Annick Foucrier sur l’émigration française en Californie

A l’occasion de la conférence d’Annick Foucrier en novembre 2023 dans le cadre du projet EMILA, la spécialiste de l’émigration française en Californie professeure émérite de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, a transmis de nombreux articles sur ses recherches de Français partis de Nouvelle-Aquitaine pour les Etats-Unis.

Publications d’Annick Foucrier sur l’émigration au départ Nouvelle Aquitaine pour les Etats-Unis

Général : Le rêve californien. Migrants français sur la côte Pacifique, XVIIIe-XXe siècles, Belin, 1999, 428 p.

« Le grand rêve californien », L’Histoire, n°238, décembre 1999, pp.58-64.

Charente : Pierre Vinet, Charles Covillaud. « Migrations des Charentais, Poitevins et Deux-Sévriens aux États-Unis au XIXe siècle », in Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (eds.), Champlain ou les Portes du Nouveau Monde : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, Gestes Edition, 2004, p. 235-240.

Charente-Maritime : Jean Barbat. « Ecrire la maladie et la mort : lettres de migrants français de la ruée vers l’or en Californie », in Yves Frenette, Christine Nougaret et Isabelle C. Monnin, dirs., Dans leurs propres mots : la mobilité dans les écrits personnels et les correspondances, XVIIème- XXème siècles, Presses Universitaires de Saint-Boniface, Canada, 2020, pp.273-293.

Antoine Alfred Cheminant. « Migrations des Charentais, Poitevins et Deux-Sèvriens aux États-Unis au XIXe siècle », in Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (eds.), Champlain ou les Portes du Nouveau Monde : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, Gestes Edition, 2004, p. 235-240.

Creuse : Justin Sarciron. « Ecrire la maladie et la mort : lettres de migrants français de la ruée vers l’or en Californie », in Yves Frenette, Christine Nougaret et Isabelle C. Monnin, dirs., Dans leurs propres mots : la mobilité dans les écrits personnels et les correspondances, XVIIème- XXème siècles, Presses Universitaires de Saint-Boniface, Canada, 2020, pp.273-293.

Dordogne : Ernest Pagnon de Fontaubert.

Gironde : Jean-Louis Vignes. « A la conquête de la Californie », dans Histoire (insolite) du vin de Bacchus à Pétrus, Le Point L’Histoire, sept/oct 2012, pp.82-85.

« Le voyage en Californie de Pierre Vignes, de Béguey, Gironde (1843-1851)», Annales du Midi, avril-juin 1994, p. 203-228.

Famille Maubec. « The French in Gold Rush San Francisco and spiritual kinship », in Guido Alfani et Vincent Gourdon (dirs), Spiritual Kinship in Europe, 1500-1900, Palgrave Macmillan, 2012, pp.275-291.

Pyrénées-Atlantiques : Béarn : « José Maria Covarrubias et Henri Cambuston, deux Béarnais à la conquête de la Californie », Revue de Pau et du Béarn, n°20, 1993, p. 239-271.

Casimir Labétoure. Jules Barthélémy Bayerque. « Migrations et cultures : les Béarnais en Californie », Revue de Pau et du Béarn, 2001, p. 307-324.

« La fin du voyage : les immigrants français à San Francisco et la mort, 1916-1930 », Annales de Démographie Historique, 2000 – 1, p. 11-26.

« Des identités régionales à l’unification nationale par l’intégration politique. Les Français à San Francisco au tournant du siècle et le club Lafayette (1916) », in J. Portes et C. Pouzoulet, dir., Des modèles en question. Villes, culture, citoyenneté en Amérique du Nord, Presses Universitaires de Lille, 1998, pp.147-160.

Pays Basque : « The French in Gold Rush San Francisco and spiritual kinship », in Guido Alfani et Vincent Gourdon (dirs), Spiritual Kinship in Europe, 1500-1900, Palgrave Macmillan, 2012, pp.275-291.

Deux-Sèvres : Hippolyte Depierris. Pierre Hippolyte Dallidet. « Migrations des Charentais, Poitevins et Deux-Sèvriens aux États-Unis au XIXe siècle », in Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (eds.), Champlain ou les Portes du Nouveau Monde : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, Gestes Edition, 2004, p. 235-240.

Haute-Vienne : Ernestine. « ¿Dónde están las mujeres ? Las francesas y las migraciones a los Estados Unidos (1780-1930) », Estudios Migratorios Latinoamericanos (Argentine), Ano 20, N°61, 2006, pp.517-525.

 

 

 

Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique

Mes cousins d’Amérique, par Jean-Pierre Labroille 24 février 2024

Un récit familial

Je me souviens, enfant, avoir entendu ma mère raconter qu’elle avait des oncles en Amérique. Au début des années 1930, quand elle était elle-même enfant, elle était sûre que ces oncles avaient fait fortune et qu’un jour leur retour annoncerait pour la famille des jours fastes.

Continuer la lecture de « Du Béarn à l’Argentine et à l’Oregon: à la recherche des cousins d’Amérique »

Elorri Arcocha Mendinueta: sur des lettres en basque d’émigrés et soldats souletins

Une société à travers la correspondance. La Soule de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre Mondiale

Elorri Arcocha Mendinueta a soutenu au mois de janvier 2024 une thèse doctorale à l’Université Publique de Navarre, rédigée en basque et en français. La thèse a pour titre “Gizarte bat korrespondentziaren prismatik : Zuberoa, XIX. mendearen bukaeratik Lehen Mundu Gerra arte”. L’objectif principal était d’étudier les correspondances provenant de quatre collections, comprenant des lettres d’émigrés souletins, de soldats souletins pendant la Première Guerre mondiale, et dans une moindre mesure, de personnes restées au pays. Cette recherche visait à ouvrir une nouvelle perspective dans l’étude de la correspondance, en se concentrant non pas sur l’émigration ou la vie des soldats dans les tranchées, mais en intégrant les lettres dans une métacommunication préétablie, faisant ainsi partie d’un contexte socioculturel spécifique. Les images de ce billet sont issues du corpus d’Elorri Arcocha.

Le travail s’est donc axé sur l’analyse des informations que les lettres fournissent sur la société de la Soule à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. La recherche a été articulée en trois parties : la première s’est penchée sur l’emploi de l’écrit dans une société qui était encore en cours d’alphabétisation, mettant en lumière une appropriation particulière de l’écrit et une utilisation répandue du basque à l’écrit. La deuxième partie examine l’utilisation des trois langues présentes dans la correspondance – le basque, le français et l’espagnol – ainsi que les facteurs qui ont influencé le choix de chaque langue, et la coexistence de différentes langues dans une même lettre. Enfin, la troisième partie analyse la symbiose des éléments traditionnels et modernes dans la correspondance à travers le prisme de la société souletine de l’époque.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search