Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique

Mes cousins d’Amérique, par Jean-Pierre Labroille 24 février 2024

Un récit familial

Je me souviens, enfant, avoir entendu ma mère raconter qu’elle avait des oncles en Amérique. Au début des années 1930, quand elle était elle-même enfant, elle était sûre que ces oncles avaient fait fortune et qu’un jour leur retour annoncerait pour la famille des jours fastes.

Continuer la lecture de « Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique »

Images de la diaspora basque en Amérique, XIXe –XXIe siècle

Exposition, projection débat et conférence  sur l’histoire de l’émigration basque à Hendaye

2 au 26 août 2023 – Vernissage 3 août

  • à l’Espace Culturel Mendi Zolan à Hendaye plage, du mercredi au samedi
  • à la Médiathèque municipale François Mitterand, à Hendaye centre, du mardi au samedi

Au XIXe et au XXe siècle, des dizaines de milliers de Basques sont partis à l’aventure du continent américain pour gagner leur vie et s’assurer un avenir meilleur. Les émigrants ont fondé les familles de la diaspora transatlantique, et ont gardé des attaches avec le pays natal. L’exposition préparée dans le cadre du projet EMILA présente plus de 70 photographies illustrant les étapes du parcours migratoire, du voyage transatlantique à l’installation en Amérique latine ou aux États-Unis, suivant un itinéraire thématique et chronologique centrée sur plusieurs pays qui ont accueilli les Européens, le Mexique, l’Uruguay, l’Argentine,  et également sur la côte Pacifique le Chili et le Pérou.

Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Bordeaux Montaigne) assure le commissariat de l’exposition ouverte au public sur la diaspora basque en Amérique du 3 août au 26 août, dans le cadre du projet EMILA Ecritures migrantes Latino-Américaines. Histoires et traces de/en Nouvelle Aquitaine à Hendaye. L’exposition à l’Espace Culturel Mendi Zolan est complétée par une projection débat le 3 août au cinéma Les Variétés de Parole de Basque avec Beñat Cuburu Ithorotz, docteur  de l’université Bordeaux Montaigne et enseignant d’espagnol à l’IUT de Bayonne et à une conférence le 22 août à la médiathèque  François Mitterand d’Hendaye.

Carlos Estela Vilela, doctorant sur le patrimoine photographique d’Eugène Courret, émigrant d’Angoulême parti au Pérou, est le concepteur graphique de l’exposition réalisée grâce aux contacts noués depuis 5 ans par l’équipe EMILA avec des descendants d’émigrants et des chercheurs de France et de Navarre, du Rio de la Plata ou d’autres terres d’accueil. Elena Poniatowska, Prix Cervantès de littérature, romancière franco-mexicaine, Oscar Alvarez Gila, historien de la diaspora à  l’université du Pays Basque, Hernan Otero et Margarita Pierini, universitaires argentins, Marcel Loustau et Santiago Arca Henon, descendants d’émigrés basques et béarnais en Uruguay,  Beñat Cuburu, spécialiste de l’émigration professionnelle d’Hasparren, Marie-Pierre Arrizabalaga, spécialiste de l’émigration basque, Pascal Chastin, doctorant qui explore les registres de Tardets-Sorholus, Raquel Idoate les réseaux de la famille Fort… nombreux sont les contributeurs et les partenaires rencontrés par l’universitaire spécialiste de l’Amérique latine Isabelle Tauzin, au cours de deux mois de recherches sur le terrain au printemps 2023, pour aboutir à l’exposition d’Hendaye du 3 au 26 août

 

La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique

Mardi 18 et mercredi 19 juillet, 14:00

Lieu du cours: Bayonne, cité des arts.

Coordination du séminaire: Isabelle Tauzin (Université Bordeaaux Montaigne) – Oscar Alvarez Gila (Université du Pays Basque)

Cours présentiel et à distance en français et en espagnol. Inscription obligatoire par le lien ci-dessous.

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis

Le cours proposé sur La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique (Pays Basque, Etats-Unis, Amérique latine, XIX-XXIe siècles) est la suite du cours transfrontalier réalisé à Bayonne en 2022 et du colloque sur l’émigration basque de juillet 2021.

En plus du public présent à la Cité des Arts de Bayonne, la transmission par zoom a facilité la participation du public éloigné, y compris en Amérique, déjà présent au cours d’été en 2022.

Objectifs

Les 4 sessions réparties sur 2 demi-journées avec bilans partiels et table ronde exposeront l’actualité de l’histoire de la diaspora basque, en apportant des réponses à de multiples questions sur l’histoire sociale du Pays basque et de l’Amérique des XIXe et XXe siècle.

Session 1:  le départ du pays basque XIXe-XXe siècle: Comment se faisait le recrutement des migrants ? quels rôles jouaient les agents d’émigration ? comment se déroulait la navigation transatlantique ?

Session 2: l’installation en Amérique XIXe-XXe siècle : L’émigration a-t-elle eu un caractère de voyage sous la contrainte ? y a-t-il une symétrie avec la fin de l’esclavage sur le continent américain? comment les immigrants ont-ils été accueillis sur place ? comment se sont-ils intégrés ? y a-t-il une différence dans l’installation de l’émigrant politique et l’émigrant économique ? que disent les photographies de la diaspora? comment interpréter une lettre d’un ancêtre parti en Amérique ?

Session 3: cultures et interculturalité XIXe-XXIe siècle: Comment s’est faite la transition d’une langue à l’autre (basque, français, espagnol) ? y a-t-il des spécificités de la diaspora basque aux États-Unis par rapport à l’Amérique latine (Argentine, Uruguay, Pérou, Chili, Mexique) ? quelle place ont occupé les femmes et les mineurs non accompagnés dans le processus d’émigration ?

Session 4: réseaux, associations, générations et patrimoines XXe-XXIe siècle : Quels rôles ont joué les associations ? Les arts populaires comme le cinéma et le sport ont-ils été des facteurs de transmission ou d’acculturation? Comment les journaux communautaires allophones se sont-ils développés? Quelle actualité a la diaspora basque ? Comment sont entretenus les liens avec les 3e et 4e génération ? Quels rôles jouent les expositions culturelles et les conférences scientifiques dans la transmission du patrimoine diasporique.

18.Jul – 19. Jul, 2023 Cód. F07-23

ES: https://www.uik.eus/es/curso/diaspora-vasca-salida-transfronteriza-integracion-america-pais-vasco-estados-unidos-america

EUS: https://www.uik.eus/eu/jarduera/euskal-diaspora-mugaz-gaindiko-irteeratik-amerikako-integraziora-euskal-herria-estatu

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis Continuer la lecture de « La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique »

Pueyrredon ou Poeyredon : un Libertador argentin fils de Navarrais

La Maison  Pueyrredon se trouve dans la ville de San Isidro, Neuilly porteño à une vingtaine de kilomètres de Buenos Aires. Cette belle résidence proche de la rivière de la Plata  est un musée municipal à vocation pédagogique.

Parmi les nombreux portraits et documents exposés, se trouve l’acte de naturalisation du père du Libertador, originaire de Basse Navarre -selon cet acte photographié sur place (“que es natural de la villa de … en la Baja Navarra y del mismo modo son sus padres cristianos”) mais  l’acte de baptême de 1738 dans le registre en ligne incomplet d’Issor n’a pas été retrouvé si Poeyrredon est né dans ce territoire béarnais et non bas-navarrais. De même que la graphie “poeyredon” est celle attestée dans le département pyrénéen pour quelques actes d’état civil postérieurs à 1800. Le père de celui qui deviendra  Directeur Suprême des Provinces du Rio de la Plata, est arrivé à Buenos Aires en 1764 comme représentant d’une maison de commerce espagnole.

Le nom de Jacques Poeyredon apparaît dans la correspondance consulaire de Cadix en 1777, comme propriétaire d’une boutique et venu d’Oloron Sainte Marie. Le fils du Navarrais, Juan Martin Pueyrredon arrive en France sous le Directoire, puis revient à Buenos Aires en 1802 et prend part à la résistance contre les Invasions anglaises, aux côtés de son compatriote Liniers. En 1809, venant de Séville, il est arrêté sur ordre du vice-roi Elio à Montevideo. “Pueyrredón est considéré comme un homme de grand talent, apparenté aux premières familles du pays, fils d’un Français; c’est une tête brûlée, il ne fait aucun doute que sa présence en Amérique est extrêmement dangereuse et qu’il est absolument nécessaire d’empêcher même sa communication avec la population”. (Gallo, Klaus, El político de la revolución. Vida de Juan Martín de Pueyrredón, Museo Pueyrredon, San Isidro,Trama, 2015, p. 24).

Les Pueyrredon ont continué à aller et venir entre l’Amérique et l’Europe tantôt pour affaires et aussi pour éviter les persécutions politiques, en particulier sous le régime de Juan Manuel de Rosas. C’est ainsi qu’en 1835, le général  arrive avec sa famille à Bordeaux, puis s’installe entre Paris, où son fils, le peintre Prilidianto Puyerredon se forme à la peinture et à l’architecture, et Cadix où Juan Martin possédait une entreprise spécialisée dans l’importation de cuir argentin (Lucas Andrés Masán, Estrellas y amapolas. Las pinturas rurales de Prilidiano Pueyrredon y las sensibilidades en el Buenos Aires de 1860). Beaucoup reste à découvrir encore sur cette famille franco-argentine oubliée.

Costa del Rio de la Plata, par Prilidiano Pueyrredon.

Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque

En amont d’une conférence sur l’immigration française en Uruguay programmée par l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Montevideo, l’universitaire bordelaise Isabelle Tauzin-Castellanos a rendu visite à un collectionneur uruguayen fidèle aux racines de ses ancêtres basques et béarnais.

Marcel Loustau, pendant des dizaines d’années, a recherché de nombreux documents en archives et reconstitué le parcours de ses aïeux basque et béarnais arrivés à Montevideo dans les années 1840. Pierre Cazamayou Larroque est arrivé en 1841. Marcel Loustau précise : ” Le patronyme d’origine en France est Cazamayou avec z alors qu’à l’arrivée en Uruguay il est devenu Casamayou avec s”.

Urbain Loustau, l’arrière-arrière grand-père dont il porte le nom, est arrivé en 1843, à quatorze ans, seul, pour retrouver son père sur place, établi comme sellier, ce dernier originaire de Sauveterre-de-Béarn était introuvable quand l’adolescent est arrivé.

L’arrière-arrière-grand-père servit dans le bataillon des volontaires basques pendant la Guerre Grande qui dura jusqu’en 1851. Marcel Loustau conserve à la fois la sacoche de son ancêtre au service des colorados et la liste manuscrite des membres du bataillon. Urbain Loustau a épousé une immigrante basque, Gracianne Aphat qui s’est retrouvée veuve avec deux enfants à charge. Continuer la lecture de « Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque »

Félix Dibos de Bayonne à Lima: les hauts et les bas de l’émigration

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos

Félix Dibos est né à Bayonne le 27 avril 1831 et mort à Lima en 1898. Sa biographie est représentative de celle de nombreux émigrants basques partis en Amérique du sud. Fils d’un négociant, il est associé à l’un de ses frères installés à Paris et à un Girondin  qui tient un magasin en plein centre ville depuis 1835, Gabriel Larrieu. L’ascension sociale est facilitée par le mariage, avec une des filles d’un émigrant allemand, Ernestine Pflücker et l’arrivée d’Edouard Dibos à Lima, l’un des frères de Salvat Félix en 1863. F. Dibos négocie un contrat d’armement du gouvernement péruvien  avec le gendre péruvien d’Achille Allier, Manuel de La Jara, proche du colonel  Balta, président du Pérou après un coup d’état en 1869. 12.000 fusils Chassepot sont destinés à équiper l’armée péruvienne et seront utilisés dans la guerre contre le Chili.

Félix Dibos investit dans tous les négoces prometteurs des années 60-70, le nitrate du désert de Tarapaca tout comme dans le projet d’un train pour relier Lima avec une nouvelle station balnéaire, Magdalena del Mar, aux côtés d’autres expatriés du sud-ouest, Léon Maître et Edouard Porterie. Dibos importe du matériel ferroviaire et contribue à la modernisation du port du Callao. Dibos est membre fondateur des principales associations françaises, à visée philanthropique comme la Société de Bienfaisance française en 1860, la Maison de Santé en 1870, le corps des Pompiers français (1866), et la Société de française de Tir. Il participe également à la Société européenne d’Immigration dont Louis Mortier est le président installé à Bordeaux. Les résultats de ce consortium seront piètres au regard de l’investissement de la république péruvienne : une centaine de Français s’installent seulement  mais il est vrai que le Pérou s’est alors déclaré en cessation de paiement ; l’instabilité est très grande, l’ex-président Manuel Pardo est assassiné.

La guerre du Pacifique affecte les biens de Félix Dibos; sa maison de Chorrillos est détruite. De nombreux Français émigrés au Pérou sont retournés en France. Marie Maître donne des nouvelles depuis Paris  de toute la communtauté expatriée (lettre du 6 décembre 1883) : “Les Dibos ont perdu presque toute leur fortune ; ils ont mis 3 ou 400 000 francs qu’il leur restait dans les bains de Magdalena”.  Ruiné, Félix Dibos meurt à Lima en 1898. Les Dibos Pflücker ont 5 enfants qui intègrent la grande bourgeoisie péruvienne malgré les revers économiques de Félix Dibos. Le plus célèbre des descendants a été le pilote de course Eduardo Chachi Dibós.  Le portrait de Jorge Dibos Pflücker, l’un des enfants de Félix Dibos, est issu de la collection Courret-Dubreuil (BNP).

Sources

Barrantes Rodríguez Larraín, Fernando, Los ciudadanos franceses y francesas en la República del Perú, Lima, Maison de Santé, 2005.

Marie Maitre Mission au Chili 1882-1885, 2015, Saint-Escobille, éd Emmanuel Desurvire

Riviale, Pascal, Un négociant français au Pérou au XIXe siècle : splendeur et décadence de Félix Dibos (1831-1898), HISAL2005-3 

Acte de naissance de Salvat Félix Dibos en ligne – AD 64

 

Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Paul Lafitte est de ces Basques émigrés à Cuba qui ont marqué leur passage d’une empreinte indélébile. Toute sa vie fut guidée par des valeurs qu’il portait au-dessus de tout : le travail, la famille, le patriotisme.

Continuer la lecture de « Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba »

Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Dans le cercle des bertsularis (improvisateurs en langue basque), Joseph Mendiague est l’un des plus remarquables car toute sa poésie a été produite en Uruguay où il avait émigré. Pratiquement inconnu au Pays basque jusqu’à ce que Piarres Xarriton le sorte de l’oubli, il était cependant très populaire dans le milieu de la diaspora basque.

Son père François étant douanier, Joseph Mendiague naquit aux Aldudes (Basse-Navarre) le 27 avril 1845. Il était le neuvième enfant d’une famille qui allait en compter quatorze mais la mortalité infantile étant très élevée à l’époque, seuls sept d’entre eux survécurent. En 1848, François Mendiague démissionna du corps des douanes et vint s’installer comme aubergiste à Hasparren, une commune où il avait déjà été nommé comme douanier une quinzaine d’années auparavant entre 1835 et 1838. Joseph Mendiague et sa femme Catherine Larregain avaient habité la maison Guardatea et les trois premiers enfants du couple y naquirent. La famille vécut les premières années dans différentes maisons au quartier Zelai puis elle s’installa au centre-ville où le couple prit la gérance du bar Dukiania pour compléter la retraite de douanier de François Mendiague.

Continuer la lecture de « Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay »

Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

La famille Choribit est liée de très près à l’histoire de la tannerie à Hasparren. On peut parler d’une véritable dynastie car elle exerça cette activité dans le village aux XVIIIe et XIXe siècles ; puis lorsque survint la crise à la fin du XIXe, les Choribit choisirent l’émigration vers le Chili où ils prospérèrent dans leur métier tout au long du XXe siècle.

Continuer la lecture de « Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili »

Université d’été transfrontalière – Bayonne, 19-20 juillet 2022

Cours d’été transfrontaliers –  Bayonne – Cité des artsUNUM – F06-22

Inscriptions en ligne. 

Histoire de la migration transfrontalière en Amérique et représentations culturelles

Mardi 19 juillet 14h-17h – Session 1

Beñat Çuburu (IUT Bayonne – UPPA) : Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude d’une tradition migratoire spécialisée (XVIIIe-XXe siècles)- I

Oscar Alvarez Gila (Université du Pays Basque): Image et mémoire de l’émigration basque – Imagen y Memoria de la emigración vasca – I

Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne) : Quelques traces d’agents d’émigration basques : archives à redécouvrir

Mercredi 20 juillet 9h30-12h30 – Session 2

Beñat Çuburu (IUT Bayonne – UPPA): Les travailleurs du cuir d’Hasparren en Amérique latine. Étude d’une tradition migratoire spécialisée (XVIIIe-XXe siècles) – II

Oscar Alvarez Gila (Université du Pays Basque): Image et mémoire de l’émigration basque

Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne) : Lettres d’émigrés basques et béarnais : nouvelles d’Argentine et du Pérou.

L’objectif du cours d’été transfrontalier est d’apporter des outils sur l’histoire oubliée de l’émigration à destination de l’Amérique,  explorée à partir de sources multiples et de profils d’émigrants partis dans différents pays, au carrefour des sciences humaines et sociales avec une approche centrée sur les territoires régionaux et transfrontaliers ainsi que les pays d’accueil outre-Atlantique. Le cours d’été s’inscrit dans le prolongement de la thématique développée en 2019 à Lekeitio, à l’initiative d’Oscar Alvarez Gila et Koldo San Sebastian sur La diaspora basque et la Guerre de 14-18.

Contact: emila[at]u-bordeaux-montaigne.fr

Programme en ligne en espagnol , en euskera, en français.

https://www.uik.eus/fr

Lettres d’Argentine

Les lettres de Dorothée Mondot-Haurie partie en 1899 de son Béarn natal ont été restituées à Paul Mousqué, agriculteur de Lucq et arrière-petit neveu de l’émigrante béarnaise. Les 180 lettres ont été  classées et numérisées par Isabelle Tauzin-Castellanos dans le cadre du projet EMILA (Université Bordeaux Montaigne), dans l’attente que les originaux soient archivées et les numérisations  donnent accès à un fragment d’histoire familiale partagée en Béarn, au Pays Basque et au-delà dans tout le grand sud-ouest.

Dorothée Mondot-Haurie est arrivée à Buenos Aires avec deux autres jeunes gens de Lucq de Béarn, André et Ursule Pétreigne, et avec une partie de la famille Pétreigne. Elle est allée travailler dans la Pampa humide,  près de la bourgade de Rauch, fondée voilà 150 ans, après le passage par la douane de Buenos Aires. L’Association franco-argentine des Béarnais s’est réunie à l’occasion d’une conférence de l’universitaire bordelaise,  organisée à la Bibliothèqe Guido y Spano, à l’initiative de Jorge Horacio Pétreigne, en présence de nombreux descendants de Béarnais.

 

 

Lettres entre Lucq de Béarn et l’Argentine

Les lettres retrouvées dans le grenier d’une ferme béarnaise, par un descendant de la famille qui avait émigré en Argentine ont été écrites à partir de 1899. Dorothée Mondot-Haurie se dévoile au fur et à mesure qu’elle écrit, ses deux soeurs la rejoignent dans la Pampa argentine  ainsi que de nombreux autres jeunes gens à la recherche d’un avenir meilleur.

Séminaire en ligne  du 11 février 2022, 18h30-20h avec la participation de Paul Mousqué (Lucq), Lora Labarere (Argentine), Beñat Cuburu (Bayonne), Maryse Esterle (Paris), les étudiants du master Recherche espagnol, Flor Mallqui (Lima), Valérie Joubert, Maylis Santa-Cruz, Rosmeliz Alva, Carlos Estela, Isabelle Tauzin, coordinatrice du projet EMILA (Bordeaux).

Charles Barroilhet (Bayonne 1804-Paris 1865)

Charles Barroilhet.  Un itinéraire exemplaire de l’émigration  au XIXe siècle: Pérou, Chili, États-Unis.

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos  (Université Bordeaux Montaigne)

Charles Barroilhet a quitté Bayonne pour Bordeaux et Lima,  à 22 ans, en janvier 1827, guidé sur les chemins de l’émigration par un militaire français au service de la République du Pérou, Sauveur Soyer.

Une partie des lettres que Charles Barroilhet a adressées à sa famille, a été conservée et a été mise à disposition pour cette recherche en Nouvelle-Aquitaine sur les traces des émigrants,  par  Pierre Simonet, descendant de la famille Barroilhet à Bayonne.  Son accord sur la diffusion permet de faire connaître le parcours hors du commun d’un émigrant  qui a vécu au Chili et au Pérou, ainsi qu’en Californie avant de s’installer à Paris sous le Second Empire.

Charles Barroilhet, très attaché à sa famille, quitte Bayonne pour Lima à 22 ans, embarque à Bordeaux à la fin janvier 1827. Il écrit une première lettre  à sa mère.

Des dépenses imprévues doivent être faites avant de quitter la France, du fait du climat différent dans le pays vers lequel il part: «l’achat d’un chapeau de paille et d’une redingote d’été m’ont laissé un peu à sec. Ces objets m’étaient indispensables ».  Les difficultés sont nombreuses et inattendues pour le jeune homme. « Ayant voulu procéder à l’exportation des habits pour l’obtention de la prime, la Douane a été d’une telle exigence dans l’exhibition des diverses pièces que j’ai dû y renoncer » . Un autre jeune Basque, Ulysse Dutey, de Baigorri, a sans doute été convaincu d’émigrer par Sauveur Soyer, devenu officier de l’armée du Pérou. Les jeunes gens partagent les préparatifs de la traversée transatlantique : « Nous vivons ensemble dans le même hôtel, dans la même chambre, nous mangeons à la même table, enfin nous ne nous quittons plus ». Charles Barroilhet se réjouit du «caractère droit et loyal de cet excellent jeune homme [qui] sympathise on ne peut mieux avec le mien ; aussi vivons-nous plus comme deux frères dans la plus parfaite harmonie ».

Charles Barroilhet prévoit de vivre loin de France dix ans; il  espère  pouvoir effectuer ensuite un voyage de retour.  Son  frère aîné, François Barroilhet, se rendra à Valparaiso en 1834. Les frères croisent Flora Tristan, à la recherche elle-aussi d’une meilleure fortune, ainsi qu’il ressort des Pérégrinations d’une paria où elle manifeste de la compassion à l’égard d’une compatriote fuyant un mari mal traitant, Mme Aubry.

Un portrait de Charles Barroilhet est conservé au Chili par la famille, et a été communiqué pour cet article par Jacqueline Barroilhet auteure d’une recherche généalogique approfondie sur ces ancêtres et qu’elle a publiée à Santiago.

Le grand négoce qui se présente à partir du début des années 1840 entre l’Amérique du sud et l’Europe, est l’exportation du guano, dont les Anglais et les Français découvrent, bien après les paysans péruviens, les vertus pour améliorer les rendements agricoles.  Charles Barroilhet rapporte dans une lettre : «Une de mes sœurs a voulu propager l’usage du guano parmi les paysans des environs de Bayonne et a établi dans cette ville un dépôt. Malgré ses démarches et son engagement constant auprès des consignataires de Nantes, du Havre et de Bordeaux, il lui arrive souvent de se trouver sans guano, au grand désespoir de ses clients».  Charles Barroilhet est l’auteur de nombreux écrits dont un remarquable opuscule écrit en espagnol et accessible en ligne (BN, Gallica) sur le guano,  où il manifeste une sensibilité sociale exceptionnelle et raconte désabusé ses vaines dénonciations devant les législateurs péruviens et l’inutile requête pour informer le général président Ramon Castilla.

« Il y a dans la vie des nations des moments solennels où surgissent de formidables problèmes dont la solution décide tout l’avenir. C’est la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le Pérou […] Ma qualité d’étranger m’ordonne la plus totale abstention à ce sujet ; il m’est seulement permis de dire : que Dieu illumine les Péruviens !»

Vers 1862, de retour en France, la santé de Charles Barroilhet se détériore et après des pertes en bourse  il lui faut vendre sa propriété de Biarritz , « même au prix de 50.000 frs  ». Il épouse la veuve d’un émigré installé aux Etats-Unis où lui-même s’est rendu «réduit à l’extrémité d’aller chercher sa vie dans les aventures en Californie». Charles Barroilhet meurt en 1865 à Paris.

Pour prolonger cet article on accèdera en ligne aux communications présentées  le 5 et le 6 juillet 2021, lors du colloque sur l’histoire de l’émigration basque au Musée Basque et à l’IUT de Bayonne.

https://emila.hypotheses.org/2198

 

 

Histoire de l’émigration française au Pérou : des témoignages retrouvés sur le XIXe siècle

Histoire de l’émigration française au Pérou: 5 témoignages retrouvés.

L’article publié en espagnol dans Mitologías hoy expose les parcours de  vie des premiers voyageurs ou émigrants français au Pérou entre la guerre  d’indépendance et la guerre du Pacifique (1821-1883), notamment  après celui d’Eugène et Achille Courret, la biographie exceptionnelle de Charles Barroilhet, celle de Sauveur Soyer, les frères Dutey, Edouard Maury de Lapérouse, Flora Tristan et Marie Maitre. Les écrits et documents sur lesquels s’appuie la recherche révèlent l’interculturalité vécue dans la chair – avant que le concept d’interculturalité n’existe – par de jeunes émigrants issus de milieux aisés. L’adaptation et l’incompréhension face aux réalités étrangères sont évidentes dans les lettres aux proches archivées depuis plus d’un siècle et mises en lumière par les descendants héritiers de la mémoire familiale de l’ancêtre émigré, notamment M. Pierre Simonet qui a communiqué la correspondance permettant d’établir des liens entre Sauveur Soyer, natif de Saint-Palais et au service de Bolivar, Ulysse et Isidore Dutey, partis de Baigorri  et Charles Barroilhet de Bayonne. Deux témoignages de femmes offrent une approche différente des expériences migratoires masculines: il s’agit de celui de Flora Tristan et quarante ans plus tard de Marie Maitre de Saint-Arnaud.

On se reportera à l’article en ligne consacré au Bayonnais Charles Barroilhet.

Portrait de Charles Barroilhet, communiqué par Jacqueline Barroilhet (Santiago du Chili).

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search