Gabrielle Laperriere de Coni et Victoria Ocampo : destins croisés par Margarita Pierini

Destins croisés entre la France et l´Argentine :  Gabrielle Laperrière de Coni et Victoria Ocampo. La parole et l´action

Conférence Projet EMILA

Margarita Pierini (Universidad Nacional de Quilmes-Argentina). Université Bordeaux Montaigne, 29 septembre 2023

 Reunimos en esta conferencia a las figuras de dos  mujeres con una importante trayectoria, que atraviesa el siglo XX.   Nacidas, una en la Francia del 2° Imperio (1861), de familia de origen noble,  tradicionalmente radicada en Burdeos. La otra, en 1890, en  la Buenos Aires que se ha convertido en un centro económico y cultural, el más importante de América del Sur; de  familia de fortuna, de larga tradición en el país, y con fuertes vínculos con Francia, por tradición y educación.

Las dos son mujeres fuertes, de pensamiento, de letras, de acción. En el ámbito gremial y político se destaca Gabriela. En el ámbito cultural, y también, menos abiertamente, en el político, Victoria.  Y en las dos, su compromiso con la causa de la mujer.

La trayectoria de Gabriela se  desarrolla en torno a los tres ejes que su contemporánea Elvira López señalaba en su tesis[1]  como los tres hechos que marcan el siglo XIX: el movimiento por la paz universal, el socialismo y el feminismo.

En el caso de Victoria Ocampo, su lugar como gestora de emprendimientos culturales, como mecenas, como creadora de publicaciones y de instituciones que marcaron en su momento importantes innovaciones.

Las dos son también figuras a seguir descubriendo, ubicando en el lugar que les corresponde. Gabriela Coni, una biografía hecha de silencios; Victoria Ocampo, oscurecida por nuevas corrientes literarias y culturales.

Y las dos, enfrentando toda su vida obstáculos y críticas.

Gabriela Coni

Su familia, con antepasados ilustres como Vauban, ministro de Luis XIV, está radicada desde varias generaciones atrás en Bordeaux. Gabriela nace en 1861 en Pézens (Aude), donde su padre, Louis, era jefe de estación, pero poco después regresan a Bordeaux. Su novela  de tintes autobiográficos, Vers l´oeuvre douce (1901) representa sus primeros años de vida en esa ciudad de grandes calles abiertas y llenas de vida.

En 1866  el padre se traslada a México,  donde la aventura imperial de  Maximiliano crea espejismos de fácil prosperidad[2]; la constancia del consulado francés en México lo acredita como “comerciante”. Allí se pierden sus rastros.

Hay muy poca información sobre Gabriela, antes y después de su llegada a Buenos Aires. Y los datos no son siempre exactos. No se han conservado sus papeles personales ─o están en manos de algun coleccionista─, y muchas pistas se enredan, por carencia de documentación o por ocultamiento familiar.

Entonces: conocemos a Gabriela por sus escritos, afortunadamente muy numerosos, publicados  en pocos años: a partir de 1890 y hasta su temprana muerte, en 1907. Ella misma confiesa sentir que “ha empezado a trabajar” muy tarde[3].

Sus biografías ─sesgadas─ dicen que hizo estudios de maestra en Burdeos. Siguiendo los rasgos autobiográficos de la novela citada, va a un colegio religioso, y de allí va a rendir examen a una dependencia del Estado. También se refieren esas biografías (de fuentes “respetables”: su sobrino nieto, sus contemporáneos) a su labor como periodista en París (que no hemos podido corroborar).

En la década de 1880 Gabriela llega a Buenos Aires.  Se vincula  con el célebre médico higienista Emilio Coni, de origen bretón, cuyos intereses    giran en torno a la higiene, la tuberculosis, la salud de los trabajadores y de la población en general.[4] Gabriela comparte estas inquietudes, y participa en sus visitas de inspección a fábricas y barrios marginales, así como en el dictado de conferencias sobre temas de salud.

Abandonando lo que podría tener de labor benéfica su actividad, radicaliza su postura integrándose en el recién fundado Partido Socialista, donde trabaja incansablemente, sea como delegada de obreras, sea como asidua colaboradora del órgano del partido, La Vanguardia.  Es autora del  Proyecto de Ley de Protección del Trabajo de las Mujeres y los Niños en las fábricas, que será aprobado en el Congreso Nacional poco después de su muerte (1907).

Será también una enérgica defensora de la paz, amenazada, en esos años (1900-1901), por un conflicto de límites entre Argentina y Chile.

Su obra estrictamente literaria es breve: dos novelas, aun no traducidas (Fleur de l´air. Roman argentin, Paris, 1900), y Vers l´oeuvre douce, Paris, 1903), y un libro de cuentos (Alma de niño. Cuentos infantiles, 1907).   En cambio, posee una importante obra periodística ─tanto en diarios tradicionales como en órganos partidarios─ que merecería reunirse en volumen.

Con la salud resentida por el agravamiento de su enfermedad cardiaca, Gabriela pasa sus últimos meses en una quinta de Belgrano, donde fallece el 7 de enero de 1907. Su hermano Georges de Laperrière firma el acta de defunción. Su entierro, en un modesto nicho  del cementerio de la Chacarita, es muy sencillo, por expreso pedido suyo.

Las palabras de despedida de sus compañeros resumen la imagen de esta mujer  excepcional:

Fue una mujer trabajadora, útil para ella y útil para el pueblo. En su alma se anidaba la intuición de la Francia del 89, del 48 y del 70. Encarnaba los sentimientos de rebelión de las masas oprimidas. Reunía en sí el talento de una Mme Roland y la virilidad de una Luisa Michel. Fue una luchadora clásica[5].

En síntesis:  la de Gabriela Coni es una figura que  sigue convocando el interés por los objetivos en los cuales centró su acción y su palabra. Quedan muchas facetas de su personalidad, asi como varias etapas de su historia, que esperan nuevas  investigaciones, tanto en su Bordeaux natal como en Buenos Aires, donde vivió los años de su madurez.

Victoria Ocampo (Buenos Aires 1890-1979)

A diferencia de Gabriela, tan invisible, tan silenciosa /o silenciada/ en lo que hace a lo personal,  Victoria es una mujer que nos ofrece múltiples imágenes de sí misma, en lo visual y en la palabra escrita. Tanto en los retratos de su juventud como en las imágenes que grandes fotógrafos dejaron de ella ─Man Ray,  Gisèle Freund─ es posible acercarse a esta  mujer bella y ─en la estampa ─ segura de sí misma.

“Mis Memorias no son precisamente memorias sino un documento sobre la vida en la Argentina (una larga especie de vida)”, afirma al anticipar  los escritos autobiográficos que, por su voluntad, verán la luz después de su muerte (1979).

Y ciertamente, en esas memorias se  condensan la historia y la personalidad de una mujer que ocupó un lugar relevante en la cultura y en la sociabilidad de la Argentina del siglo XX. Alguna vez se la ha comparado con otra mecenas cultural, la mexicana Antonieta Rivas Mercado, en algun momento su coetánea (1900-1931). Con una vida mucho más larga, pudo ver Victoria los avatares de un siglo que finalmente le iba resultando ajeno.

Nacida en una familia cuyas raíces americanas datan de varios siglos atrás, vinculada con figuras del poder y con un sólido patrimonio económico,  la mayor de 6 hermanas, recibe la educación de las niñas de buena familia, que se realiza en el hogar, adonde acuden institutrices y profesoras varias. El viaje a Europa es una costumbre habitual en estos sectores, y se realiza siempre por largos periodos. De este modo, recuerda Victoria que donde aprendió a leer, a los 6 años,  fue en París, y por supuesto,  en francés. Este  aprendizaje la marca desde el origen. Ha dedicado numerosos textos a hablar de su historia como lectora, iniciada con Madame de Ségur y Lafontaine, y que después incluye a Oscar Wilde, a Poe. (Cf. en su libro Le vert paradis (1944),  “Mots français”, “Racine et Mademoiselle », «Lectures d´enfance »).

Durante toda su vida, alternará Victoria su vida en Buenos Aires con largos periodos en sus sucesivas casas de París, o en Londres, y, a partir de 1930, en Nueva York. En todos estos lugares se vincula con personalidades del arte, las letras, y menos habitualmente, la política: Valéry, Malraux, Drieu la Rochelle, Roger Caillois, Jacques Lacan, la condesa de Noailles,  Virginia Woolf, Waldo Frank. Con algunos de ellos, el vínculo amistoso se transforma en una relación amorosa, o viceversa.

De todo esto habla Victoria, con una sinceridad no frecuente, y menos en las mujeres de su clase y de su tiempo, en sus memorias ( cuya escritura inicia en 1952), en sus Testimonios ─ artículos publicados en periódicos desde los años 30 y reunidos periódicamente en 10 volúmenes sucesivos; en sus cartas ─un género donde su literatura, como ocurre con otros escritores, se ofrece con una rara perfección─, cartas que han empezado a publicarse en los últimos 20 años: con Gabriela Mistral, con Jacques Maritain, con Ortega y Gasset, con Alfonso Reyes, con Roger Caillois, entre otros.

La causa de las mujeres la ocupa durante toda su vida. Un momento central: la fundación de la Unión Argentina de Mujeres, en 1936, para defender los  derechos civiles, ante el embate de un gobierno conservador. En particular, la UAM surgió motivada por una posible reforma del código civil que pretendía agregar una cláusula por la cual se estipulaba que ninguna mujer casada podría aceptar trabajos ni ejercer profesión alguna sin previa autorización legal del marido.

La República Española la tiene entre sus defensoras, y más adelante, entre quienes reciben a los exiliados, entre ellos, Rafael Alberti, María Teresa León, Lorenzo Luzuriaga, Maruja Mallo…

La revista Sur

A finales de los años 20 visita Buenos Aires el escritor  norteamericano Waldo Frank. Su causa: la unidad de los países americanos ─en el sentido más amplio─ y la reivindicación de sus raíces iberoamericanas. En un tiempo en que las ideas se forjaban, se discutían y se difundían a través de las revistas creadas en torno a una idea, una comunidad, una consigna, Frank considera la posibilidad de unir en una empresa como ésta al peruano José Carlos Mariátegui, a Victoria Ocampo y al escritor y editor Samuel Glusberg. Ese proyecto no se concreta; la muerte de Mariátegui, primero, y las desinteligencias entre Victoria y Glusberg hacen lo demás .

Pero Frank no abandona su idea. Y gracias a su empeño, y a la decisión y al sustento económico que aporta Victoria, en 1931 aparece el primer número de la revista Sur, que saldrá con pocas interrupciones hasta 1972.  Artículos, traducciones, reseñas, de los autores más reconocidos de la época, hacen de Sur, al decir de Octavio Paz, “lo que fue para los europeos la Nouvelle Revue Française”: un espacio para acceder e integrarse en la cultura occidental. El Grupo Sur será uno de los referentes de la cultura argentina durante un largo periodo, en confrontación, muchas veces, con los sectores del catolicismo de derecha o los grupos literarios de la izquierda.

Victoria siempre se definirá como apolítica ─y es bien sabido lo poco veraz que es esta autocalificacion, en cualquier persona y en cualquier circunstancia.  Su sostenida postura antifascista la lleva a la defensa de la República Española y de la causa de los Aliados; integra la Junta para la Victoria, y coordina múltiples actividades para el sostén económico de los que peleaban del otro lado del mar. Así el producto de las publicaciones de la colección La Porte Étroite,  que dirige su amigo Roger Caillois,  se destina al Comité de Socorro de Víctimas de la Guerra.

Su postura antifascista va a derivar, ya en la Guerra Fría, en un dogmático anticomunismo, algo que no deja de sorprender en una mujer tan inteligente.  Estas posturas la llevan a distanciarse de gente muy querida (M. Rosa Oliver) y de valiosos colaboradores  (Pepe Bianco); aunque con ambos, pasados los años,  recuperará la amistad.

También deriva en su radical oposición al peronismo, movimiento que las políticas  norteamericanas habían clasificado dentro del fascismo, debido a la política de neutralidad del gobierno argentino durante la Segunda Guerra.   Contradicciones:  esta luchadora por el voto de la mujer se opuso a él  cuando fue sancionado por el Congreso en tiempos del Presidente Perón (1947).

En los años siguientes continúa su labor frente a Sur, a la revista se ha sumado una editorial que traduce autores franceses, ingleses y norteamericanos como Camus, Faulkner, Graham Greene, T.E. Lawrence, Paul Claudel, Virginia Woolf.   Recibe premios y homenajes, en su país, en Estados Unidos, en Gran Bretaña, en Francia.

Pasa largas temporadas en las casas heredadas de sus padres en San Isidro y Mar del Plata, centro de hospitalidad para sus numerosos amigos: Rabindranath Tagore,  Alfonso Reyes, André Malraux, Gabriela Mistral, entre otros.

En 1977 ─durante la dictadura militar─  ingresa en la Academia Argentina de Letras: la primera mujer en medio siglo.

Una penosa enfermedad la deja recluida en su casa de Villa Ocampo en sus últimos años.

Allí fallece en enero de 1979. Tenía casi 90 años.

Para valorar en Victoria:

Pocas mujeres en nuestro país ─y nos atrevemos a decir: en América Latina─ han hecho oír su palabra, conocer sus ideas, acercarse  a su visión del mundo, como Victoria Ocampo. Algunos le reprocharon ese Yo siempre presente: sus múltiples, plurales lecturas pasan siempre por ella misma, es siempre autorreferencial. Pero como alguna vez le escribe Julio Cortázar: “Usted no le ha tenido nunca miedo al “yo” (aunque a muchos les parezca tan “odiable”) pero eso es porque vive tan apasionadamente atenta al “tú” que es donde el “yo” alcanza sentido”.

Para concluir:

Si en Gabriela Coni  las referencias personales son casi inexistentes en sus escritos públicos (y la producción privada no ha llegado hasta nosotros, lamentablemente), en Victoria Ocampo, por el contrario, todo es, de uno u otro modo,  personal. Pero,  anticipando una certeza cara al feminismo,  en ella todo lo personal es político.

Estas dos mujeres, cada una en uno de los extremos del siglo XX,  quedan en la historia por el lugar que se ganaron: ocupando foros, levantando la  voz, publicando sus ideas, interviniendo en las luchas de su tiempo. Y dejándonos su  testimonio.

[1] Elvira López, “El movimiento feminista”, tesis para optar al doctorado en Filosofía y Letras (UBA, 1901) Es la primera mujer en obtener este doctorado en Argentina.

[2] En el Archivo figuran muchas otras acreditaciones de franceses que llegan en esos años; sus oficios: fotógrafos, impresores, sastres, peluqueros, músicos…

[3] “Siendo tan breve la vida y ─disculpad si esto parece un sermón─ habiendo empezado a trabajar tan tarde, no quiero desperdiciarla, sirviendo al odio contra la libertad”. Conferencia; en el periódico socialista La Vanguardia,  6-9-03.

[4]  Entre 1875 y 1910, dice en sus memorias, ocupa más de 65 cargos y funciones. Entre ellos: director de la Asistencia Pública; creador del Patronato de la Infancia; de la Revista de Higiene Infantil; de la Liga Antituberculosa; presidente de la AMA; director del Hospital Tornú; director de la comisión para el Censo Municipal (1909).  En 1890 presenta una idea muy novedosa en su tiempo: la creación de un Ministerio de Salud. “Il serait convenable donc, dans toutes les nations importantes, de diminuer le budget de tous les ministères pour pouvoir fonder celui de l´Hygiène, sans doute le plus nécessaire de tous. Dans un monde idéal, il viendra à remplacer certainement celui de la guerre”.

[5] “Gabriela L. de Coni. Falleció  en Buenos Aires el 8 de enero de 1907”, en La Acción Socialista, 15/1/ 1907.

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021)

L’ouvrage est issu du congrès à distance organisé à Bordeaux en juillet 2020 et qui a réuni pour la première fois, du fait de la pandémie de nombreux universitaires mexicains ainsi que d’autres nationalités, autour du projet EMILA. Le congrès faisait suite à un colloque organisé à l’Institut Mora de Mexico par Ana Rosa Suarez Mora et Isabelle Tauzin en juin 2019 et à une autre manifestations scientifique organisée à Bordeaux en juillet 2016, aboutissant à un livre édité par Efrén Ortiz Dominguez de  la Universidad Veracruzana en 2019. Ce volume publié par le fonds éditorial de la Sede del Pacifico Universidad de Costa Rica, grâce à l’historien franco-costaricain Ronald Soto-Quiros, est illustré par la reproduction d’un tableau original d’Elena Poniatowska Amor en référence à sa généalogie maternelle, entre le Mexique et l’Europe.

Les migrations transatlantiques, la colonisation du XIXe siècle, les déplacements forcés lors de l’intervention française au Mexique, les réseaux migratoires entre la France et le Mexique, les transferts culturels, les voyages, l’autofiction, les représentations littéraires et artistiques sont étudiées à partir de sources originales en espagnol, chroniques, journaux de bord, et autres récits mémoriels, évoquant l’exil entre la France et le Mexique dans les deux sens, et également l’Espagne et le Costa Rica, avec une attention particulière à l’histoire régionale (la navigation transatlantique avec le Mexique, les circulations entre Bordeaux et Veracruz et Mexico depuis l’Indépendance de 1821). Accès du texte en ligne sur HAL – Acceso online. 

Table des matières Continuer la lecture de « Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021) »

Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou

Charivari –  Gallica

Les pérégrinations d’une paria, le premier texte long de Flora Tristan est paru en 1838, 4 ans après son périple en Amérique du sud. La Franco-péruvienne a embarqué à Bordeaux pour rejoindre Valparaiso puis Arequipa et Lima. Elle donne de nombreuses descriptions et informations précises sur la vie quotidienne, au-delà des références personnelles sur la famille de son père, les Tristan, Goyeneche et Moscoso. Flora Tristan émet un vœu altruiste, à l’image de la vie d’apostolat à laquelle elle se consacrera au retour en France: “Puisse un gouvernement progressif, appelant à son aide les arts de l’Asie et de l’Europe, faire reprendre aux Péruviens ce rang parmi les nations du Nouveau-Monde !” La situation politique sur place depuis les guerres d’indépendance est telle que la paix paraît inaccessible du fait des rivalités entre caudillos ou chefs de guerre; l’exploitation de la richesse du guano à partir des années 40 amènera un temps de prospérité, toute relative pour les populations indiennes et métisses. Continuer la lecture de « Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou »

Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud

Le château de Malromé, connu pour avoir été la résidence de Toulouse-Lautrec,  mérite plus d’une visite. Près de Verdelais, Malromé a été le lieu de rencontre de Marie Leroy de Saint-Arnaud et Léon Maître. Le jeune couple issu de l’aristocratie girondine, est parti à Lima pour chercher fortune dans l’importation du guano en provenance du Pérou. La très volumineuse correspondance de Marie Maître, publiée par un descendant, Emmanuel Desurvire,  apporte un regard singulier sur le Pérou et le Chili et sur les relations commerciales entre le sud-ouest et l’Amérique du sud. Marie Maître a trois enfants au cours du séjour péruvien; le photographe Eugène Courret prend la photo des membres de la famille (certaines de ces photographies sont accessibles sur Gallica, et l’ensemble des clichés Courret sur le site de la Bibliothèque Nationale du Pérou)

Quelques citations d’un travail de recherche sur l’émigration aquitaine (projet EMILA), issues de la correspondance de Marie Maître, sont révélatrices du contexte en 1872, au moment de l’arrivée en Amérique ; les citations  sont extraites de Marie Maître Leroy de Saint Arnaud Au Pérou (1872-1878) et 1882-1885, mission au Chili

Mon père avait pendant dix ans été vice-président du Conseil Général de la Gironde  […] également conseiller de Saint-Macaire. […] Les Maître laissaient un nom très respecté à la mairie de Bordeaux, comme secrétaires de père en fils, pendant chacun trente ans ; ils s’y étaient succédé […] chez les nouveaux propriétaires de sa firme, les trois frères Gautreau, neveu de M. La Chambre, co-associé de M. Fernand Thomas, cousin de mon fiancé. Ces deux associés avaient fait à Lima une grosse fortune, évaluée à 40 millions pour chacun d’eux lors de leur retraite. Mon mari devait rester à Lima comme gérant de la maison Gautreau et Cie pour une période de cinq années.

L’expression d’un regard distancié  :

Ces pays-ci sont les vaches à lait des étrangers, mais on ne peut y vivre . C’est une imitation manquée de la vie Européenne, et pour nous autres français qui comprenons la vie, il n’y a d’autre but, d’autre pensée que d’autre effort à faire qu’à gagner de l’argent et s’en retourner. Continuer la lecture de « Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud »

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

Exposition ouverte au public : jeudi 13 octobre – samedi 22 octobre, 13 :30-18 :30 (tous les jours sauf le lundi 17 octobre).

Vernissage: mercredi 12 octobre, 18 :30 : Espace Saint-Rémi Bordeaux

Coordination: Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne), Juan Vilches (Maison du Pérou), Carlos Estela (Université Bordeaux Montaigne).

À l’occasion du Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou (2021-2024), l’exposition propose un parcours visuel sur les circulations humaines, culturelles, artistiques et économiques intenses au cours de deux siècles entre les villes de Bordeaux et de Lima, et au-delà entre la France et le Pérou. Le visiteur découvre une sélection de visuels qui témoignent des liens privilégiés entre le mythique pays des Incas et le port girondin. La Franco-Péruvienne Flora Tristan, les peintres Monvoisin et Bonnaffé, le photographe Eugène Courret sont les noms les plus illustres de cette relation bilatérale facilitée au XIXe siècle par les progrès de la navigation, entre émigration familiale et importation de produits exotiques. Le visiteur aura aussi l’occasion de connaître les scènes et types que collectionnaient les voyageurs pour montrer à leur retour les coutumes péruviennes.

Fortunata, la peinture choisie pour l’affiche, est le portrait coloré d’une jeune habitante des Andes réalisé par Émile Marin revenu dans les années 1920 et dont les descendants conservent les œuvres et la mémoire d’une double patrie.  L’exposition témoigne aussi de la présence de Péruviens, poètes et penseurs (Manuel Gonzalez Prada, Nicanor della Rocca…), diplomates et peintres célèbres ou anonymes dont les lettres, les dessins et les photos sont recueillis dans le cadre du projet scientifique régional Écritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine. 

Flor Mallqui Bravo : une thèse sur les récits de voyage transatlantiques péruviens

Flor Mallqui Bravo a soutenu sa thèse en cotutelle (PUCP-UBM) le 9 août 2022 à Lima.
Jury : Francesca Denegri (co-directrice PUCP), Catherine Heymann (U. Nanterre), Mariana Libertad Suarez (PUCP), Isabelle Tauzin-Castellanos (co-directrice UBM), Marcel Velazquez Castro (président, UNMSM). La thèse porte sur les représentations du Vieux Monde, la France et l’Espagne,  depuis le Pérou à partir des témoignages d’écrivains de la seconde moitié du XIXe siècle.
La cérémonie de remise des doctorats a eu lieu le 28 septembre à l’université Bordeaux Montaigne.

Le projet EMILA présenté à l’université Meiji en 2022

Dans le cadre de la préparation de son doctorat,  Rosmeliz Alva Zapata a été invitée à l’université Meiji de Tokyo pour présenter ses recherches sur les peintres cosmopolites entre la Nouvelle Aquitaine et l’Amérique latine. Invitée en juillet 2022, elle a présenté plusieurs conférences sur  l’œuvre des peintres de l’avant-garde péruvienne : Julia Codesido (1883 – 1979) et Ricardo Grau (1907 – 1970). Bernardino Codesido a été nommé consul du Pérou à Bordeaux en 1906 et a vécu avec sa famille à Caudéran (château Magnolia). Ricardo Grau est né à Bordeaux, rue du Tondu. Ces deux peintres sont des exemples des liens culturels entre la France et le Pérou explorés pour le projet Ecritures Migrantes Latino-Américaines: histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine.

Outre Hiroko Kariya, parmi lesprofesseurs d’espagnol de l’Université Meiji de Tokyo qui ont accueilli Rosmeliz Alva Zapata: Keisuke Dan, écrivain et traducteur du portugais au japonais; Eizo Oguzu spécialiste de la littérature espagnole du 19e siècle ; Akifumi Uchida spécialiste de la littérature argentine, et Kazuhisa, spécialiste de la période coloniale. L’Association Japonaise des Etudes Latino-Américaines tiendra son congrès à l’université Meiji en 2023.

 

A la carte: atelier d’écritures migrantes

À la carte! Atelier d’écritures migrantes.

Avez-vous des connaissances en espagnol ? Êtes-vous intéressé par la migration ou voulez-vous écrire ?

L’atelier d’écriture créative À la carte, organisé par Rosmeliz Alva et Carlos Estela-Vilela, doctorants et enseignants de l’université Bordeaux Montaigne, vous propose une façon originale de penser la migration entre la France et l’Amérique latine et de contribuer vous aussi au projet EMILA sur les Écritures MIgrantes Latino-Américaines, histoire et traces en Nouvelle-Aquitaine. Les participants sont invités à imaginer le parcours d’un émigrant en Amérique latine et à produire des textes (lettres, journaux intimes, etc.) qui permettent de réfléchir à cette expériences, aux attentes et aux sentiments d’un point de vue à la fois interculturel et accessible à tous.

Cette activité aura lieu le vendredi 8 avril 2022 à 16h dans l’auditorium de la Maison des Etudiants de l’Université Bordeaux Montaigne.

¿Sabes algo de español? ¿Te interesan las migraciones? ¿Quieres escribir? Entonces, esta actividad te puede interesar. Continuer la lecture de « A la carte: atelier d’écritures migrantes »

Circulation, missions et migrations religieuses. Histoires connectées entre la France et le Chili

Conférence de María Paz Valdés à l’Université Bordeaux Montaigne, 4 mars 2022, 16 :00  salle Jean Loiseau (C310)

María Paz Valdés accueillie en conférence zoom en 2021 à Bordeaux Montaigne prépare un doctorat en histoire à l’Universidad de los Andes (Chili). Boursière de l’ANID (Bourses d’État pour le développement de la science au Chili), elle réalise un séjour de recherches dans les archives de la Compagnie des Filles de la Charité rue du Bac et de la Congrégation de la Mission rue de Sèvres et expose ses travaux dans le cadre du projet EMILA Ecritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces de/en Nouvelle  Aquitaine, de nombreuses Filles de la Charité ayant quitté le Sud-Ouest pour contribuer aux soins auprès des populations sud-américaines.

Sur la base d’une documentation historique originale, María Paz Valdés analyse les activités réalisées par la congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul dans les hôpitaux chiliens au cours du XIXe siècle. A l’occasion de son séjour à Bordeaux, elle observe la contribution des « vicentinas » au développement de la santé publique en Amérique du sud parallèlement à la professionnalisation des soins infirmiers et aux débuts de l’hygiénisme.

Circulaciones, misiones y migraciones religiosas. Historias conectadas entre Francia y Chile, siglos XIX – XXI.

A partir de documentación histórica original, la historiadora chilena María Paz Valdés della Maggiora analiza las actividades desarrolladas por la Congregación de las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paúl en los hospitales (siglos XIX-XX). Durante su estadía en Burdeos, observa la contribución de las Hermanas Vicentinas al desarrollo de la salud pública en América del Sur, en paralelo a la profesionalización de la enfermería y a los inicios del higienismo. Conferencia en la Université Bordeaux Montaigne, programa de investigación: Escrituras Migrantes Latinoamericanas en Nueva Aquitania, 4 de marzo de 2022, 4 p. m. sala Jean Loiseau.

https://www.uandes.cl/noticias/investigacion-uandes-sobre-la-influencia-de-congregacion-religiosa-francesa-se-expuso-en-universidad-bordeaux-montagne/

Charles Barroilhet (Bayonne 1804-Paris 1865)

Charles Barroilhet.  Un itinéraire exemplaire de l’émigration  au XIXe siècle: Pérou, Chili, États-Unis.

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos  (Université Bordeaux Montaigne)

Charles Barroilhet a quitté Bayonne pour Bordeaux et Lima,  à 22 ans, en janvier 1827, guidé sur les chemins de l’émigration par un militaire français au service de la République du Pérou, Sauveur Soyer.

Une partie des lettres que Charles Barroilhet a adressées à sa famille, a été conservée et a été mise à disposition pour cette recherche en Nouvelle-Aquitaine sur les traces des émigrants,  par  Pierre Simonet, descendant de la famille Barroilhet à Bayonne.  Son accord sur la diffusion permet de faire connaître le parcours hors du commun d’un émigrant  qui a vécu au Chili et au Pérou, ainsi qu’en Californie avant de s’installer à Paris sous le Second Empire.

Charles Barroilhet, très attaché à sa famille, quitte Bayonne pour Lima à 22 ans, embarque à Bordeaux à la fin janvier 1827. Il écrit une première lettre  à sa mère.

Des dépenses imprévues doivent être faites avant de quitter la France, du fait du climat différent dans le pays vers lequel il part: «l’achat d’un chapeau de paille et d’une redingote d’été m’ont laissé un peu à sec. Ces objets m’étaient indispensables ».  Les difficultés sont nombreuses et inattendues pour le jeune homme. « Ayant voulu procéder à l’exportation des habits pour l’obtention de la prime, la Douane a été d’une telle exigence dans l’exhibition des diverses pièces que j’ai dû y renoncer » . Un autre jeune Basque, Ulysse Dutey, de Baigorri, a sans doute été convaincu d’émigrer par Sauveur Soyer, devenu officier de l’armée du Pérou. Les jeunes gens partagent les préparatifs de la traversée transatlantique : « Nous vivons ensemble dans le même hôtel, dans la même chambre, nous mangeons à la même table, enfin nous ne nous quittons plus ». Charles Barroilhet se réjouit du «caractère droit et loyal de cet excellent jeune homme [qui] sympathise on ne peut mieux avec le mien ; aussi vivons-nous plus comme deux frères dans la plus parfaite harmonie ».

Charles Barroilhet prévoit de vivre loin de France dix ans; il  espère  pouvoir effectuer ensuite un voyage de retour.  Son  frère aîné, François Barroilhet, se rendra à Valparaiso en 1834. Les frères croisent Flora Tristan, à la recherche elle-aussi d’une meilleure fortune, ainsi qu’il ressort des Pérégrinations d’une paria où elle manifeste de la compassion à l’égard d’une compatriote fuyant un mari mal traitant, Mme Aubry.

Un portrait de Charles Barroilhet est conservé au Chili par la famille, et a été communiqué pour cet article par Jacqueline Barroilhet auteure d’une recherche généalogique approfondie sur ces ancêtres et qu’elle a publiée à Santiago.

Le grand négoce qui se présente à partir du début des années 1840 entre l’Amérique du sud et l’Europe, est l’exportation du guano, dont les Anglais et les Français découvrent, bien après les paysans péruviens, les vertus pour améliorer les rendements agricoles.  Charles Barroilhet rapporte dans une lettre : «Une de mes sœurs a voulu propager l’usage du guano parmi les paysans des environs de Bayonne et a établi dans cette ville un dépôt. Malgré ses démarches et son engagement constant auprès des consignataires de Nantes, du Havre et de Bordeaux, il lui arrive souvent de se trouver sans guano, au grand désespoir de ses clients».  Charles Barroilhet est l’auteur de nombreux écrits dont un remarquable opuscule écrit en espagnol et accessible en ligne (BN, Gallica) sur le guano,  où il manifeste une sensibilité sociale exceptionnelle et raconte désabusé ses vaines dénonciations devant les législateurs péruviens et l’inutile requête pour informer le général président Ramon Castilla.

« Il y a dans la vie des nations des moments solennels où surgissent de formidables problèmes dont la solution décide tout l’avenir. C’est la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le Pérou […] Ma qualité d’étranger m’ordonne la plus totale abstention à ce sujet ; il m’est seulement permis de dire : que Dieu illumine les Péruviens !»

Vers 1862, de retour en France, la santé de Charles Barroilhet se détériore et après des pertes en bourse  il lui faut vendre sa propriété de Biarritz , « même au prix de 50.000 frs  ». Il épouse la veuve d’un émigré installé aux Etats-Unis où lui-même s’est rendu «réduit à l’extrémité d’aller chercher sa vie dans les aventures en Californie». Charles Barroilhet meurt en 1865 à Paris.

Pour prolonger cet article on accèdera en ligne aux communications présentées  le 5 et le 6 juillet 2021, lors du colloque sur l’histoire de l’émigration basque au Musée Basque et à l’IUT de Bayonne.

https://emila.hypotheses.org/2198

 

 

Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021

Vendredi  12 novembre et samedi 13 novembre 2021 au Musée d’Aquitaine.

Passe sanitaire obligatoire contrôlé à l’entrée du musée.

Prof. Isabelle Tauzin-Castellanos Projet EMILA Ecritures Migrantes Latino-américaines, Université Bordeaux Montaigne.

Participation sur inscription.

Programme au format PDF

Le colloque international « Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021 » vise à explorer les deux siècles d’histoire politique et sociale, culturelle et artistique à partir d’images populaires, de peintures, de photographies, de films, de lettres, de multiples témoignages recueillis à partir des premières décennies de l’Indépendance du Pérou. 4 sessions sont ouvertes au public sur deux journées organisées au Musée d’Aquitaine: Indépendance, Résistance : images croisées entre la France et le Pérou – De la révolution de 1848 à la Belle Époque – Les peintres péruviens et les années folles européennes – D’un centenaire à l’autre, de l’Amazonie à Paris. Le colloque est organisé à l’occasion de la première année du projet ECOS Nord « Indépendance du Pérou : migrations françaises et influences mutuelles. Un long siècle d’histoire du Pérou (1821-1924) ». Cette manifestation scientifique accueille vingt conférenciers français et péruviens et est soutenu par l’Ambassade de France au Pérou, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (IUF – ECOS Nord), le CONCYTEC et ProCiencia Perú,  et s’inscrit dans le cadre du programme EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et des activités scientifiques de recherche et valorisation de l’Université Bordeaux Montaigne, AMERIBER en partenariat avec le Musée d’Aquitaine et la Ville de Bordeaux.

Comité d’organisation : Rosmeliz Alva Zapata (lectrice, doctorante, Université Bordeaux Montaigne) ; Carlos Estela-Vilela (Ater, doctorant, Université Bordeaux Montaigne) ; Maxime Fourcade (masterant, Université Bordeaux Montaigne) ; Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Université Bordeaux Montaigne, porteur du projet ECOS –Nord,Pérou)

Comité scientifique : Alvar de la Llosa (professeur, Université Lyon II), Catherine Heymann (professeure émérite, Université Paris Nanterre), Élodie Vaudry (conseillère scientifique, Centre Allemand d’Histoire de l’Art – DFK Paris), Marcel Velázquez Castro (professeur Universidad Nacional Mayor de San Marcos, co-porteur du projet ECOS Pérou).

El congreso internacional “Imágenes y representaciones del Perú en Francia, 1821-2021” propone explorar dos siglos a partir de imágenes populares, pinturas, fotografías, películas, cartas y múltiples testimonios desde la Independencia del Perú. Se centrará en la historia visual compartida entre Francia y Perú con ponencias sobre las hermanas Izcué, las hermanas Truel, el estudio fotográfico de Eugenio y Aquiles Courret, los pintores Daniel Hernández, Alberto Lynch, Julia Codesido, los hermanos Juan Manuel y José Félix Cárdenas Castro. La historia diplomática, social y cultural también estará evocada con trabajos sobre el encargado de negocios Chaumette des Fossés y  sobre el liberal Juan Bustamante. Este evento científico acoge unos veinte ponentes franceses y peruanos y cuenta con el apoyo de la Embajada de Francia en Perú, el Ministerio de Educación Superior, Investigación e Innovación, el CONCYTEC y ProCiencia Perú.

 

 

Sur les traces du peintre Ricardo Grau

Conférence de Rosmeliz ALVA ZAPATA doctorante AMERIBER-Université Bordeaux Montaigne, en mission dans le cadre du projet ECOS Nord-Pérou, à l’invitation de l’historien de l’art Fernando Villegas Torres (Universidad Nacional Mayor de San Marcos): Sur les traces du peintre contemporain Ricardo Grau (Bordeaux 1907-Lima, 1970). Vendredi 13 août 2021, 17:00 Lima via zoom et FB.

Julia Codesido : de la Belle Epoque à la peinture indigéniste

Jeudi 20 mai dans le Cadre de la Semaine de l’Amérique latine à Bordeaux, à l’Institut Cervantès, conférence sur la peintre péruvienne Julia Codesido : « La peinture indigéniste  et une affinité élective bordelaise », par Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure, Université Bordeaux –Montaigne et Rosmeliz Alva Zapata, doctorante.

Née en 1883, la Péruvienne Julia Codesido a choisi de consacrer sa vie à la peinture. Elle séjourna à Bordeaux à la Belle Epoque, son père étant le représentant du Pérou dans le port girondin.  Aux côtés de l’avant-garde du Centenaire (1921-1924), elle fait le choix d’un art consacré à la célébration du Pérou au moment où les artistes européens surréalistes s’intéressent aux artistes extra-européens. A partir des années 50, elle évolue vers un art brut en se libérant du réalisme, portée par sa propre esthétique et toujours fidèle à ses racines péruviennes. Elle reçoit le prix national de la Culture du Pérou, à quatre-vingt-treize ans, en 1977.

Lithographie : entre Bordeaux et Lima

Parmi les Français arrivés au Pérou dans la première moitié du XIXe siècle, les lithographes constituent un cas singulier, notamment le Bordelais Pierre Guillaume Gustave Ducasse. Né le  16 janvier 1809, fils d’un chapelier établi sur le quai des Chartrons  à Bordeaux, il est engagé avec un compatriote appelé Jean Dédé pour développer la lithographie et former des élèves, grâce à un décret signé en 1838 par le général Andrés de Santa Cruz, à la tête de l’éphémère confédération péruano-bolivienne. Ducasse et Dédé demeurent de nombreuses années au Pérou et on retrouve leurs traces dans plusieurs actes d’état civil du consulat de France dans les années 1850;. des liens ont été créés avec l’atelier de Francisco Fierro et  Ignacio Merino de retour au Pérou dans les années 40 après des études en France.

La Bataille de Yungay, janvier 1839

B. Jullian, atelier de  Dédé et Ducasse. DR:  Musée Historique Nacional- Santiago.

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search