Du Gers à l’Uruguay: une recherche généalogique complexe

Une recherche généalogique de Myriam Managau  réalisée à Montevideo en Uruguay.

Frix Isidore Lussan était le 5ème enfant de Jean Lussan et de Marie-Louise Paris, né à Pouylebon, dans le canton de Montesquieu le 1r août 1834. Les parents se sont mariés à Pouylebon, le 20 novembre 1825. Son père Jean Lussan est né à Pouylebon le 16 germinal an III de la république française selon le calendrier grégorien le 5.04.1795. Il était le fils de Joseph Lussan et d’Anne Aveillé. Sa mère Marie-Louise Paris est née à Labéjan, dans le canton de Mirande le 8 octobre 1792. Elle était la fille de Jacques Roger Paris et d’Antoinette Charlotte d’Ayllier, son père était arpenteur, maire du village de Pouylebon. Le couple de Jean Lussan et Marie-Louise Paris a eu à Pouylebon 5 enfants : Marie Lussan le 12.03.1826 ; Antoine Charlotte Geneviève Lussan le 1r mars.1828 ;  Joseph Lussan le 28 novembre 1829 ; Jeanne Marie Lussan le 01.5.1832, et Frix Isidore Lussan le 1r août 1834. Le prénom Frix n’est pas fréquent: il trouve son origine chez un prince franc né à Frise aux Pays-Bas et  qui a combattu les sarrasins sous le règne de Charles Martel, fondateur de la dynastie carolingienne avec lequel il était apparenté. Mortellement blessé à Bassoues (Gers), son héroïsme en a fait un saint vénéré. Une basilique a été érigée en hommage à Saint-Fris à Bassoues. Le prénom Fris peut avoir deux orthographe Fris ou Frix tandis que le féminin serait Frise.

Frix Lussan part du port de Bordeaux le 23 octobre 1854 à l’âge de 20 ans sur le navire Lily, destination Montevideo. Il est muni d’un passeport obtenu des autorités du Gers et un visa accordé par le préfet de la Gironde, à destination de Corrientes (Argentine). Le navire était un trois-mâts commandé par le capitaine Toulouze et 20 hommes d’équipage. Le navire est arrivé à Montevideo probablement fin décembre 1854.

Françoise Grand était la 6e fille d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand, née à Lalouret, un village du Comminges en Haute-Garonne le 19 mai 1835. Les parents s’étaient mariés à Sauveterre-de-Comminges le 2 octobre 1818. Alexis Grand, est né à Lalouret le 14 juillet1794, il était le fils de François Grand et de Marie-Jaquette Dupuy. Marie-Anne Grand est née à Lalouret le 18 juillet 1797, elle était la fille de Bertrand-Jean Grand et de Jeanne-Marie Fadeuilhe. Le couple d’Alexis Grand et de Marie-Anne Grand ont eu à Lalouret 6 enfants : François Grand le 2 janvier 1820, Jeanne Marie Bertrande Grand le 17 janvier1823 + 14 septembre 1833, Dominiquette Grand le 7 mai 1826, Bertrand Grand le 2 avril 1830, Jacquette Grand le 31août1833 + 1 mai 1834 et Françoise Grand née le 19 mai 1835.

Après le décès de deux filles Jeanne Marie et Jacquette en 1833 et 1834, le couple entreprit un voyage en Amérique du Sud avec quatre enfants, deux garçons François et Bertrand et deux filles Dominiquette et Françoise Grand, comme en témoigne la liste des passagers au départ du port de Bordeaux. Ils étaient munis des passeports obtenus auprès des autorités de la Haute-Garonne et un visa pour Corrientes émis par le préfet de la Gironde. Ils partirent le 23 octobre1854 du port de Bordeaux sur le navire Lily destination Montevideo. François était âgé de 34 ans, Dominiquette de 28 ans, Bertrand 24 ans et Françoise de 19 ans.

Frix Isidore Lussan et Françoise Grand embarquèrent à Bordeaux à la même date et sur le même navire, ils ont dû se rencontrer lors du voyage de deux mois qui les a amenés à Montevideo. Dans les registres du Consulat de France à Montevideo, Frix Isidore Lussan ne figure pas ; au contraire on trouve l’enregistrement d’Alexandre Grand, né à Lalouret, de Haute-Garonne il n’y a pas de date de naissance, un métier typique du Rio de la Plata : tropero », qui désigne le berger à cheval qui conduit les troupeaux ou le charretier, immatriculé le 18 novembre.1864, de Bertrand Grant, né à Lalouret, Haute-Garonne, né en 1834 résidant à Tala, Canelones, profession laboureur, ne sais pas signer, immatriculé le 22.08. 1863 sur témoignage de M. Lafitte, de Joseph Grant, né à Santa Rosa, Canelones le 22.05.1865, charretier, sans date. On peut déduire qu’Alexandre Grand, est le père, Bertrand Grand le fils, enregistré comme GRANT et Joseph GRANT est le fils de Bertrand né à Canelones où ils se sont établis.

Frix Isidore Lussan et la famille Grand se sont installés à Canelones. Frix a épousé Françoise Grand avant 1860, acte non encore trouvé. Le couple Lussan- Grand a eu à Canelones plusieurs enfants: Josefa Paula Lussan Grand le 26/01/1860 baptisée le 08/05/1860 dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras. Les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Lussan, ainsi que les grands-parents maternels Alexis Gran et Mariana Gran. Les parrains sont José Baron et Dominga Grand, la tante maternelle; Francisca Valeria Lussan Grand le 29/01/1863 baptisée dans la paroisse de San Isidro Labrador – Las Piedras, les grands-parents paternels sont Juan Lussan et María Paris et les grands-parents maternels Alejo Grand et María Grand. Les parrains et marraines sont Francisco Morales et Justa Pérez; Petronila Dominga Lussan Grand le 31/05/1869 baptisée le 09/04/1869 dans l’église Notre-Dame de Guadalupe, Canelones.    Par erreur, elle est enregistrée sous le nom de Petronila Dominga Fritz, son père apparaissant comme Luciano Fritz et sa mère Francisca Grand ; les parrains furent José Baron et Dominga Grand; Dominiquette Grand épouse Joseph Baron, de nationalité française, ils auront deux filles Léopoldine et Eugenia Léopoldine Baron Grand ; Bertrand Gran épouse Catalina Bruqueta, il est probable qu’ils soient arrivés déjà mariés. Ils ont deux enfants à Canelones, José Grand né le 22/05/1865 et María Grand née le 10/4/1867. Les informations sur le frère aîné François Grand sont manquantes. Frix Isidore Lussan décède à Montevideo le 11 octobre1895 à l’âge de 61 ans. Françoise Grand décède à Canelones le 5 décembre 1906 à l’âge de 71 ans.

En résumé,  Frix Lussan et Françoise Grand sont partis à la même date du port de Bordeaux sur le même navire et ils se sont rencontrés pendant la traversée océanique. Le nom Lussan en Uruguay, a une graphie différente, il apparait sous la forme Luzan et le prénom Frix a été pris dans des actes comme nom Fritz, la recherche a été difficile. La confusion sur la graphie des noms français est fréquente. Le fait d’avoir pris le prénom Frix comme patronyme Fritz, a fait croire aux descendants que l’origine de la famille se situait à la frontière avec l’Allemagne.Le nom Grand apparait aussi avec une graphie différente Grant et ses descendants ont été inscrit comme Grant. Reste à trouver l’acte de mariage Lussan (Luzan) x Grand à Montevideo et à Canelones. Le couple Lussan x Grand parlait français de même que leurs trois filles Josefa Paula, Francisca Valeria et Pétronille Dominga Lussan Grand, à la maison. Cela a permis aux générations suivantes de connaitre des mots et transmettre leurs souvenirs les plus chers.

Myriam Managau est généalogiste à Montevideo. Isabelle Tauzin a fait sa connaissance à l’occasion d’une conférence à l’Alliance française de Montevideo sur l’histoire de l’émigration. Myriam Managau rappelle que ses grands-parents Grégoire Jean Managau Lhez ( Asté 65, 1882) et Marie-Jeanne Sarthe Lalanne (Aast 64, 1878, sur la photo avec Myriam enfant) sont arrivés du Paraguay en 1917 à Montevideo où ils se sont connus.
Elle appartient à la 2ème génération des immigrants français en Uruguay et son travail de recherche lui permet de  conserver et de transmettre la langue, les chants et les comptines apprises, les souvenirs des Pyrénées de ses ancêtres et les images intimes dont l’histoire de Bernadette Soubirous évoquée religieusement par sa grand-mère.

Les Courret: photographes charentais dans la Mémoire du Monde de l’UNESCO

Le couple des frères photographes Achille et Eugène Courret, originaires de Charente, dans le sud-ouest de la France, est essentiel à l’histoire de la photographie péruvienne. Leur nom est associé à soixante-dix ans d’images immortalisant les événements clés de l’histoire nationale, les transformations urbaines de Lima et les personnes qui y ont vécu ou l’ont visitée. Les photographies diffusées par le célèbre studio de la rue Mercaderes ont été produites entre le milieu du XIXe siècle et le premier tiers du siècle suivant.

Une grande partie de ses plaques de verre – environ 50 000 – sont conservées par la Bibliothèque Nationale du Pérou et correspondent principalement à des portraits d’hommes politiques, de militaires, d’intellectuels et de commerçants. Plus de la moitié d’entre elles ont été déclarées patrimoine culturel de la nation péruvienne en 2021. Très récemment -cette année- ces 30693 plaques ont été ajoutées au registre Mémoire du monde de l’UNESCO.

Il s’agit de la troisième inscription du Pérou sur cette liste, ce qui le place en 43e position dans le classement des pays. La notice descriptive qui accompagne l’inscription au registre souligne l’unicité de ces négatifs, leur importance pour l’étude de la diffusion des images qu’ils contiennent et leur diversité. De même, cette collection, considérée comme “la plus complète des collections photographiques péruviennes”, constitue une source précieuse pour l’étude non seulement de la technique photographique mais aussi des migrations et de transferts culturels sur une période assez longue.

Carlos Estela Vilela (Université Bordeaux Montaigne)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search