Emigration française à Tucuman

De nombreux Français se sont installés au XIXe siècle dans la région de Tucuman décrite par Julien Mellet dans son récit de voyage. Un article de Mariana Feyling, recommandé par l’historien Daniel Campi, rendait compte de cette immigration précoce avec parmi les Pyrénéens les plus notables, Philippe Bertrès, arrivé en même temps que Mellet à bord du Consolateur, engagé dans l’armée patriote, puis au service du gouvernement indépendant, évoluant entre Tucuman, Salta, la Bolivie et  Buenos Aires.

D’autres émigrants pyrénéens partis des confins de la Haute-Garonne et  plus connus à Tucuman que dans leur pays natal sont les Nouguès et les Rougès.

Une vue de Villa Nougués, ou comment retrouver en Argentine les Pyrénées natales de ces émigrants du XIXe siècle.

Lettres d’Argentine

Les lettres de Dorothée Mondot-Haurie partie en 1899 de son Béarn natal ont été restituées à Paul Mousqué, agriculteur de Lucq et arrière-petit neveu de l’émigrante béarnaise. Les 180 lettres ont été  classées et numérisées par Isabelle Tauzin-Castellanos dans le cadre du projet EMILA (Université Bordeaux Montaigne), dans l’attente que les originaux soient archivées et les numérisations  donnent accès à un fragment d’histoire familiale partagée en Béarn, au Pays Basque et au-delà dans tout le grand sud-ouest.

Dorothée Mondot-Haurie est arrivée à Buenos Aires avec deux autres jeunes gens de Lucq de Béarn, André et Ursule Pétreigne, et avec une partie de la famille Pétreigne. Elle est allée travailler dans la Pampa humide,  près de la bourgade de Rauch, fondée voilà 150 ans, après le passage par la douane de Buenos Aires. L’Association franco-argentine des Béarnais s’est réunie à l’occasion d’une conférence de l’universitaire bordelaise,  organisée à la Bibliothèqe Guido y Spano, à l’initiative de Jorge Horacio Pétreigne, en présence de nombreux descendants de Béarnais.