Les frères Paillardelle : de Marseille au Pérou au temps des guerres d’indépendance

 Marie Bourguignon (Université Bordeaux Montaigne – Master Recherche Espagnol)

 Résumé :  Bien qu’ils soient encore méconnus, les frères Paillardelle ont marqué la guerre d’Indépendance du Pérou. De Marseille à Tacna, en passant par Cadix, les rares écrits faisant mention de leur nom nous révèlent certains passages de leur histoire, dont de nombreuses informations restent inconnues ou à confirmer. Cet article prétend compiler des informations biographiques au sujet de la famille Paillardelle dans son sens le plus large pour comprendre leur histoire.

Resumen : Aunque sean todavía muy desconocidos, los hermanos Paillardelle dejaron una huella en las guerras de Independencia del Perú. Desde Marsella hasta Tacna, pasando por Cádiz, los pocos escritos que se refieren a ellos nos revelan ciertos momentos de su historia, en la cual numerosas informaciones quedan desconocidas o por confirmar. Este artículo pretende recopilar informaciones biográficas en torno a la familia Paillardelle en su sentido más amplio para entender su historia.

Notre objet d’étude est centré sur les frères Paillardelle, cependant, nous élargirons notre recherche au père et à la mère, ainsi qu’à d’autres membres de la famille du côté maternel (famille Sagardia). Notre recherche prétend offrir des clés biographiques permettant de connaître mieux la famille Paillardelle et le rôle qu’elle a pu jouer dans l’Histoire. Notre étude se basera sur les archives ainsi que la bibliographie française, péruvienne et espagnole. Le but étant de donner une vision d’ensemble de la bibliographie et des archives touchant à la famille Paillardelle présentes à ce jour.

 Les frères Paillardelle : de la France au Pérou

 Enrique Paillardelle est né à Marseille en 1785 et mort à Buenos Aires le 2 mai 1815. Il entra dans la marine révolutionnaire en 1796 où il fut sous-lieutenant. En 1803, il adopta la nationalité espagnole. Après avoir déménagé d’abord à Cadix, les trois frères Paillardelle se dirigèrent par la suite vers le Pérou pour bénéficier de leur héritage maternel.

Arrivé au Pérou, Enrique Paillardelle intégra les cercles politiques opposés à l’Inquisition et se montra en faveur des idées de Rousseau. Il était un militaire cultivé et engagé, on remarque son opposition à l’Inquisition déjà en 1803, année durant laquelle il se trouvait en Espagne. Par ailleurs, il eut une influence sur son ami Manuel Lorenzo de Vidaurre sur les plans littéraire et idéologique.

Un des évènements les plus importants de sa carrière militaire au Pérou se passe en 1813. Dans le contexte politique et militaire de guerre d’Indépendance, Enrique Paillardelle se rangea aux côtés de l’armée de Belgrano dans le Haut-Pérou. Il organisa une insurrection importante dans la ville de Tacna. En octobre de la même année, il attaqua la ville, accompagné de 400 hommes. Il dit lors d’une proclamation : «El pueblo de Tacna ha aclamado su libertad e independencia y que jamás sean hollados por tiranos». De nos jours, nous pouvons trouver une statue d’Enrique Paillardelle à Tacna, ainsi qu’une école qui porte le nom de Colegio IE Enrique Paillardelle dans la même ville. Même si Enrique a été vaincu par les troupes du colonel Garcia de Santiago le 31 octobre 1813, il laissa une trace importante dans la ville de Tacna jusqu’à aujourd’hui.

Ce personnage historique a joué un rôle conséquent dans l’Histoire du Pérou notamment grâce à son plan général d’Indépendance de l’Amérique du sud ; plan qui offrait une stratégie d’attaque du Pérou par un chemin nouveau, passant par Valparaiso. Selon Patrick Puigmal, le plan Paillardelle proposé en août 1814 aurait inspiré San Martín, même s’il ne fut pas appliqué.

En avril 1814, Enrique Paillardelle participa au siège de Montevideo aux côtés du général Alvear. Il le suivit jusqu’en 1815, année durant laquelle il fut emprisonné suite à la chute d’Alvear. Il fut jugé et condamné à mort le 2 mai 1815.

Antonio Paillardelle est né à Marseille. Comme ses deux frères, il fait carrière dans l’armée révolutionnaire française jusqu’en 1804 ; puis, il se dirige vers le Pérou et l’Argentine où il combat en faveur de l’Indépendance. Premièrement sous les ordres de Manuel Belgrano lors de l’insurrection de Tacna dans le Haut-Pérou, puis du général José de San Martín dans l’armée des Provinces Unies du Río de la Plata. Enfin, il passe aux côtés du général Alvear lors des campagnes de Montevideo.

Contrairement à ses frères, il parvint à s’échapper au Brésil quand Alvear fut condamné à l’exil en 1815. Au Brésil, Antonio Paillardelle fut commerçant et demanda sa naturalisation comme citoyen brésilien, avant de retourner en France, dans sa ville d’origine.

Juan Francisco est né à Marseille en 1781 et est mort à Lima en 1858. Il opta pour une carrière militaire et combattit en Argentine et au Pérou lors des Indépendances comme ses frères Enrique et Antonio.

L’hémérothèque du quotidien El Comercio, à Lima, conserve actuellement l’article intitulé « Funerales del Benemérito Sr. Coronel D. Juan Francisco Paillardelle » datant du 15 août 1858. Il aborde les funérailles de Juan Francisco qui eurent lieu le vendredi 6 août 1858.

Nous y retrouvons un discours d’Antonio Paredes, dans lequel il fait appel au devoir de mémoire face à ceux, comme Juan Francisco Paillardelle, qui se sont battus pour l’Indépendance du Pérou. S’ensuit un discours de D. J. Antonio Alrarado rendant également hommage à la mémoire de Juan Francisco et dans lequel nous pouvons lire :

“Señores,

Aquí tenéis presentes los restos mortales de uno de los primeros colaboradores de nuestra Independencia, el ilustre y benemérito Coronel D. Juan Francisco Paillardelle, nacido en la grande y culta Francia por el siglo pasado, después de recibir una esmerada educación, abrazó la carrera de las armas, llegando a alcanzar por sus servicios la clase de Teniente Coronel. El esclarecimiento de algunos derechos e intereses de familia lo trajeron al Perú. En circunstancias de que ya empezaba a resonar en algunos de sus ángulos la mágica y encantadora voz de libertad e Independencia.  […]”

 Cet article confirme certaines informations sur la vie de Juan Francisco Paillardelle. Il montre d’une part l’importance qu’il eut dans la lutte pour l’Indépendance du Pérou ; il nous apprend aussi qu’il fut promu au grade de lieutenant-colonel.

 Paillardelle et Sagardia : origines

 Père des trois frères, José Marie Philippe Paillardelle est né à Marseille ; il commença sa carrière comme employé au bureau des Classes de la Marine à Marseille puis à Toulon. Il devint ensuite commissaire civil révolutionnaire dans l’armée révolutionnaire parisienne et membre adjoint de la commission temporaire de Lyon. Plusieurs documents montrent qu’il fut orateur d’une députation des Jacobins dans le contexte historique et politique de la Révolution française. Notamment durant l’admission à la barre de la députation des membres de la société des Amis de la liberté et de l’égalité. Ainsi, il prit part à la vie politique et militaire en France. José Marie Philippe Paillardelle se maria avec María Sagardia y Palencia, une Espagnole vivant à Cadix, où il travailla en tant que commerçant.

María Sagardia, mère des trois frères Paillardelle, est aussi connue sous le nom d’Eustaquia Sagardia.

María Sagardia, était une riche Espagnole, née au Pérou. Elle vécut à Cadix avant de s’installer en France. Après la mort de son époux, elle se rendit à Lima accompagnée de ses trois fils, comme le souligne la lettre suivante :

Doña María Sagardia vecina de la ciudad de Cadix se ha hecho presente la demora y atraso que padece el pleito que tiene pendiente en la ciudad de Lima, tocante aquel se la ponga en posesión del vínculo que la corresponde por fallecimiento, en aquella capital, de su padre Don Antonio Sagardia […]”

Don Antonio Sagardia, mentionné dans la lettre ci-dessus, était le père de María Sagardia. Il est né à Charcas dans l’actuelle Bolivie, il se maria avec Vicenta García, originaire de Séville.

Le nom d’Antonio Sagardia y Villavicencio apparaît dans le livre de Lohmann Villena Guillermo, lequel évoque le passage du personnage à Arequipa, au Pérou, durant quinze mois, accompagné par son père dont le nom et la profession sont également cités.

Son père, Francisco Sagardia y Palencia est né à Lima en 1693 et mort en 1759.  L’arrière-grand-père des trois frères Paillardelle fut magistrat royal surnuméraire de Charcas, magistrat royal de Charcas et magistrat royal surnuméraire de Lima. Il reçut en 1735 les « honores de consejero de Indias », prix reçu par ceux qui avaient réussi à faire carrière et obtenir un poste important en Amérique.

Son père, Martín de Sagardia, originaire de Navarre, fut maire d’Arequipa en 1712 ; et sa mère, originaire de Lima, laissa un héritage important à son fils, qui lui permit de faire des études. En 1704, Francisco entra au Collège Jésuite de San Martín à Lima, il effectua ensuite une Licence et un Doctorat en « Leyes y Cánones » à l’Université de San Marcos. Il fut avocat puis obtint le poste de magistrat royal surnuméraire de Charcas en 1712.

Il reçut de nombreux privilèges dus à son poste important. Francisco de Sagardia y Palencia laissa une trace très positive du travail qu’il fournit auprès de la couronne espagnole en Amérique. En effet, il parvint à être conseiller du vice-roi Diego Morcillo. Francisco de Sagardia y Palencia fut aussi censeur au service de la couronne espagnole.

***

Notre recherche, consistant dans un premier temps à comprendre qui étaient les frères Paillardelle et ce qui les a poussés à migrer vers le Pérou, nous a amené jusqu’à de nouvelles questions. En effet, nous avons pu remonter l’arbre généalogique de cette famille, notamment du côté maternel, ce qui nous a permis de faire le constat d’une première migration de l’Espagne vers le Pérou. Les nombreux voyages effectués par les membres de la famille Sagardia nous permettent de retracer leur histoire et de mesurer l’importance de leur statut social. Les frères Paillardelle étaient les descendants d’une famille riche ayant des biens au Pérou, ce qui leur a permis de voyager vers l’Amérique. Mais ils furent aussi héritiers d’une bonne éducation et d’une culture, grâce à leur statut social élevé. Se plaçant en faveur de l’Indépendance ils participèrent à la vie militaire, principalement au Pérou mais aussi en Argentine, et ainsi, ils marquèrent l’Histoire à travers leur voyage et leur engagement politique.

Bibliographie

Aguilar Pinal Francisco, Bibliografía de autores españoles del siglo XVIII, Vol. 5, 1881 Editorial CSIC – CSIC Press, 1981.

Arzans de Orsua y Vela Bartolomé, Relatos de la villa imperial de Potosí: antología, Plural editores, 2000

Burgos Guillermo, Gobernar las Indias, Venalidad y méritos en la provisión de cargos, Universidad Almería, 4 mars 2015

Burkholder Mark, Francisco Sagardia y Palencia, Real Academia de la Historia

Camogli Pablo, Contame una historia: Relatos sobra la Revolución y la Independencia, Penguin Random House Grupo Editorial Argentina, 2014

Camogli Pablo, Nueva historia del cruce de los Andes, Penguin Random House Grupo Editorial Argentina, 2015

Fernández García Matías, Parroquias madrileñas de San Martin y San Pedro el Real, Caparrós editores, 2004

Galasso Norberto, Seamos libres y lo demás no importa nada: vida de San Martín, Ediciones Colihue SRL, 2000

Garmendia Arruebarrena José, Diccionario biográfico vasco, 1989,

Lohmann Villena Guillermo, Los americanos en las ordenes nobiliarias, Vol 2, Editorial CSIC – CSIC Press, 1993

Lohmann Villena Guillermo, Manuel Lorenzo de Vidaurre y la Inquisición de Lima, 1950,

Parras Pedro José, Gobierno de los Regulares de la América, Ibarra, 1783

Puigmal Patrick, Diccionario biográfico y prosopografico de los militares napoleónicos durante las campanas de la Independencia de Argentina, Chile y Perú (1810-1830), Ed. Dibam, 2013.

Rosas Lauro Claudia, Del trono a la guillotina, el impacto de la Revolución Francesa en el Perú (1789-1808), Institut français d’études andines, Embajada de Francia en el Perú, Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú, 2006

Tamayo Augusto, Segunda Rebelión en Tacna de 1813 Enrique Paillardelle, documentaire publié par Instituto Nacional Belgraniano, 2014

Revues et documents d’archives

Hémérothèque El Comercio, Lima, Pérou, “Funerales del benemérito sr coronel D. Juan Francisco Paillardelle”, dimanche 15 août 1858.

Revue d’histoire moderne et contemporaine / Société d’histoire moderne, Société d’histoire moderne et contemporaine (France), Bibliothèque nationale de France, département Collections numérisées, 2008-117877, 1959,

Prieur (de la Marne), Bourdon (de l’Oise) François-Louis. Admission à la barre de la députation des membres de la société des Amis de la liberté et de l’égalité qui démentent avoir entretenu une correspondance avec un comité d’émigrés, lors de la séance du 16 brumaire an III (6 novembre 1794), Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome C – Du 3 au 18 brumaire an III (24 octobre au 8 novembre 1794) Paris : CNRS éditions, 2000. p. 472

Images

Photo d’un extrait d’article de journal ; Hémérothèque El Comercio, Lima, Pérou, “Funerales del benemérito sr coronel D. Juan Francisco Paillardelle”, dimanche 15 août 1858.

Photos extraites du documentaire d’Augusto Tamayo, Segunda Rebelión en Tacna de 1813 Enrique Paillardelle, publié par Instituto Nacional Belgraniano, 2014.

***

Article-Paillardelle-Marie-Bourguignon.pdf

Michèle Guicharnaud Tollis

Michèle Guicharnaud-Tollis est professeure émérite  à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, docteure d’Etat en Langues et Littératures hispaniques de l’Université de Bordeaux et membre du Laboratoire ALTER (EA7504. Arts, Langages, Transitions et Relation). Ses activités de recherches portent sur la littérature coloniale et l’histoire culturelle cubaines, caribéenne et afro-américaine du XIXe au XXIe siècle. Elle a été professeure invitée des universités de La Havane et de Santiago de Cuba, Saint-Domingue, Carthagène des Indes, Cayenne, Madrid ( CSIC, Casa de Velazquez), Berlin. Elle a publié plusieurs livres consacrés essentiellement à la culture et à l’histoire culturelle caribéennes, parmi lesquels : L’émergence du Noir dans le roman cubain du XIXe siècle (Paris, L’Harmattan 1991), Regards sur Cuba au XIXe siècle – Témoignages européens (Paris, L’Harmattan, 1996), Cuba de l’indépendance à nos jours (Paris, Ellipses, 2007), ainsi que des actes de colloques : Les ports dans l’espace caraïbe – Réalités et imaginaire (2003), Caribe-Elementos para una historia de los puertos (2003), Le sucre dans l’espace caraïbe hispanophone-Stratégies et représentations (1998), Regards croisés entre la France et le Brésil (2008). Sur l’émigration en Amérique, elle a contribué à l’ouvrage Ils ont fait les Amériques Mobilités, territoires et imaginaires (1776-1930) (PUB, 2012, 411p.) avec L. Dornel, M. Parsons et J.Y. Puyo dans le cadre du projet TEMA antécédent du projet EMILA, portés par Isabelle Tauzin-Castellanos,.

Colloque international, Migrations : traces inscription et textualités (photographies du 13 février 2020)

Jesús Alonso C. (Université Bordeaux Montaigne – AMERIBER)
Isabelle Tauzin (Université Bordeaux Montaigne – IUF)
Génesis Portillo Espinoza (Florida International University)
Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)
Alfonsina Leranoz (Universidad Nacional San Martín – Universidad País Vasco)
Vue d’ensemble
Rosmeliz Alva (Université Bordeaux Montaigne)
Bernard Lavallé (Université Paris Sorbonne Nouvelle)
Carmela Maltone (Université Bordeaux Montaigne)
Carmela Maltone et Maylis Santa-Cruz (Université Bordeaux Montaigne – AMERIBER)
Maryse Esterle (Université d’Artois – Les Béarnais de Paris)
Lara Glaucia Muniz Proença (Université Fédérale du Minas Gerais)
Marluza Da Rosa (Université Fédérale de Santa Maria Brésil)

Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020

Université Bordeaux-Montaigne:  1, 2  et 3 juillet 2020

Colloque international

Vidéos du colloque en ligne

Congreso internacional 

Enlaces  para acceder a la plataforma  del Congreso.

Webinaire: “Migrations et indépendances”  Université Bordeaux Montaigne

Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020.

 Programme du colloque en ligne

Résumés des communications en ligne

Du fait de la pandémie Covid 19, le colloque sera réalisé: accessible ICI .

Présentation du colloque sur la page web de l’Université Bordeaux Montaigne.

 

Contact : emila[a]u-bordeaux-montaigne.fr

Le colloque international Migrations et indépendances : deux siècles de témoignages et de représentations entre le Mexique, l’Amérique centrale, l’Espagne et la France, 1820-2020 organisé dans le cadre du projet EMILA aura lieu sous forme de visioconférence du fait du confinements des universités françaises. Le colloque portera sur les parcours migratoires, les expériences de voyage et les séjours entre le Mexique et l’Amérique centrale et d’autre part, l’Espagne ou la France, tout au long des deux siècles depuis les indépendances jusqu’à nos jours.

L’affiche a été réalisée grâce à la bienveillance d’Elena Poniatowska Amor, auteure du tableau représentant son arrière-grand mère qui parcourait l’Europe dans les années 20 en sleeping car.

La coordination du colloque est assurée par Isabelle Tauzin-Castellanos, Université Bordeaux Montaigne  – membre de l’Institut Universitaire de France
Las líneas de investigación del Congreso Internacional Migraciones e Independencias: dos siglos de testimonios y representaciones entre México, Centroamérica, España y Francia, 1820-2020 organizado los días 1, 2 y 3 de julio de 2020, de forma virtual  la université Bordeaux Montaigne tratarán de las trayectorias migratorias, las experiencias viajeras y las estadías entre México, Centroamérica, España y Francia, a lo largo de dos siglos, desde 1820 hasta la actualidad. 

Más información sobre el Congreso en la página web que le dedica la Université Bordeaux Montaigne

 

Carmela Maltone

Maîtresse de conférences en histoire politique et sociale de l’Italie contemporaine à Bordeaux, Carmela Maltone a consacré une partie de ses recherches et publications à l’immigration italienne en France dans la période d’entre-deux-guerres. Elle a étudié ce phénomène dans ses composantes économique et politique. Dans sa reconstruction historique elle fait une large place aux témoignages, aux représentations sociales des immigrés italiens via la presse et la correspondance. Sans jamais délaisser ce sujet, elle a ensuite écrit sur l’exil des antifascistes, leur participation à la Résistance française et à la guerre d’Espagne au sein des Brigades Internationales. Les chemins de ces immigrés l’ont amenée à s’intéresser à l’émigration italienne en Amérique du Sud.

 

Ronald Soto-Quiros

Costaricien et Français. Maître de conférences en Études Ibériques et Ibéro-américaines à l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) de l’Université de Bordeaux, il enseigne les civilisations et les langues de l’Espagne et de l’Amérique latine. Co-chargé des relations internationales avec les pays hispaniques. Chercheur du centre Recherches Américanistes de l’équipe d’accueil AMERIBER EA 3656, ses thèmes de recherches portent notamment sur l’histoire de l’Amérique centrale du XIXau XXIe. Co-coordinateur du programme de recherche interuniversitaire et internationale sur la récupération de la mémoire historique des migrations chinoises au Costa Rica (PREMEHCHI) en collaboration avec l’Institut Confucius de l’Université du Costa Rica et l’UNED (Costa Rica). Membre du Réseau européen de recherche sur l’Amérique centrale (RedISCA), de la Société d’Hispanistes Français (SHF), de LASA (Latin American Studies Association), de l’Association des Historiens Latino-américanistes Européens (AHILA) et du programme de recherche universitaire à Bordeaux sur la Caraïbe : Horizons Caribéens.

Contributeur du projet EMILA pour l’Amérique Centrale.

Valérie Joubert Anghel

Valérie Joubert Anghel est Maître de Conférences à l’Université  Bordeaux Montaigne depuis 1998. C’est une  hispaniste française, docteure et agrégée d’Espagnol, qui consacre ses recherches aux thématiques liées à la civilisation hispano-américaine contemporaine et à l’étude de l’image et des arts. Elle contribue au projet scientifique EMILA Ecritures migrantes latino-américaines : histoire et traces de/en Nouvelle-Aquitaine et oriente ses recherches sur le Chili.