Eugène Courret : la construction de la mémoire visuelle. Identités et représentations dans l’émigration, Pérou XIXe siècle

Article de Carlos Estela-Vilela à propos du photographe Eugène Courret, né à Angoulême en 1839 et devenu photographe à Lima à partir de 1863.

L’article est publié par la revue en ligne Artelogie dans son numéro 16 (2021) consacrée à la photographie et aux migrations, XIXe-XXIe siècle.

« La famille Courret s’est d’abord consacré au commerce entre la France et l’Amérique du Sud. Une fois installés au Pérou, les frères Eugène et Achille et leurs successeurs Dubreuil ont orienté leurs affaires vers la photographie en développant l’un des empires photographiques les plus importants et durables (1863-1935) du continent qui a énormément contribué à conforter la mémoire visuelle du Pérou républicain… » https://doi.org/10.4000/artelogie.8872

 

 

Lithographie : entre Bordeaux et Lima

Parmi les Français arrivés au Pérou dans la première moitié du XIXe siècle, les lithographes constituent un cas singulier, notamment le Bordelais Pierre Guillaume Gustave Ducasse. Né le  16 janvier 1809, fils d’un chapelier établi sur le quai des Chartrons  à Bordeaux, il est engagé avec un compatriote appelé Jean Dédé pour développer la lithographie et former des élèves, grâce à un décret signé en 1838 par le général Andrés de Santa Cruz, à la tête de l’éphémère confédération péruano-bolivienne. Ducasse et Dédé demeurent de nombreuses années au Pérou et on retrouve leurs traces dans plusieurs actes d’état civil du consulat de France dans les années 1850;. des liens ont été créés avec l’atelier de Francisco Fierro et  Ignacio Merino de retour au Pérou dans les années 40 après des études en France.

La Bataille de Yungay, janvier 1839

B. Jullian, atelier de  Dédé et Ducasse. DR:  Musée Historique Nacional- Santiago.

Ulysse et Isidore Dutey: de Baigorri à Lima

Les frères Ulysse et Isidore Dutey, nés à Saint-Étienne de Baigorry, et fils d’un officier de santé, après avoir fait de brillantes études au lycée de Pau, à peine âgés d’une vingtaine d’années,  rejoignent le Pérou devenu indépendant depuis quelques années. Ils administrent une maison de commerce à leur nom « Casa Dutey » et font affaire avec des compatriotes . Ils sont parmi les premiers à s’intéresser au guano, dès 1835, associés successivement au Gersois Michel Montané puis au Bayonnais Charles Barroilhet. Ils sont signataires du premier contrat de guano, sous le président Gamarra et alors que le général Castilla est ministre des Finances. Le contrat très désavantageux pour le Pérou est renégocié l’année suivante avec d’autres souscripteurs.  Jean-Ulysse Dutey est chargé de l’exécution testamentaire au décès du Bayonnais Sauveur Soyer (1849). Ulysse Dutey est de retour en France, entre Paris et le Pays Basque :  en 1851,  il épouse à Lecumberry la fille d’un officier  supérieur de cavalerie, Marie Lafaurie d’Etchepare. Ulysse Dutey meurt en France en 1854. Pour plus d’informations on se reportera aux éléments biographiques réunis par Michel Comès ici.

De Montmorillon à Montevideo

Joseph Carré est un architecte né à Montmorillon en 1870, fils d’un peintre décorateur de la Vienne. Après de prestigieuses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, et un échec à l’Ecole de Rome, il commence à exercer à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris en 1900. Il est recruté pour partir enseigner en Uruguay en 1907 l enseigne l’architecture à l’université de Montevideo vers 1908  jusqu’à la fin de sa vie (1941), il conçoit de nombreux édifices prestigieux (Jockey Club, ambassade de France, lycée français) et a reçu la légion d’honneur en 1934. Son frère aîné est le peintre Raoul Carré.

L’oeuvre de Joseph Carré a fait l’objet de recherches et de valorisation à Montevideo

Victor Rabu: d’Agen à Montevideo

C’est à Agen, dans le département du Lot-et-Garonne que voit le jour Jean Rabu, fils d’un sabotier, arrivé comme arpenteur et devenu  architecte à Montevideo, à l’origine de la construction de nombreux édifices publics (orphelinat, théâtres) et religieux ainsi que des hôtels particuliers parfois encore visibles en Uruguay. On  peut suivre le parcours migratoire de Victor Rabu (1835-1907) grâce à la recherche réalisée par Thomas Albertini accessible en ligne.

La première oeuvre de Rabu, l’église de San Francisco de Asis lui a été inspiré par la  basilique Saint-Sernin de Toulouse. L’éclectisme définit l’ensemble de ces réalisations (cf. César Loustau, Influencia de Francia en la arquitectura de Uruguay, Montevideo 1995).

Des recherches ont été menées aussi dans le cadre du projet Nomada de l’université de la République de l’Uruguay.

Contact pour consulter la recherche intégrale : thomas.albertini[at]etu.u-bordeaux-montaigne.fr

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire: table des matières

Table des matières/Índice

Introduction

Première partie : L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives

Claude Mehats Samuel Lafone et Alfred Bellemare, détonateur et promoteur de l’émigration basque vers le Rio de la Plata

Isabelle Tauzin-Castellanos Les agents d’émigration à Bordeaux

Beñat Çuburu Émigrer au Mexique à quinze ans. Présentation de la correspondance de Jean-Baptiste Lissarague (1902-1906)

Maryse Esterle L’autre et le lointain : étrangers/émigrés, regards croisés en Béarn à travers la presse locale

Carmela Maltone Les pionniers italiens au Brésil et en Argentine au XIXe siècle. Itinéraires et mémoire

Deuxième partie : Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil

Ronald Soto Quiros Victor Herran et la promotion d’un projet pour le Costa Rica (1849-1854)

Alexis Medina De la Lorraine à Quito : Sébastien Wise, ingénieur et scientifique au service de l’Équateur (1843-1863)

Carlos Estela Vilela « Indios » et « incas » : les types indigènes dans la photographie d’Émile Colpaert, explorateur français à Cuzco

Bernard Lavallé André Cazaux l’Indien béarnais : l’émigration dans la pampa du témoignage à la création littéraire selon Alfred Ébelot

Rosmeliz Alva Zapata Sur les traces du peintre péruvien Ricardo Grau

Troisième partie : Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration

Marluza Da Rosa La construction de l’image des migrants au Brésil : interroger les dispositifs victimaire et médiatique

Glaucia Muniz Proença Lara Migrations contemporaines et récits de vie en France et au Brésil

Valériane Mistiaen Modalités discursives sur l’immigration à la télévision belge : une comparaison de chaînes publique et commerciale

Laura Ascone Immigration et internet : le processus de distanciation dans le discours de haine contre les migrants sur YouTube

Maxime Fabre Traces du passage : le « phénomène migratoire » au prisme de la photographie de presse

Claire Courtecuisse La présence des migrants dans les espaces ruraux en France: une inversion des représentations par les médias ?

Sémir Badir Migration : du mot au concept politique et journalistique. Un parcours sémiotique

 

De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire

Direction de l’ouvrage: Isabelle Tauzin-Castellanos. Cairn  éditions, Morlaàs, 2021.

ISBN : 9782350689241.

Plus de 200.000 émigrants ont quitté les ports de la Nouvelle-Aquitaine pour l’Argentine ou l’Uruguay, le Brésil ou le Mexique, le Pérou ou le Chili au cours du XIXe siècle.  Aujourd’hui, cette mémoire de l’émigration est oubliée dans les débats sur la question migratoire marqués par la xénophobie.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Tauzin, propose aux lecteurs de rapprocher le passé  de l’émigration française en Amérique latine et le présent de la crise migratoire, grâce à de multiples exemples des contributeurs tirés des archives publiques, des correspondances privées et de la presse quotidienne française et étrangère.

Organisé en 3 parties (L’émigration en Amérique latine au cours du long XIXe siècle : recrutements et migrations collectives- Projets individuels et représentations dans le pays d’accueil-Des représentations médiatiques au parcours sémiotique : migrations/migration), De l’émigration en Amérique latine à la crise migratoire s’adresse à tous, érudits ou engagés dans la réalité contemporaine, et aussi aux descendants de ces oubliés de l’histoire,  à la recherche d’aïeux  partis au loin ou éblouis par le sentiment de retrouver la terre des ancêtres, à dix mille kilomètres de l’Amérique latine, à l’occasion de leur pèlerinage en France.

Lien pour commander l’ouvrage auprès de l’éditeur

Table des matières en ligne

 

Cramail-Barroussel

Eléonore Anne Cramail née à Lima le 3 janvier 1849, fille de Jean Cramail, tailleur d’habits originaire de Tombeboeuf (47), né en 1821 et de Marie Barroussel, née en 1827, fille de marin, originaire de Casseneuil (1847).  (Sources: archives consulaires). Le couple est en route vers une autre destination au moment de la naissance. Le mariage des parents avait été célébré à Casseneuil le 24 avril  1846.