Félix Dibos de Bayonne à Lima: les hauts et les bas de l’émigration

Auteure: Isabelle Tauzin-Castellanos

Félix Dibos est né à Bayonne le 27 avril 1831 et mort à Lima en 1898. Sa biographie est représentative de celle de nombreux émigrants basques partis en Amérique du sud. Fils d’un négociant, il est associé à l’un de ses frères installés à Paris et à un Girondin  qui tient un magasin en plein centre ville depuis 1835, Gabriel Larrieu. L’ascension sociale est facilitée par le mariage, avec une des filles d’un émigrant allemand, Ernestine Pflücker et l’arrivée d’Edouard Dibos à Lima, l’un des frères de Salvat Félix en 1863. F. Dibos négocie un contrat d’armement du gouvernement péruvien  avec le gendre péruvien d’Achille Allier, Manuel de La Jara, proche du colonel  Balta, président du Pérou après un coup d’état en 1869. 12.000 fusils Chassepot sont destinés à équiper l’armée péruvienne et seront utilisés dans la guerre contre le Chili.

Félix Dibos investit dans tous les négoces prometteurs des années 60-70, le nitrate du désert de Tarapaca tout comme dans le projet d’un train pour relier Lima avec une nouvelle station balnéaire, Magdalena del Mar, aux côtés d’autres expatriés du sud-ouest, Léon Maître et Edouard Porterie. Dibos importe du matériel ferroviaire et contribue à la modernisation du port du Callao. Dibos est membre fondateur des principales associations françaises, à visée philanthropique comme la Société de Bienfaisance française en 1860, la Maison de Santé en 1870, le corps des Pompiers français (1866), et la Société de française de Tir. Il participe également à la Société européenne d’Immigration dont Louis Mortier est le président installé à Bordeaux. Les résultats de ce consortium seront piètres au regard de l’investissement de la république péruvienne : une centaine de Français s’installent seulement  mais il est vrai que le Pérou s’est alors déclaré en cessation de paiement ; l’instabilité est très grande, l’ex-président Manuel Pardo est assassiné.

La guerre du Pacifique affecte les biens de Félix Dibos; sa maison de Chorrillos est détruite. De nombreux Français émigrés au Pérou sont retournés en France. Marie Maître donne des nouvelles depuis Paris  de toute la communtauté expatriée (lettre du 6 décembre 1883) : “Les Dibos ont perdu presque toute leur fortune ; ils ont mis 3 ou 400 000 francs qu’il leur restait dans les bains de Magdalena”.  Ruiné, Félix Dibos meurt à Lima en 1898. Les Dibos Pflücker ont 5 enfants qui intègrent la grande bourgeoisie péruvienne malgré les revers économiques de Félix Dibos. Le plus célèbre des descendants a été le pilote de course Eduardo Chachi Dibós.  Le portrait de Jorge Dibos Pflücker, l’un des enfants de Félix Dibos, est issu de la collection Courret-Dubreuil (BNP).

Sources

Barrantes Rodríguez Larraín, Fernando, Los ciudadanos franceses y francesas en la República del Perú, Lima, Maison de Santé, 2005.

Marie Maitre Mission au Chili 1882-1885, 2015, Saint-Escobille, éd Emmanuel Desurvire

Riviale, Pascal, Un négociant français au Pérou au XIXe siècle : splendeur et décadence de Félix Dibos (1831-1898), HISAL2005-3 

Acte de naissance de Salvat Félix Dibos en ligne – AD 64

 

Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Paul Lafitte est de ces Basques émigrés à Cuba qui ont marqué leur passage d’une empreinte indélébile. Toute sa vie fut guidée par des valeurs qu’il portait au-dessus de tout : le travail, la famille, le patriotisme.

Continuer la lecture de « Paul Lafitte: un destin singulier à Cuba »

Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

Dans le cercle des bertsularis (improvisateurs en langue basque), Joseph Mendiague est l’un des plus remarquables car toute sa poésie a été produite en Uruguay où il avait émigré. Pratiquement inconnu au Pays basque jusqu’à ce que Piarres Xarriton le sorte de l’oubli, il était cependant très populaire dans le milieu de la diaspora basque.

Son père François étant douanier, Joseph Mendiague naquit aux Aldudes (Basse-Navarre) le 27 avril 1845. Il était le neuvième enfant d’une famille qui allait en compter quatorze mais la mortalité infantile étant très élevée à l’époque, seuls sept d’entre eux survécurent. En 1848, François Mendiague démissionna du corps des douanes et vint s’installer comme aubergiste à Hasparren, une commune où il avait déjà été nommé comme douanier une quinzaine d’années auparavant entre 1835 et 1838. Joseph Mendiague et sa femme Catherine Larregain avaient habité la maison Guardatea et les trois premiers enfants du couple y naquirent. La famille vécut les premières années dans différentes maisons au quartier Zelai puis elle s’installa au centre-ville où le couple prit la gérance du bar Dukiania pour compléter la retraite de douanier de François Mendiague.

Continuer la lecture de « Joseph Mendiague, le cordonnier-improvisateur basque en Uruguay »

Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili

Auteur: Beñat Çuburu-Ithorotz

La famille Choribit est liée de très près à l’histoire de la tannerie à Hasparren. On peut parler d’une véritable dynastie car elle exerça cette activité dans le village aux XVIIIe et XIXe siècles ; puis lorsque survint la crise à la fin du XIXe, les Choribit choisirent l’émigration vers le Chili où ils prospérèrent dans leur métier tout au long du XXe siècle.

Continuer la lecture de « Jean-Pierre Choribit, une vie d’industriel du cuir au Chili »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search