Année 2019

Jeudi 7 novembre 16h -18h : Réunion interne. UBM. Salle L01.

Lundi 14 octobre 16h 30-18h : Conférence Ricardo Sumalavia (PUCP): Le Pérou,  l’émigration chinoise et Manuel Gonzalez Prada. UBM. Amphi Lefèvre.

24 juin, 14h-17h : Réunion interuniversitaire. Communication : Parcours migratoires franco-mexicains. UBM. Salle Jean Loiseau.

15 avril 2019 : Réunion interne. Compte rendu du colloque México Francia Paris – Sorbonne

Lundi 25 mars, 10h 30 : Conférence Marcelino Irianni (UNLP-UNICEN) : Histoire de l’émigration des Basques en Argentine (1840-1920). UFR Langues. Amphi 1.

Jeudi 24 janvier, 14h-17h. Réunion interuniversitaire. MSHA. Salle 3.

Un historien de l’émigration basque: Óscar Álvarez Gila

Óscar Álvarez Gila es doctor en Historia en la Universidad del País Vasco, en la que actualmente ejerce como profesor de Historia de América. Su campo de investigación se centra, sobre todo, en el estudio de las migraciones internacionales durante los siglos XIX y XX, con especial atención al caso de la emigración desde el País Vasco a Francia, Argentina, Uruguay, Brasil y Cuba. Esta línea de trabajo le ha permitido estudiar asimismo los vínculos entre religión y emigración, la institucionalización de las comunidades de emigrantes, así como la cultura y la construcción de identidades en las comunidades en diáspora. También ha trabajado en proyectos y colaboradores de investigación interdisciplinar, sobre temas vinculados con las migraciones y el cambio climático, o más recientemente, en temas de vinculación entre genética e historia.

Articles récents: 
Les  transformations de la société basque depuis l'exil face à la conjoncture de 1986
La quête de la liberté. Réflexions sur l'émigration depuis l'exil 1936-1975

Emigration béarnaise en Argentine

Maryse Esterle

Maryse Esterle est sociologue, enseignante-chercheure honoraire de l’Université d’Artois. L’émigration de ses arrière-grands-parents espagnols vers la France et celle de leurs enfants vers l’Argentine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle l’ont incitée à reconstituer leurs parcours et à rechercher leurs descendants. Membre de plusieurs associations de descendants d’émigrés pyrénéens, elle a publié une nouvelle s’inspirant de la vie de l’une de ses grands-tantes : « À l’origine » (Nouvelles du Rio de la Plata, association Bearn-Argentina, 2017). Elle contribue au projet en centrant ses recherches sur l’Argentine, le Béarn et l’Aragon.

Le voyage d’Ignacio

Dans le courant du XIXsiècle, les échanges entre les deux versants de Pyrénées étaient nombreux : commerce légal ou contrebande, transhumance, travail saisonnier dans les fermes ou les manufactures de sandales, de bérets ou de tissage. Les Pyrénées étaient plus une terre de passage et d’échanges qu’une frontière à proprement parler. Des liens durables se sont créés entre des populations proches par la langue, les mœurs et les traditions, ce qui n’excluait pas des conflits récurrents. De nombreux Espagnols se sont établis en Béarn, comme en témoignent les patronymes et les prénoms sur les registres de l‘état civil. Ces échanges et relations sont toujours vivants aujourd’hui.

Les trois billets du blog de Maryse Esterle retracent le chemin que suivait son arrière-grand-père, Ignacio Aragüés Petriz, dans le troisième tiers du XIXe siècle, entre Gurs (Béarn) et Urdués (Aragon), deux fois l’an, dans un sens et dans l’autre, avant de s’installer avec sa famille à Oloron-Sainte-Marie. 

Cette première migration de l’Espagne vers la France fut suivie pour la génération de ses grands-parents par une deuxième migration de France vers l’Argentine. Avec plusieurs membres de sa famille, elle a refait ce trajet au début de l’été 2019, à la recherche de la présence aragonaise à Buenos Aires. Un sujet qui a suscité une publication pour les 90 ans du Cercle aragonais de Buenos Aires (p. 13-20)

 

Eugène Courret : d’Angoulême au Pérou

Eugène Courret est l’un des plus célèbres émigrants français du Pérou, car il est associé à l’histoire de la photographie. La vie du photographe constitue un exemple de la circulation des familles entre le continent européen et le continent américain au XIXe siècle. L’article ici en ligne offre des informations recueillies par l’auteure sur la famille du Courret ainsi que sur le retour en France à partir de 1892 et le décès à Bois Colombes en 1920, soit 28 ans après le retour du pays d’émigrartion. Les liens avec deux autres photographes français, le précurseur Maunoury et le successeur Adolfo Dubreuil, sont décrits à une époque où le Pérou jouit de la prospérité du guano, puis, par la faillite et la guerre du Pacifique, est plongé dans la crise qui a duré jusqu’à la fin du XIXe siècle.
DR: Biblioteca Nacional del Perú

Representaciones internas y miradas externas sobre el Perú y la América Andina. Del Virreinato al Novecientos, Isabelle Tauzin

Le présent ouvrage contribue à une révision pluridisciplinaire de deux cents ans d’histoire culturelle et sociale des pays andins au moment où le Pérou s’apprête à fêter le bicentenaire de son indépendance. Les sources consultées par les auteurs de ce volume collectif sont peu connues, voire inédites : il s’agit de correspondances, de mémoires, de chroniques, d’atlas, de récits de voyage parus en français ou en espagnol de l’époque coloniale au début du XXe siècle.

Histoire des (in)égalités ethno-raciales au Mexique, Amérique Centrale et Caraïbes (XVIIIe-XXIe siècle), Catherine Lacaze, Ronald Soto-Quirós, Ronny J. Viales Hurtado

Ce qui nous intéresse ici, c’est d’analyser de ce que nous pouvons strictement appeler « inégalités ethno-raciales », et de mener une discussion comparative non seulement en termes chronologiques mais aussi spatiaux. Autrement dit, évaluer les inégalités ethno-raciales dans le temps (depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours), mais aussi les particularités et ressemblances de cas entre différents espaces géographiques du monde latino-américain et plus précisément au Mexique, en Amérique Centrale et dans les Caraïbes.

À la croisée des empires, Bernard Lavallé

Depuis sa « découverte » en 1513 au-delà de l’isthme de Panamá par des conquistadors en quête d’une mythique mer du Sud, le Pacifique fait l’objet de toutes les convoitises. Grâce au voyage de Magellan quelques années plus tard, à la conquête des Philippines et à la colonisation des côtes américaines du Mexique au Chili, l’Espagne s’impose comme la maîtresse incontestée de cet « autre océan », porte d’entrée vers l’Asie. Mais les rivalités internationales sont féroces. Après la concurrence avec le Portugal autour du Japon, arrivent au XVIIe siècle les Hollandais de la Compagnie des Indes, puis les razzias sans merci des pirates et des corsaires anglais. Sans oublier l’irruption au XVIIIe siècle de navires marchands français attirés par l’argent du Pérou, et les partages coloniaux du XIXe siècle.Cette histoire du Pacifique, celle d’une lutte impitoyable entre empires, n’avait jusqu’à présent fait l’objet d’aucune étude globale.

Ouvrages

Bernard LAVALLÉ. Pacifique. À la croisée des empires. Paris, Éditions Vendémiaires, 2018, 360 p, ISBN : 978-2-36358-309-3, lien.

Catherine LACAZE, Ronald SOTO-QUIRÓS, Ronny J. VIALES HURTADO. Histoire des (in)égalités ethno-raciales au Mexique, Amérique Centrale et Caraïbes (XVIIIe-XXIe siècle). San José, Costa Rica, Universidad de Costa Rica, Vicerrectoría de Investigación : Centro de Investigaciones Históricas de América Central, 2019, 263 p, ISBN 978-9968-919-56-2, lien.

Isabelle TAUZIN. Representaciones internas y miradas externas sobre el Perú y la América Andina. Del Virreinato al Novecientos. Bordeaux, PUB, 2019, 365 p, ISBN : 979-10-300-0355-0 , lien.