Du Lot-et-Garonne au Chili: Marie Denis Marinot (1865-1901), émigrante et poète

Marie-Denise Marinot (1865-1901), de Clairac à Santiago du Chili. Association Les Amis de Clairac.

Issue d’une famille de chapeliers, les Launay, Marie-Denise Marinot émigra au Chili où elle épousa un Français propriétaire d’une tannerie. En l’espace de quelques années, elle publia près d’une dizaine d’ouvrages, en France et au Chili, avant de décéder prématurément. Le monument que lui dédia son époux en 1904 dans son village natal du Lot-et-Garonne est l’un des ornements du cimetière de Clairac…

Les recherches sur Marie-Denise Marinot ont été réalisées par Clair Morizet, Président des Amis de Clairac et sont accessibles en ligne pour connaître ce parcours de vie remarquable. Communiquées au projet EMILA par Frédérique Blin, l’étude historique sur Marie-Denise Marinot met à jour la trajectoire de la jeune femme partie de Clairac. Marie-Denise Marinot a publié une oeuvre poétique et romanesque en français et en espagnol. Elle a eu un engagement féministe  qu’elle a partagé avec le journal féministe de Séverine, La Fronde. La vie de Marie-Denise Marinot rejoint l’engagement d’une autre grande oubliée de l’émigration et du féminisme entre la France et l’Amérique latine, Gabrielle Laperriere de Coni.

A titre d’exemple de l’oeuvre de Marie-Denise Marinot, ces quelques lignes extraites du site des Amis de Clairac:

« Une effrayante et désastreuse misère, de dérisoires salaires pour des journées de labeur plus longues que dans aucun pays, d’inavouables maladies, d’ignobles hôpitaux pour le paria ; comme logement d’infect taudis et pour comble un insurmontable et écrasant mépris venant des riches, de ces caballeros oisifs qui ne rêvent qu’à satisfaire leurs fantaisies, et qui, pour augmenter leur patrimoine, tiennent à plaisir ce malheureux peuple dans un état d’abjection indigne d’un pays civilisé. Nulle voix ne s’élève pour les défendre, les malheureuses ! parce que chacun craint de se porter préjudice en ouvrant leurs yeux à la lumière. »
« La Femme au Chili », tribune parue dans La Fronde, avril 1900.

« En France on dit : Enfants, partez,
Partez pour l’Amérique ;
C’est le pays des libertés,
Ils sont en République.
(…) Et nous partîmes tous, légers
Comme des hirondelles,
Oublieux de nos chers clochers
Et de nos nids fidèles. »

 

Radio Tucuman: conférence à l’université de Tucuman sur le voyage du Lot-et-Garonnais Julien Mellet

Conférence d’Isabelle Tauzin à l’université de Tucuman  lundi 22 mars 2022, à l’invitation du Groupe d’études  Travesías Discursivas, intégré à l’ Instituto Interdisciplinario de Estudios Latinoamericanos (UNT), coordonné par  María Jesús Benites (UNT-CONICET). Le récit de voyage de Julien Mellet fut d’abord publié à Agen, alors que l’aventurier résidait à Bordeaux puis à Paris en 1826. La seconde édition fut lue à Buenos Aires dès 1827, un exemplaire annoté est conservé.

Un encuentro con la escritura de Julian Mellet, viajero francés del siglo XIX

Victor Rabu: d’Agen à Montevideo

C’est à Agen, dans le département du Lot-et-Garonne que voit le jour Jean Rabu, fils d’un sabotier, arrivé comme arpenteur et devenu  architecte à Montevideo, à l’origine de la construction de nombreux édifices publics (orphelinat, théâtres) et religieux ainsi que des hôtels particuliers parfois encore visibles en Uruguay. On  peut suivre le parcours migratoire de Victor Rabu (1835-1907) grâce à la recherche réalisée par Thomas Albertini accessible en ligne.

La première oeuvre de Rabu, l’église de San Francisco de Asis lui a été inspiré par la  basilique Saint-Sernin de Toulouse. L’éclectisme définit l’ensemble de ces réalisations (cf. César Loustau, Influencia de Francia en la arquitectura de Uruguay, Montevideo 1995).

Des recherches ont été menées aussi dans le cadre du projet Nomada de l’université de la République de l’Uruguay.

Contact pour consulter la recherche intégrale : thomas.albertini[at]etu.u-bordeaux-montaigne.fr

 

Cramail-Barroussel

Eléonore Anne Cramail née à Lima le 3 janvier 1849, fille de Jean Cramail, tailleur d’habits originaire de Tombeboeuf (47), né en 1821 et de Marie Barroussel, née en 1827, fille de marin, originaire de Casseneuil (1847).  (Sources: archives consulaires). Le couple est en route vers une autre destination au moment de la naissance. Le mariage des parents avait été célébré à Casseneuil le 24 avril  1846.

Aller retour: Sainte-Livrade – Lima

François – Alexandre Dalidou né à Sainte Livrade en 1800, se fait chercheur d’or dans la Haute-Amazonie (passeport demandé à Bordeaux en 1826) puis est employé à Lima par la Maison Bacque Artom, avant de travailler avec Pierre Gautreau et Arnaud Larrabure. Il contribue à la Société Philarmonique de Lima (source: Barrantes Larrain).

Après la fin de la Confédération Peruano-Bolivienne, il réclame le règlement des prêts qu’il avait accordés à l’armée des généraux Santa Cruz et Orbegoso. Il  retourne en France en laissant sa succession à la Maison Larrabure et Thomas.

Marié en 1854 à Bordeaux  et décédé à Sainte-Livrade le 6 décembre 1883.

Témoignage sur Quito et Loja en 1815

Julien Mellet observe les coutumes de Quito en 1815 à l’occasion de sa visite du pays : “Les femmes forment une société qu’elles appellent el puro, qui ne les honore guère. Ce puro consiste en un rassemblement de personnes des deux sexes, qui s’enferment dans une maison où abondent toute sorte de mets et de boissons, et où celui qui mange et boit le plus l’emporte en mérite sur les autres; on y couche, et la débauche recommence avec plus d’excès le lendemain et dure du matin au soir, sans sortir; et quand l’argent est fini, celui de la société qui a des effets de valeur sort pour les engager, et les sommes reçues à compte sont employées pour continuer le puro” (p. 198-199)

L’émigrant natif d’Agen fait l’éloge des populations de Loja : “Le chef de famille s’approche de l’étranger et lui demande le sujet de son voyage et le motif qui l’amène chez lui. Le voyageur, répond-il en langue du pays ou par signe, qu’il est harassé de fatigue, les femmes lavent ses jambes et ses pieds avec une eau bienfaisante ; la faim et la soif ont-elles affaibli ses forces, toutes les provisions de l’humble cabane lui sont offertes […] tout est à sa disposition ; enfin, désire-t-il passer la nuit sous le toit  hospitalier, le Moussacat fait suspendre le hamac blanc fait de l’écorce déliée d’un arbre et bien plus frais que le coton …” (p. 212-213).

Enregistrement – mars 2019, Universidad Andina Simón Bolívar: entretien avec l’historien Matteo Manfredi

Emigrant ou chercheur d’or en Nouvelle-Grenade en 1819

Le voyageur parti de Bayonne en 1808, Julien Mellet a parcouru tout le continent et arrive en Nouvelle-Grenade, par voie maritime, dans le Choco “province du nouveau monde et la plus riche de toutes pour ses mines en poudre d’or”.

En Nouvelle-Grenade, entre montagne et jungle, pour la première fois, dans  le  continent  apparaît le recours à l’usage de porteurs afro-américains . Ce sont les mêmes silleteros qui ont transporté le baron de Humboldt une quinzaine d’années plus tôt. Le voyageur est aventurier et sur les traces  des mines d’or de Calima dans la vallée du Cauca. La dernière étape vers Carthagène, après les mines de Novita et de Zitara, exige plusieurs semaines de navigation sur l’Atrato. Arrivé à Carthagène, Mellet échange des tissus contre des perles. L’engagement patriote des Français et la reprise de la ville par l’armée “pacificatrice” de Morillo en 1816 ne sont pas favorables aux affaires. Mellet rejoint Cuba.

Le projet d’installation à Cuba échoue ; l’Américain -comme l’appelle l’imprimeur d’Agen, Noubel – débarque à Lormont, à proximité de Bordeaux en 1820 et va retrouver sa famille à Marmande. La question de ce qu’il est devenu, après la réédition de son voyage, est en cours de résolution.

Extrait de “La version sud-américaine de l’auberge espagnole : le tambo” – Isabelle Tauzin-Castellanos.

Source : Archives Départementales du Lot-et-Garonne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search