Histoire afro-péruvienne et musique populaire afro-andine. Migration et fusion culturelle

Mercredi 6 mars 2024, 14:00-16:00 à la Bibliothèque Lettres et Sciences humaines, Université Bordeaux Montaigne, salle 608 (6e étage)  salle de projection.

Professeurs invités: Maribel Arrelucea Barrantes et  Jesús Cosamalón Aguilar (Pontificia Universidad Católica del Perú)

Histoire de la traite africaine, culture andine, migrations internes et  musiques populaires au Pérou

Histoire de la population esclave au Pérou par Maribel Arrelucea Barrantes (Universidad de Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú)

L’histoire de la population afro-péruvienne est restée longtemps oubliée. Les Afro-péruviens ont réussi à dépasser cette invisibilité et à construire un monde riche d’expressions culturelles dans de nombreux domaines (musique, art, sport, gastronomie…).

Cumbia-chicha péruvienne : voix populaires de Lima à la fin du XXe siècle par Jesús Cosamalón Aguilar (Pontificia Universidad Católica del Perú)

La cumbia péruvienne, également connue sous le nom de chicha, est un genre musical né dans la seconde moitié du XXe siècle, représentatif de la migration entre les Andes et la Côte. Elle exprime  le brassage des identités  et le dynamisme afro-andin à travers les chansons et les rythmes.

Madeleine Truel (Lima 1904, Sachsenhausen 1945)

Mardi 6 février – Vendredi 16 février 2024, 8 :30 – 19 :00

Exposition sur le camp de concentration de Sachsenhausen mise à disposition par l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines  Bordeaux Pessac. Ligne B, arrêt Montaigne Montesquieu. Des visites guidées de l’exposition sont proposées par les membres de l’Amicale des Anciens Déportés de Sachsenhausen.

Au total, on estime qu’un peu plus de 200 000 hommes et femmes ont été déportés au KL Sachsenhausen dont la moitié y a trouvé la mort.

Contact: Amicale des Anciens Déportés,  Mireille et Bernard Cadiou.

Conférence  mardi 6 février  18:00 Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences Humaines  Bordeaux Pessac. Ligne B, arrêt Montaigne Montesquieu.

Du Pérou au camp de la mort de Sachsenhausen : Madeleine Truel (1904-1945). Du retour en France à la déportation en Allemagne.

Isabelle Tauzin-Castellanos, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, Université Bordeaux Montaigne, évoquera les documents recueillis auprès de la famille en France et au Pérou et qui permettent de comprendre l’itinéraire des soeurs Truel. Les Truel et les Larrabure ont émigré à Lima au XIXe siècle; les enfants sont revenus en France en 1924. Auteure de L’enfant du métro avec sa soeur cadette, Madeleine Truel  n’a pas survécu aux Marches de la Mort, évacuation forcée des camps de concentration.

 

 

 

Séminaire Bordeaux Montaigne: Histoire du Pérou, décembre 2023

Le séminaire accueilli par l’Instituto Cervantes vendredi 1er décembre 2023 à Bordeaux offre une mise en perspective de la création culturelle et littéraire au moment de la célébration du centenaire de la bataille d’Ayacucho qui marque la fin de l’empire espagnol en Amérique du sud.

L’objectif du projet ECOS NORD PEROU   – P21H01 Indépendance du Pérou, migration française et influences mutuelles : un long siècle d’histoire politique et culturelle du Pérou, 1812 – 1924 a été de réaliser à partir de plusieurs approches disciplinaires (histoire, littérature, presse et histoire de l’art) une recherche collective sur le long siècle de l’indépendance du Pérou (1812-1924), en relation avec l’Europe, en prenant appui sur des sources issues de l’émigration, la diplomatie, la presse, la littérature, la peinture et la photographie, comme expressions représentatives du dialogue entre les réalités nationales. En parallèle, le projet triennal a visé à former des doctorants en mobilité, et accueillir des chercheurs dans le cadre des stages programmés depuis 2020.

Ecos décembre 2023 programme

 

Centenaire de la Bataille d’Ayacucho 1924 – 2023

Approches historiques, littéraires et artistiques sur le Pérou, l’Espagne et la France. Coordination du séminaire : Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure de l’université Bordeaux Montaigne.

Le séminaire accueilli par l’Instituto Cervantes de Bordeaux  vendredi 1er décembre 2023 offre une mise en perspective de la création culturelle et littéraire au moment de la célébration du centenaire de la bataille d’Ayacucho qui marque la fin de l’empire espagnol en Amérique du sud.

9 :30 Accueil des participants.

Ouverture par María Jesús García González, Directrice de l’Institut Cervantès de Bordeaux

9 : 45 – 11: 15 Session 1

Littérature péruvienne d’avant-garde et exils européens : César Vallejo et Rosa Arciniega

Luis Rebaza Soraluz (Londres, King’s College)
Cuneiformes de César Vallejo: crónica sensorial incisa en un espacio de cautiverio

Inmaculada Lergo (Séville, Academia Peruana de la lengua)

Trayectoria literaria y vital de la escritora peruana de vanguardia Rosa Arciniega

Discutante : Flor Mallqui Bravo (Université Bordeaux Montaigne – PUCP, Lima)

11:15 – 12:45 Session 2

 Presse et peinture :  la république de papier et un artiste cosmopolite : Carlos Baca-Flor

Marcel Velázquez Castro (Universidad Nacional Mayor de San Marcos)

La república de papel: revistas culturales y la imaginación social en el Perú.

Fernando Villegas Torres (Universidad Nacional Mayor de San Marcos)

Desde el Perú a Francia, academicismo y modernidad en la obra de Carlos Baca Flor

Discutante: Rosmeliz Alva Zapata (Université Bordeaux Montaigne)

12:45 – 14:15 Session 3

 Simon Bolivar et Ayacucho: itinéraires et représentations

Clément Thibaud (Écoles des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris)

Les républicanismes de Bolivar

Isabelle Tauzin-Castellanos (Université Bordeaux Montaigne)

Ayacucho (1824) : tableaux historiques et portraits retrouvés en Amérique et en Espagne

Discutant : Carlos Estela Vilela (université Bordeaux Montaigne)

14:15 – 14:30: Clôture par Juan Vilches, Consul honoraire du Pérou à Bordeaux

El seminario en español celebrado en el Instituto Cervantes de Burdeos el 1° de diciembre de 2023 ofrece perspectivas múltiples sobre la creación cultural y literaria en momentos del Centenario de la Batalla de Ayacucho. ¿Fueron los años 920 tiempos de florecimiento artístico y renovación ideológica? Para el Perú, ¿fue este periodo algo así como los “locos años veinte”, como los llaman los franceses? A partir del cuadro de Daniel Hernández que celebra la firma de las capitulaciones de Ayacucho, los participantes en el proyecto francoperuano “Independencia peruana, migración francesa e influencias mutuas” analizarán la trayectoria vital de figuras peruanas contemporáneas de César Vallejo, quien abandonó la tierra natal para exiliarse a Francia en 1923. Otro cliché que la pintura de Hernández desmiente es el papel de Simón Bolívar, el Libertador venezolano: no estuvo presente en el campo de batalla en diciembre de 1824, sino atareado en Lima, la capital de la República peruana proclamada en 1821. Estos temas serán discutidos por los investigadores reunidos en Burdeos en diciembre de 2023, un año antes del Bicentenario. 

Ecos décembre 2023 programme

 

 

 

Les républicanismes de Bolivar

Les républicanismes de Bolívar.  Bordeaux 1er décembre 2023. Séminaire à l’Institut Cervantès.

Contribution de Clément Thibaud, historien, directeur d’études à l’EHESS et directeur du laboratoire américaniste Mondes Américains (UMR8168 CNRS-EHESS-Paris 1 Panthéon-Sorbonne-Paris Nanterre). Ses recherches portent sur l’histoire politique de l’Amérique latine moderne et contemporaine. Il a travaillé plus particulièrement sur les indépendances hispano-américaines à partir de plusieurs objets comme les forces armées, les guérillas, le fédéralisme, les recompositions de la « race » avec l’avènement républicain, les enjeux constitutionnels et juridictionnels. Il a publié plusieurs ouvrages sur ces questions, les derniers en date étant Libérer le nouveau monde (Les Perséides, 2017), L’Esclavage (Les Arènes, 2019, avec A. de Almeida Mendes) et avec Eugénia Palieraki, L’Amérique latine embrasée. Deux siècles de révolutions et de contre-révolutions (A. Colin, 2023), et un collectif, avec Quentin Demuermoz et Emmanuel Fureix, Les Mondes de 1848. Au-delà du Printemps des peuples (Champ Vallon, 2023).

Récits de voyage sur le littoral Pacifique et représentations du Pérou

Vendredi 13 octobre, 14h. Présentation d’ouvrages. Université Bordeaux Montaigne – Maison de la Recherche salle 33

Miguel Zugasti (Universidad de Navarra): Naufragio y peregrinación de Pedro Gobeo de Vitoria (1610)

Naufrages et pérégrination de Pedro Gobeo de Vitoria rapporte les mésaventures de l’expédition à laquelle prit part cet adolescent de treize ans parti en 1593 de Séville et qui fit naufrage sur la côte de l’Océan Pacifique, le terrible littoral d’Esmeraldas, entre la Colombie et l’Équateur actuel. L’auteur décrit les épreuves endurées par les survivants qui ont marché pendant des centaines de lieues dans des terres inconnues des Européens.

Le professeur Miguel Zugasti éditeur de l’ouvrage est un spécialiste de l’Espagne du Siècle d’Or, du dramaturge Tirso de Molina et a enseigné à l’université de Santa Barbara en Californie, ainsi qu’à l’Université de Navarre

Monica Cardenas (Université de La Réunion): Images et représentations du Pérou en France (1821-2021).

Monica Cardenas est coéditrice avec Isabelle Tauzin-Castellanos et Maylis Santa Cruz d’un volume dédié à deux siècles d’histoire politique, sociale, artistique et culturelle du Pérou, à partir d’images populaires, de peintures, de photographies, de films, de lettres, de multiples témoignages recueillis depuis l’indépendance du Pérou, en lien avec la culture française. Images et représentations du Pérou en France (1821-2021) est organisé en 4 parties: Le Pérou indépendant et quelques-unes de ses représentations; De l’orientalisme au nectar des Incas; De la Belle Époque à la Seconde Guerre Mondiale; L’Amazonie au coeur de l’engagement, l’art péruvien contre la corruption.

Monica Cardenas  est maîtresse de conférences de littérature latino-américaines à l’université de La Réunion et invitée à présenter l’ouvrage édité par les Presses Universitaires Indianocéaniques.

L’ouvrage collectif est issu du colloque organisé en 2021 au Musée d’Aquitaine par Isabelle Tauzin-Castellanos (IUF – Université Bordeaux Montaigne).

EMILA – Septembre -Décembre 2023

Vendredi 30 septembre, 14h. Université Bordeaux Montaigne – Bibliothèque Rigoberta Menchu BRM 058. Tram B. Montaigne Montesquieu

Conférence de Margarita Pierini (Université de Quilmes, Argentine) : Destins croisés entre la France et l’Argentine : Gabriela Laperrière de Coni et Victoria Ocampo : la parole et l’action. Gabriela Coni/Victoria Ocampo: la palabra y la acción

Vendredi 13 octobre, 14h. Présentation d’ouvrages. Université Bordeaux Montaigne – Maison de la Recherche salle 33

Monica Cardenas (Université de La Réunion): Images et représentations du Pérou en France

Miguel Zugasti (Universidad de Navarra): Naufragio y peregrinación de Pedro Gobeo de Vitoria (1610)

 

Vendredi 17 novembre, 14h. Université Bordeaux Montaigne  – Salle Montaigne. Annick Foucrier (professeure émérite Université Paris I, civilisation Etats Unis). Conférence : L’émigration française en Californie. Salle Montaigne

 

Vendredi 1r décembre Institut Cervantès de Bordeaux. 9 :30-14 :30

Journée d’étude : Centenaire de la bataille d’Ayacucho, centenaire de l’exil de César Vallejo : Approches esthétiques et perspectives scientifiques sur le Pérou des années 20 et influences transnationales.

Les Courret: photographes charentais dans la Mémoire du Monde de l’UNESCO

Le couple des frères photographes Achille et Eugène Courret, originaires de Charente, dans le sud-ouest de la France, est essentiel à l’histoire de la photographie péruvienne. Leur nom est associé à soixante-dix ans d’images immortalisant les événements clés de l’histoire nationale, les transformations urbaines de Lima et les personnes qui y ont vécu ou l’ont visitée. Les photographies diffusées par le célèbre studio de la rue Mercaderes ont été produites entre le milieu du XIXe siècle et le premier tiers du siècle suivant.

Une grande partie de ses plaques de verre – environ 50 000 – sont conservées par la Bibliothèque Nationale du Pérou et correspondent principalement à des portraits d’hommes politiques, de militaires, d’intellectuels et de commerçants. Plus de la moitié d’entre elles ont été déclarées patrimoine culturel de la nation péruvienne en 2021. Très récemment -cette année- ces 30693 plaques ont été ajoutées au registre Mémoire du monde de l’UNESCO.

Il s’agit de la troisième inscription du Pérou sur cette liste, ce qui le place en 43e position dans le classement des pays. La notice descriptive qui accompagne l’inscription au registre souligne l’unicité de ces négatifs, leur importance pour l’étude de la diffusion des images qu’ils contiennent et leur diversité. De même, cette collection, considérée comme “la plus complète des collections photographiques péruviennes”, constitue une source précieuse pour l’étude non seulement de la technique photographique mais aussi des migrations et de transferts culturels sur une période assez longue.

Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)

Images de la diaspora basque en Amérique, XIXe –XXIe siècle

Exposition, projection débat et conférence  sur l’histoire de l’émigration basque à Hendaye

2 au 26 août 2023 – Vernissage 3 août

  • à l’Espace Culturel Mendi Zolan à Hendaye plage, du mercredi au samedi
  • à la Médiathèque municipale François Mitterand, à Hendaye centre, du mardi au samedi

Au XIXe et au XXe siècle, des dizaines de milliers de Basques sont partis à l’aventure du continent américain pour gagner leur vie et s’assurer un avenir meilleur. Les émigrants ont fondé les familles de la diaspora transatlantique, et ont gardé des attaches avec le pays natal. L’exposition préparée dans le cadre du projet EMILA présente plus de 70 photographies illustrant les étapes du parcours migratoire, du voyage transatlantique à l’installation en Amérique latine ou aux États-Unis, suivant un itinéraire thématique et chronologique centrée sur plusieurs pays qui ont accueilli les Européens, le Mexique, l’Uruguay, l’Argentine,  et également sur la côte Pacifique le Chili et le Pérou.

Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Bordeaux Montaigne) assure le commissariat de l’exposition ouverte au public sur la diaspora basque en Amérique du 3 août au 26 août, dans le cadre du projet EMILA Ecritures migrantes Latino-Américaines. Histoires et traces de/en Nouvelle Aquitaine à Hendaye. L’exposition à l’Espace Culturel Mendi Zolan est complétée par une projection débat le 3 août au cinéma Les Variétés de Parole de Basque avec Beñat Cuburu Ithorotz, docteur  de l’université Bordeaux Montaigne et enseignant d’espagnol à l’IUT de Bayonne et à une conférence le 22 août à la médiathèque  François Mitterand d’Hendaye.

Carlos Estela Vilela, doctorant sur le patrimoine photographique d’Eugène Courret, émigrant d’Angoulême parti au Pérou, est le concepteur graphique de l’exposition réalisée grâce aux contacts noués depuis 5 ans par l’équipe EMILA avec des descendants d’émigrants et des chercheurs de France et de Navarre, du Rio de la Plata ou d’autres terres d’accueil. Elena Poniatowska, Prix Cervantès de littérature, romancière franco-mexicaine, Oscar Alvarez Gila, historien de la diaspora à  l’université du Pays Basque, Hernan Otero et Margarita Pierini, universitaires argentins, Marcel Loustau et Santiago Arca Henon, descendants d’émigrés basques et béarnais en Uruguay,  Beñat Cuburu, spécialiste de l’émigration professionnelle d’Hasparren, Marie-Pierre Arrizabalaga, spécialiste de l’émigration basque, Pascal Chastin, doctorant qui explore les registres de Tardets-Sorholus, Raquel Idoate les réseaux de la famille Fort… nombreux sont les contributeurs et les partenaires rencontrés par l’universitaire spécialiste de l’Amérique latine Isabelle Tauzin, au cours de deux mois de recherches sur le terrain au printemps 2023, pour aboutir à l’exposition d’Hendaye du 3 au 26 août

 

Julia Codesido : une étape à Bordeaux

Julia Codesido est l’une des peintres péruviennes les plus importantes du XXe siècle, identifiée au mouvement indigéniste qui s’est développé en Amérique du sud à partir de 1920. En 1973, le Pérou lui a accordé le prix national de la Culture au terme d’une vie consacrée à la peinture, dans un contexte peu favorable à la passion artistique chez une femme en Amérique comme en Europe.

Bernardino Codesido a été nommé  en décembre 1906 consul du Pérou à Bordeaux. La famille a résidé à Caudéran avant de partir pour Liverpool et d’autres postes diplomatiques jusqu’au début de la première guerre mondiale.

Iconographie :  Casa Museo Julia Codesido. Paso de los Andes, Pueblo Libre.

La famille Codesido dans le studio de photographie Courret, c. 1900

Conférence 18 avril 2023 à Lima : Des albums de Courret aux peintures de Julia Codesido: regards indigénistes, par  Isabelle Tauzin-Castellanos et  Carlos Estela Vilela Université Bordeaux Montaigne.

 

Deux Rochefortais en Amérique du sud entre 1823 et 1841 : René Primevère Lesson et Pierre Adolphe Lesson

René Primevère Lesson. Collection du Musée Hèbre de Rochefort.
Collection du Musée Hèbre de Rochefort.

Les frères Lesson sont des savants célébrés dans la ville de Rochefort; ils mériteraient d’être reconnus pour l’immensité de leurs travaux à un niveau international. Le portrait de René Primevère se trouve en bonne place au Musée Hèbre de Rochefort qui présente au public une collection ethnographique d’exception, hérité de Pierre Adolphe Lesson, le cadet des deux frères.

René Primevère Lesson est né à Rochefort le jour du printemps en 1794, porteur d’un prénom en accord avec le calendrier révolutionnaire, il est mort en 1849 dans sa ville natale. Lesson a étudié à l’École de Médecine Navale implanté dans le port militaire charentais, et est devenu successivement chirurgien de marine puis pharmacien. En 1822, il embarque à bord de la corvette La Coquille qui entreprend un tour du monde. Louis Isidore Duperrey commande l’expédition, secondée par Dumont d’Urville, lieutenant de vaisseau.

Continuer la lecture de « Deux Rochefortais en Amérique du sud entre 1823 et 1841 : René Primevère Lesson et Pierre Adolphe Lesson »

Félix Dibos de Bayonne à Lima: les hauts et les bas de l’émigration

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos

Félix Dibos est né à Bayonne le 27 avril 1831 et mort à Lima en 1898. Sa biographie est représentative de celle de nombreux émigrants basques partis en Amérique du sud. Fils d’un négociant, il est associé à l’un de ses frères installés à Paris et à un Girondin  qui tient un magasin en plein centre ville depuis 1835, Gabriel Larrieu. L’ascension sociale est facilitée par le mariage, avec une des filles d’un émigrant allemand, Ernestine Pflücker et l’arrivée d’Edouard Dibos à Lima, l’un des frères de Salvat Félix en 1863. F. Dibos négocie un contrat d’armement du gouvernement péruvien  avec le gendre péruvien d’Achille Allier, Manuel de La Jara, proche du colonel  Balta, président du Pérou après un coup d’état en 1869. 12.000 fusils Chassepot sont destinés à équiper l’armée péruvienne et seront utilisés dans la guerre contre le Chili.

Félix Dibos investit dans tous les négoces prometteurs des années 60-70, le nitrate du désert de Tarapaca tout comme dans le projet d’un train pour relier Lima avec une nouvelle station balnéaire, Magdalena del Mar, aux côtés d’autres expatriés du sud-ouest, Léon Maître et Edouard Porterie. Dibos importe du matériel ferroviaire et contribue à la modernisation du port du Callao. Dibos est membre fondateur des principales associations françaises, à visée philanthropique comme la Société de Bienfaisance française en 1860, la Maison de Santé en 1870, le corps des Pompiers français (1866), et la Société de française de Tir. Il participe également à la Société européenne d’Immigration dont Louis Mortier est le président installé à Bordeaux. Les résultats de ce consortium seront piètres au regard de l’investissement de la république péruvienne : une centaine de Français s’installent seulement  mais il est vrai que le Pérou s’est alors déclaré en cessation de paiement ; l’instabilité est très grande, l’ex-président Manuel Pardo est assassiné.

La guerre du Pacifique affecte les biens de Félix Dibos; sa maison de Chorrillos est détruite. De nombreux Français émigrés au Pérou sont retournés en France. Marie Maître donne des nouvelles depuis Paris  de toute la communtauté expatriée (lettre du 6 décembre 1883) : “Les Dibos ont perdu presque toute leur fortune ; ils ont mis 3 ou 400 000 francs qu’il leur restait dans les bains de Magdalena”.  Ruiné, Félix Dibos meurt à Lima en 1898. Les Dibos Pflücker ont 5 enfants qui intègrent la grande bourgeoisie péruvienne malgré les revers économiques de Félix Dibos. Le plus célèbre des descendants a été le pilote de course Eduardo Chachi Dibós.  Le portrait de Jorge Dibos Pflücker, l’un des enfants de Félix Dibos, est issu de la collection Courret-Dubreuil (BNP).

Sources

Barrantes Rodríguez Larraín, Fernando, Los ciudadanos franceses y francesas en la República del Perú, Lima, Maison de Santé, 2005.

Marie Maitre Mission au Chili 1882-1885, 2015, Saint-Escobille, éd Emmanuel Desurvire

Riviale, Pascal, Un négociant français au Pérou au XIXe siècle : splendeur et décadence de Félix Dibos (1831-1898), HISAL2005-3 

Acte de naissance de Salvat Félix Dibos en ligne – AD 64

 

Le paradoxe péruvien de Paul Gauguin

Conférence sur Gauguin et le Pérou à l’université Bordeaux Montaigne, vendredi 20 janvier 2023. Conférencière: Cécile Michaud. Coordination : Isabelle Tauzin. Communication: Carlos Estela – Projet Régional EMILA

Les fréquentes allusions de Gauguin à son identité péruvienne, cette même origine associée à une personnalité qu’il définit comme “sauvage”, la présence de motifs issus des cultures et arts autochtones dans son œuvre, sont autant d’éléments qui révèlent l’importance de cette relation, parallèlement à l’ascendance des Tristan (Flora Tristan, la grand-mère qu’il n’a pas connue et qui était partie de Bordeaux pour obtenir la reconnaissance de la famille créole Tristan en 1833). L’œuvre de Gauguin en lien avec le Pérou présente du moins au premier abord, certains aspects paradoxaux, qui seront abordés dans leur dimension tout à la fois historique et artistique. Docteur en Histoire de l’art (Strasbourg, 2003), Cécile Michaud est professeure principale du Département des Sciences Humaines à la Pontificia Universidad Católica del Perú, directrice du Master en Histoire de l’art et Muséologie.
Cécile Michaud a contribué au projet de réhabilitation de la demeure coloniale où Paul Gauguin a vécu enfant dans le centre de Lima.Cécile Michaud est invitée dans le cadre des projets portés par Isabelle Tauzin-Castellanos, sur les transferts culturels, les études décoloniales (IUF 2016) et l’histoire de l’émigration de Nouvelle-Aquitaine en Amérique latine (projet EMILA, région Nouvelle Aquitaine).

Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou

Charivari –  Gallica

Les pérégrinations d’une paria, le premier texte long de Flora Tristan est paru en 1838, 4 ans après son périple en Amérique du sud. La Franco-péruvienne a embarqué à Bordeaux pour rejoindre Valparaiso puis Arequipa et Lima. Elle donne de nombreuses descriptions et informations précises sur la vie quotidienne, au-delà des références personnelles sur la famille de son père, les Tristan, Goyeneche et Moscoso. Flora Tristan émet un vœu altruiste, à l’image de la vie d’apostolat à laquelle elle se consacrera au retour en France: “Puisse un gouvernement progressif, appelant à son aide les arts de l’Asie et de l’Europe, faire reprendre aux Péruviens ce rang parmi les nations du Nouveau-Monde !” La situation politique sur place depuis les guerres d’indépendance est telle que la paix paraît inaccessible du fait des rivalités entre caudillos ou chefs de guerre; l’exploitation de la richesse du guano à partir des années 40 amènera un temps de prospérité, toute relative pour les populations indiennes et métisses. Continuer la lecture de « Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou »

Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud

Le château de Malromé, connu pour avoir été la résidence de Toulouse-Lautrec,  mérite plus d’une visite. Près de Verdelais, Malromé a été le lieu de rencontre de Marie Leroy de Saint-Arnaud et Léon Maître. Le jeune couple issu de l’aristocratie girondine, est parti à Lima pour chercher fortune dans l’importation du guano en provenance du Pérou. La très volumineuse correspondance de Marie Maître, publiée par un descendant, Emmanuel Desurvire,  apporte un regard singulier sur le Pérou et le Chili et sur les relations commerciales entre le sud-ouest et l’Amérique du sud. Marie Maître a trois enfants au cours du séjour péruvien; le photographe Eugène Courret prend la photo des membres de la famille (certaines de ces photographies sont accessibles sur Gallica, et l’ensemble des clichés Courret sur le site de la Bibliothèque Nationale du Pérou)

Quelques citations d’un travail de recherche sur l’émigration aquitaine (projet EMILA), issues de la correspondance de Marie Maître, sont révélatrices du contexte en 1872, au moment de l’arrivée en Amérique ; les citations  sont extraites de Marie Maître Leroy de Saint Arnaud Au Pérou (1872-1878) et 1882-1885, mission au Chili

Mon père avait pendant dix ans été vice-président du Conseil Général de la Gironde  […] également conseiller de Saint-Macaire. […] Les Maître laissaient un nom très respecté à la mairie de Bordeaux, comme secrétaires de père en fils, pendant chacun trente ans ; ils s’y étaient succédé […] chez les nouveaux propriétaires de sa firme, les trois frères Gautreau, neveu de M. La Chambre, co-associé de M. Fernand Thomas, cousin de mon fiancé. Ces deux associés avaient fait à Lima une grosse fortune, évaluée à 40 millions pour chacun d’eux lors de leur retraite. Mon mari devait rester à Lima comme gérant de la maison Gautreau et Cie pour une période de cinq années.

L’expression d’un regard distancié  :

Ces pays-ci sont les vaches à lait des étrangers, mais on ne peut y vivre . C’est une imitation manquée de la vie Européenne, et pour nous autres français qui comprenons la vie, il n’y a d’autre but, d’autre pensée que d’autre effort à faire qu’à gagner de l’argent et s’en retourner. Continuer la lecture de « Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search