Elorri Arcocha Mendinueta: sur des lettres en basque d’émigrés et soldats souletins

Une société à travers la correspondance. La Soule de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre Mondiale

Elorri Arcocha Mendinueta a soutenu au mois de janvier 2024 une thèse doctorale à l’Université Publique de Navarre, rédigée en basque et en français. La thèse a pour titre “Gizarte bat korrespondentziaren prismatik : Zuberoa, XIX. mendearen bukaeratik Lehen Mundu Gerra arte”. L’objectif principal était d’étudier les correspondances provenant de quatre collections, comprenant des lettres d’émigrés souletins, de soldats souletins pendant la Première Guerre mondiale, et dans une moindre mesure, de personnes restées au pays. Cette recherche visait à ouvrir une nouvelle perspective dans l’étude de la correspondance, en se concentrant non pas sur l’émigration ou la vie des soldats dans les tranchées, mais en intégrant les lettres dans une métacommunication préétablie, faisant ainsi partie d’un contexte socioculturel spécifique. Les images de ce billet sont issues du corpus d’Elorri Arcocha.

Le travail s’est donc axé sur l’analyse des informations que les lettres fournissent sur la société de la Soule à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. La recherche a été articulée en trois parties : la première s’est penchée sur l’emploi de l’écrit dans une société qui était encore en cours d’alphabétisation, mettant en lumière une appropriation particulière de l’écrit et une utilisation répandue du basque à l’écrit. La deuxième partie examine l’utilisation des trois langues présentes dans la correspondance – le basque, le français et l’espagnol – ainsi que les facteurs qui ont influencé le choix de chaque langue, et la coexistence de différentes langues dans une même lettre. Enfin, la troisième partie analyse la symbiose des éléments traditionnels et modernes dans la correspondance à travers le prisme de la société souletine de l’époque.

Vidéo de l’exposition sur l’émigration basque en Amérique Hendaye août 2023

Images du vernissage et de la conférence sur l’émigration basque en Amérique. Réalisation-vidéo: Carlos  Estela Vilela.

Imágenes de la inauguración y conferencia sobre la emigración vasca a América – 2 al 26 de agosto 2023

 

Vernissage de l’exposition Images de la diaspora basque en Amérique

Le vernissage de l’exposition préparée  dans le cadre du projet EMILA s’est déroulé jeudi 3 août 2023 en présence du maire d’Hendaye,  Kotte Ecenarro et de l’adjointe à la Culture et au Patrimoine, Michelle Mounios, et des organisateurs de l’exposition venus de l’université Bordeaux Montaigne aux côtés d’ Isabelle Tauzin-Castellanos, les chercheurs américanistes Beñat Cuburu et Carlos Estela, et dans le public Aurelia Arcocha, Maite Lassalle, Nara Perez Vila, Florence Serrano, Françoise Vigier… Vidéo en ligne du vernissage.

L’exposition se déroule sur deux sites hendayais du 2 août au 26 août, en accès libre: l’espace culturel  Mendi Zolan et parallèlement à la Médiathèque François Mitterrand :  la profusion de documents, de photos ont imposé ce dédoublement. Les deux parties d’Hendaye, la ville haute et la plage permettent de toucher un public plus large, les lecteurs de la médiathèque et les habitués des activités de l’espace culturel, ainsi que les visiteurs de passage, les vacanciers du mois d’août, les retournés comme des émigrants qui reviennent au pays basque natal en été.

Dans les deux espaces à Mendi Zolan et à la Médiathèque, des photos qui montrent le dépeuplement du Pays Basque provoqué par l’émigration au XIXe siècle, la tragédie des naufrages comme le Léopoldine Rose en 1842, les conditions de travail harassantes des émigrants, endettés par le voyage et obligés d’effectuer les tâches les plus malsaines pour se libérer de la dette, la consultation des archives de Montevideo, la rencontre avec des descendants qui ont confié leurs archives à Isabelle Tauzin (Marcel Loustau, Santiago Arca Henon, Mikel Ezkerro, Norma Diaz, Paul Mousqué, Patricio Legarraga…) l’accueil de l’ambassade de France en Uruguay, le centre basque français de Buenos Aires, le musée de Mar del Plata, les ressources du musée de Basse Navarre de Saint Palais, pour le Chili et le Mexique, les archives départementales de la Gironde et des Pyrénées Atlantiques, les photos de Beñat Cuburu auteur d’ Émigrer au Mexiqueà 15 ans, et le film « Parole de Basque », projeté  au cinéma d’Hendaye ont retenu l’attention de l’auditoire toute la soirée du 3 août.

Parmi les historiens qui ont aidé au succès de cette manifestation tout public: Hernan Otero spécialiste de l’émigration en Argentine, Oscar Alvarez Gila, professeur à l’université du Pays Basque (chaire d’histoire de l’Amérique), Raquel Idoate à Pampelune, historienne spécialiste des agents d’émigration de Navarre…

L’émigration était une vaste entreprise rentable et les Basques recherchés par les gouvernement latino-américains pour leur acharnement au travail ont fondé des familles dans le Rio de la Plata, mais aussi, au Pérou, – objet de la conférence du 22 août 2023 à la médiathèque d’Hendaye- aux États-Unis comme on peut l’observer à l’issue de l’exposition . L’exposition est une invitation à suivre l’itinéraire des bateaux qui descendaient jusqu’au Cap Horn avant de remonter vers la Californie à partir de la ruée vers l’or.

Des passeports et des cartes de séjour ainsi que des lettres et des photos de famille, les villas des Américains de retour tout cela  illustre l’importance de la diaspora basque.

L’immigration en Europe aujourd’hui est identique à la quête d’un avenir meilleur des dizaines de milliers de Basques partis entre 1820 et 1930, qui ont gardé en mémoire la terre des ancêtres.

Images de la diaspora basque en Amérique, XIXe –XXIe siècle

Exposition, projection débat et conférence  sur l’histoire de l’émigration basque à Hendaye

2 au 26 août 2023 – Vernissage 3 août

  • à l’Espace Culturel Mendi Zolan à Hendaye plage, du mercredi au samedi
  • à la Médiathèque municipale François Mitterand, à Hendaye centre, du mardi au samedi

Au XIXe et au XXe siècle, des dizaines de milliers de Basques sont partis à l’aventure du continent américain pour gagner leur vie et s’assurer un avenir meilleur. Les émigrants ont fondé les familles de la diaspora transatlantique, et ont gardé des attaches avec le pays natal. L’exposition préparée dans le cadre du projet EMILA présente plus de 70 photographies illustrant les étapes du parcours migratoire, du voyage transatlantique à l’installation en Amérique latine ou aux États-Unis, suivant un itinéraire thématique et chronologique centrée sur plusieurs pays qui ont accueilli les Européens, le Mexique, l’Uruguay, l’Argentine,  et également sur la côte Pacifique le Chili et le Pérou.

Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Bordeaux Montaigne) assure le commissariat de l’exposition ouverte au public sur la diaspora basque en Amérique du 3 août au 26 août, dans le cadre du projet EMILA Ecritures migrantes Latino-Américaines. Histoires et traces de/en Nouvelle Aquitaine à Hendaye. L’exposition à l’Espace Culturel Mendi Zolan est complétée par une projection débat le 3 août au cinéma Les Variétés de Parole de Basque avec Beñat Cuburu Ithorotz, docteur  de l’université Bordeaux Montaigne et enseignant d’espagnol à l’IUT de Bayonne et à une conférence le 22 août à la médiathèque  François Mitterand d’Hendaye.

Carlos Estela Vilela, doctorant sur le patrimoine photographique d’Eugène Courret, émigrant d’Angoulême parti au Pérou, est le concepteur graphique de l’exposition réalisée grâce aux contacts noués depuis 5 ans par l’équipe EMILA avec des descendants d’émigrants et des chercheurs de France et de Navarre, du Rio de la Plata ou d’autres terres d’accueil. Elena Poniatowska, Prix Cervantès de littérature, romancière franco-mexicaine, Oscar Alvarez Gila, historien de la diaspora à  l’université du Pays Basque, Hernan Otero et Margarita Pierini, universitaires argentins, Marcel Loustau et Santiago Arca Henon, descendants d’émigrés basques et béarnais en Uruguay,  Beñat Cuburu, spécialiste de l’émigration professionnelle d’Hasparren, Marie-Pierre Arrizabalaga, spécialiste de l’émigration basque, Pascal Chastin, doctorant qui explore les registres de Tardets-Sorholus, Raquel Idoate les réseaux de la famille Fort… nombreux sont les contributeurs et les partenaires rencontrés par l’universitaire spécialiste de l’Amérique latine Isabelle Tauzin, au cours de deux mois de recherches sur le terrain au printemps 2023, pour aboutir à l’exposition d’Hendaye du 3 au 26 août

 

La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique

Mardi 18 et mercredi 19 juillet, 14:00

Lieu du cours: Bayonne, cité des arts.

Coordination du séminaire: Isabelle Tauzin (Université Bordeaaux Montaigne) – Oscar Alvarez Gila (Université du Pays Basque)

Cours présentiel et à distance en français et en espagnol. Inscription obligatoire par le lien ci-dessous.

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis

Le cours proposé sur La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique (Pays Basque, Etats-Unis, Amérique latine, XIX-XXIe siècles) est la suite du cours transfrontalier réalisé à Bayonne en 2022 et du colloque sur l’émigration basque de juillet 2021.

En plus du public présent à la Cité des Arts de Bayonne, la transmission par zoom a facilité la participation du public éloigné, y compris en Amérique, déjà présent au cours d’été en 2022.

Objectifs

Les 4 sessions réparties sur 2 demi-journées avec bilans partiels et table ronde exposeront l’actualité de l’histoire de la diaspora basque, en apportant des réponses à de multiples questions sur l’histoire sociale du Pays basque et de l’Amérique des XIXe et XXe siècle.

Session 1:  le départ du pays basque XIXe-XXe siècle: Comment se faisait le recrutement des migrants ? quels rôles jouaient les agents d’émigration ? comment se déroulait la navigation transatlantique ?

Session 2: l’installation en Amérique XIXe-XXe siècle : L’émigration a-t-elle eu un caractère de voyage sous la contrainte ? y a-t-il une symétrie avec la fin de l’esclavage sur le continent américain? comment les immigrants ont-ils été accueillis sur place ? comment se sont-ils intégrés ? y a-t-il une différence dans l’installation de l’émigrant politique et l’émigrant économique ? que disent les photographies de la diaspora? comment interpréter une lettre d’un ancêtre parti en Amérique ?

Session 3: cultures et interculturalité XIXe-XXIe siècle: Comment s’est faite la transition d’une langue à l’autre (basque, français, espagnol) ? y a-t-il des spécificités de la diaspora basque aux États-Unis par rapport à l’Amérique latine (Argentine, Uruguay, Pérou, Chili, Mexique) ? quelle place ont occupé les femmes et les mineurs non accompagnés dans le processus d’émigration ?

Session 4: réseaux, associations, générations et patrimoines XXe-XXIe siècle : Quels rôles ont joué les associations ? Les arts populaires comme le cinéma et le sport ont-ils été des facteurs de transmission ou d’acculturation? Comment les journaux communautaires allophones se sont-ils développés? Quelle actualité a la diaspora basque ? Comment sont entretenus les liens avec les 3e et 4e génération ? Quels rôles jouent les expositions culturelles et les conférences scientifiques dans la transmission du patrimoine diasporique.

18.Jul – 19. Jul, 2023 Cód. F07-23

ES: https://www.uik.eus/es/curso/diaspora-vasca-salida-transfronteriza-integracion-america-pais-vasco-estados-unidos-america

EUS: https://www.uik.eus/eu/jarduera/euskal-diaspora-mugaz-gaindiko-irteeratik-amerikako-integraziora-euskal-herria-estatu

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis Continuer la lecture de « La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique »

Pueyrredon ou Poeyredon : un Libertador argentin fils de Navarrais

La Maison  Pueyrredon se trouve dans la ville de San Isidro, Neuilly porteño à une vingtaine de kilomètres de Buenos Aires. Cette belle résidence proche de la rivière de la Plata  est un musée municipal à vocation pédagogique.

Parmi les nombreux portraits et documents exposés, se trouve l’acte de naturalisation du père du Libertador, originaire de Basse Navarre -selon cet acte photographié sur place (“que es natural de la villa de … en la Baja Navarra y del mismo modo son sus padres cristianos”) mais  l’acte de baptême de 1738 dans le registre en ligne incomplet d’Issor n’a pas été retrouvé si Poeyrredon est né dans ce territoire béarnais et non bas-navarrais. De même que la graphie “poeyredon” est celle attestée dans le département pyrénéen pour quelques actes d’état civil postérieurs à 1800. Le père de celui qui deviendra  Directeur Suprême des Provinces du Rio de la Plata, est arrivé à Buenos Aires en 1764 comme représentant d’une maison de commerce espagnole.

Le nom de Jacques Poeyredon apparaît dans la correspondance consulaire de Cadix en 1777, comme propriétaire d’une boutique et venu d’Oloron Sainte Marie. Le fils du Navarrais, Juan Martin Pueyrredon arrive en France sous le Directoire, puis revient à Buenos Aires en 1802 et prend part à la résistance contre les Invasions anglaises, aux côtés de son compatriote Liniers. En 1809, venant de Séville, il est arrêté sur ordre du vice-roi Elio à Montevideo. “Pueyrredón est considéré comme un homme de grand talent, apparenté aux premières familles du pays, fils d’un Français; c’est une tête brûlée, il ne fait aucun doute que sa présence en Amérique est extrêmement dangereuse et qu’il est absolument nécessaire d’empêcher même sa communication avec la population”. (Gallo, Klaus, El político de la revolución. Vida de Juan Martín de Pueyrredón, Museo Pueyrredon, San Isidro,Trama, 2015, p. 24).

Les Pueyrredon ont continué à aller et venir entre l’Amérique et l’Europe tantôt pour affaires et aussi pour éviter les persécutions politiques, en particulier sous le régime de Juan Manuel de Rosas. C’est ainsi qu’en 1835, le général  arrive avec sa famille à Bordeaux, puis s’installe entre Paris, où son fils, le peintre Prilidianto Puyerredon se forme à la peinture et à l’architecture, et Cadix où Juan Martin possédait une entreprise spécialisée dans l’importation de cuir argentin (Lucas Andrés Masán, Estrellas y amapolas. Las pinturas rurales de Prilidiano Pueyrredon y las sensibilidades en el Buenos Aires de 1860). Beaucoup reste à découvrir encore sur cette famille franco-argentine oubliée.

Costa del Rio de la Plata, par Prilidiano Pueyrredon.

Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque

En amont d’une conférence sur l’immigration française en Uruguay programmée par l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Montevideo, l’universitaire bordelaise Isabelle Tauzin-Castellanos a rendu visite à un collectionneur uruguayen fidèle aux racines de ses ancêtres basques et béarnais.

Marcel Loustau, pendant des dizaines d’années, a recherché de nombreux documents en archives et reconstitué le parcours de ses aïeux basque et béarnais arrivés à Montevideo dans les années 1840. Pierre Cazamayou Larroque est arrivé en 1841. Marcel Loustau précise : ” Le patronyme d’origine en France est Cazamayou avec z alors qu’à l’arrivée en Uruguay il est devenu Casamayou avec s”.

Urbain Loustau, l’arrière-arrière grand-père dont il porte le nom, est arrivé en 1843, à quatorze ans, seul, pour retrouver son père sur place, établi comme sellier, ce dernier originaire de Sauveterre-de-Béarn était introuvable quand l’adolescent est arrivé.

L’arrière-arrière-grand-père servit dans le bataillon des volontaires basques pendant la Guerre Grande qui dura jusqu’en 1851. Marcel Loustau conserve à la fois la sacoche de son ancêtre au service des colorados et la liste manuscrite des membres du bataillon. Urbain Loustau a épousé une immigrante basque, Gracianne Aphat qui s’est retrouvée veuve avec deux enfants à charge. Continuer la lecture de « Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque »

L’équipage du Consolateur en 1808

Marins du Consolateur arrivés en 1808 à Buenos Aires. Bibliothèque Nationale d’Argentine, Julien Mellet, édition annotée de 1826.  IT

Le rôle d’équipage du Consolateur, parti de Bayonne le 29 mai 1808 pour Montevideo, permet de connaître  dans quelles circonstances le marquis de Sassenay fut envoyé par Napoléon pour rallier l’Amérique à son empire.

Les deux premières pages du rôle d’équipage sont datées du 29 mai 1808 et présentent la liste de tous les marins, y compris ceux qui selon les folios suivants n’ont pas embarqué ; on retrouve cette liste à la fin de cet article.

Les faits recherchés trouvés grâce à la consultation du rôle sont l’embarquement tardif de Julien Mellet, en provenance de Marmande, inscrit le 29 mai, mais pas dans le rôle initial. En revanche dans le rôle récapitulatif figure Etienne Joseph Mallet, prénom et nom partiellement raturé.

Un passager au compte de l’État, le 29 mai 1808 apparaît sous la graphie « Sasney », embarqué par ordre de Sa Majesté Impériale (SMI), sans précision sur le prénom et la mention du départ le 30 mai, feuillet ajouté avec la mention Bayonne 5 juillet 1808. Il s’agit du marquis de Sassenay, évoqué par Julien Mellet au début de son récit de voyage, envoyé par Napoléon pour intercéder auprès de Liniers et obtenir le ralliement à la France des possessions espagnoles d’outre-mer. La mission échoua, le Consolateur fut attaqué par les Anglais ; Sassenay fut emprisonné.

Continuer la lecture de « L’équipage du Consolateur en 1808 »

Félix Dibos de Bayonne à Lima: les hauts et les bas de l’émigration

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos

Félix Dibos est né à Bayonne le 27 avril 1831 et mort à Lima en 1898. Sa biographie est représentative de celle de nombreux émigrants basques partis en Amérique du sud. Fils d’un négociant, il est associé à l’un de ses frères installés à Paris et à un Girondin  qui tient un magasin en plein centre ville depuis 1835, Gabriel Larrieu. L’ascension sociale est facilitée par le mariage, avec une des filles d’un émigrant allemand, Ernestine Pflücker et l’arrivée d’Edouard Dibos à Lima, l’un des frères de Salvat Félix en 1863. F. Dibos négocie un contrat d’armement du gouvernement péruvien  avec le gendre péruvien d’Achille Allier, Manuel de La Jara, proche du colonel  Balta, président du Pérou après un coup d’état en 1869. 12.000 fusils Chassepot sont destinés à équiper l’armée péruvienne et seront utilisés dans la guerre contre le Chili.

Félix Dibos investit dans tous les négoces prometteurs des années 60-70, le nitrate du désert de Tarapaca tout comme dans le projet d’un train pour relier Lima avec une nouvelle station balnéaire, Magdalena del Mar, aux côtés d’autres expatriés du sud-ouest, Léon Maître et Edouard Porterie. Dibos importe du matériel ferroviaire et contribue à la modernisation du port du Callao. Dibos est membre fondateur des principales associations françaises, à visée philanthropique comme la Société de Bienfaisance française en 1860, la Maison de Santé en 1870, le corps des Pompiers français (1866), et la Société de française de Tir. Il participe également à la Société européenne d’Immigration dont Louis Mortier est le président installé à Bordeaux. Les résultats de ce consortium seront piètres au regard de l’investissement de la république péruvienne : une centaine de Français s’installent seulement  mais il est vrai que le Pérou s’est alors déclaré en cessation de paiement ; l’instabilité est très grande, l’ex-président Manuel Pardo est assassiné.

La guerre du Pacifique affecte les biens de Félix Dibos; sa maison de Chorrillos est détruite. De nombreux Français émigrés au Pérou sont retournés en France. Marie Maître donne des nouvelles depuis Paris  de toute la communtauté expatriée (lettre du 6 décembre 1883) : “Les Dibos ont perdu presque toute leur fortune ; ils ont mis 3 ou 400 000 francs qu’il leur restait dans les bains de Magdalena”.  Ruiné, Félix Dibos meurt à Lima en 1898. Les Dibos Pflücker ont 5 enfants qui intègrent la grande bourgeoisie péruvienne malgré les revers économiques de Félix Dibos. Le plus célèbre des descendants a été le pilote de course Eduardo Chachi Dibós.  Le portrait de Jorge Dibos Pflücker, l’un des enfants de Félix Dibos, est issu de la collection Courret-Dubreuil (BNP).

Sources

Barrantes Rodríguez Larraín, Fernando, Los ciudadanos franceses y francesas en la República del Perú, Lima, Maison de Santé, 2005.

Marie Maitre Mission au Chili 1882-1885, 2015, Saint-Escobille, éd Emmanuel Desurvire

Riviale, Pascal, Un négociant français au Pérou au XIXe siècle : splendeur et décadence de Félix Dibos (1831-1898), HISAL2005-3 

Acte de naissance de Salvat Félix Dibos en ligne – AD 64

 

Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Paul Lafitte est de ces Basques émigrés à Cuba qui ont marqué leur passage d’une empreinte indélébile. Toute sa vie fut guidée par des valeurs qu’il portait au-dessus de tout : le travail, la famille, le patriotisme.

Continuer la lecture de « Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba »

Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Dans le cercle des bertsularis (improvisateurs en langue basque), Joseph Mendiague est l’un des plus remarquables car toute sa poésie a été produite en Uruguay où il avait émigré. Pratiquement inconnu au Pays basque jusqu’à ce que Piarres Xarriton le sorte de l’oubli, il était cependant très populaire dans le milieu de la diaspora basque.

Son père François étant douanier, Joseph Mendiague naquit aux Aldudes (Basse-Navarre) le 27 avril 1845. Il était le neuvième enfant d’une famille qui allait en compter quatorze mais la mortalité infantile étant très élevée à l’époque, seuls sept d’entre eux survécurent. En 1848, François Mendiague démissionna du corps des douanes et vint s’installer comme aubergiste à Hasparren, une commune où il avait déjà été nommé comme douanier une quinzaine d’années auparavant entre 1835 et 1838. Joseph Mendiague et sa femme Catherine Larregain avaient habité la maison Guardatea et les trois premiers enfants du couple y naquirent. La famille vécut les premières années dans différentes maisons au quartier Zelai puis elle s’installa au centre-ville où le couple prit la gérance du bar Dukiania pour compléter la retraite de douanier de François Mendiague.

Continuer la lecture de « Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay »

Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

La famille Choribit est liée de très près à l’histoire de la tannerie à Hasparren. On peut parler d’une véritable dynastie car elle exerça cette activité dans le village aux XVIIIe et XIXe siècles ; puis lorsque survint la crise à la fin du XIXe, les Choribit choisirent l’émigration vers le Chili où ils prospérèrent dans leur métier tout au long du XXe siècle.

Continuer la lecture de « Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili »

Présentation d’ouvrage: L’émigration basque et béarnaise en Amérique

Présentation du second volume collectif du projet EMILA publié en région Nouvelle Aquitaine: L’émigration basque et béarnaise en Amérique : histoires familiales en construction.  ISBN:  9791070062081

Dimanche 5 mars, 16:00 (annulation du samedi 11 février). Maison Basque de Paris, Saint-Ouen (L. 13 Garibaldi).  Maryse Esterle (projet EMILA) et Isabelle Tauzin-Castellanos (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA). Maison Basque de Paris: Arlette Oçafrain.

Diaporamas en ligne des conférencières

Maryse Esterle

Isabelle Tauzin

Maison Basque de Paris, dimanche 5 mars 2023.

Samedi 8 avril : Salon Biltzar des écrivains du Pays Basque, Sare 2023 – Editions Cairn. Avec Beñat Çuburu Ithorotz.

Lundi 6 février 18:30 par zoom.  Valérie Joubert-Angel (Université Bordeaux Montaigne, projet EMILA).

Autres publications d’ouvrages

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle. Morlaàs, Cairn, 2021, 346 p. ISBN : 9782350689241.

Migraciones, viajes y transferencias culturales. Huellas de movilidades entre México, Centroamérica, Francia y España (1821-2021), Puntarenas, Editorial de la Sede del Pacífico, Universidad de Costa Rica, 2022, 414 p. ISBN: 9789930608005

Gratien Daguerre, tanneur richissime à Cuba

Biographie rédigée par Beñat Çuburu-Ithorotz

La tannerie de Gibara

Gibara est une ville côtière de la province de Holguín, dans l’ancienne province d’Oriente. Elle a été fondée en 1817 et son port a été utilisé pour exporter le café et le sucre de la région jusqu’à la fin du xixe siècle. La ligne de chemin de fer entre Holguín et Gibara, ouverte en 1893, est devenue la principale voie commerciale de la région orientale de Cuba et la tannerie de Gibara a exporté une partie de sa production par ce mode de transport.

Des actes notariés de Gibara attestent de la présence d’une tannerie en 1861 ainsi que de trois fabriques de chaussures. Le recensement de 1864 le confirme avec la présence de deux Français et d’une tannerie « con tres curtidores y 328 cueros ». Nous pensons que ces deux Français sont Carlos Guitay et Ignacio Choribit. Les archives notariales de la ville contiennent un document dans lequel les deux hommes et un troisième, José Clemente Leal, originaire de Holguín, déclarent que « … tienen formada una tenería que tienen establecida los dos primeros en esta población y en los confines de la calle de la Marina… ». Continuer la lecture de « Gratien Daguerre, tanneur richissime à Cuba »

Pascal Harriague : un cordonnier tanneur basque pionnier de la viticulture en Uruguay

Pascal Harriague: la trajectoire exceptionnelle d’un cordonnier tanneur pionnier de la viticulture uruguayen – Biographie rédigée par Beñat Çuburu-Ithorotz

Les débuts de Pascal Harriague en Uruguay

Les vins d’Amérique du Sud (Chili, Argentine, Uruguay) obtiennent depuis plusieurs années une reconnaissance internationale en remportant des prix dans les grands salons consacrés à la viticulture. Leur succès ne se dément plus et depuis qu’ils grignotent des parts de marché aux régions traditionnelles de vins, on cesse de les considérer avec condescendance. Ce que l’on sait moins, c’est que ce sont des émigrants basques qui ont introduit et développé la viticulture dans ces pays. Ainsi, Pascal Harriague est-il considéré comme un pionnier en Uruguay. Continuer la lecture de « Pascal Harriague : un cordonnier tanneur basque pionnier de la viticulture en Uruguay »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search