Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique

Mes cousins d’Amérique, par Jean-Pierre Labroille 24 février 2024

Un récit familial

Je me souviens, enfant, avoir entendu ma mère raconter qu’elle avait des oncles en Amérique. Au début des années 1930, quand elle était elle-même enfant, elle était sûre que ces oncles avaient fait fortune et qu’un jour leur retour annoncerait pour la famille des jours fastes.

Continuer la lecture de « Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique »

Pueyrredon ou Poeyredon : un Libertador argentin fils de Navarrais

La Maison  Pueyrredon se trouve dans la ville de San Isidro, Neuilly porteño à une vingtaine de kilomètres de Buenos Aires. Cette belle résidence proche de la rivière de la Plata  est un musée municipal à vocation pédagogique.

Parmi les nombreux portraits et documents exposés, se trouve l’acte de naturalisation du père du Libertador, originaire de Basse Navarre -selon cet acte photographié sur place (“que es natural de la villa de … en la Baja Navarra y del mismo modo son sus padres cristianos”) mais  l’acte de baptême de 1738 dans le registre en ligne incomplet d’Issor n’a pas été retrouvé si Poeyrredon est né dans ce territoire béarnais et non bas-navarrais. De même que la graphie “poeyredon” est celle attestée dans le département pyrénéen pour quelques actes d’état civil postérieurs à 1800. Le père de celui qui deviendra  Directeur Suprême des Provinces du Rio de la Plata, est arrivé à Buenos Aires en 1764 comme représentant d’une maison de commerce espagnole.

Le nom de Jacques Poeyredon apparaît dans la correspondance consulaire de Cadix en 1777, comme propriétaire d’une boutique et venu d’Oloron Sainte Marie. Le fils du Navarrais, Juan Martin Pueyrredon arrive en France sous le Directoire, puis revient à Buenos Aires en 1802 et prend part à la résistance contre les Invasions anglaises, aux côtés de son compatriote Liniers. En 1809, venant de Séville, il est arrêté sur ordre du vice-roi Elio à Montevideo. “Pueyrredón est considéré comme un homme de grand talent, apparenté aux premières familles du pays, fils d’un Français; c’est une tête brûlée, il ne fait aucun doute que sa présence en Amérique est extrêmement dangereuse et qu’il est absolument nécessaire d’empêcher même sa communication avec la population”. (Gallo, Klaus, El político de la revolución. Vida de Juan Martín de Pueyrredón, Museo Pueyrredon, San Isidro,Trama, 2015, p. 24).

Les Pueyrredon ont continué à aller et venir entre l’Amérique et l’Europe tantôt pour affaires et aussi pour éviter les persécutions politiques, en particulier sous le régime de Juan Manuel de Rosas. C’est ainsi qu’en 1835, le général  arrive avec sa famille à Bordeaux, puis s’installe entre Paris, où son fils, le peintre Prilidianto Puyerredon se forme à la peinture et à l’architecture, et Cadix où Juan Martin possédait une entreprise spécialisée dans l’importation de cuir argentin (Lucas Andrés Masán, Estrellas y amapolas. Las pinturas rurales de Prilidiano Pueyrredon y las sensibilidades en el Buenos Aires de 1860). Beaucoup reste à découvrir encore sur cette famille franco-argentine oubliée.

Costa del Rio de la Plata, par Prilidiano Pueyrredon.

Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque

En amont d’une conférence sur l’immigration française en Uruguay programmée par l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Montevideo, l’universitaire bordelaise Isabelle Tauzin-Castellanos a rendu visite à un collectionneur uruguayen fidèle aux racines de ses ancêtres basques et béarnais.

Marcel Loustau, pendant des dizaines d’années, a recherché de nombreux documents en archives et reconstitué le parcours de ses aïeux basque et béarnais arrivés à Montevideo dans les années 1840. Pierre Cazamayou Larroque est arrivé en 1841. Marcel Loustau précise : ” Le patronyme d’origine en France est Cazamayou avec z alors qu’à l’arrivée en Uruguay il est devenu Casamayou avec s”.

Urbain Loustau, l’arrière-arrière grand-père dont il porte le nom, est arrivé en 1843, à quatorze ans, seul, pour retrouver son père sur place, établi comme sellier, ce dernier originaire de Sauveterre-de-Béarn était introuvable quand l’adolescent est arrivé.

L’arrière-arrière-grand-père servit dans le bataillon des volontaires basques pendant la Guerre Grande qui dura jusqu’en 1851. Marcel Loustau conserve à la fois la sacoche de son ancêtre au service des colorados et la liste manuscrite des membres du bataillon. Urbain Loustau a épousé une immigrante basque, Gracianne Aphat qui s’est retrouvée veuve avec deux enfants à charge. Continuer la lecture de « Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque »

Présentation d’ouvrage: L’émigration basque et béarnaise en Amérique

Présentation du second volume collectif du projet EMILA publié en région Nouvelle Aquitaine: L’émigration basque et béarnaise en Amérique : histoires familiales en construction.  ISBN:  9791070062081

Dimanche 5 mars, 16:00 (annulation du samedi 11 février). Maison Basque de Paris, Saint-Ouen (L. 13 Garibaldi).  Maryse Esterle (projet EMILA) et Isabelle Tauzin-Castellanos (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA). Maison Basque de Paris: Arlette Oçafrain.

Diaporamas en ligne des conférencières

Maryse Esterle

Isabelle Tauzin

Maison Basque de Paris, dimanche 5 mars 2023.

Samedi 8 avril : Salon Biltzar des écrivains du Pays Basque, Sare 2023 – Editions Cairn. Avec Beñat Çuburu Ithorotz.

Lundi 6 février 18:30 par zoom.  Valérie Joubert-Angel (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA).

Autres publications d’ouvrages

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle. Morlaàs, Cairn, 2021, 346 p. ISBN : 9782350689241.

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021), Puntarenas, Editorial de la Sede del Pacífico, Universidad de Costa Rica, 2022, 414 p. ISBN: 9789930608005

L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction

L’Argentine, le Chili, le Mexique ou les Etats-Unis ont été les destinations de dizaines de milliers de Pyrénéens dont les historiens retrouvent des traces grâce aux registres des agents d’émigration installés au Pays Basque ou en Béarn. Arrivés à bon port, les immigrés ont consacré de longues heures à écrire aux familles restées en Europe.  Les lettres rédigées sur de modestes bouts de papier, ont été gardées comme des trésors pendant des décennies. Comme le montrent la dizaine d’auteurs du présent ouvrage, les réseaux informels, les liens de parenté et de cousinage ont favorisé les départs qui concernaient aussi bien des professionnels aguerris comme les travailleurs des métiers du cuir, que des jeunes femmes en quête d’une liberté, loin de la ferme ancestrale.  Continuer la lecture de « L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction »

Etudes migratoires latino-américaines à Bordeaux

Vendredi 8 juillet 2022 – Journée d’études sur l’histoire de l’émigration Nouvelle Aquitaine/Amérique latine.

L’objectif des activités scientifiques du projet EMILA programmées en juillet 2022  est d’apporter des outils sur l’histoire oubliée de l’émigration à destination de l’Amérique,  explorée à partir de sources multiples et de profils d’émigrants partis dans différents pays, au carrefour des sciences humaines et sociales avec une approche centrée sur les territoires régionaux et transfrontaliers ainsi que les pays d’accueil outre-Atlantique.

Maison de la Recherche, salle des thèses, Université Bordeaux Montaigne

Coordination : Isabelle Tauzin-Castellanos

9 :30 -12 :30Soutenance publique de la thèse de doctorat de

Beñat Cuburu-Ithorotz (Université Bordeaux Montaigne-Universidad del País Vasco) : Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude micro-historique d’une émigration spécialisée (XVIIIe-XXe siècle)

14 :45 – 16 :15. Atelier 1. Recherches migratoires Europe-Amérique latine. Trente ans de recherche. Modérateur : Ronald Soto Quiros (université de Bordeaux)

14:45 Hernán Otero (Professeur des universités, CONICET – Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires) : Lettres d’émigrants. Sur les continuités et les ruptures des immigrés français en Argentine (Es)

15:30 Óscar Álvarez Gila (Professeur des universités, Universidad del País Vasco) : Le temps de la mémoire ? Les archives de la diaspora basque dans la récupération de l’histoire de l’émigration (Es)

16:30 Discussion

16 :30- 18 :15 Atelier 2 : Etudes migratoires, recherches en devenir. Modérateur : David de la Fuente (université Bordeaux Montaigne)

16 : 30 Lora Labarère (doctorante, université Toulouse II ) : Reconstituer la filiation pour retrouver la mémoire : “devenir” descendant·e·s de Béarnais·e·s en Argentine et en Uruguay”

16: 50 Andrea Rodriguez Tapia (docteure, El Colegio de México, Sciences Po Poitiers) : La défense des intérêts coloniaux espagnols dans un port français : le cas de la Gaceta de Bayona, 1828-1830 (Es)

17: 10 Rosmeliz Alva Zapata (doctorante, Université Bordeaux Montaigne): Convergences de peintres cosmopolites, Nouvelle-Aquitaine et Amérique latine: Julia Codesido et Ricardo Grau (Es)

 17: 30  Claudia Colosio (doctorante, El Colegio de San Luis) : Comment les Français voyaient-ils le Mexique selon L’Illustration, Journal Universel, 1843-1875. Compte rendu de publication (Es)

17 :50- 18 : 15 Discussion – Perspectives

Autre rendez-vous de l’été 2022 : 19-20 juillet à Bayonne: Université d’été transfrontalière, Bayonne, inscription obligatoire.

Lettres d’Argentine

Les lettres de Dorothée Mondot-Haurie partie en 1899 de son Béarn natal ont été restituées à Paul Mousqué, agriculteur de Lucq et arrière-petit neveu de l’émigrante béarnaise. Les 180 lettres ont été  classées et numérisées par Isabelle Tauzin-Castellanos dans le cadre du projet EMILA (Université Bordeaux Montaigne), dans l’attente que les originaux soient archivées et les numérisations  donnent accès à un fragment d’histoire familiale partagée en Béarn, au Pays Basque et au-delà dans tout le grand sud-ouest.

Dorothée Mondot-Haurie est arrivée à Buenos Aires avec deux autres jeunes gens de Lucq de Béarn, André et Ursule Pétreigne, et avec une partie de la famille Pétreigne. Elle est allée travailler dans la Pampa humide,  près de la bourgade de Rauch, fondée voilà 150 ans, après le passage par la douane de Buenos Aires. L’Association franco-argentine des Béarnais s’est réunie à l’occasion d’une conférence de l’universitaire bordelaise,  organisée à la Bibliothèqe Guido y Spano, à l’initiative de Jorge Horacio Pétreigne, en présence de nombreux descendants de Béarnais.

 

 

Lettres entre Lucq de Béarn et l’Argentine

Les lettres retrouvées dans le grenier d’une ferme béarnaise, par un descendant de la famille qui avait émigré en Argentine ont été écrites à partir de 1899. Dorothée Mondot-Haurie se dévoile au fur et à mesure qu’elle écrit, ses deux soeurs la rejoignent dans la Pampa argentine  ainsi que de nombreux autres jeunes gens à la recherche d’un avenir meilleur.

Séminaire en ligne  du 11 février 2022, 18h30-20h avec la participation de Paul Mousqué (Lucq), Lora Labarere (Argentine), Beñat Cuburu (Bayonne), Maryse Esterle (Paris), les étudiants du master Recherche espagnol, Flor Mallqui (Lima), Valérie Joubert, Maylis Santa-Cruz, Rosmeliz Alva, Carlos Estela, Isabelle Tauzin, coordinatrice du projet EMILA (Bordeaux).

Colloque international : L’émigration basque en Amérique latine, 5 et 6 juillet


Colloque international EMILA Emigration basque en Amérique latine  Bayonne lundi 5 et mardi 6 juillet 2021.
Vidéos

Participants au colloque,  vidéo  réalisée par Carlos Estela -Vilela  Organisation à Bayonne: Beñat Çuburu -Ithorotz et Isabelle Tauzin-Castellanos. Chant: Pantxi Bidart.

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque: quelques minutes du film. 

Conférences – Présentations en ligne.

Lundi 5 juillet – Musée Basque et de l’histoire de Bayonne: Conférences publiques et table ronde des représentants d’associations d’émigration

Mardi 6 juillet – IUT de Bayonne et du Pays Basque – Conférences publiques et projection du film

Lundi 5 juillet 9: 30 – 18 :00 Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

 Ouverture du colloque par Mme Sabine Cazenave, directrice du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

10 :00 – 12 :00 Session 1  De l’agent d’émigration à la lettre d’émigration, une histoire régionale en construction

Claude Mehats : Samuel Lafone agent d’émigration

Pascal Chastin : Correspondance de Jean Vigné, agent d’émigration à Tardets

Argia Olçomendy : L’émigration basque en Argentine (1840-1910) : entre réalisation personnelle et freins socio-politiques

Oscar Alvarez Gila: La microgeografía de la inmigración vasca en Argentina a través del asociacionismo: la sociedad de socorros mutuos Euskal Echea

Discussion 12 :00-12 :30

 14:00 – 18: 00

14 :00 – 16:00 Session 2 – Table ronde – Les associations d’histoire de l’émigration basque ont la parole

Sabine Cazenave – Directrice du Musée Basque

Annie Sabarots – Musée de Basse Navarre

Monique Legarto – Euskal Argentina

Christiane Bidot-Naude – Émigration 64

16:00 -18:00  Session 3 – Architectures et littératures basques: patrimoines de l’émigration en Amérique latine

Viviane Delpech : Souvenirs de pierre. Création et patrimonialisation des demeures d’émigrés de retour en Iparralde (XIXe-XXIe siècle)

Jean Casenave: L’évocation de l’Amérique latine dans la Littérature basque (1850-1930)

 Xavier Escudero: L’oeuvre d’écrivains basques émigrés et la représentation littéraire du Basque émigré José Olivares Larrondo Tellagorri

 Audrey Berniard représentant Dolores Thion :  L’émigration basque dans la revue de l’Association pour la Mémoire de l’Emigration: Partir. Archives et mémoires de l’émigration pyrénéenne?

Mardi 6 juillet 9:30 – 19:00 – IUT Bayonne  Amphi Sainte-Claire.

9 :30 Accueil des participants

9 : 45 Ouverture par Madame Karine Guilloteau, directrice du Département Techniques de Commercialisation, représentant Monsieur Thierry Nodenot, directeur de l’IUT

10:00 – 12 :00 Session 4 – Rio de la Plata, Cuba, Etats-Unis… les destinations transatlantiques

Agathe Alexandre : La colonie française de San Juan. Explorations scientifiques et enjeux politiques dans le Rio de la Plata (1853-1857)

Marie-Pierre Arrizabalaga : Emigration des femmes basques aux Etats-Unis entre 1880 et 1940. Un processus d’autonomisation et d’émancipation

Maryse Esterle: Le passé reconstruit : les écrits de descendants d’émigrés pyrénéens, une réappropriation subjective .

Présentation PWP.

12 :00-12 :30 Discussion

14:00 -16: 30 Session 5 Des Pyrénées à l’Océan Pacifique : diaspora basque, images et traces 

Hernan Otero: Histoire de l’émigration française en Argentine

Argitxu Camus Etchecopar : Les correspondances: sources de l’expérience migratoire basque

Jesús Alonso Carballés: Le souvenir des indianos dans l’espace urbain du Pays basque-espagnol : Politiques symboliques et mémorielles

Carlos Estela Vilela: Images de l’émigration basque au Pérou

Isabelle Tauzin-Castellanos: Villas basques, villégiatures latino-américaines, émigrants et immigrants, 1890 -1930.

16 :30-17 :30 Discussion – Présentation de l’ouvrage collectif EMILA: De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle.

17:30-19:00 Projection-Débat

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque (documentaire)

Co-organisation : Beñat Çuburu  (IUT Bayonne)  – Isabelle Tauzin (U. Bordeaux Montaigne)

Contact  : emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

José Maria Heredia entre Cuba y el suroeste de Francia

José María de Heredia en Nouvelle-Aquitaine.

Itinerario de viajes en tierras de Francia.

por  Maykel Sánchez Peralta – Master 1 Etudes hispanique et hipano-americaines. Université Bordeaux Montaigne

El gran poeta parnasiano José María de Heredia nació en Cuba, en la finca La Fortuna el 22 de noviembre de 1842 pero emigró a Francia en 1851, a los nueve años. Sus padres muy preocupados por su educación lo enviaron con su amigo M. Nicolás Fauvelle para que cursara estudios y aunque se instaló en Senlis mantuvo una estrecha relación con la región de Nouvelle-Aquitaine, lugar a donde emigraría gran parte de su familia. La madre del poeta, doña Louise Girard, había nacido en Santiago de Cuba, hija de colonos franceses que llegaron a la isla luego de la rebelión de esclavos en Haití y su padre don Domingo de Heredia era descendiente de una de las familias españolas más importantes de todas cuantas incursionaron en el nuevo mundo desde los tiempos de la colonización y la conquista.

Durante sus años de estudio el joven Heredia visitó en varias ocasiones a sus familiares en el Béarn, fundamentalmente en Pau y Arthez-des-Béarn, lugares de residencia de sus tías maternas: Sophie Euphemie Girard nacida en Nueva Orleans, quien se había casado en Cuba con Jean Joseph Dufourcq natural de Nantes y doña Helmina Girard quien también había nacido en Nueva Orleans y se había casado con Eugène de Ribeaux, nacido en Pau. Tanto Dufourcq como Ribeaux se habían dedicado al cultivo del café en Cuba y habían hecho fortuna para posteriormente regresar e instalarse definitivamente en Francia.

Terminados sus estudios el joven Heredia parte hacia Cuba donde pretende ingresar en la Universidad de La Habana para estudiar derecho pero problemas burocráticos con su título de bachiller le impiden inscribirse por lo que decide regresar a Francia esta vez en compañía de su madre, quien posteriormente se instala en Saint-George-de-Oléron en el departamento de Charente-Maritime junto a su hija y hermana del poeta Leocadia de Heredia.

 Desde 1861 hasta su muerte en 1905 José María realizó innumerables viajes para visitar a su familia en la actual Nouvelle-Aquitaine, como por ejemplo a sus primas Marie Dufourcq y su esposo Auguste Durand en el château Bougarber cerca de Pau y Mathilde de Ribeaux quien se había casado con Leon de la Terrade y vivía en el departamento de Gers en el Château de Lasserade además de las visitas a sus tíos. En 1862 realizó una estancia breve en Arcachon, lugar que se convertiría posteriormente en un destino de predilección y de residencia de la familia Heredia durante las primeras décadas del siglo XX. En la actualidad esta ciudad posee tres calles con nombres de los miembros de la familia. Se trata de la Allée José María de Heredia, la Rue Gérard d’Houville, seudónimo de Marie de Heredia, su hija y la Rue Henri de Régnier su yerno. También visitaba a su primo Edouard-Jacques de Ribeaux quien había nacido en Santiago de Cuba y llegó a ser fiscal adjunto de la ciudad de Dax y posteriormente fiscal de la ciudad de Bayona. Al poeta también le gustaba visitar el país vasco para pasar sus vacaciones especialmente en la ciudad de Biarritz. Muchas de estas visitas y estancias las hemos podido corroborar a través de su correspondencia, abundantemente conservada.

 José María de Heredia realizó una obra poética notable dentro del grupo de los parnasianos que se sintetiza en su libro Trofeos, también realizó importantes trabajos de traducción y fue elegido para la Academia francesa de la lengua, además ocupó el puesto de director de la biblioteca Arsenal de París, cargo que desempeñó hasta su fallecimiento en 1905, en el Château de Bourdonné, aquejado de una penosa enfermedad. En reconocimiento a la labor de su vida fue condecorado con el grado de Oficial de la legión de honor y sus restos descansan en el cementerio de Ruán. En su tumba puede leerse el siguiente epitafio:

« Mon âme vagabonde à travers le feuillage frémira »

 Véase también sobre   Gertrudis Gómez de Avellaneda

Emigration béarnaise en Argentine

Maryse Esterle

Maryse Esterle est sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’Université d’Artois. L’émigration de ses arrière-grands-parents espagnols vers la France et celle de leurs enfants vers l’Argentine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle l’ont incitée à reconstituer leurs parcours et à rechercher leurs descendants. Membre de plusieurs associations de descendants d’émigrés pyrénéens, elle a publié une nouvelle s’inspirant de la vie de l’une de ses grands-tantes : « À l’origine » (Nouvelles du Rio de la Plata, association Bearn-Argentina, 2017). Elle contribue au projet en centrant ses recherches sur l’Argentine, le Béarn et l’Aragon.

Le voyage d’Ignacio

Dans le courant du XIXsiècle, les échanges entre les deux versants de Pyrénées étaient nombreux : commerce légal ou contrebande, transhumance, travail saisonnier dans les fermes ou les manufactures de sandales, de bérets ou de tissage. Les Pyrénées étaient plus une terre de passage et d’échanges qu’une frontière à proprement parler. Des liens durables se sont créés entre des populations proches par la langue, les mœurs et les traditions, ce qui n’excluait pas des conflits récurrents. De nombreux Espagnols se sont établis en Béarn, comme en témoignent les patronymes et les prénoms sur les registres de l‘état civil. Ces échanges et relations sont toujours vivants aujourd’hui.

Les trois billets du blog de Maryse Esterle retracent le chemin que suivait son arrière-grand-père, Ignacio Aragüés Petriz, dans le troisième tiers du XIXe siècle, entre Gurs (Béarn) et Urdués (Aragon), deux fois l’an, dans un sens et dans l’autre, avant de s’installer avec sa famille à Oloron-Sainte-Marie. 

Cette première migration de l’Espagne vers la France fut suivie pour la génération de ses grands-parents par une deuxième migration de France vers l’Argentine. Avec plusieurs membres de sa famille, elle a refait ce trajet au début de l’été 2019, à la recherche de la présence aragonaise à Buenos Aires. Un sujet qui a suscité une publication pour les 90 ans du Cercle aragonais de Buenos Aires (p. 13-20)

Présentation d’ouvrage par Maryse Esterle à la Maison Basque de Paris le 5 mars 2023. PDF en ligne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search