Présentation d’ouvrage: L’émigration basque et béarnaise en Amérique

Présentation du second volume collectif du projet EMILA publié en région Nouvelle Aquitaine: L’émigration basque et béarnaise en Amérique : histoires familiales en construction.

Lundi 6 février 18:30 par zoom. Beñat Cuburu (IUT Bayonne, projet EMILA) et Valérie Joubert-Angel (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA).

Contact lien zoom: emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

Samedi 11 février 15: 30. Maison Basque de Paris, Saint-Ouen.  Maryse Esterle (projet EMILA) et Isabelle Tauzin-Castellanos (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA)

Samedi 8 avril : Salon Biltzar des écrivains du Pays Basque, Sare 2023 – Editions Cairn. Avec  Beñat Cuburu Ithorotz.

Autres publications du projet

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle. Morlaàs, Cairn, 2021, 346 p. ISBN : 9782350689241.

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021), Puntarenas, Editorial de la Sede del Pacífico, Universidad de Costa Rica, 2022, 414 p. ISBN: 9789930608005

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021)

L’ouvrage est issu du congrès à distance organisé à Bordeaux en juillet 2020 et qui a réuni pour la première fois, du fait de la pandémie de nombreux universitaires mexicains ainsi que d’autres nationalités, autour du projet EMILA. Le congrès faisait suite à un colloque organisé à l’Institut Mora de Mexico par Ana Rosa Suarez Mora et Isabelle Tauzin en juin 2019 et à une autre manifestations scientifique organisée à Bordeaux en juillet 2016, aboutissant à un livre édité par Efrén Ortiz Dominguez de  la Universidad Veracruzana en 2019. Ce volume publié par le fonds éditorial de la Sede del Pacifico Universidad de Costa Rica, grâce à l’historien franco-costaricain Ronald Soto-Quiros, est illustré par la reproduction d’un tableau original d’Elena Poniatowska Amor en référence à sa généalogie maternelle, entre le Mexique et l’Europe.

Les migrations transatlantiques, la colonisation du XIXe siècle, les déplacements forcés lors de l’intervention française au Mexique, les réseaux migratoires entre la France et le Mexique, les transferts culturels, les voyages, l’autofiction, les représentations littéraires et artistiques sont étudiées à partir de sources originales en espagnol, chroniques, journaux de bord, et autres récits mémoriels, évoquant l’exil entre la France et le Mexique dans les deux sens, et également l’Espagne et le Costa Rica, avec une attention particulière à l’histoire régionale (la navigation transatlantique avec le Mexique, les circulations entre Bordeaux et Veracruz et Mexico depuis l’Indépendance de 1821). Accès du texte en ligne sur HAL – Acceso online. 

Table des matières Continuer la lecture de « Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021) »

L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction

L’Argentine, le Chili, le Mexique ou les Etats-Unis ont été les destinations de dizaines de milliers de Pyrénéens dont les historiens retrouvent des traces grâce aux registres des agents d’émigration installés au Pays Basque ou en Béarn. Arrivés à bon port, les immigrés ont consacré de longues heures à écrire aux familles restées en Europe.  Les lettres rédigées sur de modestes bouts de papier, ont été gardées comme des trésors pendant des décennies. Comme le montrent la dizaine d’auteurs du présent ouvrage, les réseaux informels, les liens de parenté et de cousinage ont favorisé les départs qui concernaient aussi bien des professionnels aguerris comme les travailleurs des métiers du cuir, que des jeunes femmes en quête d’une liberté, loin de la ferme ancestrale.  Continuer la lecture de « L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction »

Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou

Charivari –  Gallica

Les pérégrinations d’une paria, le premier texte long de Flora Tristan est paru en 1838, 4 ans après son périple en Amérique du sud. La Franco-péruvienne a embarqué à Bordeaux pour rejoindre Valparaiso puis Arequipa et Lima. Elle donne de nombreuses descriptions et informations précises sur la vie quotidienne, au-delà des références personnelles sur la famille de son père, les Tristan, Goyeneche et Moscoso. Flora Tristan émet un vœu altruiste, à l’image de la vie d’apostolat à laquelle elle se consacrera au retour en France: “Puisse un gouvernement progressif, appelant à son aide les arts de l’Asie et de l’Europe, faire reprendre aux Péruviens ce rang parmi les nations du Nouveau-Monde !” La situation politique sur place depuis les guerres d’indépendance est telle que la paix paraît inaccessible du fait des rivalités entre caudillos ou chefs de guerre; l’exploitation de la richesse du guano à partir des années 40 amènera un temps de prospérité, toute relative pour les populations indiennes et métisses. Continuer la lecture de « Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou »

Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud

Le château de Malromé, connu pour avoir été la résidence de Toulouse-Lautrec,  mérite plus d’une visite. Près de Verdelais, Malromé a été le lieu de rencontre de Marie Leroy de Saint-Arnaud et Léon Maître. Le jeune couple issu de l’aristocratie girondine, est parti à Lima pour chercher fortune dans l’importation du guano en provenance du Pérou. La très volumineuse correspondance de Marie Maître, publiée par un descendant, Emmanuel Desurvire,  apporte un regard singulier sur le Pérou et le Chili et sur les relations commerciales entre le sud-ouest et l’Amérique du sud. Marie Maître a trois enfants au cours du séjour péruvien; le photographe Eugène Courret prend la photo des membres de la famille (certaines de ces photographies sont accessibles sur Gallica, et l’ensemble des clichés Courret sur le site de la Bibliothèque Nationale du Pérou)

Quelques citations d’un travail de recherche sur l’émigration aquitaine (projet EMILA), issues de la correspondance de Marie Maître, sont révélatrices du contexte en 1872, au moment de l’arrivée en Amérique ; les citations  sont extraites de Marie Maître Leroy de Saint Arnaud Au Pérou (1872-1878) et 1882-1885, mission au Chili

Mon père avait pendant dix ans été vice-président du Conseil Général de la Gironde  […] également conseiller de Saint-Macaire. […] Les Maître laissaient un nom très respecté à la mairie de Bordeaux, comme secrétaires de père en fils, pendant chacun trente ans ; ils s’y étaient succédé […] chez les nouveaux propriétaires de sa firme, les trois frères Gautreau, neveu de M. La Chambre, co-associé de M. Fernand Thomas, cousin de mon fiancé. Ces deux associés avaient fait à Lima une grosse fortune, évaluée à 40 millions pour chacun d’eux lors de leur retraite. Mon mari devait rester à Lima comme gérant de la maison Gautreau et Cie pour une période de cinq années.

L’expression d’un regard distancié  :

Ces pays-ci sont les vaches à lait des étrangers, mais on ne peut y vivre . C’est une imitation manquée de la vie Européenne, et pour nous autres français qui comprenons la vie, il n’y a d’autre but, d’autre pensée que d’autre effort à faire qu’à gagner de l’argent et s’en retourner. Continuer la lecture de « Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud »

Emigration d’Hasparren par Beñat Cuburu Ithorotz

Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude micro-historique d’une émigration spécialisée (XVIIIe-XXe siècles) – Thèse soutenue à l’université Bordeaux Montaigne 8 juillet 2022.

Ce travail est une étude micro-historique de l’émigration depuis Hasparren, commune du Pays basque français, et vise à démontrer sa spécificité, puisqu’elle est composée en grande partie de tanneurs et de cordonniers. Le terrain a consisté à développer une base de données nominative des émigrants d’Hasparren.

This work is a micro-historical study of emigration from Hasparren, a municipality in the French Basque Country, and aims to demonstrate its specificity, since it is largely composed of tanners and shoemakers. The fieldwork consisted of developing a nominative database of emigrants from Hasparren.

La première partie analyse le cadre de l’étude, Hasparren, à travers une présentation générale de la commune et de sa démographie, les activités artisanales aux XVIIIe et XIXe siècles et les activités industrielles de la première moitié du XXe siècle. La deuxième partie est l’exploitation de la base de données des émigrants, consistant en une présentation de la méthodologie utilisée, des différentes sources consultées et des résultats obtenus. La troisième partie analyse les politiques migratoires des pays d’accueil des émigrants, leur développement professionnel en Amérique et expose une série d’études de cas de ces émigrants professionnels du cuir.

Après la soutenance, la publication de la thèse est prévue et la réalisation d’une mission sur les traces de Pascal Harriague et d’autres émigrants en Uruguay.

Jury : M. Óscar Álvarez Gila, codirecteur de la thèse, (Profesor Titular de Universidad – Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea) et Mme Isabelle Tauzin-Castellanos (Professeure des universités – Université Bordeaux Montaigne), codirectrice de la thèse, Mme María del Pilar Cagiao Vila, par visioconférence, pré-rapporteure de la thèse (Profesora Titular – Universidad de Santiago de Compostela),  M. Alvar de la Llosa, pré-rapporteur (Professeur des universités – Université Lyon 2), Mme Amaia Iraizoz, (Profesora asociada – Universidad Pública de Navarra) et M. Hernán Gustavo Otero (Profesor Titular de Universidad – Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires – Chercheur principal CONICET).

Allers et retours : images transnationales entre le Mexique, l’Espagne et la France, 1843-1863

Au XIXe siècle, la presse illustrée constitue l’un des moyens les plus adaptés à la circulation et à la diffusion des imaginaires nationaux, comme lieu de dialogue et d’échanges d’images en provenance de différents pays. Les années 1843-1863 d’alliance diplomatique entre la France et l’Espagne ont été particulièrement riches; cette étape s’est achevée du fait de l’intervention française au Mexique, au moment où Paris était le centre de la vie culturelle, tandis que l’Espagne, la métropole avec laquelle le Mexique avait rompu les relations de subordination après l’indépendance de 1821, conservait encore une vision colonialiste à l’égard des républiques américaines.

L’ouvrage préparé par Montserrat Amores, Rebeca Martin et Laura Pache, dans le cadre des publications de l’Université Autonome de Barcelone présente les résultats de la recherche théorique et est complété par une anthologie de textes et d’images issus de la presse illustrée.

Le but de ce projet interdisciplinaire qui rassemble historiens, spécialistes de la presse et critiques littéraires du XIXe siècle est de présenter un panorama des images du Mexique et de l’Espagne, à la fois internes et externes. La France joue entre les deux pays un rôle de médiation tandis que les auteurs espagnols et mexicains les plus libéraux essaient de dépasser les clichés et les archétypes par de nouvelles approches plus en phase avec la réalité et le quotidien, au-delà des lieux communs.

L’ouvrage de 346 pages centré sur la littérature de voyage du XIXe siècle est le résultat du projet de recherche “NIT: Negociaciones identitarias transatlánticas. México-Francia-España, 1843-1863” (PGC2018-095312-B-I00) et  accessible intégralement en ligne à partir du site dédié de la Universitat Autonoma de Barcelona UAB.

ISBN: 978 84 490 9886 4.

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

Exposition ouverte au public : jeudi 13 octobre – samedi 22 octobre, 13 :30-18 :30 (tous les jours sauf le lundi 17 octobre).

Vernissage: mercredi 12 octobre, 18 :30 : Espace Saint-Rémi Bordeaux

Coordination: Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne), Juan Vilches (Maison du Pérou), Carlos Estela (Université Bordeaux Montaigne).

À l’occasion du Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou (2021-2024), l’exposition propose un parcours visuel sur les circulations humaines, culturelles, artistiques et économiques intenses au cours de deux siècles entre les villes de Bordeaux et de Lima, et au-delà entre la France et le Pérou. Le visiteur découvre une sélection de visuels qui témoignent des liens privilégiés entre le mythique pays des Incas et le port girondin. La Franco-Péruvienne Flora Tristan, les peintres Monvoisin et Bonnaffé, le photographe Eugène Courret sont les noms les plus illustres de cette relation bilatérale facilitée au XIXe siècle par les progrès de la navigation, entre émigration familiale et importation de produits exotiques. Le visiteur aura aussi l’occasion de connaître les scènes et types que collectionnaient les voyageurs pour montrer à leur retour les coutumes péruviennes.

Fortunata, la peinture choisie pour l’affiche, est le portrait coloré d’une jeune habitante des Andes réalisé par Émile Marin revenu dans les années 1920 et dont les descendants conservent les œuvres et la mémoire d’une double patrie.  L’exposition témoigne aussi de la présence de Péruviens, poètes et penseurs (Manuel Gonzalez Prada, Nicanor della Rocca…), diplomates et peintres célèbres ou anonymes dont les lettres, les dessins et les photos sont recueillis dans le cadre du projet scientifique régional Écritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine. 

Tensions idéologiques dans la construction du type par des regards extérieurs: alimentation, race et modernité dans les oeuvres de Carlos Prince et Camille Pradier Foderé

“Tensiones ideológicas en la construcción de lo típico desde miradas foráneas: comida, raza y modernidad en las obras de Carlos Prince, Lima Antigua. Tipos de antaño (1890) y Camille Pradier-Fodéré, Lima y sus alrededores (1897)”.
Esta ponencia analiza las obras de corte costumbrista de Carlos Prince y Camille Pradier-Fodéré, ambas articuladas desde distintas coyunturas enunciativas pero convergentes en el declarado propósito de enmendar las miradas foráneas que exotizaban el territorio peruano y lo situaban al margen de la modernidad. Me detengo especialmente en las representaciones de la comida o de sujetos vinculados con su preparación, distribución y circulación, para explorar las tensiones ideológicas que atraviesan estas propuestas, sobre todo en términos de imaginarios raciales y sociosexuales.
Luz Ainaí Morales Pino es Doctora en Estudios Romances por la Universidad de Miami (2017). Es profesora del Departamento de Humanidades de la Pontificia Universidad Católica del Perú y se especializa en la literatura latinoamericana del siglo XIX y el periodo de entre siglos (1880-1918).  Es autora del libro Juan Germán Roscio. La subversión de la palabra (UCAB, 2008), coeditora del libro Arte, artista y campo artístico: concepciones, inscripciones y poéticas en el contexto latinoamericano (Fondo Editorial de la Universidad Nacional Mayor de San Marcos, 2020) y destacan entre sus artículos: “Memorias restaurativas, saberes subyugados y tensiones en las escrituras sobre guerras de Mercedes Cabello de Carbonera, Clorinda Matto de Turner y Virgina Gil de Hermoso” (Páginas. Revista digital de la Escuela de Historia, Universidad de Rosario, 2022); “Más allá del naturalismo y las bellas enfermas. “El velo de la Purí­sima”, de Adela Zamudio y “A caolha”, de Júlia Lopes de Almeida y la representación de la enfermedad como metáfora crítica de la modernidad industrial en el entre siglos latinoamericano” (Revista de Literatura y Lingüística, UCSH, 2022), “Redes biopolíticas para la desarticulación del biopoder esclavista en La familia del  Comendador (1860) de Juana Paula Manso” (en coautoría con Elena Grau-Lleveria, Cuadernos de Literatura, 2022), entre otros.

Flor Mallqui Bravo : une thèse sur les récits de voyage transatlantiques péruviens

Flor Mallqui Bravo a soutenu sa thèse en cotutelle (PUCP-UBM) le 9 août 2022 à Lima.
Jury : Francesca Denegri (co-directrice PUCP), Catherine Heymann (U. Nanterre), Mariana Libertad Suarez (PUCP), Isabelle Tauzin-Castellanos (co-directrice UBM), Marcel Velazquez Castro (président, UNMSM). La thèse porte sur les représentations du Vieux Monde, la France et l’Espagne,  depuis le Pérou à partir des témoignages d’écrivains de la seconde moitié du XIXe siècle.
La cérémonie de remise des doctorats a eu lieu le 28 septembre à l’université Bordeaux Montaigne.

Le projet EMILA présenté à l’université Meiji en 2022

Dans le cadre de la préparation de son doctorat,  Rosmeliz Alva Zapata a été invitée à l’université Meiji de Tokyo pour présenter ses recherches sur les peintres cosmopolites entre la Nouvelle Aquitaine et l’Amérique latine. Invitée en juillet 2022, elle a présenté plusieurs conférences sur  l’œuvre des peintres de l’avant-garde péruvienne : Julia Codesido (1883 – 1979) et Ricardo Grau (1907 – 1970). Bernardino Codesido a été nommé consul du Pérou à Bordeaux en 1906 et a vécu avec sa famille à Caudéran (château Magnolia). Ricardo Grau est né à Bordeaux, rue du Tondu. Ces deux peintres sont des exemples des liens culturels entre la France et le Pérou explorés pour le projet Ecritures Migrantes Latino-Américaines: histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine.

Outre Hiroko Kariya, parmi lesprofesseurs d’espagnol de l’Université Meiji de Tokyo qui ont accueilli Rosmeliz Alva Zapata: Keisuke Dan, écrivain et traducteur du portugais au japonais; Eizo Oguzu spécialiste de la littérature espagnole du 19e siècle ; Akifumi Uchida spécialiste de la littérature argentine, et Kazuhisa, spécialiste de la période coloniale. L’Association Japonaise des Etudes Latino-Américaines tiendra son congrès à l’université Meiji en 2023.

 

Etudes migratoires latino-américaines à Bordeaux

Vendredi 8 juillet 2022 – Journée d’études sur l’histoire de l’émigration Nouvelle Aquitaine/Amérique latine.

L’objectif des activités scientifiques du projet EMILA programmées en juillet 2022  est d’apporter des outils sur l’histoire oubliée de l’émigration à destination de l’Amérique,  explorée à partir de sources multiples et de profils d’émigrants partis dans différents pays, au carrefour des sciences humaines et sociales avec une approche centrée sur les territoires régionaux et transfrontaliers ainsi que les pays d’accueil outre-Atlantique.

Maison de la Recherche, salle des thèses, Université Bordeaux Montaigne

Coordination : Isabelle Tauzin-Castellanos

9 :30 -12 :30Soutenance publique de la thèse de doctorat de

Beñat Cuburu-Ithorotz (Université Bordeaux Montaigne-Universidad del País Vasco) : Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude micro-historique d’une émigration spécialisée (XVIIIe-XXe siècle)

14 :45 – 16 :15. Atelier 1. Recherches migratoires Europe-Amérique latine. Trente ans de recherche. Modérateur : Ronald Soto Quiros (université de Bordeaux)

14:45 Hernán Otero (Professeur des universités, CONICET – Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires) : Lettres d’émigrants. Sur les continuités et les ruptures des immigrés français en Argentine (Es)

15:30 Óscar Álvarez Gila (Professeur des universités, Universidad del País Vasco) : Le temps de la mémoire ? Les archives de la diaspora basque dans la récupération de l’histoire de l’émigration (Es)

16:30 Discussion

16 :30- 18 :15 Atelier 2 : Etudes migratoires, recherches en devenir. Modérateur : David de la Fuente (université Bordeaux Montaigne)

16 : 30 Lora Labarère (doctorante, université Toulouse II ) : Reconstituer la filiation pour retrouver la mémoire : “devenir” descendant·e·s de Béarnais·e·s en Argentine et en Uruguay”

16: 50 Andrea Rodriguez Tapia (docteure, El Colegio de México, Sciences Po Poitiers) : La défense des intérêts coloniaux espagnols dans un port français : le cas de la Gaceta de Bayona, 1828-1830 (Es)

17: 10 Rosmeliz Alva Zapata (doctorante, Université Bordeaux Montaigne): Convergences de peintres cosmopolites, Nouvelle-Aquitaine et Amérique latine: Julia Codesido et Ricardo Grau (Es)

 17: 30  Claudia Colosio (doctorante, El Colegio de San Luis) : Comment les Français voyaient-ils le Mexique selon L’Illustration, Journal Universel, 1843-1875. Compte rendu de publication (Es)

17 :50- 18 : 15 Discussion – Perspectives

Autre rendez-vous de l’été 2022 : 19-20 juillet à Bayonne: Université d’été transfrontalière, Bayonne, inscription obligatoire.

Lettres d’Argentine

Les lettres de Dorothée Mondot-Haurie partie en 1899 de son Béarn natal ont été restituées à Paul Mousqué, agriculteur de Lucq et arrière-petit neveu de l’émigrante béarnaise. Les 180 lettres ont été  classées et numérisées par Isabelle Tauzin-Castellanos dans le cadre du projet EMILA (Université Bordeaux Montaigne), dans l’attente que les originaux soient archivées et les numérisations  donnent accès à un fragment d’histoire familiale partagée en Béarn, au Pays Basque et au-delà dans tout le grand sud-ouest.

Dorothée Mondot-Haurie est arrivée à Buenos Aires avec deux autres jeunes gens de Lucq de Béarn, André et Ursule Pétreigne, et avec une partie de la famille Pétreigne. Elle est allée travailler dans la Pampa humide,  près de la bourgade de Rauch, fondée voilà 150 ans, après le passage par la douane de Buenos Aires. L’Association franco-argentine des Béarnais s’est réunie à l’occasion d’une conférence de l’universitaire bordelaise,  organisée à la Bibliothèqe Guido y Spano, à l’initiative de Jorge Horacio Pétreigne, en présence de nombreux descendants de Béarnais.

 

 

A la carte: atelier d’écritures migrantes

À la carte! Atelier d’écritures migrantes.

Avez-vous des connaissances en espagnol ? Êtes-vous intéressé par la migration ou voulez-vous écrire ?

L’atelier d’écriture créative À la carte, organisé par Rosmeliz Alva et Carlos Estela-Vilela, doctorants et enseignants de l’université Bordeaux Montaigne, vous propose une façon originale de penser la migration entre la France et l’Amérique latine et de contribuer vous aussi au projet EMILA sur les Écritures MIgrantes Latino-Américaines, histoire et traces en Nouvelle-Aquitaine. Les participants sont invités à imaginer le parcours d’un émigrant en Amérique latine et à produire des textes (lettres, journaux intimes, etc.) qui permettent de réfléchir à cette expériences, aux attentes et aux sentiments d’un point de vue à la fois interculturel et accessible à tous.

Cette activité aura lieu le vendredi 8 avril 2022 à 16h dans l’auditorium de la Maison des Etudiants de l’Université Bordeaux Montaigne.

¿Sabes algo de español? ¿Te interesan las migraciones? ¿Quieres escribir? Entonces, esta actividad te puede interesar. Continuer la lecture de « A la carte: atelier d’écritures migrantes »

Circulation, missions et migrations religieuses. Histoires connectées entre la France et le Chili

Conférence de María Paz Valdés à l’Université Bordeaux Montaigne, 4 mars 2022, 16 :00  salle Jean Loiseau (C310)

María Paz Valdés accueillie en conférence zoom en 2021 à Bordeaux Montaigne prépare un doctorat en histoire à l’Universidad de los Andes (Chili). Boursière de l’ANID (Bourses d’État pour le développement de la science au Chili), elle réalise un séjour de recherches dans les archives de la Compagnie des Filles de la Charité rue du Bac et de la Congrégation de la Mission rue de Sèvres et expose ses travaux dans le cadre du projet EMILA Ecritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces de/en Nouvelle  Aquitaine, de nombreuses Filles de la Charité ayant quitté le Sud-Ouest pour contribuer aux soins auprès des populations sud-américaines.

Sur la base d’une documentation historique originale, María Paz Valdés analyse les activités réalisées par la congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul dans les hôpitaux chiliens au cours du XIXe siècle. A l’occasion de son séjour à Bordeaux, elle observe la contribution des « vicentinas » au développement de la santé publique en Amérique du sud parallèlement à la professionnalisation des soins infirmiers et aux débuts de l’hygiénisme.

Circulaciones, misiones y migraciones religiosas. Historias conectadas entre Francia y Chile, siglos XIX – XXI.

A partir de documentación histórica original, la historiadora chilena María Paz Valdés della Maggiora analiza las actividades desarrolladas por la Congregación de las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paúl en los hospitales (siglos XIX-XX). Durante su estadía en Burdeos, observa la contribución de las Hermanas Vicentinas al desarrollo de la salud pública en América del Sur, en paralelo a la profesionalización de la enfermería y a los inicios del higienismo. Conferencia en la Université Bordeaux Montaigne, programa de investigación: Escrituras Migrantes Latinoamericanas en Nueva Aquitania, 4 de marzo de 2022, 4 p. m. sala Jean Loiseau.

https://www.uandes.cl/noticias/investigacion-uandes-sobre-la-influencia-de-congregacion-religiosa-francesa-se-expuso-en-universidad-bordeaux-montagne/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search