Du Gers à l’Uruguay: une recherche généalogique complexe

Une recherche généalogique de Myriam Managau  réalisée à Montevideo en Uruguay.

Frix Isidore Lussan était le 5ème enfant de Jean Lussan et de Marie-Louise Paris, né à Pouylebon, dans le canton de Montesquieu le 1r août 1834. Les parents se sont mariés à Pouylebon, le 20 novembre 1825. Son père Jean Lussan est né à Pouylebon le 16 germinal an III de la république française selon le calendrier grégorien le 5.04.1795. Il était le fils de Joseph Lussan et d’Anne Aveillé. Sa mère Marie-Louise Paris est née à Labéjan, dans le canton de Mirande le 8 octobre 1792. Elle était la fille de Jacques Roger Paris et d’Antoinette Charlotte d’Ayllier, son père était arpenteur, maire du village de Pouylebon. Le couple de Jean Lussan et Marie-Louise Paris a eu à Pouylebon 5 enfants : Marie Lussan le 12.03.1826 ; Antoine Charlotte Geneviève Lussan le 1r mars.1828 ;  Joseph Lussan le 28 novembre 1829 ; Jeanne Marie Lussan le 01.5.1832, et Frix Isidore Lussan le 1r août 1834. Le prénom Frix n’est pas fréquent: il trouve son origine chez un prince franc né à Frise aux Pays-Bas et  qui a combattu les sarrasins sous le règne de Charles Martel, fondateur de la dynastie carolingienne avec lequel il était apparenté. Mortellement blessé à Bassoues (Gers), son héroïsme en a fait un saint vénéré. Une basilique a été érigée en hommage à Saint-Fris à Bassoues. Le prénom Fris peut avoir deux orthographe Fris ou Frix tandis que le féminin serait Frise.

Frix Lussan part du port de Bordeaux le 23 octobre 1854 à l’âge de 20 ans sur le navire Lily, destination Montevideo. Il est muni d’un passeport obtenu des autorités du Gers et un visa accordé par le préfet de la Gironde, à destination de Corrientes (Argentine). Le navire était un trois-mâts commandé par le capitaine Toulouze et 20 hommes d’équipage. Le navire est arrivé à Montevideo probablement fin décembre 1854.

Françoise Grand était la 6e fille d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand, née à Lalouret, un village du Comminges en Haute-Garonne le 19 mai 1835. Les parents s’étaient mariés à Sauveterre-de-Comminges le 2 octobre 1818. Alexis Grand, est né à Lalouret le 14 juillet1794, il était le fils de François Grand et de Marie-Jaquette Dupuy. Marie-Anne Grand est née à Lalouret le 18 juillet 1797, elle était la fille de Bertrand-Jean Grand et de Jeanne-Marie Fadeuilhe. Le couple d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand ont eu à Lalouret 6 enfants : François Grand le 2 janvier 1820, Jeanne Marie Bertrande Grand le 17 janvier1823 + 14 septembre 1833, Dominiquette Grand le 7 mai 1826, Bertrand Grand le 2 avril 1830, Jacquette Grand le 31août1833 + 1 mai 1834 et Françoise Grand née le 19 mai 1835.

Après le décès de deux filles Jeanne Marie et Jacquette en 1833 et 1834, le couple entreprit un voyage en Amérique du Sud avec quatre enfants, deux garçons François et Bertrand et deux filles Dominiquette et Françoise Grand, comme en témoigne la liste des passagers au départ du port de Bordeaux. Ils étaient munis des passeports obtenus auprès des autorités de la Haute-Garonne et un visa pour Corrientes émis par le préfet de la Gironde. Ils partirent le 23 octobre1854 du port de Bordeaux sur le navire Lily destination Montevideo. François était âgé de 34 ans, Dominiquette de 28 ans, Bertrand 24 ans et Françoise de 19 ans.

Frix Isidore Lussan et Françoise Grand embarquèrent à Bordeaux à la même date et sur le même navire, ils ont dû se rencontrer lors du voyage de deux mois qui les a amenés à Montevideo. Dans les registres du Consulat de France à Montevideo, Frix Isidore Lussan ne figure pas ; au contraire on trouve l’enregistrement d’Alexandre Grand, né à Lalouret, de Haute-Garonne il n’y a pas de date de naissance, un métier typique du Rio de la Plata : tropero », qui désigne le berger à cheval qui conduit les troupeaux ou le charretier, immatriculé le 18 novembre.1864, de Bertrand Grant, né à Lalouret, Haute-Garonne, né en 1834 résidant à Tala, Canelones, profession laboureur, ne sais pas signer, immatriculé le 22.08. 1863 sur témoignage de M. Lafitte, de Joseph Grant, né à Santa Rosa, Canelones le 22.05.1865, charretier, sans date. On peut déduire qu’Alexandre Grand, est le père, Bertrand Grand le fils, enregistré comme GRANT et Joseph GRANT est le fils de Bertrand né à Canelones où ils se sont établis.

Frix Isidore Lussan et la famille Grand se sont installés à Canelones. Frix a épousé Françoise Grand avant 1860, acte non encore trouvé. Le couple Lussan- Grand a eu à Canelones plusieurs enfants: Josefa Paula Lussan Grand le 26/01/1860 baptisée le 08/05/1860 dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras. Les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Lussan, ainsi que les grands-parents maternels Alexis Gran et Mariana Gran. Les parrains sont José Baron et Dominga Grand, la tante maternelle; Francisca Valeria Lussan Grand le 29/01/1863 baptisée dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras, les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Paris et les grands-parents maternels Alejo Grand et María Grand. Les parrains et marraines sont Francisco Morales et Justa Pérez; Petronila Dominga Lussan Grand le 31/05/1869 baptisée le 09/04/1869 dans l’église Notre-Dame de Guadalupe, Canelones.    Par erreur, elle est enregistrée sous le nom de Petronila Dominga Fritz, son père apparaissant comme Luciano Fritz et sa mère Francisca Grand ; les parrains furent José Baron et Dominga Grand; Dominiquette Grand épouse Joseph Baron, de nationalité française, ils auront deux filles Léopoldine et Eugenia Léopoldine Baron Grand ; Bertrand Gran épouse Catalina Bruqueta, il est probable qu’ils soient arrivés déjà mariés. Ils ont deux enfants à Canelones, José Grand né le 22/05/1865 et María Grand née le 10/4/1867. Les informations sur le frère aîné François Grand sont manquantes. Frix Isidore Lussan décède à Montevideo le 11 octobre1895 à l’âge de 61 ans. Françoise Grand décède à Canelones le 5 décembre 1906 à l’âge de 71 ans.

En résumé,  Frix Lussan et Françoise Grand sont partis à la même date du port de Bordeaux sur le même navire et ils se sont rencontrés pendant la traversée océanique. Le nom Lussan en Uruguay, a une graphie différente, il apparait sous la forme Luzan et le prénom Frix a été pris dans des actes comme nom Fritz, la recherche a été difficile. La confusion sur la graphie des noms français est fréquente. Le fait d’avoir pris le prénom Frix comme patronyme Fritz, a fait croire aux descendants que l’origine de la famille se situait à la frontière avec l’Allemagne.Le nom Grand apparait aussi avec une graphie différente Grant et ses descendants ont été inscrit comme Grant. Reste à trouver l’acte de mariage Lussan (Luzan) x Grand à Montevideo et à Canelones. Le couple Lussan x Grand parlait français de même que leurs trois filles Josefa Paula, Francisca Valeria et Pétronille Dominga Lussan Grand, à la maison. Cela a permis aux générations suivantes de connaitre des mots et transmettre leurs souvenirs les plus chers.

Myriam Managau est généalogiste à Montevideo. Isabelle Tauzin a fait sa connaissance à l’occasion d’une conférence à l’Alliance française de Montevideo sur l’histoire de l’émigration. Myriam Managau rappelle que ses grands-parents Grégoire Jean Managau Lhez ( Asté 65, 1882) et Marie-Jeanne Sarthe Lalanne (Aast 64, 1878, sur la photo avec Myriam enfant) sont arrivés du Paraguay en 1917 à Montevideo où ils se sont connus.
Elle appartient à la 2ème génération des immigrants français en Uruguay et son travail de recherche lui permet de  conserver et de transmettre la langue, les chants et les comptines apprises, les souvenirs des Pyrénées de ses ancêtres et les images intimes dont l’histoire de Bernadette Soubirous évoquée religieusement par sa grand-mère.

Images de la diaspora basque en Amérique, XIXe –XXIe siècle

Exposition, projection débat et conférence  sur l’histoire de l’émigration basque à Hendaye

2 au 26 août 2023 – Vernissage 3 août

  • à l’Espace Culturel Mendi Zolan à Hendaye plage, du mercredi au samedi
  • à la Médiathèque municipale François Mitterand, à Hendaye centre, du mardi au samedi

Au XIXe et au XXe siècle, des dizaines de milliers de Basques sont partis à l’aventure du continent américain pour gagner leur vie et s’assurer un avenir meilleur. Les émigrants ont fondé les familles de la diaspora transatlantique, et ont gardé des attaches avec le pays natal. L’exposition préparée dans le cadre du projet EMILA présente plus de 70 photographies illustrant les étapes du parcours migratoire, du voyage transatlantique à l’installation en Amérique latine ou aux États-Unis, suivant un itinéraire thématique et chronologique centrée sur plusieurs pays qui ont accueilli les Européens, le Mexique, l’Uruguay, l’Argentine,  et également sur la côte Pacifique le Chili et le Pérou.

Isabelle Tauzin-Castellanos (professeure des universités, Bordeaux Montaigne) assure le commissariat de l’exposition ouverte au public sur la diaspora basque en Amérique du 3 août au 26 août, dans le cadre du projet EMILA Ecritures migrantes Latino-Américaines. Histoires et traces de/en Nouvelle Aquitaine à Hendaye. L’exposition à l’Espace Culturel Mendi Zolan est complétée par une projection débat le 3 août au cinéma Les Variétés de Parole de Basque avec Beñat Cuburu Ithorotz, docteur  de l’université Bordeaux Montaigne et enseignant d’espagnol à l’IUT de Bayonne et à une conférence le 22 août à la médiathèque  François Mitterand d’Hendaye.

Carlos Estela Vilela, doctorant sur le patrimoine photographique d’Eugène Courret, émigrant d’Angoulême parti au Pérou, est le concepteur graphique de l’exposition réalisée grâce aux contacts noués depuis 5 ans par l’équipe EMILA avec des descendants d’émigrants et des chercheurs de France et de Navarre, du Rio de la Plata ou d’autres terres d’accueil. Elena Poniatowska, Prix Cervantès de littérature, romancière franco-mexicaine, Oscar Alvarez Gila, historien de la diaspora à  l’université du Pays Basque, Hernan Otero et Margarita Pierini, universitaires argentins, Marcel Loustau et Santiago Arca Henon, descendants d’émigrés basques et béarnais en Uruguay,  Beñat Cuburu, spécialiste de l’émigration professionnelle d’Hasparren, Marie-Pierre Arrizabalaga, spécialiste de l’émigration basque, Pascal Chastin, doctorant qui explore les registres de Tardets-Sorholus, Raquel Idoate les réseaux de la famille Fort… nombreux sont les contributeurs et les partenaires rencontrés par l’universitaire spécialiste de l’Amérique latine Isabelle Tauzin, au cours de deux mois de recherches sur le terrain au printemps 2023, pour aboutir à l’exposition d’Hendaye du 3 au 26 août

 

Le registre des immatriculations françaises en Uruguay:

Dr. Daniel Muracciole Champenois : Apports à la connaissance et à la compréhension de l’immigration française au XIXe siècle. 2017. Conférence dans le cadre de l’AFUB Association franco-uruguayenne des Béarnais.

Le diaporama de Daniel Muracciole rencontré à Montevideo en 2023 à l’occasion d’une conférence d’Isabelle Tauzin sur l’émigration française est un outil précieux et complet pour comprendre l’immigration en Uruguay. Il est accessible en ligne ici grâce à la générosité du diplomate franco-uruguayen.

El registro de matriculaciones del Consulado de Francia

Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque

En amont d’une conférence sur l’immigration française en Uruguay programmée par l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Montevideo, l’universitaire bordelaise Isabelle Tauzin-Castellanos a rendu visite à un collectionneur uruguayen fidèle aux racines de ses ancêtres basques et béarnais.

Marcel Loustau, pendant des dizaines d’années, a recherché de nombreux documents en archives et reconstitué le parcours de ses aïeux basque et béarnais arrivés à Montevideo dans les années 1840. Pierre Cazamayou Larroque est arrivé en 1841. Marcel Loustau précise : ” Le patronyme d’origine en France est Cazamayou avec z alors qu’à l’arrivée en Uruguay il est devenu Casamayou avec s”.

Urbain Loustau, l’arrière-arrière grand-père dont il porte le nom, est arrivé en 1843, à quatorze ans, seul, pour retrouver son père sur place, établi comme sellier, ce dernier originaire de Sauveterre-de-Béarn était introuvable quand l’adolescent est arrivé.

L’arrière-arrière-grand-père servit dans le bataillon des volontaires basques pendant la Guerre Grande qui dura jusqu’en 1851. Marcel Loustau conserve à la fois la sacoche de son ancêtre au service des colorados et la liste manuscrite des membres du bataillon. Urbain Loustau a épousé une immigrante basque, Gracianne Aphat qui s’est retrouvée veuve avec deux enfants à charge. Continuer la lecture de « Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque »

L’équipage du Consolateur en 1808

Marins du Consolateur arrivés en 1808 à Buenos Aires. Bibliothèque Nationale d’Argentine, Julien Mellet, édition annotée de 1826.  IT

Le rôle d’équipage du Consolateur, parti de Bayonne le 29 mai 1808 pour Montevideo, permet de connaître  dans quelles circonstances le marquis de Sassenay fut envoyé par Napoléon pour rallier l’Amérique à son empire.

Les deux premières pages du rôle d’équipage sont datées du 29 mai 1808 et présentent la liste de tous les marins, y compris ceux qui selon les folios suivants n’ont pas embarqué ; on retrouve cette liste à la fin de cet article.

Les faits recherchés trouvés grâce à la consultation du rôle sont l’embarquement tardif de Julien Mellet, en provenance de Marmande, inscrit le 29 mai, mais pas dans le rôle initial. En revanche dans le rôle récapitulatif figure Etienne Joseph Mallet, prénom et nom partiellement raturé.

Un passager au compte de l’État, le 29 mai 1808 apparaît sous la graphie « Sasney », embarqué par ordre de Sa Majesté Impériale (SMI), sans précision sur le prénom et la mention du départ le 30 mai, feuillet ajouté avec la mention Bayonne 5 juillet 1808. Il s’agit du marquis de Sassenay, évoqué par Julien Mellet au début de son récit de voyage, envoyé par Napoléon pour intercéder auprès de Liniers et obtenir le ralliement à la France des possessions espagnoles d’outre-mer. La mission échoua, le Consolateur fut attaqué par les Anglais ; Sassenay fut emprisonné.

Continuer la lecture de « L’équipage du Consolateur en 1808 »

Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Dans le cercle des bertsularis (improvisateurs en langue basque), Joseph Mendiague est l’un des plus remarquables car toute sa poésie a été produite en Uruguay où il avait émigré. Pratiquement inconnu au Pays basque jusqu’à ce que Piarres Xarriton le sorte de l’oubli, il était cependant très populaire dans le milieu de la diaspora basque.

Son père François étant douanier, Joseph Mendiague naquit aux Aldudes (Basse-Navarre) le 27 avril 1845. Il était le neuvième enfant d’une famille qui allait en compter quatorze mais la mortalité infantile étant très élevée à l’époque, seuls sept d’entre eux survécurent. En 1848, François Mendiague démissionna du corps des douanes et vint s’installer comme aubergiste à Hasparren, une commune où il avait déjà été nommé comme douanier une quinzaine d’années auparavant entre 1835 et 1838. Joseph Mendiague et sa femme Catherine Larregain avaient habité la maison Guardatea et les trois premiers enfants du couple y naquirent. La famille vécut les premières années dans différentes maisons au quartier Zelai puis elle s’installa au centre-ville où le couple prit la gérance du bar Dukiania pour compléter la retraite de douanier de François Mendiague.

Continuer la lecture de « Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay »

Pascal Harriague : un cordonnier tanneur basque pionnier de la viticulture en Uruguay

Pascal Harriague: la trajectoire exceptionnelle d’un cordonnier tanneur pionnier de la viticulture uruguayen – Biographie rédigée par Beñat Çuburu-Ithorotz

Les débuts de Pascal Harriague en Uruguay

Les vins d’Amérique du Sud (Chili, Argentine, Uruguay) obtiennent depuis plusieurs années une reconnaissance internationale en remportant des prix dans les grands salons consacrés à la viticulture. Leur succès ne se dément plus et depuis qu’ils grignotent des parts de marché aux régions traditionnelles de vins, on cesse de les considérer avec condescendance. Ce que l’on sait moins, c’est que ce sont des émigrants basques qui ont introduit et développé la viticulture dans ces pays. Ainsi, Pascal Harriague est-il considéré comme un pionnier en Uruguay. Continuer la lecture de « Pascal Harriague : un cordonnier tanneur basque pionnier de la viticulture en Uruguay »

De Montmorillon à Montevideo

Joseph Carré est un architecte né à Montmorillon en 1870, fils d’un peintre décorateur de la Vienne. Après de prestigieuses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, et un échec à l’Ecole de Rome, il commence à exercer à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Il est recruté pour partir enseigner en Uruguay en 1907 l enseigne l’architecture à l’université de Montevideo vers 1908  jusqu’à la fin de sa vie (1941), il conçoit de nombreux édifices prestigieux (Jockey Club, ambassade de France, lycée français) et a reçu la légion d’honneur en 1934. Son frère aîné est le peintre Raoul Carré.

L’oeuvre de Joseph Carré a fait l’objet de recherches et de valorisation à Montevideo

Victor Rabu: d’Agen à Montevideo

C’est à Agen, dans le département du Lot-et-Garonne que voit le jour Jean Rabu, fils d’un sabotier, arrivé comme arpenteur et devenu  architecte à Montevideo, à l’origine de la construction de nombreux édifices publics (orphelinat, théâtres) et religieux ainsi que des hôtels particuliers parfois encore visibles en Uruguay. On  peut suivre le parcours migratoire de Victor Rabu (1835-1907) grâce à la recherche réalisée par Thomas Albertini accessible en ligne.

La première oeuvre de Rabu, l’église de San Francisco de Asis lui a été inspiré par la  basilique Saint-Sernin de Toulouse. L’éclectisme définit l’ensemble de ces réalisations (cf. César Loustau, Influencia de Francia en la arquitectura de Uruguay, Montevideo 1995).

Des recherches ont été menées aussi dans le cadre du projet Nomada de l’université de la République de l’Uruguay.

Contact pour consulter la recherche intégrale : thomas.albertini[at]etu.u-bordeaux-montaigne.fr

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search