La Californie et l’émigration française

Conférence EMILA  Vendredi 17  novembre à 14:00, salle Montaigne

Conférencière invitée
Mme Annick Foucrier, professeure émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8138 Sirice. Spécialiste de l’histoire de l’Amérique du Nord, elle a aussi publié plusieurs livres, dont Le rêve californien : Migrants français sur la côte Pacifique (XVIIIe-XXe siècles), Belin, 1999, et de nombreux articles sur l’immigration aux Etats-Unis et l’émigration française vers l’Amérique du Nord et le monde Pacifique.

« Comme l’oiseau sur la branche ». L’émigration de Nouvelle-Aquitaine en Californie au XIXe siècle.
Au XIXe siècle, la pression démographique et l’instauration de l’héritage égalitaire en France obligent de nombreux ruraux au départ, vers les villes proches et Paris, mais aussi vers les espaces américains qui s’ouvrent alors. Les Etats-Unis fournissent de nouvelles perspectives d’activités agricoles et urbaines. La ruée vers l’or en Californie au milieu du siècle joue un rôle d’ancrage pour des migrations en chaînes. Les régions côtières et montagneuses de Nouvelle-Aquitaine sont particulièrement concernées.

Vidéo de l’exposition sur l’émigration basque en Amérique Hendaye août 2023

Images du vernissage et de la conférence sur l’émigration basque en Amérique. Réalisation-vidéo: Carlos  Estela Vilela.

Imágenes de la inauguración y conferencia sobre la emigración vasca a América – 2 al 26 de agosto 2023

 

Vernissage de l’exposition Images de la diaspora basque en Amérique

Le vernissage de l’exposition préparée  dans le cadre du projet EMILA s’est déroulé jeudi 3 août 2023 en présence du maire d’Hendaye,  Kotte Ecenarro et de l’adjointe à la Culture et au Patrimoine, Michelle Mounios, et des organisateurs de l’exposition venus de l’université Bordeaux Montaigne aux côtés d’ Isabelle Tauzin-Castellanos, les chercheurs américanistes Beñat Cuburu et Carlos Estela, et dans le public Aurelia Arcocha, Maite Lassalle, Nara Perez Vila, Florence Serrano, Françoise Vigier… Vidéo en ligne du vernissage.

L’exposition se déroule sur deux sites hendayais du 2 août au 26 août, en accès libre: l’espace culturel  Mendi Zolan et parallèlement à la Médiathèque François Mitterrand :  la profusion de documents, de photos ont imposé ce dédoublement. Les deux parties d’Hendaye, la ville haute et la plage permettent de toucher un public plus large, les lecteurs de la médiathèque et les habitués des activités de l’espace culturel, ainsi que les visiteurs de passage, les vacanciers du mois d’août, les retournés comme des émigrants qui reviennent au pays basque natal en été.

Dans les deux espaces à Mendi Zolan et à la Médiathèque, des photos qui montrent le dépeuplement du Pays Basque provoqué par l’émigration au XIXe siècle, la tragédie des naufrages comme le Léopoldine Rose en 1842, les conditions de travail harassantes des émigrants, endettés par le voyage et obligés d’effectuer les tâches les plus malsaines pour se libérer de la dette, la consultation des archives de Montevideo, la rencontre avec des descendants qui ont confié leurs archives à Isabelle Tauzin (Marcel Loustau, Santiago Arca Henon, Mikel Ezkerro, Norma Diaz, Paul Mousqué, Patricio Legarraga…) l’accueil de l’ambassade de France en Uruguay, le centre basque français de Buenos Aires, le musée de Mar del Plata, les ressources du musée de Basse Navarre de Saint Palais, pour le Chili et le Mexique, les archives départementales de la Gironde et des Pyrénées Atlantiques, les photos de Beñat Cuburu auteur d’ Émigrer au Mexiqueà 15 ans, et le film « Parole de Basque », projeté  au cinéma d’Hendaye ont retenu l’attention de l’auditoire toute la soirée du 3 août.

Parmi les historiens qui ont aidé au succès de cette manifestation tout public: Hernan Otero spécialiste de l’émigration en Argentine, Oscar Alvarez Gila, professeur à l’université du Pays Basque (chaire d’histoire de l’Amérique), Raquel Idoate à Pampelune, historienne spécialiste des agents d’émigration de Navarre…

L’émigration était une vaste entreprise rentable et les Basques recherchés par les gouvernement latino-américains pour leur acharnement au travail ont fondé des familles dans le Rio de la Plata, mais aussi, au Pérou, – objet de la conférence du 22 août 2023 à la médiathèque d’Hendaye- aux États-Unis comme on peut l’observer à l’issue de l’exposition . L’exposition est une invitation à suivre l’itinéraire des bateaux qui descendaient jusqu’au Cap Horn avant de remonter vers la Californie à partir de la ruée vers l’or.

Des passeports et des cartes de séjour ainsi que des lettres et des photos de famille, les villas des Américains de retour tout cela  illustre l’importance de la diaspora basque.

L’immigration en Europe aujourd’hui est identique à la quête d’un avenir meilleur des dizaines de milliers de Basques partis entre 1820 et 1930, qui ont gardé en mémoire la terre des ancêtres.

Les Courret: photographes charentais dans la Mémoire du Monde de l’UNESCO

Le couple des frères photographes Achille et Eugène Courret, originaires de Charente, dans le sud-ouest de la France, est essentiel à l’histoire de la photographie péruvienne. Leur nom est associé à soixante-dix ans d’images immortalisant les événements clés de l’histoire nationale, les transformations urbaines de Lima et les personnes qui y ont vécu ou l’ont visitée. Les photographies diffusées par le célèbre studio de la rue Mercaderes ont été produites entre le milieu du XIXe siècle et le premier tiers du siècle suivant.

Une grande partie de ses plaques de verre – environ 50 000 – sont conservées par la Bibliothèque Nationale du Pérou et correspondent principalement à des portraits d’hommes politiques, de militaires, d’intellectuels et de commerçants. Plus de la moitié d’entre elles ont été déclarées patrimoine culturel de la nation péruvienne en 2021. Très récemment -cette année- ces 30693 plaques ont été ajoutées au registre Mémoire du monde de l’UNESCO.

Il s’agit de la troisième inscription du Pérou sur cette liste, ce qui le place en 43e position dans le classement des pays. La notice descriptive qui accompagne l’inscription au registre souligne l’unicité de ces négatifs, leur importance pour l’étude de la diffusion des images qu’ils contiennent et leur diversité. De même, cette collection, considérée comme “la plus complète des collections photographiques péruviennes”, constitue une source précieuse pour l’étude non seulement de la technique photographique mais aussi des migrations et de transferts culturels sur une période assez longue.

Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021)

L’ouvrage est issu du congrès à distance organisé à Bordeaux en juillet 2020 et qui a réuni pour la première fois, du fait de la pandémie de nombreux universitaires mexicains ainsi que d’autres nationalités, autour du projet EMILA. Le congrès faisait suite à un colloque organisé à l’Institut Mora de Mexico par Ana Rosa Suarez Mora et Isabelle Tauzin en juin 2019 et à une autre manifestations scientifique organisée à Bordeaux en juillet 2016, aboutissant à un livre édité par Efrén Ortiz Dominguez de  la Universidad Veracruzana en 2019. Ce volume publié par le fonds éditorial de la Sede del Pacifico Universidad de Costa Rica, grâce à l’historien franco-costaricain Ronald Soto-Quiros, est illustré par la reproduction d’un tableau original d’Elena Poniatowska Amor en référence à sa généalogie maternelle, entre le Mexique et l’Europe.

Les migrations transatlantiques, la colonisation du XIXe siècle, les déplacements forcés lors de l’intervention française au Mexique, les réseaux migratoires entre la France et le Mexique, les transferts culturels, les voyages, l’autofiction, les représentations littéraires et artistiques sont étudiées à partir de sources originales en espagnol, chroniques, journaux de bord, et autres récits mémoriels, évoquant l’exil entre la France et le Mexique dans les deux sens, et également l’Espagne et le Costa Rica, avec une attention particulière à l’histoire régionale (la navigation transatlantique avec le Mexique, les circulations entre Bordeaux et Veracruz et Mexico depuis l’Indépendance de 1821). Accès du texte en ligne sur HAL – Acceso online. 

Table des matières Continuer la lecture de « Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021) »

L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction

L’Argentine, le Chili, le Mexique ou les Etats-Unis ont été les destinations de dizaines de milliers de Pyrénéens dont les historiens retrouvent des traces grâce aux registres des agents d’émigration installés au Pays Basque ou en Béarn. Arrivés à bon port, les immigrés ont consacré de longues heures à écrire aux familles restées en Europe.  Les lettres rédigées sur de modestes bouts de papier, ont été gardées comme des trésors pendant des décennies. Comme le montrent la dizaine d’auteurs du présent ouvrage, les réseaux informels, les liens de parenté et de cousinage ont favorisé les départs qui concernaient aussi bien des professionnels aguerris comme les travailleurs des métiers du cuir, que des jeunes femmes en quête d’une liberté, loin de la ferme ancestrale.  Continuer la lecture de « L’émigration basque et béarnaise en Amérique: histoires familiales en construction »

Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou

Charivari –  Gallica

Les pérégrinations d’une paria, le premier texte long de Flora Tristan est paru en 1838, 4 ans après son périple en Amérique du sud. La Franco-péruvienne a embarqué à Bordeaux pour rejoindre Valparaiso puis Arequipa et Lima. Elle donne de nombreuses descriptions et informations précises sur la vie quotidienne, au-delà des références personnelles sur la famille de son père, les Tristan, Goyeneche et Moscoso. Flora Tristan émet un vœu altruiste, à l’image de la vie d’apostolat à laquelle elle se consacrera au retour en France: “Puisse un gouvernement progressif, appelant à son aide les arts de l’Asie et de l’Europe, faire reprendre aux Péruviens ce rang parmi les nations du Nouveau-Monde !” La situation politique sur place depuis les guerres d’indépendance est telle que la paix paraît inaccessible du fait des rivalités entre caudillos ou chefs de guerre; l’exploitation de la richesse du guano à partir des années 40 amènera un temps de prospérité, toute relative pour les populations indiennes et métisses. Continuer la lecture de « Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou »

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

Exposition ouverte au public : jeudi 13 octobre – samedi 22 octobre, 13 :30-18 :30 (tous les jours sauf le lundi 17 octobre).

Vernissage: mercredi 12 octobre, 18 :30 : Espace Saint-Rémi Bordeaux

Coordination: Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne), Juan Vilches (Maison du Pérou), Carlos Estela (Université Bordeaux Montaigne).

À l’occasion du Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou (2021-2024), l’exposition propose un parcours visuel sur les circulations humaines, culturelles, artistiques et économiques intenses au cours de deux siècles entre les villes de Bordeaux et de Lima, et au-delà entre la France et le Pérou. Le visiteur découvre une sélection de visuels qui témoignent des liens privilégiés entre le mythique pays des Incas et le port girondin. La Franco-Péruvienne Flora Tristan, les peintres Monvoisin et Bonnaffé, le photographe Eugène Courret sont les noms les plus illustres de cette relation bilatérale facilitée au XIXe siècle par les progrès de la navigation, entre émigration familiale et importation de produits exotiques. Le visiteur aura aussi l’occasion de connaître les scènes et types que collectionnaient les voyageurs pour montrer à leur retour les coutumes péruviennes.

Fortunata, la peinture choisie pour l’affiche, est le portrait coloré d’une jeune habitante des Andes réalisé par Émile Marin revenu dans les années 1920 et dont les descendants conservent les œuvres et la mémoire d’une double patrie.  L’exposition témoigne aussi de la présence de Péruviens, poètes et penseurs (Manuel Gonzalez Prada, Nicanor della Rocca…), diplomates et peintres célèbres ou anonymes dont les lettres, les dessins et les photos sont recueillis dans le cadre du projet scientifique régional Écritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine. 

L’émigration basque au Pérou

Conférence organisée par la Coopération Universitaire de l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Miraflores, Lima 23 août 2022

La conférence d’Isabelle Tauzin qui s’est déroulée avec un public nombreux mardi 23 août 2022,  débute sur les années de l’indépendance du Pérou pour évoquer l’installation de Français originaires du Pays basque comme Sauveur Soyer proche des libertadors San Martin et Bolivar. Isabelle Tauzin-Castellanos explore la singularité de plusieurs trajectoires migratoires au cours de la première moitié du XIXe siècle, à partir des lettres de Charles Barroilhet conservées  en France et au Chili, parallèlement à des publications oubliées sur le commerce du guano dans lequel une partie de la communauté expatriée a investi dès les années 1840.

Le parcours d’un siècle conduit à la célébration du Centenaire et au départ de Lima de la fratrie Truel Larrabure, alliée des Carriquiry de Saint-Jean Pied de Port.

Les familles péruviennes les plus fortunées – les Heeren, les Candamo et les Pardo et les Oyague- séjournent sur le littoral basque dès le lancement de la station balnéaire de Biarritz par l’impératrice Eugénie.

Circulation, missions et migrations religieuses. Histoires connectées entre la France et le Chili

Conférence de María Paz Valdés à l’Université Bordeaux Montaigne, 4 mars 2022, 16 :00  salle Jean Loiseau (C310)

María Paz Valdés accueillie en conférence zoom en 2021 à Bordeaux Montaigne prépare un doctorat en histoire à l’Universidad de los Andes (Chili). Boursière de l’ANID (Bourses d’État pour le développement de la science au Chili), elle réalise un séjour de recherches dans les archives de la Compagnie des Filles de la Charité rue du Bac et de la Congrégation de la Mission rue de Sèvres et expose ses travaux dans le cadre du projet EMILA Ecritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces de/en Nouvelle  Aquitaine, de nombreuses Filles de la Charité ayant quitté le Sud-Ouest pour contribuer aux soins auprès des populations sud-américaines.

Sur la base d’une documentation historique originale, María Paz Valdés analyse les activités réalisées par la congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul dans les hôpitaux chiliens au cours du XIXe siècle. A l’occasion de son séjour à Bordeaux, elle observe la contribution des « vicentinas » au développement de la santé publique en Amérique du sud parallèlement à la professionnalisation des soins infirmiers et aux débuts de l’hygiénisme.

Circulaciones, misiones y migraciones religiosas. Historias conectadas entre Francia y Chile, siglos XIX – XXI.

A partir de documentación histórica original, la historiadora chilena María Paz Valdés della Maggiora analiza las actividades desarrolladas por la Congregación de las Hijas de la Caridad de San Vicente de Paúl en los hospitales (siglos XIX-XX). Durante su estadía en Burdeos, observa la contribución de las Hermanas Vicentinas al desarrollo de la salud pública en América del Sur, en paralelo a la profesionalización de la enfermería y a los inicios del higienismo. Conferencia en la Université Bordeaux Montaigne, programa de investigación: Escrituras Migrantes Latinoamericanas en Nueva Aquitania, 4 de marzo de 2022, 4 p. m. sala Jean Loiseau.

https://www.uandes.cl/noticias/investigacion-uandes-sobre-la-influencia-de-congregacion-religiosa-francesa-se-expuso-en-universidad-bordeaux-montagne/

Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021

Vendredi  12 novembre et samedi 13 novembre 2021 au Musée d’Aquitaine.

Passe sanitaire obligatoire contrôlé à l’entrée du musée.

Prof. Isabelle Tauzin-Castellanos Projet EMILA Ecritures Migrantes Latino-américaines, Université Bordeaux Montaigne.

Participation sur inscription.

Programme au format PDF

Le colloque international « Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021 » vise à explorer les deux siècles d’histoire politique et sociale, culturelle et artistique à partir d’images populaires, de peintures, de photographies, de films, de lettres, de multiples témoignages recueillis à partir des premières décennies de l’Indépendance du Pérou. 4 sessions sont ouvertes au public sur deux journées organisées au Musée d’Aquitaine: Indépendance, Résistance : images croisées entre la France et le Pérou – De la révolution de 1848 à la Belle Époque – Les peintres péruviens et les années folles européennes – D’un centenaire à l’autre, de l’Amazonie à Paris. Le colloque est organisé à l’occasion de la première année du projet ECOS Nord « Indépendance du Pérou : migrations françaises et influences mutuelles. Un long siècle d’histoire du Pérou (1821-1924) ». Cette manifestation scientifique accueille vingt conférenciers français et péruviens et est soutenu par l’Ambassade de France au Pérou, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (IUF – ECOS Nord), le CONCYTEC et ProCiencia Perú,  et s’inscrit dans le cadre du programme EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et des activités scientifiques de recherche et valorisation de l’Université Bordeaux Montaigne, AMERIBER en partenariat avec le Musée d’Aquitaine et la Ville de Bordeaux.

Comité d’organisation : Rosmeliz Alva Zapata (lectrice, doctorante, Université Bordeaux Montaigne) ; Carlos Estela-Vilela (Ater, doctorant, Université Bordeaux Montaigne) ; Maxime Fourcade (masterant, Université Bordeaux Montaigne) ; Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Université Bordeaux Montaigne, porteur du projet ECOS –Nord,Pérou)

Comité scientifique : Alvar de la Llosa (professeur, Université Lyon II), Catherine Heymann (professeure émérite, Université Paris Nanterre), Élodie Vaudry (conseillère scientifique, Centre Allemand d’Histoire de l’Art – DFK Paris), Marcel Velázquez Castro (professeur Universidad Nacional Mayor de San Marcos, co-porteur du projet ECOS Pérou).

El congreso internacional “Imágenes y representaciones del Perú en Francia, 1821-2021” propone explorar dos siglos a partir de imágenes populares, pinturas, fotografías, películas, cartas y múltiples testimonios desde la Independencia del Perú. Se centrará en la historia visual compartida entre Francia y Perú con ponencias sobre las hermanas Izcué, las hermanas Truel, el estudio fotográfico de Eugenio y Aquiles Courret, los pintores Daniel Hernández, Alberto Lynch, Julia Codesido, los hermanos Juan Manuel y José Félix Cárdenas Castro. La historia diplomática, social y cultural también estará evocada con trabajos sobre el encargado de negocios Chaumette des Fossés y  sobre el liberal Juan Bustamante. Este evento científico acoge unos veinte ponentes franceses y peruanos y cuenta con el apoyo de la Embajada de Francia en Perú, el Ministerio de Educación Superior, Investigación e Innovación, el CONCYTEC y ProCiencia Perú.

 

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire: table des matières

Table des matières/Índice

Introduction

Première partie : L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives

Claude Mehats Samuel Lafone et Alfred Bellemare, détonateur et promoteur de l’émigration basque vers le Rio de la Plata

Isabelle Tauzin-Castellanos Les agents d’émigration à Bordeaux

Beñat Çuburu Émigrer au Mexique à quinze ans. Présentation de la correspondance de Jean-Baptiste Lissarague (1902-1906)

Maryse Esterle L’autre et le lointain : étrangers/émigrés, regards croisés en Béarn à travers la presse locale

Carmela Maltone Les pionniers italiens au Brésil et en Argentine au XIXe siècle. Itinéraires et mémoire

Deuxième partie : Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil

Ronald Soto Quiros Victor Herran et la promotion d’un projet pour le Costa Rica (1849-1854)

Alexis Medina De la Lorraine à Quito : Sébastien Wise, ingénieur et scientifique au service de l’Équateur (1843-1863)

Carlos Estela Vilela « Indios » et « incas » : les types indigènes dans la photographie d’Émile Colpaert, explorateur français à Cuzco

Bernard Lavallé André Cazaux l’Indien béarnais : l’émigration dans la pampa du témoignage à la création littéraire selon Alfred Ébelot

Rosmeliz Alva Zapata Sur les traces du peintre péruvien Ricardo Grau

Troisième partie : Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration

Marluza Da Rosa La construction de l’image des migrants au Brésil : interroger les dispositifs victimaire et médiatique

Glaucia Muniz Proença Lara Migrations contemporaines et récits de vie en France et au Brésil

Valériane Mistiaen Modalités discursives sur l’immigration à la télévision belge : une comparaison de chaînes publique et commerciale

Laura Ascone Immigration et internet : le processus de distanciation dans le discours de haine contre les migrants sur YouTube

Maxime Fabre Traces du passage : le « phénomène migratoire » au prisme de la photographie de presse

Claire Courtecuisse La présence des migrants dans les espaces ruraux en France: une inversion des représentations par les médias ?

Sémir Badir Migration : du mot au concept politique et journalistique. Un parcours sémiotique

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search