, sans doute le plus nécessaire de tous. Dans un monde idéal, il viendra à remplacer certainement celui de la guerre”.

[5] “Gabriela L. de Coni. Falleció  en Buenos Aires el 8 de enero de 1907”, en La Acción Socialista, 15/1/ 1907.

Du Gers à l’Uruguay: une recherche généalogique complexe

Une recherche généalogique de Myriam Managau  réalisée à Montevideo en Uruguay.

Frix Isidore Lussan était le 5ème enfant de Jean Lussan et de Marie-Louise Paris, né à Pouylebon, dans le canton de Montesquieu le 1r août 1834. Les parents se sont mariés à Pouylebon, le 20 novembre 1825. Son père Jean Lussan est né à Pouylebon le 16 germinal an III de la république française selon le calendrier grégorien le 5.04.1795. Il était le fils de Joseph Lussan et d’Anne Aveillé. Sa mère Marie-Louise Paris est née à Labéjan, dans le canton de Mirande le 8 octobre 1792. Elle était la fille de Jacques Roger Paris et d’Antoinette Charlotte d’Ayllier, son père était arpenteur, maire du village de Pouylebon. Le couple de Jean Lussan et Marie-Louise Paris a eu à Pouylebon 5 enfants : Marie Lussan le 12.03.1826 ; Antoine Charlotte Geneviève Lussan le 1r mars.1828 ;  Joseph Lussan le 28 novembre 1829 ; Jeanne Marie Lussan le 01.5.1832, et Frix Isidore Lussan le 1r août 1834. Le prénom Frix n’est pas fréquent: il trouve son origine chez un prince franc né à Frise aux Pays-Bas et  qui a combattu les sarrasins sous le règne de Charles Martel, fondateur de la dynastie carolingienne avec lequel il était apparenté. Mortellement blessé à Bassoues (Gers), son héroïsme en a fait un saint vénéré. Une basilique a été érigée en hommage à Saint-Fris à Bassoues. Le prénom Fris peut avoir deux orthographe Fris ou Frix tandis que le féminin serait Frise.

Frix Lussan part du port de Bordeaux le 23 octobre 1854 à l’âge de 20 ans sur le navire Lily, destination Montevideo. Il est muni d’un passeport obtenu des autorités du Gers et un visa accordé par le préfet de la Gironde, à destination de Corrientes (Argentine). Le navire était un trois-mâts commandé par le capitaine Toulouze et 20 hommes d’équipage. Le navire est arrivé à Montevideo probablement fin décembre 1854.

Françoise Grand était la 6e fille d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand, née à Lalouret, un village du Comminges en Haute-Garonne le 19 mai 1835. Les parents s’étaient mariés à Sauveterre-de-Comminges le 2 octobre 1818. Alexis Grand, est né à Lalouret le 14 juillet1794, il était le fils de François Grand et de Marie-Jaquette Dupuy. Marie-Anne Grand est née à Lalouret le 18 juillet 1797, elle était la fille de Bertrand-Jean Grand et de Jeanne-Marie Fadeuilhe. Le couple d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand ont eu à Lalouret 6 enfants : François Grand le 2 janvier 1820, Jeanne Marie Bertrande Grand le 17 janvier1823 + 14 septembre 1833, Dominiquette Grand le 7 mai 1826, Bertrand Grand le 2 avril 1830, Jacquette Grand le 31août1833 + 1 mai 1834 et Françoise Grand née le 19 mai 1835.

Après le décès de deux filles Jeanne Marie et Jacquette en 1833 et 1834, le couple entreprit un voyage en Amérique du Sud avec quatre enfants, deux garçons François et Bertrand et deux filles Dominiquette et Françoise Grand, comme en témoigne la liste des passagers au départ du port de Bordeaux. Ils étaient munis des passeports obtenus auprès des autorités de la Haute-Garonne et un visa pour Corrientes émis par le préfet de la Gironde. Ils partirent le 23 octobre1854 du port de Bordeaux sur le navire Lily destination Montevideo. François était âgé de 34 ans, Dominiquette de 28 ans, Bertrand 24 ans et Françoise de 19 ans.

Frix Isidore Lussan et Françoise Grand embarquèrent à Bordeaux à la même date et sur le même navire, ils ont dû se rencontrer lors du voyage de deux mois qui les a amenés à Montevideo. Dans les registres du Consulat de France à Montevideo, Frix Isidore Lussan ne figure pas ; au contraire on trouve l’enregistrement d’Alexandre Grand, né à Lalouret, de Haute-Garonne il n’y a pas de date de naissance, un métier typique du Rio de la Plata : tropero », qui désigne le berger à cheval qui conduit les troupeaux ou le charretier, immatriculé le 18 novembre.1864, de Bertrand Grant, né à Lalouret, Haute-Garonne, né en 1834 résidant à Tala, Canelones, profession laboureur, ne sais pas signer, immatriculé le 22.08. 1863 sur témoignage de M. Lafitte, de Joseph Grant, né à Santa Rosa, Canelones le 22.05.1865, charretier, sans date. On peut déduire qu’Alexandre Grand, est le père, Bertrand Grand le fils, enregistré comme GRANT et Joseph GRANT est le fils de Bertrand né à Canelones où ils se sont établis.

Frix Isidore Lussan et la famille Grand se sont installés à Canelones. Frix a épousé Françoise Grand avant 1860, acte non encore trouvé. Le couple Lussan- Grand a eu à Canelones plusieurs enfants: Josefa Paula Lussan Grand le 26/01/1860 baptisée le 08/05/1860 dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras. Les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Lussan, ainsi que les grands-parents maternels Alexis Gran et Mariana Gran. Les parrains sont José Baron et Dominga Grand, la tante maternelle; Francisca Valeria Lussan Grand le 29/01/1863 baptisée dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras, les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Paris et les grands-parents maternels Alejo Grand et María Grand. Les parrains et marraines sont Francisco Morales et Justa Pérez; Petronila Dominga Lussan Grand le 31/05/1869 baptisée le 09/04/1869 dans l’église Notre-Dame de Guadalupe, Canelones.    Par erreur, elle est enregistrée sous le nom de Petronila Dominga Fritz, son père apparaissant comme Luciano Fritz et sa mère Francisca Grand ; les parrains furent José Baron et Dominga Grand; Dominiquette Grand épouse Joseph Baron, de nationalité française, ils auront deux filles Léopoldine et Eugenia Léopoldine Baron Grand ; Bertrand Gran épouse Catalina Bruqueta, il est probable qu’ils soient arrivés déjà mariés. Ils ont deux enfants à Canelones, José Grand né le 22/05/1865 et María Grand née le 10/4/1867. Les informations sur le frère aîné François Grand sont manquantes. Frix Isidore Lussan décède à Montevideo le 11 octobre1895 à l’âge de 61 ans. Françoise Grand décède à Canelones le 5 décembre 1906 à l’âge de 71 ans.

En résumé,  Frix Lussan et Françoise Grand sont partis à la même date du port de Bordeaux sur le même navire et ils se sont rencontrés pendant la traversée océanique. Le nom Lussan en Uruguay, a une graphie différente, il apparait sous la forme Luzan et le prénom Frix a été pris dans des actes comme nom Fritz, la recherche a été difficile. La confusion sur la graphie des noms français est fréquente. Le fait d’avoir pris le prénom Frix comme patronyme Fritz, a fait croire aux descendants que l’origine de la famille se situait à la frontière avec l’Allemagne.Le nom Grand apparait aussi avec une graphie différente Grant et ses descendants ont été inscrit comme Grant. Reste à trouver l’acte de mariage Lussan (Luzan) x Grand à Montevideo et à Canelones. Le couple Lussan x Grand parlait français de même que leurs trois filles Josefa Paula, Francisca Valeria et Pétronille Dominga Lussan Grand, à la maison. Cela a permis aux générations suivantes de connaitre des mots et transmettre leurs souvenirs les plus chers.

Myriam Managau est généalogiste à Montevideo. Isabelle Tauzin a fait sa connaissance à l’occasion d’une conférence à l’Alliance française de Montevideo sur l’histoire de l’émigration. Myriam Managau rappelle que ses grands-parents Grégoire Jean Managau Lhez ( Asté 65, 1882) et Marie-Jeanne Sarthe Lalanne (Aast 64, 1878, sur la photo avec Myriam enfant) sont arrivés du Paraguay en 1917 à Montevideo où ils se sont connus.
Elle appartient à la 2ème génération des immigrants français en Uruguay et son travail de recherche lui permet de  conserver et de transmettre la langue, les chants et les comptines apprises, les souvenirs des Pyrénées de ses ancêtres et les images intimes dont l’histoire de Bernadette Soubirous évoquée religieusement par sa grand-mère.

Images de la diaspora basque en Amérique, XIXe –XXIe siècle

Exposition, projection débat et conférence  sur l’histoire de l’émigration basque à Hendaye

2 au 26 août 2023 – Vernissage 3 août

  • à l’Espace Culturel Mendi Zolan à Hendaye plage, du mercredi au samedi
  • à la Médiathèque municipale François Mitterand, à Hendaye centre, du mardi au samedi

Au XIXe et au XXe siècle, des dizaines de milliers de Basques sont partis à l’aventure du continent américain pour gagner leur vie et s’assurer un avenir meilleur. Les émigrants ont fondé les familles de la diaspora transatlantique, et ont gardé des attaches avec le pays natal. L’exposition préparée dans le cadre du projet EMILA présente plus de 70 photographies illustrant les étapes du parcours migratoire, du voyage transatlantique à l’installation en Amérique latine ou aux États-Unis, suivant un itinéraire thématique et chronologique centrée sur plusieurs pays qui ont accueilli les Européens, le Mexique, l’Uruguay, l’Argentine,  et également sur la côte Pacifique le Chili et le Pérou.

Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Bordeaux Montaigne) assure le commissariat de l’exposition ouverte au public sur la diaspora basque en Amérique du 3 août au 26 août, dans le cadre du projet EMILA Ecritures migrantes Latino-Américaines. Histoires et traces de/en Nouvelle Aquitaine à Hendaye. L’exposition à l’Espace Culturel Mendi Zolan est complétée par une projection débat le 3 août au cinéma Les Variétés de Parole de Basque avec Beñat Cuburu Ithorotz, docteur  de l’université Bordeaux Montaigne et enseignant d’espagnol à l’IUT de Bayonne et à une conférence le 22 août à la médiathèque  François Mitterand d’Hendaye.

Carlos Estela Vilela, doctorant sur le patrimoine photographique d’Eugène Courret, émigrant d’Angoulême parti au Pérou, est le concepteur graphique de l’exposition réalisée grâce aux contacts noués depuis 5 ans par l’équipe EMILA avec des descendants d’émigrants et des chercheurs de France et de Navarre, du Rio de la Plata ou d’autres terres d’accueil. Elena Poniatowska, Prix Cervantès de littérature, romancière franco-mexicaine, Oscar Alvarez Gila, historien de la diaspora à  l’université du Pays Basque, Hernan Otero et Margarita Pierini, universitaires argentins, Marcel Loustau et Santiago Arca Henon, descendants d’émigrés basques et béarnais en Uruguay,  Beñat Cuburu, spécialiste de l’émigration professionnelle d’Hasparren, Marie-Pierre Arrizabalaga, spécialiste de l’émigration basque, Pascal Chastin, doctorant qui explore les registres de Tardets-Sorholus, Raquel Idoate les réseaux de la famille Fort… nombreux sont les contributeurs et les partenaires rencontrés par l’universitaire spécialiste de l’Amérique latine Isabelle Tauzin, au cours de deux mois de recherches sur le terrain au printemps 2023, pour aboutir à l’exposition d’Hendaye du 3 au 26 août

 

Pueyrredon ou Poeyredon : un Libertador argentin fils de Navarrais

La Maison  Pueyrredon se trouve dans la ville de San Isidro, Neuilly porteño à une vingtaine de kilomètres de Buenos Aires. Cette belle résidence proche de la rivière de la Plata  est un musée municipal à vocation pédagogique.

Parmi les nombreux portraits et documents exposés, se trouve l’acte de naturalisation du père du Libertador, originaire de Basse Navarre -selon cet acte photographié sur place (“que es natural de la villa de … en la Baja Navarra y del mismo modo son sus padres cristianos”) mais  l’acte de baptême de 1738 dans le registre en ligne incomplet d’Issor n’a pas été retrouvé si Poeyrredon est né dans ce territoire béarnais et non bas-navarrais. De même que la graphie “poeyredon” est celle attestée dans le département pyrénéen pour quelques actes d’état civil postérieurs à 1800. Le père de celui qui deviendra  Directeur Suprême des Provinces du Rio de la Plata, est arrivé à Buenos Aires en 1764 comme représentant d’une maison de commerce espagnole.

Le nom de Jacques Poeyredon apparaît dans la correspondance consulaire de Cadix en 1777, comme propriétaire d’une boutique et venu d’Oloron Sainte Marie. Le fils du Navarrais, Juan Martin Pueyrredon arrive en France sous le Directoire, puis revient à Buenos Aires en 1802 et prend part à la résistance contre les Invasions anglaises, aux côtés de son compatriote Liniers. En 1809, venant de Séville, il est arrêté sur ordre du vice-roi Elio à Montevideo. “Pueyrredón est considéré comme un homme de grand talent, apparenté aux premières familles du pays, fils d’un Français; c’est une tête brûlée, il ne fait aucun doute que sa présence en Amérique est extrêmement dangereuse et qu’il est absolument nécessaire d’empêcher même sa communication avec la population”. (Gallo, Klaus, El político de la revolución. Vida de Juan Martín de Pueyrredón, Museo Pueyrredon, San Isidro,Trama, 2015, p. 24).

Les Pueyrredon ont continué à aller et venir entre l’Amérique et l’Europe tantôt pour affaires et aussi pour éviter les persécutions politiques, en particulier sous le régime de Juan Manuel de Rosas. C’est ainsi qu’en 1835, le général  arrive avec sa famille à Bordeaux, puis s’installe entre Paris, où son fils, le peintre Prilidianto Puyerredon se forme à la peinture et à l’architecture, et Cadix où Juan Martin possédait une entreprise spécialisée dans l’importation de cuir argentin (Lucas Andrés Masán, Estrellas y amapolas. Las pinturas rurales de Prilidiano Pueyrredon y las sensibilidades en el Buenos Aires de 1860). Beaucoup reste à découvrir encore sur cette famille franco-argentine oubliée.

Costa del Rio de la Plata, par Prilidiano Pueyrredon.

Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque

En amont d’une conférence sur l’immigration française en Uruguay programmée par l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Montevideo, l’universitaire bordelaise Isabelle Tauzin-Castellanos a rendu visite à un collectionneur uruguayen fidèle aux racines de ses ancêtres basques et béarnais.

Marcel Loustau, pendant des dizaines d’années, a recherché de nombreux documents en archives et reconstitué le parcours de ses aïeux basque et béarnais arrivés à Montevideo dans les années 1840. Pierre Cazamayou Larroque est arrivé en 1841. Marcel Loustau précise : ” Le patronyme d’origine en France est Cazamayou avec z alors qu’à l’arrivée en Uruguay il est devenu Casamayou avec s”.

Urbain Loustau, l’arrière-arrière grand-père dont il porte le nom, est arrivé en 1843, à quatorze ans, seul, pour retrouver son père sur place, établi comme sellier, ce dernier originaire de Sauveterre-de-Béarn était introuvable quand l’adolescent est arrivé.

L’arrière-arrière-grand-père servit dans le bataillon des volontaires basques pendant la Guerre Grande qui dura jusqu’en 1851. Marcel Loustau conserve à la fois la sacoche de son ancêtre au service des colorados et la liste manuscrite des membres du bataillon. Urbain Loustau a épousé une immigrante basque, Gracianne Aphat qui s’est retrouvée veuve avec deux enfants à charge. Continuer la lecture de « Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque »

Félix Dibos de Bayonne à Lima: les hauts et les bas de l’émigration

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos

Félix Dibos est né à Bayonne le 27 avril 1831 et mort à Lima en 1898. Sa biographie est représentative de celle de nombreux émigrants basques partis en Amérique du sud. Fils d’un négociant, il est associé à l’un de ses frères installés à Paris et à un Girondin  qui tient un magasin en plein centre ville depuis 1835, Gabriel Larrieu. L’ascension sociale est facilitée par le mariage, avec une des filles d’un émigrant allemand, Ernestine Pflücker et l’arrivée d’Edouard Dibos à Lima, l’un des frères de Salvat Félix en 1863. F. Dibos négocie un contrat d’armement du gouvernement péruvien  avec le gendre péruvien d’Achille Allier, Manuel de La Jara, proche du colonel  Balta, président du Pérou après un coup d’état en 1869. 12.000 fusils Chassepot sont destinés à équiper l’armée péruvienne et seront utilisés dans la guerre contre le Chili.

Félix Dibos investit dans tous les négoces prometteurs des années 60-70, le nitrate du désert de Tarapaca tout comme dans le projet d’un train pour relier Lima avec une nouvelle station balnéaire, Magdalena del Mar, aux côtés d’autres expatriés du sud-ouest, Léon Maître et Edouard Porterie. Dibos importe du matériel ferroviaire et contribue à la modernisation du port du Callao. Dibos est membre fondateur des principales associations françaises, à visée philanthropique comme la Société de Bienfaisance française en 1860, la Maison de Santé en 1870, le corps des Pompiers français (1866), et la Société de française de Tir. Il participe également à la Société européenne d’Immigration dont Louis Mortier est le président installé à Bordeaux. Les résultats de ce consortium seront piètres au regard de l’investissement de la république péruvienne : une centaine de Français s’installent seulement  mais il est vrai que le Pérou s’est alors déclaré en cessation de paiement ; l’instabilité est très grande, l’ex-président Manuel Pardo est assassiné.

La guerre du Pacifique affecte les biens de Félix Dibos; sa maison de Chorrillos est détruite. De nombreux Français émigrés au Pérou sont retournés en France. Marie Maître donne des nouvelles depuis Paris  de toute la communtauté expatriée (lettre du 6 décembre 1883) : “Les Dibos ont perdu presque toute leur fortune ; ils ont mis 3 ou 400 000 francs qu’il leur restait dans les bains de Magdalena”.  Ruiné, Félix Dibos meurt à Lima en 1898. Les Dibos Pflücker ont 5 enfants qui intègrent la grande bourgeoisie péruvienne malgré les revers économiques de Félix Dibos. Le plus célèbre des descendants a été le pilote de course Eduardo Chachi Dibós.  Le portrait de Jorge Dibos Pflücker, l’un des enfants de Félix Dibos, est issu de la collection Courret-Dubreuil (BNP).

Sources

Barrantes Rodríguez Larraín, Fernando, Los ciudadanos franceses y francesas en la República del Perú, Lima, Maison de Santé, 2005.

Marie Maitre Mission au Chili 1882-1885, 2015, Saint-Escobille, éd Emmanuel Desurvire

Riviale, Pascal, Un négociant français au Pérou au XIXe siècle : splendeur et décadence de Félix Dibos (1831-1898), HISAL2005-3 

Acte de naissance de Salvat Félix Dibos en ligne – AD 64

 

Présentation d’ouvrage: L’émigration basque et béarnaise en Amérique

Présentation du second volume collectif du projet EMILA publié en région Nouvelle Aquitaine: L’émigration basque et béarnaise en Amérique : histoires familiales en construction.  ISBN:  9791070062081

Dimanche 5 mars, 16:00 (annulation du samedi 11 février). Maison Basque de Paris, Saint-Ouen (L. 13 Garibaldi).  Maryse Esterle (projet EMILA) et Isabelle Tauzin-Castellanos (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA). Maison Basque de Paris: Arlette Oçafrain.

Diaporamas en ligne des conférencières

Maryse Esterle

Isabelle Tauzin

Maison Basque de Paris, dimanche 5 mars 2023.

Samedi 8 avril : Salon Biltzar des écrivains du Pays Basque, Sare 2023 – Editions Cairn. Avec Beñat Çuburu Ithorotz.

Lundi 6 février 18:30 par zoom.  Valérie Joubert-Angel (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA).

Autres publications d’ouvrages

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle. Morlaàs, Cairn, 2021, 346 p. ISBN : 9782350689241.

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021), Puntarenas, Editorial de la Sede del Pacífico, Universidad de Costa Rica, 2022, 414 p. ISBN: 9789930608005

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021)

L’ouvrage est issu du congrès à distance organisé à Bordeaux en juillet 2020 et qui a réuni pour la première fois, du fait de la pandémie de nombreux universitaires mexicains ainsi que d’autres nationalités, autour du projet EMILA. Le congrès faisait suite à un colloque organisé à l’Institut Mora de Mexico par Ana Rosa Suarez Mora et Isabelle Tauzin en juin 2019 et à une autre manifestations scientifique organisée à Bordeaux en juillet 2016, aboutissant à un livre édité par Efrén Ortiz Dominguez de  la Universidad Veracruzana en 2019. Ce volume publié par le fonds éditorial de la Sede del Pacifico Universidad de Costa Rica, grâce à l’historien franco-costaricain Ronald Soto-Quiros, est illustré par la reproduction d’un tableau original d’Elena Poniatowska Amor en référence à sa généalogie maternelle, entre le Mexique et l’Europe.

Les migrations transatlantiques, la colonisation du XIXe siècle, les déplacements forcés lors de l’intervention française au Mexique, les réseaux migratoires entre la France et le Mexique, les transferts culturels, les voyages, l’autofiction, les représentations littéraires et artistiques sont étudiées à partir de sources originales en espagnol, chroniques, journaux de bord, et autres récits mémoriels, évoquant l’exil entre la France et le Mexique dans les deux sens, et également l’Espagne et le Costa Rica, avec une attention particulière à l’histoire régionale (la navigation transatlantique avec le Mexique, les circulations entre Bordeaux et Veracruz et Mexico depuis l’Indépendance de 1821). Accès du texte en ligne sur HAL – Acceso online. 

Table des matières Continuer la lecture de « Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021) »

L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction

L’Argentine, le Chili, le Mexique ou les Etats-Unis ont été les destinations de dizaines de milliers de Pyrénéens dont les historiens retrouvent des traces grâce aux registres des agents d’émigration installés au Pays Basque ou en Béarn. Arrivés à bon port, les immigrés ont consacré de longues heures à écrire aux familles restées en Europe.  Les lettres rédigées sur de modestes bouts de papier, ont été gardées comme des trésors pendant des décennies. Comme le montrent la dizaine d’auteurs du présent ouvrage, les réseaux informels, les liens de parenté et de cousinage ont favorisé les départs qui concernaient aussi bien des professionnels aguerris comme les travailleurs des métiers du cuir, que des jeunes femmes en quête d’une liberté, loin de la ferme ancestrale.  Continuer la lecture de « L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction »

Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou

Charivari –  Gallica

Les pérégrinations d’une paria, le premier texte long de Flora Tristan est paru en 1838, 4 ans après son périple en Amérique du sud. La Franco-péruvienne a embarqué à Bordeaux pour rejoindre Valparaiso puis Arequipa et Lima. Elle donne de nombreuses descriptions et informations précises sur la vie quotidienne, au-delà des références personnelles sur la famille de son père, les Tristan, Goyeneche et Moscoso. Flora Tristan émet un vœu altruiste, à l’image de la vie d’apostolat à laquelle elle se consacrera au retour en France: “Puisse un gouvernement progressif, appelant à son aide les arts de l’Asie et de l’Europe, faire reprendre aux Péruviens ce rang parmi les nations du Nouveau-Monde !” La situation politique sur place depuis les guerres d’indépendance est telle que la paix paraît inaccessible du fait des rivalités entre caudillos ou chefs de guerre; l’exploitation de la richesse du guano à partir des années 40 amènera un temps de prospérité, toute relative pour les populations indiennes et métisses. Continuer la lecture de « Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou »

Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud

Le château de Malromé, connu pour avoir été la résidence de Toulouse-Lautrec,  mérite plus d’une visite. Près de Verdelais, Malromé a été le lieu de rencontre de Marie Leroy de Saint-Arnaud et Léon Maître. Le jeune couple issu de l’aristocratie girondine, est parti à Lima pour chercher fortune dans l’importation du guano en provenance du Pérou. La très volumineuse correspondance de Marie Maître, publiée par un descendant, Emmanuel Desurvire,  apporte un regard singulier sur le Pérou et le Chili et sur les relations commerciales entre le sud-ouest et l’Amérique du sud. Marie Maître a trois enfants au cours du séjour péruvien; le photographe Eugène Courret prend la photo des membres de la famille (certaines de ces photographies sont accessibles sur Gallica, et l’ensemble des clichés Courret sur le site de la Bibliothèque Nationale du Pérou)

Quelques citations d’un travail de recherche sur l’émigration aquitaine (projet EMILA), issues de la correspondance de Marie Maître, sont révélatrices du contexte en 1872, au moment de l’arrivée en Amérique ; les citations  sont extraites de Marie Maître Leroy de Saint Arnaud Au Pérou (1872-1878) et 1882-1885, mission au Chili

Mon père avait pendant dix ans été vice-président du Conseil Général de la Gironde  […] également conseiller de Saint-Macaire. […] Les Maître laissaient un nom très respecté à la mairie de Bordeaux, comme secrétaires de père en fils, pendant chacun trente ans ; ils s’y étaient succédé […] chez les nouveaux propriétaires de sa firme, les trois frères Gautreau, neveu de M. La Chambre, co-associé de M. Fernand Thomas, cousin de mon fiancé. Ces deux associés avaient fait à Lima une grosse fortune, évaluée à 40 millions pour chacun d’eux lors de leur retraite. Mon mari devait rester à Lima comme gérant de la maison Gautreau et Cie pour une période de cinq années.

L’expression d’un regard distancié  :

Ces pays-ci sont les vaches à lait des étrangers, mais on ne peut y vivre . C’est une imitation manquée de la vie Européenne, et pour nous autres français qui comprenons la vie, il n’y a d’autre but, d’autre pensée que d’autre effort à faire qu’à gagner de l’argent et s’en retourner. Continuer la lecture de « Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud »

Emigration d’Hasparren par Beñat Cuburu Ithorotz

Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude micro-historique d’une émigration spécialisée (XVIIIe-XXe siècles) – Thèse soutenue à l’université Bordeaux Montaigne 8 juillet 2022.

Ce travail est une étude micro-historique de l’émigration depuis Hasparren, commune du Pays basque français, et vise à démontrer sa spécificité, puisqu’elle est composée en grande partie de tanneurs et de cordonniers. Le terrain a consisté à développer une base de données nominative des émigrants d’Hasparren.

This work is a micro-historical study of emigration from Hasparren, a municipality in the French Basque Country, and aims to demonstrate its specificity, since it is largely composed of tanners and shoemakers. The fieldwork consisted of developing a nominative database of emigrants from Hasparren.

La première partie analyse le cadre de l’étude, Hasparren, à travers une présentation générale de la commune et de sa démographie, les activités artisanales aux XVIIIe et XIXe siècles et les activités industrielles de la première moitié du XXe siècle. La deuxième partie est l’exploitation de la base de données des émigrants, consistant en une présentation de la méthodologie utilisée, des différentes sources consultées et des résultats obtenus. La troisième partie analyse les politiques migratoires des pays d’accueil des émigrants, leur développement professionnel en Amérique et expose une série d’études de cas de ces émigrants professionnels du cuir.

Après la soutenance, la publication de la thèse est prévue et la réalisation d’une mission sur les traces de Pascal Harriague et d’autres émigrants en Uruguay.

Jury : M. Óscar Álvarez Gila, codirecteur de la thèse, (Profesor Titular de Universidad – Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea) et Mme Isabelle Tauzin-Castellanos (Professeure des universités – Université Bordeaux Montaigne), codirectrice de la thèse, Mme María del Pilar Cagiao Vila, par visioconférence, pré-rapporteure de la thèse (Profesora Titular – Universidad de Santiago de Compostela),  M. Alvar de la Llosa, pré-rapporteur (Professeur des universités – Université Lyon 2), Mme Amaia Iraizoz, (Profesora asociada – Universidad Pública de Navarra) et M. Hernán Gustavo Otero (Profesor Titular de Universidad – Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires – Chercheur principal CONICET).

Allers et retours : images transnationales entre le Mexique, l’Espagne et la France, 1843-1863

Au XIXe siècle, la presse illustrée constitue l’un des moyens les plus adaptés à la circulation et à la diffusion des imaginaires nationaux, comme lieu de dialogue et d’échanges d’images en provenance de différents pays. Les années 1843-1863 d’alliance diplomatique entre la France et l’Espagne ont été particulièrement riches; cette étape s’est achevée du fait de l’intervention française au Mexique, au moment où Paris était le centre de la vie culturelle, tandis que l’Espagne, la métropole avec laquelle le Mexique avait rompu les relations de subordination après l’indépendance de 1821, conservait encore une vision colonialiste à l’égard des républiques américaines.

L’ouvrage préparé par Montserrat Amores, Rebeca Martin et Laura Pache, dans le cadre des publications de l’Université Autonome de Barcelone présente les résultats de la recherche théorique et est complété par une anthologie de textes et d’images issus de la presse illustrée.

Le but de ce projet interdisciplinaire qui rassemble historiens, spécialistes de la presse et critiques littéraires du XIXe siècle est de présenter un panorama des images du Mexique et de l’Espagne, à la fois internes et externes. La France joue entre les deux pays un rôle de médiation tandis que les auteurs espagnols et mexicains les plus libéraux essaient de dépasser les clichés et les archétypes par de nouvelles approches plus en phase avec la réalité et le quotidien, au-delà des lieux communs.

L’ouvrage de 346 pages centré sur la littérature de voyage du XIXe siècle est le résultat du projet de recherche “NIT: Negociaciones identitarias transatlánticas. México-Francia-España, 1843-1863” (PGC2018-095312-B-I00) et  accessible intégralement en ligne à partir du site dédié de la Universitat Autonoma de Barcelona UAB.

ISBN: 978 84 490 9886 4.

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

Exposition ouverte au public : jeudi 13 octobre – samedi 22 octobre, 13 :30-18 :30 (tous les jours sauf le lundi 17 octobre).

Vernissage: mercredi 12 octobre, 18 :30 : Espace Saint-Rémi Bordeaux

Coordination: Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne), Juan Vilches (Maison du Pérou), Carlos Estela (Université Bordeaux Montaigne).

À l’occasion du Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou (2021-2024), l’exposition propose un parcours visuel sur les circulations humaines, culturelles, artistiques et économiques intenses au cours de deux siècles entre les villes de Bordeaux et de Lima, et au-delà entre la France et le Pérou. Le visiteur découvre une sélection de visuels qui témoignent des liens privilégiés entre le mythique pays des Incas et le port girondin. La Franco-Péruvienne Flora Tristan, les peintres Monvoisin et Bonnaffé, le photographe Eugène Courret sont les noms les plus illustres de cette relation bilatérale facilitée au XIXe siècle par les progrès de la navigation, entre émigration familiale et importation de produits exotiques. Le visiteur aura aussi l’occasion de connaître les scènes et types que collectionnaient les voyageurs pour montrer à leur retour les coutumes péruviennes.

Fortunata, la peinture choisie pour l’affiche, est le portrait coloré d’une jeune habitante des Andes réalisé par Émile Marin revenu dans les années 1920 et dont les descendants conservent les œuvres et la mémoire d’une double patrie.  L’exposition témoigne aussi de la présence de Péruviens, poètes et penseurs (Manuel Gonzalez Prada, Nicanor della Rocca…), diplomates et peintres célèbres ou anonymes dont les lettres, les dessins et les photos sont recueillis dans le cadre du projet scientifique régional Écritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search