De Eugenio Courret a Julia Codesido [Conversatorio]

El pasado martes, 18 de abril de 2023, en el flamante edificio Nos de la Pontificia Universidad Católica del Perú – PUCP, en Lima (Perú), la profesora Isabelle Tauzin-Castellanos  y el doctorando Carlos Estela-Vilela participaron del conversatorio “De los álbumes de Eugenio Courret a las pinturas de Julia Codesido: miradas indigenistas” organizado por la Maestría en Historia del Arte – PUCP y el Instituto Riva-Agüero PUCP.

Esta colaboración fue posible gracias a Cécile Michaud, responsable de la Maestría. Participaron en el evento Claudio Mendoza (Jefe del Museo de Artes y Tradiciones Populares del IRA) y Jorge Lossio (Director del IRA)

 

 

 

Le registre des immatriculations françaises en Uruguay:

Dr. Daniel Muracciole Champenois : Apports à la connaissance et à la compréhension de l’immigration française au XIXe siècle. 2017. Conférence dans le cadre de l’AFUB Association franco-uruguayenne des Béarnais.

Le diaporama de Daniel Muracciole rencontré à Montevideo en 2023 à l’occasion d’une conférence d’Isabelle Tauzin sur l’émigration française est un outil précieux et complet pour comprendre l’immigration en Uruguay. Il est accessible en ligne ici grâce à la générosité du diplomate franco-uruguayen.

El registro de matriculaciones del Consulado de Francia

La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique

Mardi 18 et mercredi 19 juillet, 14:00

Lieu du cours: Bayonne, cité des arts.

Coordination du séminaire: Isabelle Tauzin (Université Bordeaaux Montaigne) – Oscar Alvarez Gila (Université du Pays Basque)

Cours présentiel et à distance en français et en espagnol. Inscription obligatoire par le lien ci-dessous.

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis

Le cours proposé sur La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique (Pays Basque, Etats-Unis, Amérique latine, XIX-XXIe siècles) est la suite du cours transfrontalier réalisé à Bayonne en 2022 et du colloque sur l’émigration basque de juillet 2021.

En plus du public présent à la Cité des Arts de Bayonne, la transmission par zoom a facilité la participation du public éloigné, y compris en Amérique, déjà présent au cours d’été en 2022.

Objectifs

Les 4 sessions réparties sur 2 demi-journées avec bilans partiels et table ronde exposeront l’actualité de l’histoire de la diaspora basque, en apportant des réponses à de multiples questions sur l’histoire sociale du Pays basque et de l’Amérique des XIXe et XXe siècle.

Session 1:  le départ du pays basque XIXe-XXe siècle: Comment se faisait le recrutement des migrants ? quels rôles jouaient les agents d’émigration ? comment se déroulait la navigation transatlantique ?

Session 2: l’installation en Amérique XIXe-XXe siècle : L’émigration a-t-elle eu un caractère de voyage sous la contrainte ? y a-t-il une symétrie avec la fin de l’esclavage sur le continent américain? comment les immigrants ont-ils été accueillis sur place ? comment se sont-ils intégrés ? y a-t-il une différence dans l’installation de l’émigrant politique et l’émigrant économique ? que disent les photographies de la diaspora? comment interpréter une lettre d’un ancêtre parti en Amérique ?

Session 3: cultures et interculturalité XIXe-XXIe siècle: Comment s’est faite la transition d’une langue à l’autre (basque, français, espagnol) ? y a-t-il des spécificités de la diaspora basque aux États-Unis par rapport à l’Amérique latine (Argentine, Uruguay, Pérou, Chili, Mexique) ? quelle place ont occupé les femmes et les mineurs non accompagnés dans le processus d’émigration ?

Session 4: réseaux, associations, générations et patrimoines XXe-XXIe siècle : Quels rôles ont joué les associations ? Les arts populaires comme le cinéma et le sport ont-ils été des facteurs de transmission ou d’acculturation? Comment les journaux communautaires allophones se sont-ils développés? Quelle actualité a la diaspora basque ? Comment sont entretenus les liens avec les 3e et 4e génération ? Quels rôles jouent les expositions culturelles et les conférences scientifiques dans la transmission du patrimoine diasporique.

18.Jul – 19. Jul, 2023 Cód. F07-23

ES: https://www.uik.eus/es/curso/diaspora-vasca-salida-transfronteriza-integracion-america-pais-vasco-estados-unidos-america

EUS: https://www.uik.eus/eu/jarduera/euskal-diaspora-mugaz-gaindiko-irteeratik-amerikako-integraziora-euskal-herria-estatu

FR: https://www.uik.eus/fr/activite/diaspora-basque-du-depart-transfrontalier-lintegration-amerique-pays-basque-etats-unis Continuer la lecture de « La diaspora basque : du départ transfrontalier à l’intégration en Amérique »

Pueyrredon ou Poeyredon : un Libertador argentin fils de Navarrais

La Maison  Pueyrredon se trouve dans la ville de San Isidro, Neuilly porteño à une vingtaine de kilomètres de Buenos Aires. Cette belle résidence proche de la rivière de la Plata  est un musée municipal à vocation pédagogique.

Parmi les nombreux portraits et documents exposés, se trouve l’acte de naturalisation du père du Libertador, originaire de Basse Navarre -selon cet acte photographié sur place (“que es natural de la villa de … en la Baja Navarra y del mismo modo son sus padres cristianos”) mais  l’acte de baptême de 1738 dans le registre en ligne incomplet d’Issor n’a pas été retrouvé si Poeyrredon est né dans ce territoire béarnais et non bas-navarrais. De même que la graphie “poeyredon” est celle attestée dans le département pyrénéen pour quelques actes d’état civil postérieurs à 1800. Le père de celui qui deviendra  Directeur Suprême des Provinces du Rio de la Plata, est arrivé à Buenos Aires en 1764 comme représentant d’une maison de commerce espagnole.

Le nom de Jacques Poeyredon apparaît dans la correspondance consulaire de Cadix en 1777, comme propriétaire d’une boutique et venu d’Oloron Sainte Marie. Le fils du Navarrais, Juan Martin Pueyrredon arrive en France sous le Directoire, puis revient à Buenos Aires en 1802 et prend part à la résistance contre les Invasions anglaises, aux côtés de son compatriote Liniers. En 1809, venant de Séville, il est arrêté sur ordre du vice-roi Elio à Montevideo. “Pueyrredón est considéré comme un homme de grand talent, apparenté aux premières familles du pays, fils d’un Français; c’est une tête brûlée, il ne fait aucun doute que sa présence en Amérique est extrêmement dangereuse et qu’il est absolument nécessaire d’empêcher même sa communication avec la population”. (Gallo, Klaus, El político de la revolución. Vida de Juan Martín de Pueyrredón, Museo Pueyrredon, San Isidro,Trama, 2015, p. 24).

Les Pueyrredon ont continué à aller et venir entre l’Amérique et l’Europe tantôt pour affaires et aussi pour éviter les persécutions politiques, en particulier sous le régime de Juan Manuel de Rosas. C’est ainsi qu’en 1835, le général  arrive avec sa famille à Bordeaux, puis s’installe entre Paris, où son fils, le peintre Prilidianto Puyerredon se forme à la peinture et à l’architecture, et Cadix où Juan Martin possédait une entreprise spécialisée dans l’importation de cuir argentin (Lucas Andrés Masán, Estrellas y amapolas. Las pinturas rurales de Prilidiano Pueyrredon y las sensibilidades en el Buenos Aires de 1860). Beaucoup reste à découvrir encore sur cette famille franco-argentine oubliée.

Costa del Rio de la Plata, par Prilidiano Pueyrredon.

Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque

En amont d’une conférence sur l’immigration française en Uruguay programmée par l’Ambassade de France et l’Alliance Française de Montevideo, l’universitaire bordelaise Isabelle Tauzin-Castellanos a rendu visite à un collectionneur uruguayen fidèle aux racines de ses ancêtres basques et béarnais.

Marcel Loustau, pendant des dizaines d’années, a recherché de nombreux documents en archives et reconstitué le parcours de ses aïeux basque et béarnais arrivés à Montevideo dans les années 1840. Pierre Cazamayou Larroque est arrivé en 1841. Marcel Loustau précise : ” Le patronyme d’origine en France est Cazamayou avec z alors qu’à l’arrivée en Uruguay il est devenu Casamayou avec s”.

Urbain Loustau, l’arrière-arrière grand-père dont il porte le nom, est arrivé en 1843, à quatorze ans, seul, pour retrouver son père sur place, établi comme sellier, ce dernier originaire de Sauveterre-de-Béarn était introuvable quand l’adolescent est arrivé.

L’arrière-arrière-grand-père servit dans le bataillon des volontaires basques pendant la Guerre Grande qui dura jusqu’en 1851. Marcel Loustau conserve à la fois la sacoche de son ancêtre au service des colorados et la liste manuscrite des membres du bataillon. Urbain Loustau a épousé une immigrante basque, Gracianne Aphat qui s’est retrouvée veuve avec deux enfants à charge. Continuer la lecture de « Marcel Loustau : entre l’Uruguay, le Béarn et le Pays Basque »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search