Du Lot-et-Garonne au Chili: Marie Denis Marinot (1865-1901), émigrante et poète

Marie-Denise Marinot (1865-1901), de Clairac à Santiago du Chili. Association Les Amis de Clairac.

Issue d’une famille de chapeliers, les Launay, Marie-Denise Marinot émigra au Chili où elle épousa un Français propriétaire d’une tannerie. En l’espace de quelques années, elle publia près d’une dizaine d’ouvrages, en France et au Chili, avant de décéder prématurément. Le monument que lui dédia son époux en 1904 dans son village natal du Lot-et-Garonne est l’un des ornements du cimetière de Clairac…

Les recherches sur Marie-Denise Marinot ont été réalisées par Clair Morizet, Président des Amis de Clairac et sont accessibles en ligne pour connaître ce parcours de vie remarquable. Communiquées au projet EMILA par Frédérique Blin, l’étude historique sur Marie-Denise Marinot met à jour la trajectoire de la jeune femme partie de Clairac. Marie-Denise Marinot a publié une oeuvre poétique et romanesque en français et en espagnol. Elle a eu un engagement féministe  qu’elle a partagé avec le journal féministe de Séverine, La Fronde. La vie de Marie-Denise Marinot rejoint l’engagement d’une autre grande oubliée de l’émigration et du féminisme entre la France et l’Amérique latine, Gabrielle Laperriere de Coni.

A titre d’exemple de l’oeuvre de Marie-Denise Marinot, ces quelques lignes extraites du site des Amis de Clairac:

« Une effrayante et désastreuse misère, de dérisoires salaires pour des journées de labeur plus longues que dans aucun pays, d’inavouables maladies, d’ignobles hôpitaux pour le paria ; comme logement d’infect taudis et pour comble un insurmontable et écrasant mépris venant des riches, de ces caballeros oisifs qui ne rêvent qu’à satisfaire leurs fantaisies, et qui, pour augmenter leur patrimoine, tiennent à plaisir ce malheureux peuple dans un état d’abjection indigne d’un pays civilisé. Nulle voix ne s’élève pour les défendre, les malheureuses ! parce que chacun craint de se porter préjudice en ouvrant leurs yeux à la lumière. »
« La Femme au Chili », tribune parue dans La Fronde, avril 1900.

« En France on dit : Enfants, partez,
Partez pour l’Amérique ;
C’est le pays des libertés,
Ils sont en République.
(…) Et nous partîmes tous, légers
Comme des hirondelles,
Oublieux de nos chers clochers
Et de nos nids fidèles. »

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search