Le paradoxe péruvien de Paul Gauguin

Conférence sur Gauguin et le Pérou à l’université Bordeaux Montaigne, vendredi 20 janvier 2023. Conférencière: Cécile Michaud. Coordination : Isabelle Tauzin. Communication: Carlos Estela – Projet Régional EMILA

Les fréquentes allusions de Gauguin à son identité péruvienne, cette même origine associée à une personnalité qu’il définit comme “sauvage”, la présence de motifs issus des cultures et arts autochtones dans son œuvre, sont autant d’éléments qui révèlent l’importance de cette relation, parallèlement à l’ascendance des Tristan (Flora Tristan, la grand-mère qu’il n’a pas connue et qui était partie de Bordeaux pour obtenir la reconnaissance de la famille créole Tristan en 1833). L’œuvre de Gauguin en lien avec le Pérou présente du moins au premier abord, certains aspects paradoxaux, qui seront abordés dans leur dimension tout à la fois historique et artistique. Docteur en Histoire de l’art (Strasbourg, 2003), Cécile Michaud est professeure principale du Département des Sciences Humaines à la Pontificia Universidad Católica del Perú, directrice du Master en Histoire de l’art et Muséologie.
Cécile Michaud a contribué au projet de réhabilitation de la demeure coloniale où Paul Gauguin a vécu enfant dans le centre de Lima.Cécile Michaud est invitée dans le cadre des projets portés par Isabelle Tauzin-Castellanos, sur les transferts culturels, les études décoloniales (IUF 2016) et l’histoire de l’émigration de Nouvelle-Aquitaine en Amérique latine (projet EMILA, région Nouvelle Aquitaine).

Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou

Charivari –  Gallica

Les pérégrinations d’une paria, le premier texte long de Flora Tristan est paru en 1838, 4 ans après son périple en Amérique du sud. La Franco-péruvienne a embarqué à Bordeaux pour rejoindre Valparaiso puis Arequipa et Lima. Elle donne de nombreuses descriptions et informations précises sur la vie quotidienne, au-delà des références personnelles sur la famille de son père, les Tristan, Goyeneche et Moscoso. Flora Tristan émet un vœu altruiste, à l’image de la vie d’apostolat à laquelle elle se consacrera au retour en France: “Puisse un gouvernement progressif, appelant à son aide les arts de l’Asie et de l’Europe, faire reprendre aux Péruviens ce rang parmi les nations du Nouveau-Monde !” La situation politique sur place depuis les guerres d’indépendance est telle que la paix paraît inaccessible du fait des rivalités entre caudillos ou chefs de guerre; l’exploitation de la richesse du guano à partir des années 40 amènera un temps de prospérité, toute relative pour les populations indiennes et métisses. Continuer la lecture de « Flora Tristan, étrangère de passage entre la Gironde et le Pérou »

Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud

Le château de Malromé, connu pour avoir été la résidence de Toulouse-Lautrec,  mérite plus d’une visite. Près de Verdelais, Malromé a été le lieu de rencontre de Marie Leroy de Saint-Arnaud et Léon Maître. Le jeune couple issu de l’aristocratie girondine, est parti à Lima pour chercher fortune dans l’importation du guano en provenance du Pérou. La très volumineuse correspondance de Marie Maître, publiée par un descendant, Emmanuel Desurvire,  apporte un regard singulier sur le Pérou et le Chili et sur les relations commerciales entre le sud-ouest et l’Amérique du sud. Marie Maître a trois enfants au cours du séjour péruvien; le photographe Eugène Courret prend la photo des membres de la famille (certaines de ces photographies sont accessibles sur Gallica, et l’ensemble des clichés Courret sur le site de la Bibliothèque Nationale du Pérou)

Quelques citations d’un travail de recherche sur l’émigration aquitaine (projet EMILA), issues de la correspondance de Marie Maître, sont révélatrices du contexte en 1872, au moment de l’arrivée en Amérique ; les citations  sont extraites de Marie Maître Leroy de Saint Arnaud Au Pérou (1872-1878) et 1882-1885, mission au Chili

Mon père avait pendant dix ans été vice-président du Conseil Général de la Gironde  […] également conseiller de Saint-Macaire. […] Les Maître laissaient un nom très respecté à la mairie de Bordeaux, comme secrétaires de père en fils, pendant chacun trente ans ; ils s’y étaient succédé […] chez les nouveaux propriétaires de sa firme, les trois frères Gautreau, neveu de M. La Chambre, co-associé de M. Fernand Thomas, cousin de mon fiancé. Ces deux associés avaient fait à Lima une grosse fortune, évaluée à 40 millions pour chacun d’eux lors de leur retraite. Mon mari devait rester à Lima comme gérant de la maison Gautreau et Cie pour une période de cinq années.

L’expression d’un regard distancié  :

Ces pays-ci sont les vaches à lait des étrangers, mais on ne peut y vivre . C’est une imitation manquée de la vie Européenne, et pour nous autres français qui comprenons la vie, il n’y a d’autre but, d’autre pensée que d’autre effort à faire qu’à gagner de l’argent et s’en retourner. Continuer la lecture de « Marie Maître Leroy de Saint-Arnaud: de Malromé à l’Amérique du sud »

Entrepreneurs de l’image, archives photographiques et échanges transatlantiques sur le Pérou (1890-1910).

Juan Carlos La Serna

 Candidato a doctor en Historia por la UNMSM. Ha sido becario del Legado Bernard Lelong para el fomento de estudios amazónicos y ganador del Premio François Bourricaud para la investigación en Ciencias Sociales y Humanas. Es autor, entre otros, de Abraham Guillén y los registros visuales del patrimonio inmaterial (2022) y El Bosque Ilustrado. Diccionario histórico de la fotografía amazónica peruana (junto a J.-P. Chaumeil, 2016).

Empresarios de la imagen, registros fotográficos e intercambios transatlánticos sobre el Perú. (1890-1910)

Nuestra presentación aborda los procesos de producción, coleccionismo y exposición de series fotográficas sobre el Perú en el período de entresiglos, así como el papel que estas imágenes tuvieron en la fijación de ciertos tópicos acerca del territorio y los habitantes del País de los Incas.

 

 

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

De Bordeaux à Lima : deux siècles de circulations et d’échanges entre la France et le Pérou

Exposition ouverte au public : jeudi 13 octobre – samedi 22 octobre, 13 :30-18 :30 (tous les jours sauf le lundi 17 octobre).

Vernissage: mercredi 12 octobre, 18 :30 : Espace Saint-Rémi Bordeaux

Coordination: Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne), Juan Vilches (Maison du Pérou), Carlos Estela (Université Bordeaux Montaigne).

À l’occasion du Bicentenaire de l’Indépendance du Pérou (2021-2024), l’exposition propose un parcours visuel sur les circulations humaines, culturelles, artistiques et économiques intenses au cours de deux siècles entre les villes de Bordeaux et de Lima, et au-delà entre la France et le Pérou. Le visiteur découvre une sélection de visuels qui témoignent des liens privilégiés entre le mythique pays des Incas et le port girondin. La Franco-Péruvienne Flora Tristan, les peintres Monvoisin et Bonnaffé, le photographe Eugène Courret sont les noms les plus illustres de cette relation bilatérale facilitée au XIXe siècle par les progrès de la navigation, entre émigration familiale et importation de produits exotiques. Le visiteur aura aussi l’occasion de connaître les scènes et types que collectionnaient les voyageurs pour montrer à leur retour les coutumes péruviennes.

Fortunata, la peinture choisie pour l’affiche, est le portrait coloré d’une jeune habitante des Andes réalisé par Émile Marin revenu dans les années 1920 et dont les descendants conservent les œuvres et la mémoire d’une double patrie.  L’exposition témoigne aussi de la présence de Péruviens, poètes et penseurs (Manuel Gonzalez Prada, Nicanor della Rocca…), diplomates et peintres célèbres ou anonymes dont les lettres, les dessins et les photos sont recueillis dans le cadre du projet scientifique régional Écritures Migrantes Latino-Américaines : histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine. 

Tensions idéologiques dans la construction du type par des regards extérieurs: alimentation, race et modernité dans les oeuvres de Carlos Prince et Camille Pradier Foderé

“Tensiones ideológicas en la construcción de lo típico desde miradas foráneas: comida, raza y modernidad en las obras de Carlos Prince, Lima Antigua. Tipos de antaño (1890) y Camille Pradier-Fodéré, Lima y sus alrededores (1897)”.
Esta ponencia analiza las obras de corte costumbrista de Carlos Prince y Camille Pradier-Fodéré, ambas articuladas desde distintas coyunturas enunciativas pero convergentes en el declarado propósito de enmendar las miradas foráneas que exotizaban el territorio peruano y lo situaban al margen de la modernidad. Me detengo especialmente en las representaciones de la comida o de sujetos vinculados con su preparación, distribución y circulación, para explorar las tensiones ideológicas que atraviesan estas propuestas, sobre todo en términos de imaginarios raciales y sociosexuales.
Luz Ainaí Morales Pino es Doctora en Estudios Romances por la Universidad de Miami (2017). Es profesora del Departamento de Humanidades de la Pontificia Universidad Católica del Perú y se especializa en la literatura latinoamericana del siglo XIX y el periodo de entre siglos (1880-1918).  Es autora del libro Juan Germán Roscio. La subversión de la palabra (UCAB, 2008), coeditora del libro Arte, artista y campo artístico: concepciones, inscripciones y poéticas en el contexto latinoamericano (Fondo Editorial de la Universidad Nacional Mayor de San Marcos, 2020) y destacan entre sus artículos: “Memorias restaurativas, saberes subyugados y tensiones en las escrituras sobre guerras de Mercedes Cabello de Carbonera, Clorinda Matto de Turner y Virgina Gil de Hermoso” (Páginas. Revista digital de la Escuela de Historia, Universidad de Rosario, 2022); “Más allá del naturalismo y las bellas enfermas. “El velo de la Purí­sima”, de Adela Zamudio y “A caolha”, de Júlia Lopes de Almeida y la representación de la enfermedad como metáfora crítica de la modernidad industrial en el entre siglos latinoamericano” (Revista de Literatura y Lingüística, UCSH, 2022), “Redes biopolíticas para la desarticulación del biopoder esclavista en La familia del  Comendador (1860) de Juana Paula Manso” (en coautoría con Elena Grau-Lleveria, Cuadernos de Literatura, 2022), entre otros.

Flor Mallqui Bravo : une thèse sur les récits de voyage transatlantiques péruviens

Flor Mallqui Bravo a soutenu sa thèse en cotutelle (PUCP-UBM) le 9 août 2022 à Lima.
Jury : Francesca Denegri (co-directrice PUCP), Catherine Heymann (U. Nanterre), Mariana Libertad Suarez (PUCP), Isabelle Tauzin-Castellanos (co-directrice UBM), Marcel Velazquez Castro (président, UNMSM). La thèse porte sur les représentations du Vieux Monde, la France et l’Espagne,  depuis le Pérou à partir des témoignages d’écrivains de la seconde moitié du XIXe siècle.
La cérémonie de remise des doctorats a eu lieu le 28 septembre à l’université Bordeaux Montaigne.

Projet Ecos Nord-Pérou: deux chercheurs péruviens en sciences humaines et sociales accueillis à Bordeaux

Dans le prolongement de la journée d’études organisée à Lima le 31 août 2022 à l’Institut Porras Barrenechea, par le coordinateur péruvien du projet ECOS  Marcel Velazquez Castro, les chercheurs péruviens Luz Ainai Morales Pino (Pontificia Universidad Catolica del Peru) et Juan Carlos La Serna (Ministerio de la Cultura, UNMSM, U. Lima) réalisent des recherches en France et présentent leurs travaux à l’université Bordeaux Montaigne et à Paris 8- Paris 10. Contact: Isabelle Tauzin-Castellanos.

Mercredi 12 octobre, 9 :00-10 :30 – Maison de la Recherche, salle des thèses

 De la guerre du Pacifique au Centenaire de l’indépendance : Pérou, migration française, influences mutuelles et cultures locales.

Juan Carlos La Serna (UNMSM, histoire, Amazonie, sud-andin, images):  Le Pérou en 1900. Photographie, entrepreneurs de l’image et archives visuelles du pays des incas (1893-1912)

Luz Ainai Morales Pino (UNMSM, littérature, XIXe siècle édition, presse): Tensions idéologiques dans la construction des types par des regards extérieurs: alimentation, race et modernité dans les écrits de Carlos Prince et de Camille Pradier-Foderé.

A l’intention des candidats à l’agrégation interne d’espagnol, du fait de sa double compétence sur le Pérou et le Venezuela, pays dont elle est originaire, la professeure Luz Ainai Morales Pino présentera une conférence par zoom mercredi 12 octobre à 11:00 : Simón Bolívar allende el culto y el mito: miradas desde la historia, la literatura y las memorias.

L’émigration basque au Pérou

Conférence organisée par la Coopération Universitaire de l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Miraflores, Lima 23 août 2022

La conférence d’Isabelle Tauzin qui s’est déroulée avec un public nombreux mardi 23 août 2022,  débute sur les années de l’indépendance du Pérou pour évoquer l’installation de Français originaires du Pays basque comme Sauveur Soyer proche des libertadors San Martin et Bolivar. Isabelle Tauzin-Castellanos explore la singularité de plusieurs trajectoires migratoires au cours de la première moitié du XIXe siècle, à partir des lettres de Charles Barroilhet conservées  en France et au Chili, parallèlement à des publications oubliées sur le commerce du guano dans lequel une partie de la communauté expatriée a investi dès les années 1840.

Le parcours d’un siècle conduit à la célébration du Centenaire et au départ de Lima de la fratrie Truel Larrabure, alliée des Carriquiry de Saint-Jean Pied de Port.

Les familles péruviennes les plus fortunées – les Heeren, les Candamo et les Pardo et les Oyague- séjournent sur le littoral basque dès le lancement de la station balnéaire de Biarritz par l’impératrice Eugénie.

Projet Ecos-Nord Pérou: Séminaire Bordeaux Lima août 2022

Projet ECOS NORD PEROU – coordonné par Isabelle Tauzin et Marcel Velazquez, Université Bordeaux Montaigne-Université San Marcos. Coopération France Pérou.

Seminario Internacional : Relaciones culturales y políticas entre Perú y Francia en la modernidad

Miércoles 31 de agosto de 2022 de 9:00 a 13:30 Centro de Investigaciones Humanísticas Histórico Sociales “Raúl Porras Barrenechea” – Universidad Nacional Mayor de San Marcos

 9:00      Registro – recepción

Harry Beleván – Director del Instituto Raúl Porras Barrenechea

Isabelle Tauzin – Castellanos – Université Bordeaux Montaigne

Vincent Lepage – Ambassade de France (ou son représentant)

9:50      Juan Carlos La Serna – Universidad Nacional Mayor de San Marcos

República peruana 1900. Fotografía, empresarios de la imagen y registros visuales del país de los Incas (1893-1912)

10:10    Carlos Estela – Université Bordeaux Montaigne

Le Pérou dans la Rue des Nations. Hacia una imagen de país desde las Exposiciones Universales

10:30    Flor Mallqui Bravo – Pontificia Universidad Católica del Perú y Université Bordeaux Montaigne

Desacralizando un mito: París en Viaje de recreo (1909) de Clorinda Matto de Turner –

10:50    Javier Morales Mena – Universidad Nacional Mayor de San Marcos

La etapa formativa de Mario Vargas LLosa: reflexiones sobre la experiencia con el francés y la traducción de Rimbaud

11:10    Discusión

11:20    Intermedio

11:30    Luz Ainai Morales Pino – Pontificia Universidad Católica del Perú

Comida e imaginarios sociosexuales en la propuesta costumbrista de Carlos Prince

11:50    Catherine Heymann – Université Paris Nanterre

«Ver» a la Amazonía peruana a finales del s. XX y principios del s. XXI

12:10    Marcel Velázquez Castro – Universidad Nacional Mayor de San Marcos

La representación en la prensa de las políticas del higienismo en Lima durante la alcaldía de Federico Elguera (1901-1908)

12:30    Fernando Villegas

La estética simbolista y decadentista en la Lima del 900. La figura femenina en los años iniciales de César Moro

12:50    Isabelle Tauzin-Castellanos – Université Bordeaux Montaigne

Testimonios de franceses sobre el Perú y huellas de peruanos en Francia: ¿cómo se escribía acerca del Perú sin ser peruano hace un siglo? –

13:10    Discusión

13:30    Clausura

Marcel Velázquez Castro – Universidad Nacional Mayor de San Marcos

Le projet EMILA présenté à l’université Meiji en 2022

Dans le cadre de la préparation de son doctorat,  Rosmeliz Alva Zapata a été invitée à l’université Meiji de Tokyo pour présenter ses recherches sur les peintres cosmopolites entre la Nouvelle Aquitaine et l’Amérique latine. Invitée en juillet 2022, elle a présenté plusieurs conférences sur  l’œuvre des peintres de l’avant-garde péruvienne : Julia Codesido (1883 – 1979) et Ricardo Grau (1907 – 1970). Bernardino Codesido a été nommé consul du Pérou à Bordeaux en 1906 et a vécu avec sa famille à Caudéran (château Magnolia). Ricardo Grau est né à Bordeaux, rue du Tondu. Ces deux peintres sont des exemples des liens culturels entre la France et le Pérou explorés pour le projet Ecritures Migrantes Latino-Américaines: histoires et traces en Nouvelle-Aquitaine.

Outre Hiroko Kariya, parmi lesprofesseurs d’espagnol de l’Université Meiji de Tokyo qui ont accueilli Rosmeliz Alva Zapata: Keisuke Dan, écrivain et traducteur du portugais au japonais; Eizo Oguzu spécialiste de la littérature espagnole du 19e siècle ; Akifumi Uchida spécialiste de la littérature argentine, et Kazuhisa, spécialiste de la période coloniale. L’Association Japonaise des Etudes Latino-Américaines tiendra son congrès à l’université Meiji en 2023.

 

Etudes migratoires latino-américaines à Bordeaux

Vendredi 8 juillet 2022 – Journée d’études sur l’histoire de l’émigration Nouvelle Aquitaine/Amérique latine.

L’objectif des activités scientifiques du projet EMILA programmées en juillet 2022  est d’apporter des outils sur l’histoire oubliée de l’émigration à destination de l’Amérique,  explorée à partir de sources multiples et de profils d’émigrants partis dans différents pays, au carrefour des sciences humaines et sociales avec une approche centrée sur les territoires régionaux et transfrontaliers ainsi que les pays d’accueil outre-Atlantique.

Maison de la Recherche, salle des thèses, Université Bordeaux Montaigne

Coordination : Isabelle Tauzin-Castellanos

9 :30 -12 :30Soutenance publique de la thèse de doctorat de

Beñat Cuburu-Ithorotz (Université Bordeaux Montaigne-Universidad del País Vasco) : Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude micro-historique d’une émigration spécialisée (XVIIIe-XXe siècle)

14 :45 – 16 :15. Atelier 1. Recherches migratoires Europe-Amérique latine. Trente ans de recherche. Modérateur : Ronald Soto Quiros (université de Bordeaux)

14:45 Hernán Otero (Professeur des universités, CONICET – Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires) : Lettres d’émigrants. Sur les continuités et les ruptures des immigrés français en Argentine (Es)

15:30 Óscar Álvarez Gila (Professeur des universités, Universidad del País Vasco) : Le temps de la mémoire ? Les archives de la diaspora basque dans la récupération de l’histoire de l’émigration (Es)

16:30 Discussion

16 :30- 18 :15 Atelier 2 : Etudes migratoires, recherches en devenir. Modérateur : David de la Fuente (université Bordeaux Montaigne)

16 : 30 Lora Labarère (doctorante, université Toulouse II ) : Reconstituer la filiation pour retrouver la mémoire : “devenir” descendant·e·s de Béarnais·e·s en Argentine et en Uruguay”

16: 50 Andrea Rodriguez Tapia (docteure, El Colegio de México, Sciences Po Poitiers) : La défense des intérêts coloniaux espagnols dans un port français : le cas de la Gaceta de Bayona, 1828-1830 (Es)

17: 10 Rosmeliz Alva Zapata (doctorante, Université Bordeaux Montaigne): Convergences de peintres cosmopolites, Nouvelle-Aquitaine et Amérique latine: Julia Codesido et Ricardo Grau (Es)

 17: 30  Claudia Colosio (doctorante, El Colegio de San Luis) : Comment les Français voyaient-ils le Mexique selon L’Illustration, Journal Universel, 1843-1875. Compte rendu de publication (Es)

17 :50- 18 : 15 Discussion – Perspectives

Autre rendez-vous de l’été 2022 : 19-20 juillet à Bayonne: Université d’été transfrontalière, Bayonne, inscription obligatoire.

Charles Barroilhet (Bayonne 1804-Paris 1865)

Charles Barroilhet.  Un itinéraire exemplaire de l’émigration  au XIXe siècle: Pérou, Chili, États-Unis.

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos  (Université Bordeaux Montaigne)

Charles Barroilhet a quitté Bayonne pour Bordeaux et Lima,  à 22 ans, en janvier 1827, guidé sur les chemins de l’émigration par un militaire français au service de la République du Pérou, Sauveur Soyer.

Une partie des lettres que Charles Barroilhet a adressées à sa famille, a été conservée et a été mise à disposition pour cette recherche en Nouvelle-Aquitaine sur les traces des émigrants,  par  Pierre Simonet, descendant de la famille Barroilhet à Bayonne.  Son accord sur la diffusion permet de faire connaître le parcours hors du commun d’un émigrant  qui a vécu au Chili et au Pérou, ainsi qu’en Californie avant de s’installer à Paris sous le Second Empire.

Charles Barroilhet, très attaché à sa famille, quitte Bayonne pour Lima à 22 ans, embarque à Bordeaux à la fin janvier 1827. Il écrit une première lettre  à sa mère.

Des dépenses imprévues doivent être faites avant de quitter la France, du fait du climat différent dans le pays vers lequel il part: «l’achat d’un chapeau de paille et d’une redingote d’été m’ont laissé un peu à sec. Ces objets m’étaient indispensables ».  Les difficultés sont nombreuses et inattendues pour le jeune homme. « Ayant voulu procéder à l’exportation des habits pour l’obtention de la prime, la Douane a été d’une telle exigence dans l’exhibition des diverses pièces que j’ai dû y renoncer » . Un autre jeune Basque, Ulysse Dutey, de Baigorri, a sans doute été convaincu d’émigrer par Sauveur Soyer, devenu officier de l’armée du Pérou. Les jeunes gens partagent les préparatifs de la traversée transatlantique : « Nous vivons ensemble dans le même hôtel, dans la même chambre, nous mangeons à la même table, enfin nous ne nous quittons plus ». Charles Barroilhet se réjouit du «caractère droit et loyal de cet excellent jeune homme [qui] sympathise on ne peut mieux avec le mien ; aussi vivons-nous plus comme deux frères dans la plus parfaite harmonie ».

Charles Barroilhet prévoit de vivre loin de France dix ans; il  espère  pouvoir effectuer ensuite un voyage de retour.  Son  frère aîné, François Barroilhet, se rendra à Valparaiso en 1834. Les frères croisent Flora Tristan, à la recherche elle-aussi d’une meilleure fortune, ainsi qu’il ressort des Pérégrinations d’une paria où elle manifeste de la compassion à l’égard d’une compatriote fuyant un mari mal traitant, Mme Aubry.

Un portrait de Charles Barroilhet est conservé au Chili par la famille, et a été communiqué pour cet article par Jacqueline Barroilhet auteure d’une recherche généalogique approfondie sur ces ancêtres et qu’elle a publiée à Santiago.

Le grand négoce qui se présente à partir du début des années 1840 entre l’Amérique du sud et l’Europe, est l’exportation du guano, dont les Anglais et les Français découvrent, bien après les paysans péruviens, les vertus pour améliorer les rendements agricoles.  Charles Barroilhet rapporte dans une lettre : «Une de mes sœurs a voulu propager l’usage du guano parmi les paysans des environs de Bayonne et a établi dans cette ville un dépôt. Malgré ses démarches et son engagement constant auprès des consignataires de Nantes, du Havre et de Bordeaux, il lui arrive souvent de se trouver sans guano, au grand désespoir de ses clients».  Charles Barroilhet est l’auteur de nombreux écrits dont un remarquable opuscule écrit en espagnol et accessible en ligne (BN, Gallica) sur le guano,  où il manifeste une sensibilité sociale exceptionnelle et raconte désabusé ses vaines dénonciations devant les législateurs péruviens et l’inutile requête pour informer le général président Ramon Castilla.

« Il y a dans la vie des nations des moments solennels où surgissent de formidables problèmes dont la solution décide tout l’avenir. C’est la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le Pérou […] Ma qualité d’étranger m’ordonne la plus totale abstention à ce sujet ; il m’est seulement permis de dire : que Dieu illumine les Péruviens !»

Vers 1862, de retour en France, la santé de Charles Barroilhet se détériore et après des pertes en bourse  il lui faut vendre sa propriété de Biarritz , « même au prix de 50.000 frs  ». Il épouse la veuve d’un émigré installé aux Etats-Unis où lui-même s’est rendu «réduit à l’extrémité d’aller chercher sa vie dans les aventures en Californie». Charles Barroilhet meurt en 1865 à Paris.

Pour prolonger cet article on accèdera en ligne aux communications présentées  le 5 et le 6 juillet 2021, lors du colloque sur l’histoire de l’émigration basque au Musée Basque et à l’IUT de Bayonne.

https://emila.hypotheses.org/2198

 

 

Histoire de l’émigration française au Pérou : des témoignages retrouvés sur le XIXe siècle

Histoire de l’émigration française au Pérou: 5 témoignages retrouvés.

L’article publié en espagnol dans Mitologías hoy expose les parcours de  vie des premiers voyageurs ou émigrants français au Pérou entre la guerre  d’indépendance et la guerre du Pacifique (1821-1883), notamment  après celui d’Eugène et Achille Courret, la biographie exceptionnelle de Charles Barroilhet, celle de Sauveur Soyer, les frères Dutey, Edouard Maury de Lapérouse, Flora Tristan et Marie Maitre. Les écrits et documents sur lesquels s’appuie la recherche révèlent l’interculturalité vécue dans la chair – avant que le concept d’interculturalité n’existe – par de jeunes émigrants issus de milieux aisés. L’adaptation et l’incompréhension face aux réalités étrangères sont évidentes dans les lettres aux proches archivées depuis plus d’un siècle et mises en lumière par les descendants héritiers de la mémoire familiale de l’ancêtre émigré, notamment M. Pierre Simonet qui a communiqué la correspondance permettant d’établir des liens entre Sauveur Soyer, natif de Saint-Palais et au service de Bolivar, Ulysse et Isidore Dutey, partis de Baigorri  et Charles Barroilhet de Bayonne. Deux témoignages de femmes offrent une approche différente des expériences migratoires masculines: il s’agit de celui de Flora Tristan et quarante ans plus tard de Marie Maitre de Saint-Arnaud.

On se reportera à l’article en ligne consacré au Bayonnais Charles Barroilhet.

Portrait de Charles Barroilhet, communiqué par Jacqueline Barroilhet (Santiago du Chili).

 

 

Images du colloque international sur les représentations du Pérou en France

Le colloque international « Images et représentations du Pérou en France, 1821-2021 » s’est déroulé les 12 et 13 novembre 2021, au Musée d’Aquitaine de Bordeaux. La manifestation scientifique a été inaugurée par MM. Laurent Védrine, Directeur du Musée d’Aquitaine, Lionel Larré Président de l’Université Bordeaux Montaigne, Juan Vilchés Consul honoraire du Pérou, et Mme Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure de l’Université Bordeaux Montaigne, coordinatrice du colloque. Mme Céline Papin, Adjointe au maire de Bordeaux chargée des coopérations territoriales, européennes et internationales, M. Raphaël Estève, Directeur de l’unité de recherche AMERIBER et M. Marcel Velazquez Castro, coordinateur péruvien du projet ECOS Nord pour l’université nationale San Marcos, ont pu se joindre à la clôture du colloque international en présence d’un public très nombreux réuni dans l’auditorium du musée. Le partenariat de la Ville de Bordeaux a favorisé le rayonnement auprès des habitants bordelais.

Les étudiants du Master Documents Numériques et Humanités Digitales de l’Université Bordeaux Montaigne, sous la direction du professeur Soufiane Rouissi ont assuré la captation des conférences pour le projet régional avant de consacrer la suite de leur stage au carnet de recherches du projet néo-aquitain : Ecritures Migrantes Latino-américaines.

La manifestation scientifique a accueilli vingt conférenciers internationaux et français avec le soutien de l’Ambassade de France au Pérou, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (projet IUF – projet ECOS Nord Pérou), le CONCYTEC et ProCiencia Perú. Les affiliations des conférenciers ont montré la richesse du sujet avec des participants historiens, historiens de l’art, issus de la littérature comparée, des études visuelles, de la muséographie et de l’archivistique en provenance de nombreux établissements scientifiques et culturels : Paris I, Archives Nationales, Institut Napoléon, Pontificia Universidad Catolica del Peru Lima, Centre Allemand DFK, Université d’Orléans, Université de la Réunion, Universidad Nacional Mayor de San Marcos,  Musée de l’Homme, Université Lyon II,  Université Paris Nanterre,  Université Toulouse Jean Jaurès et Université Bordeaux Montaigne. Un ouvrage est d’ores et déjà en préparation pour diffuser les résultats de cette manifestation exceptionnelle à Bordeaux.

On félicite les chercheurs et les doctorants des deux côtés de l’Atlantique et du Pacifique ! pour avoir réussi à assister au colloque en présentiel et avoir surmonté toutes les difficultés liées à l’obtention du passe sanitaire entre la France et le Pérou.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search