Décret sur l’établissement de colons français au Paraguay en 1855

En 1854 les discussions entre la Présidence du Paraguay, représenté à Paris par le fils de Carlos Antonio Lopez,  et le Second Empire sous l’égide de Napoléon III, sont favorables à un plan de colonisation, c’est-à-dire l’envoi de centaines de cultivateurs français pour défricher et s’installer sur des parcelles. Les difficultés rencontrées sur place par les Européens, les tentatives de fuite, l’endettement dans lequel ils se retrouvent,  l’affaiblissement causé par les maladies, de multiples raisons aboutissent à la dissolution officielle de la  Nouvelle-Bordeaux en décembre 1855 et à la dispersion des migrants originaires du sud-ouest, après l’intervention du consul de France en faveur de ses compatriotes.

Le décret sur l’établissement de la colonie française par les autorités paraguayennes est accessible en ligne.

De Bordeaux à Asuncion

Comme les projets de colonisation au Mexique, à la fin des années 1820, le projet de fondation de la Nouvelle-Bordeaux a été un échec aux conséquences tragiques.  Le fils du président du Paraguay (et futur président), Francisco Solano Lopez est reçu en janvier 1854 par l’empereur Napoléon III pour développer des relations économiques après la  récente reconnaissance diplomatique du Paraguay survenue en mars 1853. Un contrat est signé en septembre 1854 prévoyant l’envoi d’un contingent de 900 Basques français et espagnols de moins de 45 ans, catholiques et de bonne moralité. L’armateur est un dénommé Antonio Lopez, dont on retrouve une trace dans l’Annuaire  et almanach du commerce et de l’industrie en 1862, avec une adresse bordelaise (« rue de la Course et maison à Buenos Aires »). Le dossier d’agent d’émigration conservé aux Archives Nationales inclut une lettre d’Antonio Lopez qui justifie sa demande d’autorisation d’émigration comme mandataire de l’envoyé extraordinaire du Paraguay, Francisco Solano Lopez.


L’entreprise de colonisation vers ce pays a été étudiée à partir des sources paraguayennes notamment par  Guido Rodríguez Alcalá et Luc Capdevila (2005).

Ce billet est issu d’une recherche d’Isabelle Tauzin à partir des sources françaises, en particulier le dossier des Archives Nationales. Photographie d’un contrat type conservé aux Archives Nationales (2019).