Colloque international : L’émigration basque en Amérique latine, 5 et 6 juillet

Le programme est provisoire et sera modifié en fonction des dates des 5 et 6 juillet et de la présence à Bayonne ou à distance des intervenants.

Lundi 17 mai 2021 – Musée Basque et de l’histoire de Bayonne: Conférences publiques et table ronde des représentants d’associations d’émigration

Mardi 18 mai 2021 – IUT de Bayonne et du Pays Basque – Conférences publiques et projection du film

Pré-programme 

Lundi 17 mai 9: 30 – 12:30 Musée Basque  

Ouverture du colloque par Mme Sabine Cazenave, directrice du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

 Conférences

Claude Mehats : Samuel Lafone agent d’émigration

Argitxu Camus Etchecopar : Les correspondances: sources de l’expérience migratoire basque

Pascal Chastin : Correspondance de Jean Vigné, agent d’émigration à Tardets

Argia Olçomendy : L’émigration basque en Argentine (1840-1910) : entre réalisation personnelle et freins socio-politiques

Isabelle Tauzin-Castellanos: Villas basques, villégiatures latino-américaines, émigrants et immigrants, 1890 -1930

Lundi 17 mai 14:00 – 18: 00 Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

14 :00 – 16:00 Table ronde

Associations d’émigration basque –  Recherches d’hier et actualités de l’émigration basque

Sabine Cazenave – Directrice du Musée Basque

Annie Sabarots – Musée de Basse Navarre

Monique Legarto – Euskal Argentina

Christiane Bidot-Naude – Émigration 64

16:00 -18:00 Conférences

Hernán Otero: Histoire de l’émigration française en Argentine

Viviane Delpech: Souvenirs de pierre. Création et patrimonialisation des demeures d’émigrés de retour en Iparralde (XIXe-XXIe siècle)

Xavier Escudero: L’oeuvre d’écrivains basques émigrés et la représentation littéraire du Basque émigré José Olivares Larrondo Tellagorri

Christian Manso et Dolores Thion:  L’émigration basque dans la revue de l’Association pour la Mémoire de l’Emigration: Partir. Archives et mémoires de l’émigration pyrénéenne. 

 

Mardi 18 mai 14:00 – 19:00 – IUT Bayonne  Amphi Sainte-Claire.

14:00 -17: 00 Conférences

Haizpea Abrisketa: L’impact de la perte des soldats basques de l’armée espagnole pendant la guerre d’indépendance de Cuba (1895-1898).

Óscar Álvarez Gila: La microgeografía de la inmigración vasca en Argentina a través del asociacionismo: la sociedad de socorros mutuos Euskal Echea

Jesús Alonso Carballés: Le souvenir des indianos dans l’espace urbain du Pays basque-espagnol : Politiques symboliques et mémorielles

Carlos Estela Vilela: Images de l’émigration basque au Pérou

Maryse Esterle: Le passé reconstruit : les écrits de descendants d’émigrés pyrénéens, une réappropriation subjective

Isabelle Tauzin –  Présentation de l’ouvrage collectif EMILA: De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle.

17:00-19:00 Projection-Débat

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque (documentaire)

Co-organisation : Beñat Çuburu  (IUT Bayonne)  – Isabelle Tauzin (U. Bordeaux Montaigne)

Contact : emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

 

Lithographie : entre Bordeaux et Lima

Parmi les Français arrivés au Pérou dans la première moitié du XIXe siècle, les lithographes constituent un cas singulier, notamment le Bordelais Pierre Guillaume Gustave Ducasse. Né le  16 janvier 1809, fils d’un chapelier établi sur le quai des Chartrons  à Bordeaux, il est engagé avec un compatriote appelé Jean Dédé pour développer la lithographie et former des élèves, grâce à un décret signé en 1838 par le général Andrés de Santa Cruz, à la tête de l’éphémère confédération péruano-bolivienne. Ducasse et Dédé demeurent de nombreuses années au Pérou et on retrouve leurs traces dans plusieurs actes d’état civil du consulat de France dans les années 1850;. des liens ont été créés avec l’atelier de Francisco Fierro et  Ignacio Merino de retour au Pérou dans les années 40 après des études en France.

La Bataille de Yungay, janvier 1839

B. Jullian, atelier de  Dédé et Ducasse. DR:  Musée Historique Nacional- Santiago.

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Patrimoine de l’émigration française au Mexique

Hélène Homps, directrice du Musée de la Vallée de l’Ubaye, et Ana Marianela Porraz doctorante en architecture, ont participé au Séminaire EMILA « Migrations et archives entre le Mexique, le Pérou et la France du XIXe au XXIe siècle » en ligne lundi 30 novembre. Elles ont partagé leurs analyses et compétences en matière de documentation sur l’histoire de l’émigration en Amérique latine, à partir de l’histoire des Barcelonnettes, dont le fonds de l’architecte Marcon, objet de la thèse d’architecture de A.M. Porraz. Le musée de Barcelonnette en partie consacré à l’émigration au Mexique est installé dans  la Villa La Sapinière qui fut la propriété d’Antoine Signoret.

Les collections sur l’émigration sont organisées suivant 3 thématiques : patrimoine architectural, vie de l’émigrant, découverte du pays d’accueil comme le précise Hélène Homps dans l’article passionnant « Archive de l’émigration ou la mémoire des entrepreneurs ubayens... » (2004), article complété par une présentation de l’association Raices francesas au Mexique.

Plusieurs musées départementaux organisent occasionnellement des expositions  comme celui de la Vallée de l’Ubaye. Champlitte conserve ainsi en Haute-Saône la trace des villageois partis au Mexique, Espalion des Aveyronnais partis en Argentine

Basques, Béarnais et Gascons espèrent aussi que ces histoires anciennes qui font partie du patrimoine régional de la Nouvelle-Aquitaine trouveront un espace  d’exposition public dans le prolongement des recherches réalisées par le projet régional EMILA.

Décret sur l’établissement de colons français au Paraguay en 1855

En 1854 les discussions entre la Présidence du Paraguay, représenté à Paris par le fils de Carlos Antonio Lopez,  et le Second Empire sous l’égide de Napoléon III, sont favorables à un plan de colonisation, c’est-à-dire l’envoi de centaines de cultivateurs français pour défricher et s’installer sur des parcelles. Les difficultés rencontrées sur place par les Européens, les tentatives de fuite, l’endettement dans lequel ils se retrouvent,  l’affaiblissement causé par les maladies, de multiples raisons aboutissent à la dissolution officielle de la  Nouvelle-Bordeaux en décembre 1855 et à la dispersion des migrants originaires du sud-ouest, après l’intervention du consul de France en faveur de ses compatriotes.

Le décret sur l’établissement de la colonie française par les autorités paraguayennes est accessible en ligne.

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

Emigrants béarnais et correspondances

Ariane Bruneton est ethnologue, elle a été chargée de cours à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (1974-2008), présidé et animé plusieurs associations loi 1901, et est membre associée à l’équipe ITEM (EA 3002) de l’UPPA. Après s’être consacrée à l’étude de différents aspects de la vie rurale, Ariane Bruneton a plongé, à partir de 1992, dans la thématique de l’émigration des Pyrénées occidentales vers les Amériques, à partir d’une collecte de témoignages et de documents (cf. Du Béarn aux Amériques, Histoires d’émigrants, Pau, A.M.C.B., 1992, 207 p.). Prenant connaissance de l’existence de lettres d’immigrés, conservées dans les maisons, et frappée par l’intérêt de leur singularité, c’est tout d’abord à l’épistolaire de ces peu ou moyennement lettrés qu’elle s’est consacrée, créant un groupe de recherches à l’Université de Pau (avec les historiens Michel Papy et Adrian Blazquez, et le socio-linguiste Bernard Moreux) qui contribua à  remettre en chantier, au sein de cette Université, la thématique des migrations. Avec les chercheurs, au niveau national et international, concernés par le champ des études sur les migrations françaises, une collaboration étroite s’établit et s’ensuivirent colloques, publications et animations diverses au sein du milieu universitaire et associatif touché par le phénomène. Après avoir milité longuement pour sa reconnaissance officielle (stigmatisant particulièrement et durablement les trois groupes pyrénéens, Basques, Béarnais et Bigourdans), au sein de ce qui aurait pu être une « Maison de la Mémoire de l’Émigration », elle se consacre maintenant plus spécifiquement à l’édition de correspondances qui lui ont été confiées et à une étude plus historique et diachronique de ce phénomène social.

Une sélection de repères bibliographiques concernant l'épistolaire d'émigrés du Sud-Ouest

1992 - Bruneton-Governatori, Ariane (dir.), Du Béarn aux Amériques, Histoires d’émigrants -Témoignages et documents ­,1850-1950, Bull. n°7 de l'Association Mémoire Collective en Béarn, Arch. Dép., Pau, 1992, 207 p.

1995 - Bruneton-Governatori, Ariane ; Staes, Jacques, Cher père et tendre mère… Lettres de Béarnais émigrés en Amérique latine, Biarritz,  J. et D. éd, 1995, 162 p.

1997 - Bruneton-Governatori, Ariane ; Soust, Jeanne, « Pourquoi écrire ? Question posée à un corpus de lettres d’émigrés béarnais aux Amériques » in 120e congrès national du CTHS, Aix-en-Provence, Correspondre jadis et naguère, Ed. du CTHS, 1997, 467-480.

1997 - Papy, Michel, « Lettres d’émigrés et typologie de l’émigration. Le cas des Béarnais aux Amériques (1850-1920) », in 120e congrès national du CTHS, Aix-en-Provence, Correspondre jadis et naguère, Ed. du CTHS, 1997, 453-466.

1997 - Bruneton-Governatori, A., Heiniger, P., Moreux, B., Papy, M., Soust, J., Lettres et correspondances d'émigrés du Sud-Ouest (1800-1850), Rapport présenté à la Mission du Patrimoine ethnologique (Min. de la Culture), févr 1997. (en ligne)

1997 - Bruneton-Governatori, Ariane ; Moreux, Bernard, « Un modèle épistolaire populaire : les lettres d’émigrés béarnais » in Daniel Fabre (dir), Par écrit, ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1997, 79-103.

1999 - Papy, Michel, « Les Lettres ordinaires, terrain d’histoire », in Alinéa, Université de Grenable, n° 10, juin 1999, 125-149.

2001 - Moreux, Bernard, « Un aspect de la culture des peu-lettrés : la lettre familiale populaire », 117-129, in Poueyto, J.L. (éd.) Illetrismes et Cultures, Paris, L'Harmattan, 2001.

2004 – Bruneton-Governatori, Ariane, « Carta al seňor Latapi », in Eugène Latapi (1824-1868), ed. privada, J. P. Siller coordinator, Mexico, 2004, 131-141.

2005 – Bruneton, Ariane (dir.), Histoire et mémoire de l’Emigration française vers les Amériques : initiatives et expériences institutionnelles et associatives, Revue Migrance, N°26, Editions Mémoires-Génériques, Paris, 2005, 124 p.

2006 - Bruneton-Governatori, Ariane, « Lorsque Basques et Béarnais redécouvrent un pan de leur histoire… l’émigration aux Amériques »,  in Adrian Blazquez (dir.), L’émigration basco-béarnaise aux Amériques au XIXe siècle, Actes du 1er colloque international sur l’émigration basco-béarnaise aux Amériques, Pau, Ed.Gascogne, 2006, 27-40.

2006 - Bruneton-Governatori, Ariane, « Une vaste et riche entreprise : recueillir, rassembler et lire des lettres d’immigrés (XIXe-XXe », in Adrian Blazquez (dir.), L’émigration basco-béarnaise aux Amériques au XIXe siècle, Actes du 1er colloque international sur l’émigration basco-béarnaise aux Amériques, Pau, Ed. Gascogne, 2006, 291-310.

2006 - Moreux, Bernard, « L’acculturation linguistique des Béarnais en Amérique du Sud d’après leur correspondance », in Adrian Blazquez (dir.), L’émigration basco-béarnaise aux Amériques au XIXe siècle, Actes du 1er colloque international sur l’émigration basco-béarnaise aux Amériques, Pau, Ed. Gascogne, 2006, 311-346.

2007 - Bruneton, Ariane, « Un projet de Maison de la Mémoire de l’Émigration », in Actes du IVème Colloque de l’Académie Internationale de Généalogie, Paris, 2005, Saint-Cloud, 2007, 53-60.

2007 – Bruneton, Ariane, Californie-Béarn : des émigrés écrivent au pays (1860-1916), A.M.M.E., Pau, ICN Orthez, 80 p.

2008 – Bruneton Ariane, « Postface aux impressions et notices de voyage de Jean-Baptiste Althabégoïty (1848-1874) »,in Voyages et voyageurs – Bidaia Jakinbide, Bulletin du Musée basque, n°172, 2ème semestre 2008, 73-78.

2010 – Bruneton, Ariane, « Lettres de deux émigrés béarnais « aux isles », Partir – Archives et   Mémoires de l'émigration pyrénéenne, n°1, mars 2010, A.M.M.E, ICN, Orthez, 2-7.

2010 – Bruneton Ariane, « L'émigration pyrénéenne : une histoire en miettes », Partir - Archives et Mémoires de l'émigration pyrénéenne, n°1, mars 2010, A.M.M.E Pau, ICN Orthez, 9-15.

2010 - Bruneton, Ariane, Papy, Michel, « Los Pirinenses en México a mediados del siglo XIX. Contribución al estudio de la inmigración francesa », in México Francia : Memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX, Vols. III-IV, Javier Pérez Siller y David Skerritt (Coords.), México,  BUAP-CEMCA-CNRS-EÓN.

2012 – Bruneton, Ariane, « Un genre épistolaire à mieux cerner : les lettres d'émigrés », in Ils ont fait les Amériques, ss la dir. de L. Dornel, M. Guicharnaud-Tollis, M. Parsons, J-Y. Puyo, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012, 63-74.

2012 - Bruneton, Ariane (avec la coll. de M. Barthaburu), Lettres du Chili – Élie et Léopold Etcheverry, employés de commerce (1883-1894), Coll. Écrits du for privé des Pays de l'Adour, Cairn, Pau, 2012, 228 p.

2018 – Bruneton, Ariane, « E comme émigration », in L'Abécédaire passionné du Béarn, sous la dir. de Jean Marziou, Ed. Gascogne, ICN, Orthez, 2018, 55-64.


 

 

 

De Bordeaux à Asuncion

Comme les projets de colonisation au Mexique, à la fin des années 1820, le projet de fondation de la Nouvelle-Bordeaux a été un échec aux conséquences tragiques.  Le fils du président du Paraguay (et futur président), Francisco Solano Lopez est reçu en janvier 1854 par l’empereur Napoléon III pour développer des relations économiques après la  récente reconnaissance diplomatique du Paraguay survenue en mars 1853. Un contrat est signé en septembre 1854 prévoyant l’envoi d’un contingent de 900 Basques français et espagnols de moins de 45 ans, catholiques et de bonne moralité. L’armateur est un dénommé Antonio Lopez, dont on retrouve une trace dans l’Annuaire  et almanach du commerce et de l’industrie en 1862, avec une adresse bordelaise (« rue de la Course et maison à Buenos Aires »). Le dossier d’agent d’émigration conservé aux Archives Nationales inclut une lettre d’Antonio Lopez qui justifie sa demande d’autorisation d’émigration comme mandataire de l’envoyé extraordinaire du Paraguay, Francisco Solano Lopez.


L’entreprise de colonisation vers ce pays a été étudiée à partir des sources paraguayennes notamment par  Guido Rodríguez Alcalá et Luc Capdevila (2005).

Ce billet est issu d’une recherche d’Isabelle Tauzin à partir des sources françaises, en particulier le dossier des Archives Nationales. Photographie d’un contrat type conservé aux Archives Nationales (2019).

Migrants à bord du National – Bordeaux Buenos Aires. 30 avril 1867

Passagers du National
Les passagers du National 30 avril 1867, au départ de Bordeaux
Instructions relatives à l’emploi des vivres et à leur distribution
Le National : Etat des vivres départ prévu le 30 avril 1867 de Bordeaux pour Buenos Aires.  Le navire a  été dérouté à Saint-Nazaire suite à une avarie et les passagers ont déposé plainte auprès du commissaire du port.
Procès – verbal dressé suite à l’avarie du National – Plaintes des émigrants –

« le Capitaine Cuvier doit s’imputer à faute de ne pas s’être assuré de la qualité et de la quantité des vivres destinés à ses passagers qui ne sont pas des colis ordinaires  et que si ses prétentions étaient fondées, il en résulterait que ses passagers seraient exposés à mourir de faim pendant la traversée, ce qui serait contraire à l’humanité et répugnerait à la morale et au plus simple bon sens « .

Documents : Archives Nationales. Agences d’émigration .

Recherche en cours : Isabelle Tauzin-Castellanos

José Maria Heredia entre Cuba y el suroeste de Francia

José María de Heredia en Nouvelle-Aquitaine.

Itinerario de viajes en tierras de Francia.

por  Maykel Sánchez Peralta – Master 1 Etudes hispanique et hipano-americaines. Université Bordeaux Montaigne

El gran poeta parnasiano José María de Heredia nació en Cuba, en la finca La Fortuna el 22 de noviembre de 1842 pero emigró a Francia en 1851, a los nueve años. Sus padres muy preocupados por su educación lo enviaron con su amigo M. Nicolás Fauvelle para que cursara estudios y aunque se instaló en Senlis mantuvo una estrecha relación con la región de Nouvelle-Aquitaine, lugar a donde emigraría gran parte de su familia. La madre del poeta, doña Louise Girard, había nacido en Santiago de Cuba, hija de colonos franceses que llegaron a la isla luego de la rebelión de esclavos en Haití y su padre don Domingo de Heredia era descendiente de una de las familias españolas más importantes de todas cuantas incursionaron en el nuevo mundo desde los tiempos de la colonización y la conquista.

Durante sus años de estudio el joven Heredia visitó en varias ocasiones a sus familiares en el Béarn, fundamentalmente en Pau y Arthez-des-Béarn, lugares de residencia de sus tías maternas: Sophie Euphemie Girard nacida en Nueva Orleans, quien se había casado en Cuba con Jean Joseph Dufourcq natural de Nantes y doña Helmina Girard quien también había nacido en Nueva Orleans y se había casado con Eugène de Ribeaux, nacido en Pau. Tanto Dufourcq como Ribeaux se habían dedicado al cultivo del café en Cuba y habían hecho fortuna para posteriormente regresar e instalarse definitivamente en Francia.

Terminados sus estudios el joven Heredia parte hacia Cuba donde pretende ingresar en la Universidad de La Habana para estudiar derecho pero problemas burocráticos con su título de bachiller le impiden inscribirse por lo que decide regresar a Francia esta vez en compañía de su madre, quien posteriormente se instala en Saint-George-de-Oléron en el departamento de Charente-Maritime junto a su hija y hermana del poeta Leocadia de Heredia.

 Desde 1861 hasta su muerte en 1905 José María realizó innumerables viajes para visitar a su familia en la actual Nouvelle-Aquitaine, como por ejemplo a sus primas Marie Dufourcq y su esposo Auguste Durand en el château Bougarber cerca de Pau y Mathilde de Ribeaux quien se había casado con Leon de la Terrade y vivía en el departamento de Gers en el Château de Lasserade además de las visitas a sus tíos. En 1862 realizó una estancia breve en Arcachon, lugar que se convertiría posteriormente en un destino de predilección y de residencia de la familia Heredia durante las primeras décadas del siglo XX. En la actualidad esta ciudad posee tres calles con nombres de los miembros de la familia. Se trata de la Allée José María de Heredia, la Rue Gérard d’Houville, seudónimo de Marie de Heredia, su hija y la Rue Henri de Régnier su yerno. También visitaba a su primo Edouard-Jacques de Ribeaux quien había nacido en Santiago de Cuba y llegó a ser fiscal adjunto de la ciudad de Dax y posteriormente fiscal de la ciudad de Bayona. Al poeta también le gustaba visitar el país vasco para pasar sus vacaciones especialmente en la ciudad de Biarritz. Muchas de estas visitas y estancias las hemos podido corroborar a través de su correspondencia, abundantemente conservada.

 José María de Heredia realizó una obra poética notable dentro del grupo de los parnasianos que se sintetiza en su libro Trofeos, también realizó importantes trabajos de traducción y fue elegido para la Academia francesa de la lengua, además ocupó el puesto de director de la biblioteca Arsenal de París, cargo que desempeñó hasta su fallecimiento en 1905, en el Château de Bourdonné, aquejado de una penosa enfermedad. En reconocimiento a la labor de su vida fue condecorado con el grado de Oficial de la legión de honor y sus restos descansan en el cementerio de Ruán. En su tumba puede leerse el siguiente epitafio:

« Mon âme vagabonde à travers le feuillage frémira »

 Véase también sobre   Gertrudis Gómez de Avellaneda

Les frères Paillardelle : de Marseille au Pérou au temps des guerres d’indépendance

 Marie Bourguignon (Université Bordeaux Montaigne – Master Recherche Espagnol)

 Résumé :  Bien qu’ils soient encore méconnus, les frères Paillardelle ont marqué la guerre d’Indépendance du Pérou. De Marseille à Tacna, en passant par Cadix, les rares écrits faisant mention de leur nom nous révèlent certains passages de leur histoire, dont de nombreuses informations restent inconnues ou à confirmer. Cet article prétend compiler des informations biographiques au sujet de la famille Paillardelle dans son sens le plus large pour comprendre leur histoire.

Resumen : Aunque sean todavía muy desconocidos, los hermanos Paillardelle dejaron una huella en las guerras de Independencia del Perú. Desde Marsella hasta Tacna, pasando por Cádiz, los pocos escritos que se refieren a ellos nos revelan ciertos momentos de su historia, en la cual numerosas informaciones quedan desconocidas o por confirmar. Este artículo pretende recopilar informaciones biográficas en torno a la familia Paillardelle en su sentido más amplio para entender su historia.

Notre objet d’étude est centré sur les frères Paillardelle, cependant, nous élargirons notre recherche au père et à la mère, ainsi qu’à d’autres membres de la famille du côté maternel (famille Sagardia). Notre recherche prétend offrir des clés biographiques permettant de connaître mieux la famille Paillardelle et le rôle qu’elle a pu jouer dans l’Histoire. Notre étude se basera sur les archives ainsi que la bibliographie française, péruvienne et espagnole. Le but étant de donner une vision d’ensemble de la bibliographie et des archives touchant à la famille Paillardelle présentes à ce jour.

 Les frères Paillardelle : de la France au Pérou

 Enrique Paillardelle est né à Marseille en 1785 et mort à Buenos Aires le 2 mai 1815. Il entra dans la marine révolutionnaire en 1796 où il fut sous-lieutenant. En 1803, il adopta la nationalité espagnole. Après avoir déménagé d’abord à Cadix, les trois frères Paillardelle se dirigèrent par la suite vers le Pérou pour bénéficier de leur héritage maternel.

Arrivé au Pérou, Enrique Paillardelle intégra les cercles politiques opposés à l’Inquisition et se montra en faveur des idées de Rousseau. Il était un militaire cultivé et engagé, on remarque son opposition à l’Inquisition déjà en 1803, année durant laquelle il se trouvait en Espagne. Par ailleurs, il eut une influence sur son ami Manuel Lorenzo de Vidaurre sur les plans littéraire et idéologique.

Un des évènements les plus importants de sa carrière militaire au Pérou se passe en 1813. Dans le contexte politique et militaire de guerre d’Indépendance, Enrique Paillardelle se rangea aux côtés de l’armée de Belgrano dans le Haut-Pérou. Il organisa une insurrection importante dans la ville de Tacna. En octobre de la même année, il attaqua la ville, accompagné de 400 hommes. Il dit lors d’une proclamation : «El pueblo de Tacna ha aclamado su libertad e independencia y que jamás sean hollados por tiranos». De nos jours, nous pouvons trouver une statue d’Enrique Paillardelle à Tacna, ainsi qu’une école qui porte le nom de Colegio IE Enrique Paillardelle dans la même ville. Même si Enrique a été vaincu par les troupes du colonel Garcia de Santiago le 31 octobre 1813, il laissa une trace importante dans la ville de Tacna jusqu’à aujourd’hui.

Ce personnage historique a joué un rôle conséquent dans l’Histoire du Pérou notamment grâce à son plan général d’Indépendance de l’Amérique du sud ; plan qui offrait une stratégie d’attaque du Pérou par un chemin nouveau, passant par Valparaiso. Selon Patrick Puigmal, le plan Paillardelle proposé en août 1814 aurait inspiré San Martín, même s’il ne fut pas appliqué.

En avril 1814, Enrique Paillardelle participa au siège de Montevideo aux côtés du général Alvear. Il le suivit jusqu’en 1815, année durant laquelle il fut emprisonné suite à la chute d’Alvear. Il fut jugé et condamné à mort le 2 mai 1815.

Antonio Paillardelle est né à Marseille. Comme ses deux frères, il fait carrière dans l’armée révolutionnaire française jusqu’en 1804 ; puis, il se dirige vers le Pérou et l’Argentine où il combat en faveur de l’Indépendance. Premièrement sous les ordres de Manuel Belgrano lors de l’insurrection de Tacna dans le Haut-Pérou, puis du général José de San Martín dans l’armée des Provinces Unies du Río de la Plata. Enfin, il passe aux côtés du général Alvear lors des campagnes de Montevideo.

Contrairement à ses frères, il parvint à s’échapper au Brésil quand Alvear fut condamné à l’exil en 1815. Au Brésil, Antonio Paillardelle fut commerçant et demanda sa naturalisation comme citoyen brésilien, avant de retourner en France, dans sa ville d’origine.

Juan Francisco est né à Marseille en 1781 et est mort à Lima en 1858. Il opta pour une carrière militaire et combattit en Argentine et au Pérou lors des Indépendances comme ses frères Enrique et Antonio.

L’hémérothèque du quotidien El Comercio, à Lima, conserve actuellement l’article intitulé « Funerales del Benemérito Sr. Coronel D. Juan Francisco Paillardelle » datant du 15 août 1858. Il aborde les funérailles de Juan Francisco qui eurent lieu le vendredi 6 août 1858.

Nous y retrouvons un discours d’Antonio Paredes, dans lequel il fait appel au devoir de mémoire face à ceux, comme Juan Francisco Paillardelle, qui se sont battus pour l’Indépendance du Pérou. S’ensuit un discours de D. J. Antonio Alrarado rendant également hommage à la mémoire de Juan Francisco et dans lequel nous pouvons lire :

“Señores,

Aquí tenéis presentes los restos mortales de uno de los primeros colaboradores de nuestra Independencia, el ilustre y benemérito Coronel D. Juan Francisco Paillardelle, nacido en la grande y culta Francia por el siglo pasado, después de recibir una esmerada educación, abrazó la carrera de las armas, llegando a alcanzar por sus servicios la clase de Teniente Coronel. El esclarecimiento de algunos derechos e intereses de familia lo trajeron al Perú. En circunstancias de que ya empezaba a resonar en algunos de sus ángulos la mágica y encantadora voz de libertad e Independencia.  […]”

 Cet article confirme certaines informations sur la vie de Juan Francisco Paillardelle. Il montre d’une part l’importance qu’il eut dans la lutte pour l’Indépendance du Pérou ; il nous apprend aussi qu’il fut promu au grade de lieutenant-colonel.

 Paillardelle et Sagardia : origines

 Père des trois frères, José Marie Philippe Paillardelle est né à Marseille ; il commença sa carrière comme employé au bureau des Classes de la Marine à Marseille puis à Toulon. Il devint ensuite commissaire civil révolutionnaire dans l’armée révolutionnaire parisienne et membre adjoint de la commission temporaire de Lyon. Plusieurs documents montrent qu’il fut orateur d’une députation des Jacobins dans le contexte historique et politique de la Révolution française. Notamment durant l’admission à la barre de la députation des membres de la société des Amis de la liberté et de l’égalité. Ainsi, il prit part à la vie politique et militaire en France. José Marie Philippe Paillardelle se maria avec María Sagardia y Palencia, une Espagnole vivant à Cadix, où il travailla en tant que commerçant.

María Sagardia, mère des trois frères Paillardelle, est aussi connue sous le nom d’Eustaquia Sagardia.

María Sagardia, était une riche Espagnole, née au Pérou. Elle vécut à Cadix avant de s’installer en France. Après la mort de son époux, elle se rendit à Lima accompagnée de ses trois fils, comme le souligne la lettre suivante :

Doña María Sagardia vecina de la ciudad de Cadix se ha hecho presente la demora y atraso que padece el pleito que tiene pendiente en la ciudad de Lima, tocante aquel se la ponga en posesión del vínculo que la corresponde por fallecimiento, en aquella capital, de su padre Don Antonio Sagardia […]”

Don Antonio Sagardia, mentionné dans la lettre ci-dessus, était le père de María Sagardia. Il est né à Charcas dans l’actuelle Bolivie, il se maria avec Vicenta García, originaire de Séville.

Le nom d’Antonio Sagardia y Villavicencio apparaît dans le livre de Lohmann Villena Guillermo, lequel évoque le passage du personnage à Arequipa, au Pérou, durant quinze mois, accompagné par son père dont le nom et la profession sont également cités.

Son père, Francisco Sagardia y Palencia est né à Lima en 1693 et mort en 1759.  L’arrière-grand-père des trois frères Paillardelle fut magistrat royal surnuméraire de Charcas, magistrat royal de Charcas et magistrat royal surnuméraire de Lima. Il reçut en 1735 les « honores de consejero de Indias », prix reçu par ceux qui avaient réussi à faire carrière et obtenir un poste important en Amérique.

Son père, Martín de Sagardia, originaire de Navarre, fut maire d’Arequipa en 1712 ; et sa mère, originaire de Lima, laissa un héritage important à son fils, qui lui permit de faire des études. En 1704, Francisco entra au Collège Jésuite de San Martín à Lima, il effectua ensuite une Licence et un Doctorat en « Leyes y Cánones » à l’Université de San Marcos. Il fut avocat puis obtint le poste de magistrat royal surnuméraire de Charcas en 1712.

Il reçut de nombreux privilèges dus à son poste important. Francisco de Sagardia y Palencia laissa une trace très positive du travail qu’il fournit auprès de la couronne espagnole en Amérique. En effet, il parvint à être conseiller du vice-roi Diego Morcillo. Francisco de Sagardia y Palencia fut aussi censeur au service de la couronne espagnole.

***

Notre recherche, consistant dans un premier temps à comprendre qui étaient les frères Paillardelle et ce qui les a poussés à migrer vers le Pérou, nous a amené jusqu’à de nouvelles questions. En effet, nous avons pu remonter l’arbre généalogique de cette famille, notamment du côté maternel, ce qui nous a permis de faire le constat d’une première migration de l’Espagne vers le Pérou. Les nombreux voyages effectués par les membres de la famille Sagardia nous permettent de retracer leur histoire et de mesurer l’importance de leur statut social. Les frères Paillardelle étaient les descendants d’une famille riche ayant des biens au Pérou, ce qui leur a permis de voyager vers l’Amérique. Mais ils furent aussi héritiers d’une bonne éducation et d’une culture, grâce à leur statut social élevé. Se plaçant en faveur de l’Indépendance ils participèrent à la vie militaire, principalement au Pérou mais aussi en Argentine, et ainsi, ils marquèrent l’Histoire à travers leur voyage et leur engagement politique.

Bibliographie

Aguilar Pinal Francisco, Bibliografía de autores españoles del siglo XVIII, Vol. 5, 1881 Editorial CSIC – CSIC Press, 1981.

Arzans de Orsua y Vela Bartolomé, Relatos de la villa imperial de Potosí: antología, Plural editores, 2000

Burgos Guillermo, Gobernar las Indias, Venalidad y méritos en la provisión de cargos, Universidad Almería, 4 mars 2015

Burkholder Mark, Francisco Sagardia y Palencia, Real Academia de la Historia

Camogli Pablo, Contame una historia: Relatos sobra la Revolución y la Independencia, Penguin Random House Grupo Editorial Argentina, 2014

Camogli Pablo, Nueva historia del cruce de los Andes, Penguin Random House Grupo Editorial Argentina, 2015

Fernández García Matías, Parroquias madrileñas de San Martin y San Pedro el Real, Caparrós editores, 2004

Galasso Norberto, Seamos libres y lo demás no importa nada: vida de San Martín, Ediciones Colihue SRL, 2000

Garmendia Arruebarrena José, Diccionario biográfico vasco, 1989,

Lohmann Villena Guillermo, Los americanos en las ordenes nobiliarias, Vol 2, Editorial CSIC – CSIC Press, 1993

Lohmann Villena Guillermo, Manuel Lorenzo de Vidaurre y la Inquisición de Lima, 1950,

Parras Pedro José, Gobierno de los Regulares de la América, Ibarra, 1783

Puigmal Patrick, Diccionario biográfico y prosopografico de los militares napoleónicos durante las campanas de la Independencia de Argentina, Chile y Perú (1810-1830), Ed. Dibam, 2013.

Rosas Lauro Claudia, Del trono a la guillotina, el impacto de la Revolución Francesa en el Perú (1789-1808), Institut français d’études andines, Embajada de Francia en el Perú, Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú, 2006

Tamayo Augusto, Segunda Rebelión en Tacna de 1813 Enrique Paillardelle, documentaire publié par Instituto Nacional Belgraniano, 2014

Revues et documents d’archives

Hémérothèque El Comercio, Lima, Pérou, “Funerales del benemérito sr coronel D. Juan Francisco Paillardelle”, dimanche 15 août 1858.

Revue d’histoire moderne et contemporaine / Société d’histoire moderne, Société d’histoire moderne et contemporaine (France), Bibliothèque nationale de France, département Collections numérisées, 2008-117877, 1959,

Prieur (de la Marne), Bourdon (de l’Oise) François-Louis. Admission à la barre de la députation des membres de la société des Amis de la liberté et de l’égalité qui démentent avoir entretenu une correspondance avec un comité d’émigrés, lors de la séance du 16 brumaire an III (6 novembre 1794), Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome C – Du 3 au 18 brumaire an III (24 octobre au 8 novembre 1794) Paris : CNRS éditions, 2000. p. 472

Images

Photo d’un extrait d’article de journal ; Hémérothèque El Comercio, Lima, Pérou, “Funerales del benemérito sr coronel D. Juan Francisco Paillardelle”, dimanche 15 août 1858.

Photos extraites du documentaire d’Augusto Tamayo, Segunda Rebelión en Tacna de 1813 Enrique Paillardelle, publié par Instituto Nacional Belgraniano, 2014.

***

Article-Paillardelle-Marie-Bourguignon.pdf

Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020

Université Bordeaux-Montaigne:  1, 2  et 3 juillet 2020

Colloque international

Vidéos du colloque en ligne

Congreso internacional 

Enlaces  para acceder a la plataforma  del Congreso.

Webinaire: « Migrations et indépendances »  Université Bordeaux Montaigne

Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020.

 Programme du colloque en ligne

Résumés des communications en ligne

Du fait de la pandémie Covid 19, le colloque sera réalisé: accessible ICI .

Présentation du colloque sur la page web de l’Université Bordeaux Montaigne.

 

Contact : emila[a]u-bordeaux-montaigne.fr

Le colloque international Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020 organisé dans le cadre du projet EMILA aura lieu sous forme de visioconférence du fait du confinements des universités françaises. Le colloque portera sur les parcours migratoires, les expériences de voyage et les séjours entre le Mexique et l’Amérique centrale et d’autre part, l’Espagne ou la France, tout au long des deux siècles depuis les indépendances jusqu’à nos jours.

L’affiche a été réalisée grâce à la bienveillance d’Elena Poniatowska Amor, auteure du tableau représentant son arrière-grand mère qui parcourait l’Europe dans les années 20 en sleeping car.

La coordination du colloque est assurée par Isabelle Tauzin-Castellanos, Université Bordeaux Montaigne  – membre de l’Institut Universitaire de France
Las líneas de investigación del Congreso Internacional Migraciones e Independencias: dos siglos de testimonios y representaciones entre México, Centroamérica, España y Francia, 1820-2020 organizado los días 1, 2 y 3 de julio de 2020, de forma virtual  la université Bordeaux Montaigne tratarán de las trayectorias migratorias, las experiencias viajeras y las estadías entre México, Centroamérica, España y Francia, a lo largo de dos siglos, desde 1820 hasta la actualidad. 

Más información sobre el Congreso en la página web que le dedica la Université Bordeaux Montaigne

 

Emigration béarnaise en Argentine

Maryse Esterle

Maryse Esterle est sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’Université d’Artois. L’émigration de ses arrière-grands-parents espagnols vers la France et celle de leurs enfants vers l’Argentine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle l’ont incitée à reconstituer leurs parcours et à rechercher leurs descendants. Membre de plusieurs associations de descendants d’émigrés pyrénéens, elle a publié une nouvelle s’inspirant de la vie de l’une de ses grands-tantes : « À l’origine » (Nouvelles du Rio de la Plata, association Bearn-Argentina, 2017). Elle contribue au projet en centrant ses recherches sur l’Argentine, le Béarn et l’Aragon.

Le voyage d’Ignacio

Dans le courant du XIXsiècle, les échanges entre les deux versants de Pyrénées étaient nombreux : commerce légal ou contrebande, transhumance, travail saisonnier dans les fermes ou les manufactures de sandales, de bérets ou de tissage. Les Pyrénées étaient plus une terre de passage et d’échanges qu’une frontière à proprement parler. Des liens durables se sont créés entre des populations proches par la langue, les mœurs et les traditions, ce qui n’excluait pas des conflits récurrents. De nombreux Espagnols se sont établis en Béarn, comme en témoignent les patronymes et les prénoms sur les registres de l‘état civil. Ces échanges et relations sont toujours vivants aujourd’hui.

Les trois billets du blog de Maryse Esterle retracent le chemin que suivait son arrière-grand-père, Ignacio Aragüés Petriz, dans le troisième tiers du XIXe siècle, entre Gurs (Béarn) et Urdués (Aragon), deux fois l’an, dans un sens et dans l’autre, avant de s’installer avec sa famille à Oloron-Sainte-Marie. 

Cette première migration de l’Espagne vers la France fut suivie pour la génération de ses grands-parents par une deuxième migration de France vers l’Argentine. Avec plusieurs membres de sa famille, elle a refait ce trajet au début de l’été 2019, à la recherche de la présence aragonaise à Buenos Aires. Un sujet qui a suscité une publication pour les 90 ans du Cercle aragonais de Buenos Aires (p. 13-20)