Lettres d’Argentine

Les lettres de Dorothée Mondot-Haurie partie en 1899 de son Béarn natal ont été restituées à Paul Mousqué, agriculteur de Lucq et arrière-petit neveu de l’émigrante béarnaise. Les 180 lettres ont été  classées et numérisées par Isabelle Tauzin-Castellanos dans le cadre du projet EMILA (Université Bordeaux Montaigne), dans l’attente que les originaux soient archivées et les numérisations  donnent accès à un fragment d’histoire familiale partagée en Béarn, au Pays Basque et au-delà dans tout le grand sud-ouest.

Dorothée Mondot-Haurie est arrivée à Buenos Aires avec deux autres jeunes gens de Lucq de Béarn, André et Ursule Pétreigne, et avec une partie de la famille Pétreigne. Elle est allée travailler dans la Pampa humide,  près de la bourgade de Rauch, fondée voilà 150 ans, après le passage par la douane de Buenos Aires. L’Association franco-argentine des Béarnais s’est réunie à l’occasion d’une conférence de l’universitaire bordelaise,  organisée à la Bibliothèqe Guido y Spano, à l’initiative de Jorge Horacio Pétreigne, en présence de nombreux descendants de Béarnais.

 

 

Lettres entre Lucq de Béarn et l’Argentine

Les lettres retrouvées dans le grenier d’une ferme béarnaise, par un descendant de la famille qui avait émigré en Argentine ont été écrites à partir de 1899. Dorothée Mondot-Haurie se dévoile au fur et à mesure qu’elle écrit, ses deux soeurs la rejoignent dans la Pampa argentine  ainsi que de nombreux autres jeunes gens à la recherche d’un avenir meilleur.

Séminaire en ligne  du 11 février 2022, 18h30-20h avec la participation de Paul Mousqué (Lucq), Lora Labarere (Argentine), Beñat Cuburu (Bayonne), Maryse Esterle (Paris), les étudiants du master Recherche espagnol, Flor Mallqui (Lima), Valérie Joubert, Maylis Santa-Cruz, Rosmeliz Alva, Carlos Estela, Isabelle Tauzin, coordinatrice du projet EMILA (Bordeaux).

Charles Barroilhet (Bayonne 1804-Paris 1865)

Charles Barroilhet.  Un itinéraire exemplaire de l’émigration  au XIXe siècle: Pérou, Chili, États-Unis.

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos  (Université Bordeaux Montaigne)

Charles Barroilhet a quitté Bayonne pour Bordeaux et Lima,  à 22 ans, en janvier 1827, guidé sur les chemins de l’émigration par un militaire français au service de la République du Pérou, Sauveur Soyer.

Une partie des lettres que Charles Barroilhet a adressées à sa famille, a été conservée et a été mise à disposition pour cette recherche en Nouvelle-Aquitaine sur les traces des émigrants,  par  Pierre Simonet, descendant de la famille Barroilhet à Bayonne.  Son accord sur la diffusion permet de faire connaître le parcours hors du commun d’un émigrant  qui a vécu au Chili et au Pérou, ainsi qu’en Californie avant de s’installer à Paris sous le Second Empire.

Charles Barroilhet, très attaché à sa famille, quitte Bayonne pour Lima à 22 ans, embarque à Bordeaux à la fin janvier 1827. Il écrit une première lettre  à sa mère.

Des dépenses imprévues doivent être faites avant de quitter la France, du fait du climat différent dans le pays vers lequel il part: «l’achat d’un chapeau de paille et d’une redingote d’été m’ont laissé un peu à sec. Ces objets m’étaient indispensables ».  Les difficultés sont nombreuses et inattendues pour le jeune homme. « Ayant voulu procéder à l’exportation des habits pour l’obtention de la prime, la Douane a été d’une telle exigence dans l’exhibition des diverses pièces que j’ai dû y renoncer » . Un autre jeune Basque, Ulysse Dutey, de Baigorri, a sans doute été convaincu d’émigrer par Sauveur Soyer, devenu officier de l’armée du Pérou. Les jeunes gens partagent les préparatifs de la traversée transatlantique : « Nous vivons ensemble dans le même hôtel, dans la même chambre, nous mangeons à la même table, enfin nous ne nous quittons plus ». Charles Barroilhet se réjouit du «caractère droit et loyal de cet excellent jeune homme [qui] sympathise on ne peut mieux avec le mien ; aussi vivons-nous plus comme deux frères dans la plus parfaite harmonie ».

Charles Barroilhet prévoit de vivre loin de France dix ans; il  espère  pouvoir effectuer ensuite un voyage de retour.  Son  frère aîné, François Barroilhet, se rendra à Valparaiso en 1834. Les frères croisent Flora Tristan, à la recherche elle-aussi d’une meilleure fortune, ainsi qu’il ressort des Pérégrinations d’une paria où elle manifeste de la compassion à l’égard d’une compatriote fuyant un mari mal traitant, Mme Aubry.

Un portrait de Charles Barroilhet est conservé au Chili par la famille, et a été communiqué pour cet article par Jacqueline Barroilhet auteure d’une recherche généalogique approfondie sur ces ancêtres et qu’elle a publiée à Santiago.

Le grand négoce qui se présente à partir du début des années 1840 entre l’Amérique du sud et l’Europe, est l’exportation du guano, dont les Anglais et les Français découvrent, bien après les paysans péruviens, les vertus pour améliorer les rendements agricoles.  Charles Barroilhet rapporte dans une lettre : «Une de mes sœurs a voulu propager l’usage du guano parmi les paysans des environs de Bayonne et a établi dans cette ville un dépôt. Malgré ses démarches et son engagement constant auprès des consignataires de Nantes, du Havre et de Bordeaux, il lui arrive souvent de se trouver sans guano, au grand désespoir de ses clients».  Charles Barroilhet est l’auteur de nombreux écrits dont un remarquable opuscule écrit en espagnol et accessible en ligne (BN, Gallica) sur le guano,  où il manifeste une sensibilité sociale exceptionnelle et raconte désabusé ses vaines dénonciations devant les législateurs péruviens et l’inutile requête pour informer le général président Ramon Castilla.

« Il y a dans la vie des nations des moments solennels où surgissent de formidables problèmes dont la solution décide tout l’avenir. C’est la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le Pérou […] Ma qualité d’étranger m’ordonne la plus totale abstention à ce sujet ; il m’est seulement permis de dire : que Dieu illumine les Péruviens !»

Vers 1862, de retour en France, la santé de Charles Barroilhet se détériore et après des pertes en bourse  il lui faut vendre sa propriété de Biarritz , « même au prix de 50.000 frs  ». Il épouse la veuve d’un émigré installé aux Etats-Unis où lui-même s’est rendu «réduit à l’extrémité d’aller chercher sa vie dans les aventures en Californie». Charles Barroilhet meurt en 1865 à Paris.

Pour prolonger cet article on accèdera en ligne aux communications présentées  le 5 et le 6 juillet 2021, lors du colloque sur l’histoire de l’émigration basque au Musée Basque et à l’IUT de Bayonne.

https://emila.hypotheses.org/2198

 

 

Histoire de l’émigration française au Pérou : des témoignages retrouvés sur le XIXe siècle

Histoire de l’émigration française au Pérou: 5 témoignages retrouvés.

L’article publié en espagnol dans Mitologías hoy expose les parcours de  vie des premiers voyageurs ou émigrants français au Pérou entre la guerre  d’indépendance et la guerre du Pacifique (1821-1883), notamment  après celui d’Eugène et Achille Courret, la biographie exceptionnelle de Charles Barroilhet, celle de Sauveur Soyer, les frères Dutey, Edouard Maury de Lapérouse, Flora Tristan et Marie Maitre. Les écrits et documents sur lesquels s’appuie la recherche révèlent l’interculturalité vécue dans la chair – avant que le concept d’interculturalité n’existe – par de jeunes émigrants issus de milieux aisés. L’adaptation et l’incompréhension face aux réalités étrangères sont évidentes dans les lettres aux proches archivées depuis plus d’un siècle et mises en lumière par les descendants héritiers de la mémoire familiale de l’ancêtre émigré, notamment M. Pierre Simonet qui a communiqué la correspondance permettant d’établir des liens entre Sauveur Soyer, natif de Saint-Palais et au service de Bolivar, Ulysse et Isidore Dutey, partis de Baigorri  et Charles Barroilhet de Bayonne. Deux témoignages de femmes offrent une approche différente des expériences migratoires masculines: il s’agit de celui de Flora Tristan et quarante ans plus tard de Marie Maitre de Saint-Arnaud.

On se reportera à l’article en ligne consacré au Bayonnais Charles Barroilhet.

Portrait de Charles Barroilhet, communiqué par Jacqueline Barroilhet (Santiago du Chili).

 

 

Colloque international : L’émigration basque en Amérique latine, 5 et 6 juillet


Colloque international EMILA Emigration basque en Amérique latine  Bayonne lundi 5 et mardi 6 juillet 2021.
Vidéos

Participants au colloque,  vidéo  réalisée par Carlos Estela -Vilela  Organisation à Bayonne: Beñat Çuburu -Ithorotz et Isabelle Tauzin-Castellanos. Chant: Pantxi Bidart.

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque: quelques minutes du film. 

Conférences – Présentations en ligne.

Lundi 5 juillet – Musée Basque et de l’histoire de Bayonne: Conférences publiques et table ronde des représentants d’associations d’émigration

Mardi 6 juillet – IUT de Bayonne et du Pays Basque – Conférences publiques et projection du film

Lundi 5 juillet 9: 30 – 18 :00 Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

 Ouverture du colloque par Mme Sabine Cazenave, directrice du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

10 :00 – 12 :00 Session 1  De l’agent d’émigration à la lettre d’émigration, une histoire régionale en construction

Claude Mehats : Samuel Lafone agent d’émigration

Pascal Chastin : Correspondance de Jean Vigné, agent d’émigration à Tardets

Argia Olçomendy : L’émigration basque en Argentine (1840-1910) : entre réalisation personnelle et freins socio-politiques

Oscar Alvarez Gila: La microgeografía de la inmigración vasca en Argentina a través del asociacionismo: la sociedad de socorros mutuos Euskal Echea

Discussion 12 :00-12 :30

 14:00 – 18: 00

14 :00 – 16:00 Session 2 – Table ronde – Les associations d’histoire de l’émigration basque ont la parole

Sabine Cazenave – Directrice du Musée Basque

Annie Sabarots – Musée de Basse Navarre

Monique Legarto – Euskal Argentina

Christiane Bidot-Naude – Émigration 64

16:00 -18:00  Session 3 – Architectures et littératures basques: patrimoines de l’émigration en Amérique latine

Viviane Delpech : Souvenirs de pierre. Création et patrimonialisation des demeures d’émigrés de retour en Iparralde (XIXe-XXIe siècle)

Jean Casenave: L’évocation de l’Amérique latine dans la Littérature basque (1850-1930)

 Xavier Escudero: L’oeuvre d’écrivains basques émigrés et la représentation littéraire du Basque émigré José Olivares Larrondo Tellagorri

 Audrey Berniard représentant Dolores Thion :  L’émigration basque dans la revue de l’Association pour la Mémoire de l’Emigration: Partir. Archives et mémoires de l’émigration pyrénéenne?

Mardi 6 juillet 9:30 – 19:00 – IUT Bayonne  Amphi Sainte-Claire.

9 :30 Accueil des participants

9 : 45 Ouverture par Madame Karine Guilloteau, directrice du Département Techniques de Commercialisation, représentant Monsieur Thierry Nodenot, directeur de l’IUT

10:00 – 12 :00 Session 4 – Rio de la Plata, Cuba, Etats-Unis… les destinations transatlantiques

Agathe Alexandre : La colonie française de San Juan. Explorations scientifiques et enjeux politiques dans le Rio de la Plata (1853-1857)

Marie-Pierre Arrizabalaga : Emigration des femmes basques aux Etats-Unis entre 1880 et 1940. Un processus d’autonomisation et d’émancipation

Maryse Esterle: Le passé reconstruit : les écrits de descendants d’émigrés pyrénéens, une réappropriation subjective .

Présentation PWP.

12 :00-12 :30 Discussion

14:00 -16: 30 Session 5 Des Pyrénées à l’Océan Pacifique : diaspora basque, images et traces 

Hernan Otero: Histoire de l’émigration française en Argentine

Argitxu Camus Etchecopar : Les correspondances: sources de l’expérience migratoire basque

Jesús Alonso Carballés: Le souvenir des indianos dans l’espace urbain du Pays basque-espagnol : Politiques symboliques et mémorielles

Carlos Estela Vilela: Images de l’émigration basque au Pérou

Isabelle Tauzin-Castellanos: Villas basques, villégiatures latino-américaines, émigrants et immigrants, 1890 -1930.

16 :30-17 :30 Discussion – Présentation de l’ouvrage collectif EMILA: De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire : histoire oubliée de la Nouvelle-Aquitaine XIXe-XXIe siècle.

17:30-19:00 Projection-Débat

Beñat Çuburu -Ithorotz : Parole de Basque (documentaire)

Co-organisation : Beñat Çuburu  (IUT Bayonne)  – Isabelle Tauzin (U. Bordeaux Montaigne)

Contact  : emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

 

Les travailleurs du cuir de Hasparren en Amérique latine : histoire d’une tradition migratoire

Séminaire EMILA   – EA 3656 AMERIBER

Communication de Beñat Çuburu Ithorotz (doctorant UBM-UPV, PRCE IUT Bayonne)

Vendredi 21 mai, 18:30  zoom

Les travailleurs du cuir de Hasparren en Amérique latine : histoire d’une tradition migratoire

Los trabajadores del cuero de Hasparren en América latina : historia de una tradición migratoria

Beñat Çuburu Ithorotz expose ses recherches doctorales sur l’émigration professionnelle dans l’univers de la tannerie et du travail du cuir, du Pays Basque, au départ d’Hasparren vers différents pays d’Amérique latine.

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Emigration béarnaise en Argentine

La projection du film Lo que me contó el abuelito, dix ans après sa réalisation, en présence des producteurs Agnès Lanusse et Dominique Gautier,   a été un beau succès avec une grande émotion à l’Institut Cervantès de Bordeaux, grâce aux témoignages recueillis en  Argentine, auprès de la première, deuxième et même troisième génération qui expriment encore la survivance de la douleur d’un déracinement et lors de séjours en France, le sentiment de revenir chez soi, dans un pays quitté depuis une éternité. Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, ce sont environ 120 000  Béarnais  qui sont partis ainsi chercher une vie meilleure en Amérique. Les voyageurs des premières décennies sont devenus des émigrants forcés de travailler pour rembourser  le billet de la navigation transatlantique. Leur voyage est d’une étonnante actualité en ce XXIe siècle .

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/histoires-argentines-de-bearnais-emigres.html

 

Emigration en Argentine

 6e Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes à Bordeaux

Mardi 20 octobre 2020 – 18 :00-20 :00  Institut Cervantès – Cours de l’Intendance, Bordeaux.

Lo que me contó abuelito – Histoires argentines de Béarnais émigrés

Projection de documentaire (61mn) suivie de débat. Film produit par CREAV – Communication (Pau).

Pendant le XIXe siècle et le début du XXe, environ 120 000  Béarnais  sont partis chercher une vie meilleure en Argentine. À partir de rencontres avec leurs descendants, le film nous fait découvrir l’itinéraire de ces émigrants. Langues : Français, Castillan et Occitan – Sous-titres français.

Le débat permet de dialoguer avec les producteurs du documentaire représentants l’association Béarn Argentina : Dominique Gautier et  Agnès Lanusse.   Quelques lignes de compte rendu…

Les témoignages apportent  un éclairage sur le besoin de retrouver des racines, de retisser des liens avec les familles de part et d’autre de l’Atlantique. Au regard des débats qui animent aujourd’hui la politique, l’économie et les sciences sociales sur la question de l’immigration, il est bon de rappeler que la France a vu partir des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, paysans, ouvriers, artisans pour aller chercher une vie meilleure dans des territoires dont ils ignoraient tout.  

Agnès Lanusse sur les pas de ses ancêtres présentera à Bordeaux le projet du film, le cinéaste Dominique Gautier  expliquera les aléas de la réalisation. La présentation de « Lo que me contó abuelito », s’inscrit dans le cadre du projet scientifique régional soutenue par la Nouvelle-Aquitaine : EMILA, Ecritures Migrantes Latino-Américaines, histoires et traces de/en Nouvelle-Aquitaine.

 

Diccionario Los vascos de Francia en Chile

Publication de Patricio Legarraga

 Los vascos  de Francia en Chile

Tome I- Histoire 1e partie

Tome 1 – Histoire 2e partie

Tome I Histoire, 3e partie

tome II: Dictionnaire  Los vascos de Francia en Chile  Abbadie-Currutchet

Dictionnaire Abadie-Curutchet

Plus d’informations  et autres volumes : patricio.legarraga[at]gmail.com

Généalogie basque et migration au Chili

Patricio Legarraga

Ingénieur de la Universidad de Chile. Généalogiste.  Membre de l’Institut Chilien de Recherches Généalogiques et de nombreuses associations basques du Chili. Expert pour la UNED en Etudes Basques.

Auteur du Dictionnaire Los vascos de Francia en Chile